AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.75 /5 (sur 2 notes)

Biographie :

Né à Paris où il a exercé son métier de journaliste scientifique pendant près de 40 ans au Figaro, Jean Paul Croizé a publié plusieurs livres techniques ou politiques avant de se lancer dans l'écriture de romans à caractère psychologique. L'auteur aime se livrer aux études de caractères, tout en peignant les endroits qu'il apprécie comme le montrent ses ouvrages édités chez Les Editions Ovadia.

Source : http://www.leseditionsovadia.com/collections/23-histoires-destin%C3%A9es/179-les-terrasses-des-bistr
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Derfuchs   08 décembre 2019
La Dame Blanche de Jean-Paul Croizé
Une sagesse de femme supérieure, qui semblait hors du temps, peut être hors de notre réalité.
Commenter  J’apprécie          90
Derfuchs   08 décembre 2019
La Dame Blanche de Jean-Paul Croizé
Elle avait la chance de voir l'âge mûr amplifier son charme, à base de sincérité dans les sentiments et de complicité tacite avec les hommes qui lui plaisaient.
Commenter  J’apprécie          70
VeroneLixelle   16 octobre 2016
Les terrasses des bistrots de Jean-Paul Croizé
p73 "Plusieurs fois, nous avions ainsi tressaillis, et

retenus notre respiration un instant en entendant un de ces "corbillards verticaux", comme tu les avais baptisés,

se réveiller brusquement, alors que nous n'avions pourtant entendu personne l'appeler dans les étages. Tu m'avais avoué en avoir un peu peur, tout comme moi, sans savoir pourquoi. C'est ce qui nous avait amené à pousser notre

jeu plus loin, en décidant de défier ces ascenseurs fantômes en allant indument les utiliser jusqu'aux étages supérieurs.

Et lorsqu'ils s'arrêtaient en haut de leur course, après nous avoir souvent montré de très belles portes d'appartement, le

silence retombait brusquement . Nous restions enlacés, à la fois fiers de notre hardiesse, et vaguement gênés tout de même d'avoir cédé à ce jeu un peu ridicule. Souvent, notre cachette était brusquement appelée d'un étage inférieur. Mais plusieurs

fois, nous avions eu la chance de pouvoir pousser très loin nos caresses, nos baisers, dans le silence feutré du haut d'un de

ces immeubles avant de finir par décider de redescendre, encore ivres de nous, mais tellement heureux de ce moment de folie

partagée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VeroneLixelle   16 octobre 2016
Les terrasses des bistrots de Jean-Paul Croizé
p 181 "Quelle délicieuse minette elle était. Alors qu'on entendait Gainsbourg par les hauts parleurs de la patinoire sa chanson "Lemmon Incest" m'était venue à l'esprit. Chanson sulfureuse, que beaucoup à l'époque avaient dénoncée comme une insulte à la pureté des enfants, voire même comme

un hymne à l'inceste. Je regardais le visage si innocent de Marie et je réalisais combien ces sinistres censeur se trompaient : Gainsbourg le poète, Gainsbourg le génie avait alors écrit sa plus belle déclaration d'amour à sa Charlotte. Sa fille, son autre femme, la seule qu'il pourrait toujours admirer, embrasser, chérir,

sans ne jamais aimer que sa pureté, tout simplement. Le même sentiment d'absolu m'inondait en regardant ta fille, si sérieuse en trempant ses lèvres dans son chocolat.

Avec le profil parfait de ses joues, de son nez, ce visage d'ange que donne l'enfance, elle te ressemblait la petite Marie. Elle était ton fruit, que je voulais tout faire pour t'aider à l'amener à maturité sans que rien

ne vienne l'abimer."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VeroneLixelle   16 octobre 2016
Les terrasses des bistrots de Jean-Paul Croizé
p 242 "L'ambiance qui se dégageait de cette belle place aux somptueuses façades dont la couleur presque toulousaine tranchait

magnifiquement l'été sur le vert des arbres du jardin public résultait également d'une autre particularité : elle constituait le cœur

du quartier gay de Paris. C'est vrai que logeaient dans ce secteur du Marais de plus en plus de ménages homos qui ne se cachaient plus

dans la rue ou à la supérette pour se donner la main, en fait pour se comporter comme n'importe quel couple, c'est-à-dire en toute simplicité.

Certes, quelques uns d'entre eux en rajoutaient parfois. Il arrivait même à certains d'adopter des attitudes plus qu'affectueuses, à la limite

du provoquant. Mais c'était alors pour pratiquer de la revendication militante, manière plutôt drôle finalement d'envoyer promener en les choquant ceux, heureusement rares, qui les regardaient de travers."
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jean-Paul Croizé (4)Voir plus


Quiz Voir plus

De quoi briller en société... 🌞⭐️

Avoir de l'avance au gâteau :

avoir les dents du haut proéminentes
avoir les oreilles décollées

12 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions françaises , vocabulaire , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur