AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jean-Pierre Esquenazi, professeur à l'université Lyon 3, est l'auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma et la télévision: "Télévision et démocratie - Le politique à la télévision française" (1999); "Hitchcock et l'aventure de Vertigo" (2001); "L'Ecriture de l'actualité" (2002).

Source : "Godard et la société française des années 1960" , Jean-Pierre Esquenazi, Armand Colin, 2004.
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Pierre Esquenazi est sociologue à l'Université Lyon III. Il est spécialiste des rapports qu'entretient le public avec la télévision. Il est amoureux des séries télévisées américaines, des séries policières en particulier. Interviewé par Benoît Lagane pour l'émission de Jean Lebrun, diffusée tous les jours à 18h30 sur France Culture, il a été également filmé pour les Bonus Vidéo de notre site. Il nous parle ici de sa passion pour les séries télévisées et en particulier la série NYPD Blue.
Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Pecosa   10 février 2015
Le film noir : Histoire et significations d'un genre populaire subversif de Jean-Pierre Esquenazi
Les premiers films noirs sont la traduction à l'écran de romans issus ou proches de l'école hardboiled: les oeuvres de James M. Cain, Cornell Woolrich, Vera Caspary sont le germe des films dont nous avons parlé. Si on ajoute à ces noms celui de Raymond Chandler, qui réussit à transformer de façon à la fois juste et exacerbée le roman de Cain et qui sera bientôt adapté à son tour pour Murder, My Sweet, il est évident que le rôle des hardboilers ne peut pas être négligé.
Commenter  J’apprécie          160
Kiyoaki   23 mars 2020
Sociologie des publics de Jean-Pierre Esquenazi
L'espace de la réception serait divisé en un ensemble d'interprétations déjà connues, déjà structurées dans un champ polémique où les prises de position sont en même temps des coups dans le jeu social exécutés par les membres du public, et un ensemble d'appropriations compréhensives d'objets par des "non-publics", c'est-à-dire des publics dont les goûts illégitimes ne sont pas reconnus dans l'espace public. Bien sûr, chaque domaine est essentiellement dynamique, et il suffit qu'une posture illégitime soit défendue par un acteur social disposant d'un poids suffisant pour que celle-ci puisse devenir position dans le champ. L'étude de la réception, dans cette perspective, ne serait pas réduite à l'étude d'un contact ou d'une rencontre, mais engagerait l'articulation d'une situation (de réception) à l'état de l'espace social.
Commenter  J’apprécie          50
TelKines   19 mars 2020
Le Dictateur de Charlie Chaplin de Jean-Pierre Esquenazi
Dans "Le Dictateur", le barbier se perd dans le brouillard et se retrouve au milieu de soldats ennemis, avec lesquels il échange le même regard de stupéfaction et de peur, dans un effet de miroir saisissant. Comme le dit Wes D. Gehring, "Charlot soldat" (comme le début du"Dictateur") est plus antiguerre qu'antigermanique.
Commenter  J’apprécie          30
chartel   03 octobre 2008
Godard et la société française des années 1960 de Jean-Pierre Esquenazi
Les années 1960 venues, les clercs et leurs porte-parole publics tolèrent de moins en moins l’idée d’un partage culturel entre production classique et production industrielle. Les nouveaux médias et ceux qui s’en réclament (re)commencent à être accusés d’être des fossoyeurs de la "vraie" culture. Godard mobilise alors ses forces pour tenter de montrer que l’antinomie entre les deux cultures n’existe pas. Puis il s’incline et accepte de revendiquer une place dans le monde de l’art classique. Ses efforts sont assez vite couronnés de succès et conduisent au triomphe de "Pierrot le fou" auprès des édiles culturels.
Commenter  J’apprécie          20
Kiyoaki   23 mars 2020
Sociologie des publics de Jean-Pierre Esquenazi
Un public, dès qu'il se sent concerné par un objet, se sent autorisé à parler de lui et même pour lui, jusqu'à vouloir le redéfinir.
Commenter  J’apprécie          30
Julian_Morrow   15 mai 2019
Mythologie des séries télévisées de Jean-Pierre Esquenazi
Maintenir un climat d'intimité et entretenir la complicité avec le téléspectateur sont donc deux ressources puissantes pour les séries télévisées. Un autre instrument peut-être plus efficace encore, qui ne ressort ni de la "fictionnalisation" ni du jeun est la réalité ; ou plus exactement l'actualité de la réalité.



(p.86)
Commenter  J’apprécie          20
chartel   03 octobre 2008
Godard et la société française des années 1960 de Jean-Pierre Esquenazi
Le public est devenu un nouvel esclave, à l’image de ceux qu’entretenaient les Grecs de l’antique Athènes. Cette idée est reprise par Boniface ("Arts de masse et grand public", Paris, Éditions Ouvrières, 1961) qui déplore les réactions moutonnières du public, qui ne sait plus se passer de la pseudo-littérature qu’on lui propose. La coupure est maintenant profonde, selon cet auteur, entre le public lettré et une masse presque inhumaine. La massification conduit donc à une déshumanisation essentielle.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox