AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Angers , le 13/05/1949
Biographie :

Jean-Philippe Domecq, de son vrai nom Jean-Philippe Martin, est un romancier et essayiste français.

D'abord connu pour son "Robespierre, derniers temps" (1984), où la littérature sert d'éclairage complémentaire aux travaux des historiens spécialistes de la période, il est avant tout romancier.

Un premier cycle de romans ("Le Cycle des ruses de la vie", 1991-2001) est suivi d'un deuxième ("La Vis et le Sablier", 2007-2017), - dont "Cette rue" (2007), Prix du roman de la Société des Gens de Lettres et "Le jour où le ciel s'en va" (2010), Prix Tortoni, - dans lequel il explore un nouveau genre romanesque, la "métaphysique-fiction".

Mais, vu les polémiques qu'ont déclenchées certains de ses essais, ceux-ci sont plus connus que ses romans. Notamment son approche contestataire de ce qu'il a nommé "l'Art du Contemporain", dont il fait la critique de la critique, en alliant analyse des théories et description des attitudes que celles-ci révèlent. En résulte, dans l'esprit d'une littérature moraliste héritée des "Provinciales" ou des "Caractères" , une certaine "Comédie de la critique" qui campe à vif les milieux d'art et l'époque.

C'est également le cas de sa critique de la critique littéraire française (notamment dans "Le Pari littéraire", paru en 1994 et logiquement passé sous silence par les critiques, puis reparu et augmenté dans "Qui a peur de la littérature?" en 2002). Ces deux ensembles donnent une vue sur ce qu'il appellera "la Situation des esprits" (entretiens avec Eric Naulleau paru en 2006) dans la culture française contemporaine.

En 2018, il publie "L'amie, la mort, le fils".

Il est membre du comité de rédaction d'Esprit. Il fut chroniqueur à l'hebdomadaire "Politis", responsable des pages culturelles de "Marianne", et rédacteur en chef de la revue littéraire "Quai Voltaire", dirigée par Alain Nadaud, dans les années 199O.

son blog: http://leblogdedomecq.blogspot.com

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
13e édition du Prix Psychologies-Fnac de l'Essai 2019. le Prix Spécial est décerné à Jean-Philippe Domecq pour son livre "L'amie, la mort, le fils" dédié à Anne Dufourmantelle (éd. Thierry Marchaisse). "Un texte d'une qualité extraordinaire, d'une sensibilité, d'une poésie, d'une profondeur et, j'ose le mot, d'une spiritualité – qui ne dit pas son nom – étonnante. Un livre absolument bouleversant, très difficile à qualifier, hors de tout, et je pense même hors de lui-même" (Christilla Pellé-Douël, Psychologies Magazine, extrait du discours de remise du Prix). Présentation du livre : Anne Dufourmantelle a péri le 21 juillet 2017 pour sauver des enfants de la noyade en Méditerranée, dont le propre fils de l'auteur. Elle était psychanalyste, philosophe, romancière, auteure d'une oeuvre reconnue de par le monde. Sa notoriété culturelle ne suffit pourtant pas à expliquer l'émotion considérable qui s'est répandue à l'annonce de sa mort, en France et au-delà, jusqu'auprès de gens qui ne l'avaient jamais lue ni entendue. Ce récit de chagrin livre le portrait d'une femme exceptionnelle, en même temps qu'il médite sur les rapports père-fils, l'origine du sacré et l'aura d'un être qui avait « la passion de l'amitié » En savoir plus : http://www.editions-marchaisse.fr/catalogue-lamie-la-mort-le-fils.html
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   16 septembre 2018
L'amie, la mort, le fils de Jean-Philippe Domecq
La mort n’est rien à côté d’une mort.
Commenter  J’apprécie          190
Piatka   12 septembre 2018
L'amie, la mort, le fils de Jean-Philippe Domecq
On n’a aucune envie de guérir d’un chagrin - le chagrin est tout ce qu’il y a de fidèle.
Commenter  J’apprécie          150
Piatka   29 septembre 2018
L'amie, la mort, le fils de Jean-Philippe Domecq
Ainsi, nous l’avions bien discernée, Anne ; ainsi il y a un magnétisme des êtres que notre rationalité occidentale ne peut certes appréhender mais qui constitue une autre dimension humaine, qui elle aussi crée de la valeur, les avancées, fait l’Histoire.
Commenter  J’apprécie          110
pleasantf   18 février 2018
Misère de l'art : Essai sur le dernier demi-siècle de création de Jean-Philippe Domecq
...il y eut bien oppression, culturelle, au cours de ce demi-siècle d'art.

Qui de nous ,n'a vu ces enfants des écoles que l'on fait défiler, au nom de l'initiation à l'art-qui-rompt, devant les œuvres que j'ai mentionnées au chapitre précédent, carrés de métal au sol (Carl André), télégramme de On Kawara indiquant à son galeriste qu'il est à telle heure à tel endroit, série de chiffres qu'aligne de toile en toile Roman Opalka, toiles lacérées de Fontana, retournées de Rutault, rayées de Barré, peintes à l'envers par Baselitz, et le bleu Klein, et le néon de Flavin, la savonnette géante de Fabrice Hybert, grand prix de la biennale de Venise, le carrelage du précédent lauréat français de la même biennale, les horloges identiques, alignées sur le mur et indiquant chacune l'horaire sur tel point de la planète, avec marteau à côté de chaque horloge (Vilmouth), les photos du couple Gilbert et George, le pigeon naturalisé que Dietman a posé sur un tas de fiente en bronze - bref, qui n'a vu ces générations de jeunes qu'une " pédagogie d'éveil" et de "formation à l'art vivant" a traînés devant ces produits les plus cotés et commentés de l'art dit contemporain? Et il fallut admirer, apprécier, "s'ouvrir"...

Mesure-ton bien la restriction des facultés réflexives sensibles et imaginatives, la fermeture d'esprit et de désir que de telles œuvres entraînent, et la responsabilité qu'on a prise pour l'avenir ? Sent-on bien que ce n'est pas sans conséquences qu'on soumet le boîtier crânien à pareilles œillères, et qu'on y soumet d'autant plus efficacement qu'on le fait avec les meilleures intentions démocratiques du monde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   24 octobre 2014
Le jour où le ciel s’en va de Jean-Philippe Domecq
C’était de la jeunesse aisée que ces jeunes, et même de la jeunesse tout court, qui avait donc le temps ou les moyens ou les deux, qui pouvait se permettre disons de palabrer surf, planche à voile et giclées toute la sainte journée, foin du laconisme là pour le coup, autant ça se la fermait totalement sur la particulière plage, autant ça se l’ouvrait totalement avant et après, dès le tardif lever de cette jeunesse qu’on pourrait dire aisée mais qu’y a-t-il de particulièrement « aisé » à se lever à midi lorsqu’on se couche à l’aube (oui, c’était le rythme), hein ? Tout ça pour dire que, du lever à l’arrivée sur plage, ça ne causait plus que technique et affect, sauts réussis au millième près et relations surprises à la seconde, là ça y allait les commentaires et c’est logique : ça ne vivait que pour ça, l’été, et toute l’année pour l’été.
Commenter  J’apprécie          40
JAsensio   26 mars 2011
Robespierre derniers temps de Jean-Philippe Domecq
Les témoins rapportent qu’une femme annonça à la foule la mort de Robespierre par un rébus, «montrant sa robe puis une borne de pierre, et passant la main devant le cou» (p. 288). Jusqu’à ses toutes dernières pages fébriles, pressées de décrire l’exécution qui a eu lieu l’après-midi du 10 thermidor An II (27 juillet 1794), l’ouvrage de Jean-Philippe Domecq n’aura eu de cesse de tenter d’élucider, par des voies littéraires, l’énigme de la chute de l’Incorruptible qui illustre de façon remarquable le mot de Saint-Just : «L'homme obligé de s'isoler du monde et de lui-même jette son ancre dans l'avenir».
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   24 octobre 2014
Le jour où le ciel s’en va de Jean-Philippe Domecq
En attendant, imaginez-vous ce ciel, un soir, ce ciel qui se met à ne plus bouger, comme jamais ciel, aucun ! Et qui pire, se tend, tire… À la fin on se rabat sur le temps, que voulez-vous !… On regarde sa montre ! Et on ne cesse plus. On n’en décolle pas. Ni du cadran ni d’autrui car là au moins. On n’a pas intérêt. On rentre la tête dans les épaules, on reste dans l’humain, le temps étant de l’humain pur, donc les montres, à fond – l’humain, l’entre nous, rien que l’entre, en attendant des jours meilleurs, voilà tout ce qui nous reste à faire quand arrive Autre Chose.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   24 octobre 2014
Le jour où le ciel s’en va de Jean-Philippe Domecq
On croit bêtement que c’est les sensibles qui rêvent, mais non, ils sont bien trop occupés par l’angoisse. Eh bien il était du genre, en corsé, à craindre crise de femme plus que mort d’homme – ceci pour dire. Pour dire l’effet que ça lui faisait : comme une aiguille au cœur soudain il sentait, avant elle, qu’en elle ça montait : cette vibration dans l’air… non, pas ça, pitié, dites-moi que ce n’est pas ça, tu ne vas pas recommencer, dis, tu ne vas pas… il tournait la tête vers elle, ou vers le mur derrière lequel elle campait : hélas la nappe, la nappe d’ondes…
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   24 octobre 2014
Le jour où le ciel s’en va de Jean-Philippe Domecq
Parce que même ça c’est bizarre dans la vie, pour peu qu’on y pense, même cette tendance à observer le semblable – toutes nos tendances, en fait, le sont, bizarres. Même les désagréables – même les agréables, c’est dire. Tout est bizarre dans la vie. Même quand on le sait – la preuve : on sait pertinemment qu’on ne peut s’empêcher d’observer les gens, eh bien ça n’empêche pas, ça reste bizarre. Et pourquoi les observe-t-on, hein, pourquoi leur suppose-t-on des choses ? Parce qu’on aimerait bien savoir, au fond, comment ils font.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   24 octobre 2014
Le jour où le ciel s’en va de Jean-Philippe Domecq
Le truc fatal ça a été après le deuxième coup de vent, on se souvient, ce calme beaucoup trop comme avant justement. Comme s’il avait fallu nous rallonger, nous leurrer pour que ça vienne, tranquille. Et c’est venu, terrible, au bout des quelques heures où on aurait dû au contraire – ces on aurait dû !… les comme si… typiques, tellement typiques du trop tard. Eh bien il y a eu intérêt à les taire ensuite et dans les temps des temps, puisqu’on n’avait rien vu venir !… Heureusement, se la fermer se compense, on sait, et n’empêche pas les suivez-mon-regard de fuser, des semaines, des mois, des années de qui-n’en-pense-pas-moins ce fut – on n’allait tout de même pas se priver totalement du bon vieux la faute à qui quand c’est la faute à tous, personne.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jean-Philippe Domecq (79)Voir plus


Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..