AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 109 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Équeurdreville , le 22/03/1949
Biographie :

Jean-Pierre Le Goff est un philosophe, écrivain et sociologue français.

Il a fait des études de philosophie et de sociologie à Caen. Il commence un parcours dans le Nord-Pas-de-Calais comme formateur d’adultes en reconversion, puis, de retour à Paris, comme formateur de jeunes dans la banlieue nord.

Intégré au CNAM de Paris (Conservatoire national des arts et métiers) en 1984, il a mené un travail d’enquêtes et d’études sur les évolutions du travail dans le secteur du bâtiment et de l’industrie, sur l'insertion des jeunes dans le bâtiment, les formations aux nouvelles technologies dans l'industrie, les évolutions du métier d’ingénieur et du management.

Habilité à diriger des recherches en sociologie et qualifié au poste de professeur des universités, il est entré au CNRS en 2002. Il est rattaché au laboratoire Georges Friedmann (IDHE CNRS Paris I). Ses travaux portent sur l'évolution de la société, et notamment sur les paradoxes de Mai 68, sur la formation, sur les illusions du discours managérial en entreprise, sur le stress et la souffrance au travail.

Il préside l'association Politique Autrement qui explore les conditions d'un renouveau de la démocratie dans les sociétés développées.

Il est l'auteur d'ouvrages célèbres sur la modernisation des organisations, le management, mais aussi sur les transformations culturelles qui traversent nos sociétés.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

NAR - 6 mai 2020 #2 - Jean-Pierre Le Goff pour son livre "Malaise dans la démocratie" Le mercredi 13 avril 2016, Jean-Pierre Le Goff venait présenter pour son livre intitulé "Malaise dans la démocratie". Il est suivi de l'habituel débat avec le public.

Podcasts (1)


Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Alexein   12 mai 2016
Malaise dans la démocratie de Jean-Pierre Le Goff
Malgré les apparences, cet individualisme émotionnel et sentimental n’est pas si tolérant : il ne l’est que pour autant que l’autre lui ressemble ou le laisse vivre comme il l’entend. Persuadé que son comportement et son mode de relation aux autres incarnent le bien-vivre en société, il ne comprend pas et s’étonne que d’autres puissent penser et vivre autrement. Aussi a-t-il tendance à rejeter comme naturellement réactionnaire, arriéré et « ringard » tout ce qui vient contredire ses valeurs et son mode de vie particuliers. S’il se montre ouvert et tolérant envers les autres peuples et les autres cultures du monde, dont il se fait volontiers le promoteur et le défenseur attitré, il n’hésite pas, en revanche, à donner des leçons de morale et à dénoncer ses compatriotes qui n’en font pas autant.

p. 37



Le nouvel individualiste est en fait un « faux gentil » qui ne supporte ni la contradiction ni le conflit, non plus que le tragique inhérent à la condition humaine et à l’histoire. Il s’est construit un monde à part où il vit, se protège de l’épreuve du réel et se conforte avec ses alter ego.

p. 38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Jean-Pierre Le Goff
Chlouska   26 juin 2018
Jean-Pierre Le Goff
.

Il est de plus en plus difficile d'être de gauche, surtout quand on n'est pas de droite.
Commenter  J’apprécie          164
bb25   15 mars 2017
Malaise dans la démocratie de Jean-Pierre Le Goff
La démocratie suppose une "éthique de responsabilité" qui prend en compte les effets indésirables de ses paroles et de ses actes dans une situation donnée. S'y ajoute une exigence d'intégrité qui a valeur d'exemple auprès des citoyens. Depuis des années ces principes éthiques et politiques qu'incarnent nombre d'hommes et de femmes politiques ont été bafoués par une série d'affaires et de scandales à répétition

p.258
Commenter  J’apprécie          100
Valleerie   31 janvier 2018
La France d'hier de Jean-Pierre Le Goff
Mes grands-parents ont vécu dans une seule pièce située au premier étage d’une maison. Le confort y était sommaire : un robinet d’eau froide pour la cuisine et la toilette (ce qui constituait déjà un progrès par rapport à la pompe du jardin), une cuisinière à bois et à charbon qui chauffait la pièce, un lit dans un coin, une table, une armoire, sans oublier le chat, qui « était bon pour les souris », et les puces qui sautaient sur le plancher.
Commenter  J’apprécie          90
Henri-l-oiseleur   14 avril 2016
Malaise dans la démocratie de Jean-Pierre Le Goff
Cette nouvelle condition de l'"enfant du désir" influe directement sur la formation de sa personnalité. "Dans sa rareté, par le choix qui est fait de lui, il représente ses auteurs, il incarne l'alliance de ses auteurs" et, de ce fait, il est un être surinvesti d'attentes, un être sacralisé, une "sorte de petit dieu vivant" qui fait l'objet d'une "glorification de l'être unique qu'il recèle, témoignant du désir unique et spécifique dont il est le fruit."

...

Poussant plus loin son analyse, Paul Yonnet décrit la "constitution psychique" de cet "enfant du désir", conçu, élevé et éduqué dans ces nouvelles conditions. Celle-ci est marquée par une fragilité interne et une sourde angoisse sur son identité d'être désiré, choisi et unique. Cherchant continuellement à se faire remarquer, il "guette en permanence dans l'échange symbolique de la relation quotidienne un élément possible de réponse à cette question : 'Ai-je vraiment été désiré ?'". Les parents, et plus particulièrement la mère, se doivent de répondre à ce questionnement permanent et, ce faisant, ils se placent eux-mêmes dans une situation où leur autorité devient difficile à assumer : "Comment, en effet, faire comprendre son affection, son amour, en s'opposant à ses enfants (...) ? S'opposer aux désirs des enfants, n'est-ce pas risquer de faire apparaître que ses enfants ne sont pas des enfants du désir ?" ; la relation de l'enfant à l'autorité s'en trouve tout autant affectée : "Si tu m'as tant désiré, pourquoi t'opposes-tu à mon désir ?" s'interroge l'enfant, tandis qu'à l'inverse les parents, et plus particulièrement la mère, peuvent se poser la question : "Mais pourquoi est-ce que je m'oppose à son désir, puisque je l'ai désiré ?" L'avènement du désir d'enfant est ainsi porteur d'une crise structurelle de l'interdit et de l'autorité : "Il y a une sorte de légitimité introuvable à vouloir s'opposer aux désirs des enfants, puisqu'on les a désirés."



(citations de Paul Yonnet, "Le recul de la mort. l'avènement de l'individu contemporain").



p. 75 sq.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   19 août 2014
La fin du village de Jean-Pierre Le Goff
Les jeunes ont non seulement le droit, mais le devoir de s’amuser. À vrai dire, le mot devoir n’est pas forcément le plus approprié : « On estime, en effet, écrit-il, qu’un adulte qui n’a pas profité de sa jeunesse a quelque chose d’anormal. Il inspire de la pitié et même une certaine méfiance. » Ceux qui n’ont pas pris le temps de s’amuser quand ils étaient jeunes en portent les marques tout au long de leur vie : Ils ont gardé en eux des passions inassouvies qui risquent d’exploser un jour. Ils ne sont pas normaux, prévisibles et sains.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   19 août 2014
La fin du village de Jean-Pierre Le Goff
Pour les enfants, les rues du village étaient le lieu où l’on découvrait un monde fascinant avec ses ombres et ses lumières, ses cris, ses bruits et ses odeurs.
Commenter  J’apprécie          80
Henri-l-oiseleur   14 avril 2016
Malaise dans la démocratie de Jean-Pierre Le Goff
... un autre trait du nouvel individualisme : la primauté accordée à l'émotion et aux sentiments, considérés comme la marque d'une "authenticité" première et singulière qui s'érige en critère de vérité face à un monde des idées trompeur et impersonnel. Dans le débat public, l'expression émotionnelle a valeur d'autorité contre le travail intellectuel et les convictions sensées. Soupçonnés d'être une pure rationalisation et le masque d'une infrastructure sentimentale qui les détermine, ils sont déconsidérés au profit d'un "ressenti individuel" qui balaie tous les arguments.



p. 35
Commenter  J’apprécie          64
Musikant   11 août 2015
La fin du village de Jean-Pierre Le Goff
La citoyenneté de la jeunesse est devenue une affaire de spécialistes. leur activisme donne lieu à de nombreuses réunions et à toute une littérature insipide, composée de multiples projets, rapports, comptes rendus et bilans que masquent la réalité par une nouvelle langue de bois et une "ingénierie méthodologique" apprises en formation. Les animateurs de ce genre de projets sont devenus les techniciens, plus ou moins dociles, d'une fantasmagorie de la citoyenneté de l'enfance et de la jeunesse promue par des politiques en mal de modernité.
Commenter  J’apprécie          60
Musikant   11 août 2015
La fin du village de Jean-Pierre Le Goff
Quand les animateurs culturels s'adressent aux enfants, ils les font avec un bonne volonté et une gentillesse déconcertantes ; ils n'en diffusent pas moins en douceur des représentations , des idées et des modèles de comportements qui correspondent à leurs idéaux. Les animations ne relèvent pas seulement de la f^te ou de la mise en spectacle des droits de l'homme. La parole des enfants et des adolescents se mêle à celle des adultes pour exprimer une sombre vision du monde et l'expression de bons sentiments.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..