AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 1397 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Gand , le 08/07/1887
Mort(e) à : Gand , le 17/09/1964
Biographie :

Raymond Jean Marie De Kremer est un écrivain belge bilingue.

Il s'est essentiellement consacré à la littérature fantastique. Il écrit en français sous le pseudonyme Jean Ray et en néerlandais sous le pseudonyme John Flanders. Il aurait écrit au total sous une cinquantaine de pseudonymes.

En 1910, il entre dans l’administration communale de Gand, où il exercera divers emplois jusqu’en 1919. Parallèlement, à partir de 1909, il compose les chants français de différentes revues théâtrales flamandes, puis, à partir de 1910, des paroles de chansons. C’est dans ce cadre qu’apparaît pour la première fois, en 1912, la signature Jean Ray, avec la partition "Tarif d’amour".
À partir de 1920, il participe au Journal de Gand, puis, à partir de 1923, dirige L’Ami du Livre. Il y publie la plupart des nouvelles qui vont constituer son premier recueil, édité par La Renaissance du Livre en 1925 : "Les Contes du whisky".
Le 8 mars 1926, Raymond De Kremer est arrêté et inculpé de fraude. Mis en faillite, il est condamné à six ans et six mois de prison, et sera finalement libéré le 1er février 1929. Il entamera alors une collaboration plus ou moins anonyme avec plusieurs journaux et revues. C'est ainsi qu'il créera le pseudonyme de John Flanders en 1928 dans la revue néerlandophone Ons Land.
En 1932, il s'investit dans la série de fascicules populaires : "Harry Dickson". 103 aventures seront entièrement de sa main sur les 178 fascicules parus. En 1936, il publie 96 fictions originales et près de 300 articles, alors qu’en 1937, ce sont 108 fictions originales et toujours quelque 300 articles
Il fait partie d'un groupe d'écrivains qui s'associent pour pouvoir publier : "Les auteurs associés" et y publie son plus fameux roman, "Malpertuis" (1943), mais aussi : "Le Grand Nocturne" (1942), "Les Cercles de l'épouvante" (1943), "La Cité de l'indicible peur" (1943) et "Les Derniers Contes de Canterbury" (1944).
Il y a écrit de nombreux contes ainsi que les scénarios de la série "Edmund Bell", mise en images par le grand peintre expressionniste Frits van den Berghe.
Il est l'auteur présumé de neuf mille trois cents textes, chansons, articles, nouvelles et romans.
Son œuvre a fasciné de nombreux cinéastes et a été adaptée à l'écran par Ham Kümel ("Malpertuis", 1971) et Jean-Pierre Mocky ("La Grande frousse", 1964).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait du documentaire "La Malle aux trésors" de René Follet: René Follet est un dessinateur d'exception qui fait le lien entre la Bande dessinée d'expérimentation graphique et la Bande dessinée Traditionnelle, entre la BD et L Illustration ; René Follet : Plus de 60 ans de Création face à sa fidèle planche à dessin ! Lors de son son apprentissage, il reçoit les conseils avisés d'Hergé, de Jijé , de Franquin: Excusez du peu ! Et pourtant le grand Public le connait peu : Il fallait absolument lui rendre Hommage ! On sait peu que René Follet fut un pilier de Spirou et du journal Tintin dès les Origines . Il a illustré Jean Ray avec Brio , repris la série Valhardi, collaboré avec Tillieux; Il a travaillé dans l'ombre pour William Vance et Mitacq....et réalisé de fabuleuses illustrations pour des ouvrages grand format sur les Grecs ou la Chevalerie... Des collègues dessinateurs, au premier rangs desquels Emmanuel Lepage, René Hausman, Frank Pé , Jean-François Charles, évoquent son style nerveux et aérien, son impressionnant sens du mouvement ! Un hommage appuyé lui est également rendu par les critiques et Bio-bibliographes Patrick Gaumer, Gilles Ratier ,Josef Peeters ainsi que par Rodolphe qui fut un de ses scénaristes pour une vie de Stevenson. René Follet n'a pas rangé ses pinceaux : à plus de 80 ans, ses lavis ou ses BD en couleur directe émerveillent plus que jamais ; Tout récemment, il est retourné vers son goût premier pour l'illustration: les petites cases de la BD n'ont pas réussi à enfermer sa volonté de liberté graphique... Un film Grif'GRAPHE de Patrick Dillies et Denis Pattyn/musique Juliette Dillies , à l'occasion des expositions organisées par Christian Antoine ( "Sur la pointe du Pinceau") Louis et Fabien Malré ( "Les amis de René Follet") à BD BOUM -Blois Novembre 2015 et au centre culturel de Rouge-Cloître près de Bruxelles ( 1er trimestre 2016). Ce documentaire a fait l'objet d'un DVD bourré de Bonus, avec notamment la complicité de Frank Pé.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (186) Voir plus Ajouter une citation
Verdorie   23 janvier 2016
Les contes du whisky de Jean Ray
Jean Ray est né à Gand, le 8 juillet 1887. C'était un personnage des plus insolites, dont la vie semblait issue en droite ligne d'un roman d'aventures. Trafiquant à l'époque légendaire de la prohibition, Jean Ray sillonna, dit-on, toutes les mers du monde sur différents vaisseaux, plus ou moins fantômes, mêlé sans cesse aux écumeurs de mers et aux pirates, dont il était un des derniers représentants.



(dans le dossier en fin de volume de mon exemplaire : Marabout, 1965)
Commenter  J’apprécie          296
Luniver   24 août 2013
Malpertuis de Jean Ray
Les hommes ne sont pas nés du caprice ou de la volonté des dieux, au contraire, les dieux doivent leur existence à la croyance des hommes. Que cette foi s'éteigne et les dieux meurent. Mais cette foi ne se souffle pas comme une flamme de chandelle, elle s'allume, brûle, irradie et agonise. Les dieux vivent d'elle, lui empruntent leur force et leur pouvoir, sinon leur forme. Or, les divinités de l'Attique n'ont pas encore disparu du cœur et de l'esprit des humains ; la légende, les livres, les arts ont continué d'alimenter le brasier que les siècles ont surchargé de cendre.
Commenter  J’apprécie          270
Dionysos89   11 octobre 2018
Les contes du whisky de Jean Ray
Parce que je suis parti chasser avec Monsieur Stumble dans les marais de Fenn et parce que cet imprudent n’est pas revenu, et qu’on m’a trouvé en possession de sa gibecière et de sa gourde on veut que moi j’en sache plus que les autres.

[Dans les marais de Fenn]



Commenter  J’apprécie          221
Krout   08 octobre 2016
Harry Dickson, BD tome 1 : La bande de l'araignée de Jean Ray
La cime n'était pas visible, alourdie des vapeurs tourbillonnantes. La vallée, emplie de brume, semblait à une étrange mer silencieuse aux marées d'embruns et de fumées. Partout, l'horizon se barrait de formes gigantesques faites de brouillards et de nuées. Les deux hommes formaient le centre d'un monde irréel et cauchemardesque.
Commenter  J’apprécie          211
Dionysos89   22 décembre 2016
La croisière des ombres de Jean Ray
Une belle femme est une fleur précieuse née au hasard d’une pelouse de la vie, mais une belle Allemande me semble toujours sortie furtivement d’une serre savante et cruelle, où dans un coin d’ombre épaisse on soigne la mandragore...

(dans Mondschein-Dampfer)



Commenter  J’apprécie          210
Dionysos89   25 août 2017
Les contes du whisky de Jean Ray
Mais de nouveau, l’horreur hanta les yeux de l’homme.

Lentement, ils sortaient du trou béant, les rats, les rats sans nombre ! noirs et gras, et leurs yeux luisaient dans la clarté rouge de la lampe.

Puis après eux d’autres bêtes en sortirent ; cloportes, blattes, scolopendres, mille-pattes ; des coléoptères de formes inconnues dont Rooks ignorait absolument l’existence.

Ils inondèrent la pièce comme une eau boueuse, et c’était un grouillement silencieux de pattes, de pinces, de mandibules et d’élytres qui s’offraient à son regard.

Dans le fond de la chambre les rats tenaient conseil, et avec une terreur indicible il vit leurs yeux humains et tristes posés sur lui.



[La vengeance]



Commenter  J’apprécie          190
Iansougourmer   24 juin 2013
Malpertuis de Jean Ray
L'image recule comme les castels de Morganne ; le pinceau devient de plomb dans la main du peintre ; tant de choses, que je voudrais fixer par description ou définition, se dérobent, deviennent vagues et s'envolent en brumes...
Commenter  J’apprécie          200
cicou45   02 avril 2018
Le livre des fantômes de Jean Ray
"La logique est un corollaire de la raison humaine, et nous avons bien tort de la demander aux puissances inconnues qui, parfois, s'immiscent dans nos destinées."



(Extrait de la nouvelle "L'histoire de Marshall Grove")
Commenter  J’apprécie          190
Dionysos89   03 décembre 2016
La croisière des ombres de Jean Ray
N’avoir personne à qui parler par une nuit d’octobre, à cent pas de la mer qui meugle, et des fanfares d’oies sauvages, pour toutes voix vivantes autour de soi, c’est bien le pire châtiment pour un homme honorable.



(dans Le dernier voyageur)



Commenter  J’apprécie          180
cicou45   04 avril 2018
Le livre des fantômes de Jean Ray
"Mais en cette sinistre matière, l'humour ne perd pas ses droits, témoin cette histoire écossaise :

Passant de nuit par un carrefour, Mac Tacish voit Mac Duff pendu à un arbre. Il est déjà rigide et froid.

_Pour enterrer un pendu, Mac Gregor, le fossoyeur, prend un shelling, mais il s'est pendu à un carrefour, il exige une demi-couronne, monologue Mac Tavish, et il s'en va, sans plus s'occuper du cadavre. Le lendemain on retrouve Mac Duff pendu à un saule au bord d'une prairie. Il fait bon de finir toute chose en gaieté, dit le proverbe.

Un proverbe écossais d'ailleurs...



(Nouvelle "La hantise des carrefours")
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Jean Ray

Je suis né en...

1851
1887
1923

12 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Jean RayCréer un quiz sur cet auteur

.. ..