AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.7/5 (sur 25 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Eisenach , le 31.03.1685
Mort(e) à : Leipzig , le 28.07.1750
Biographie :

Jean-Sebastien Bach est un musicien, organiste et compositeur allemand qui a vécu entre le XVIIe et le XVIIIe siècle.

À Leipzig il est responsable de l'organisation musicale des deux principales églises de la ville. Il a surtout écrit de la musique religieuse, entre autres des messes, des oratorios et des oeuvres pour orgue. Il a aussi écrit deux œuvres majeures : la passion selon Saint-Jean et la passion selon Saint-Matthieu.

Il est connu pour sa maitrise absolue du contrepoint.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Sébastien Bach   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60082 SEBASTIÀ, ENFANT DE LA RETIRADA Roman Hubert Auque Victime à quatre-vingts ans d'un accident de ski, Sebastià réside dans une annexe de l'hôpital transfrontalier de Puigcerdà. Durant son séjour, il se lie d'amitié avec son jeune médecin, Ramon, auprès duquel il évoque l'admiration qu'il porte à Albert Schweitzer, médecin, prix Nobel de la Paix en 1952. Sebastià, Ramon et Albert, ces trois médecins ont en commun d'appliquer concrètement dans leur vie active leurs choix éthiques et... de placer Johann Sebastian Bach au firmament des musiciens ! Hubert Auque, Catalan d'origine, après plusieurs années en Suisse, vit actuellement en Provence. Il est l'auteur de huit romans, deux recueils de nouvelles, une pièce de théâtre et cinq essais. Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-14744-4 ? 11 juin 2018 ? 192 pages

+ Lire la suite

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Jean-Sébastien Bach
Il est facile de jouer de n'importe quel instrument de musique : il suffit d'appuyer sur la bonne touche au bon moment pour que l'instrument joue tout seul.
Commenter  J’apprécie          122
Jean-Sébastien Bach
J'ai travaillé avec application, quiconque s'appliquera aussi bien que moi, en fera autant.
Commenter  J’apprécie          90
Bach et ses fils :

Au sujet du premier, qui écrivit pour les dilettantes plutôt que pour les professeurs, des opéras et des concerti pour harpe, il avait l'habitude de dire dans sa langue marquée de l'accent dialectal du haut-allemand : "Mon Christian est un gamin fort sot et c'est pour cette raison qu'il aura des succès dans le monde !"

Carl Philipp Emmanuel !… Un dieu auquel on ne peut dénier une certaine profondeur, mais qui ne lui plaisait cependant pas. Il était si sévère ! – Il déclara très tôt à son sujet qu'il inclinerait, l'âge venant et par dépit de n'être pas compris du public, à une certaine galanterie facilement populaire. Même lorsque ce fils, accompagnant le grand Frédéric au clavecin, se trouva en situation de le féliciter, Sebastian secouait la tête et, lorsque quelqu'un lui demandait ce qu'il pensait d'Emmanuel, il répondait : "C'est du bleu de Prusse, ça se décolore !"

Tout son plaisir était en son fils Friedemann, avec lequel l'orgue est pour ainsi dire mort. "C'est le fils que j'aime", avait-il l'habitude de dire, "celui qui me donne de la joie".

Il était en outre empli d'autres étranges marottes, ce Bach. L'une était de ne pouvoir rien supporter qui fût à moitié fait, louche, impur, incomplet, inachevé. En bref, il haïssait par-dessus tout… une dissonance non résolue !

Au spectacle du mal dans le monde, il aurait, j'en suis assuré, convoqué le Seigneur Dieu lui-même et n'aurait pas bougé de sa place avant que Celui-ci ne lui ait montré ici-bas la Trias Harmonica dans le charivari d'un accord de septième ; cette Trias Harmonica n'est certes pas parvenue jusqu'à nos oreilles, mais assurément, on doit pouvoir entendre au grand orgue dans le Saint des Saints céleste ce trois-fois-saint où retentit "Le tout est bien !".

Lorsque, le soir, il se mettait au lit, ses trois fils, musiciens de bonne heure, jouaient alternativement – c'était là une coutume qu'il avait introduite – pour l'endormir. C'était avec l'aide de Christian qu'il s'endormait le plus facilement et, si ce n'était pas le cas, c'est que la colère le maintenait éveillé.

Cette servitude dans la maison paternelle ennuyait fort souvent les garçons, car la jeunesse est frivole.Philipp Emmanuel (il me l'a souvent racontée lui-même cette histoire) était ainsi un soir sur ses gardes ; dès qu'il remarqua que son père commençait à ronfler, hop !, il se leva du clavecin au milieu d'un accord non résolu et s'enfuit.

Cette dissonance éveille immédiatement le vieux Sebastian. Elle tourmente, torture, angoisse son oreille. Il croit tout d'abord qu'Emmanuel n'est sorti que… pour lâcher son eau et qu'il va revenir ; puis, comme rien de tel ne se produit, il se tourmente encore plus encore ; il se lève en chemise, bien qu'il soit déjà dans son lit chaud ; il sort du lit ; il tâtonne dans le noir jusqu'à l'instrument, reprend l'accord dissonant et… le résout.

C.F Cramer, Menschliches Leben (Vie Humaine), Kiel, 26 octobre 1793.
Commenter  J’apprécie          30
Hans von Bülow avait qualifié, à juste titre, le Clavier bien tempéré de Bach d’Ancien Testament de la musique, par opposition à un Nouveau Testament incarné par les 32 Sonates pour piano de Beethoven.
Commenter  J’apprécie          40
Le Clavier bien tempéré forme une collection de pièces unique en son genre dont presque chacune illustre un caractère et un genre musical différent.
Certains préludes et fugues pourraient être des sections d’œuvres sacrées, tandis que d’autres évoquent des types de danses, allemandes, courantes ou gigues.
Commenter  J’apprécie          20
Comme le disait déjà Robert Schumann: «Que le Clavier bien tempéré soit ton pain quotidien».
Commenter  J’apprécie          30
Ces compositions sont écrites pour la grande majorité dans le nouveau style musical, celui du «post-baroque» et du préclassicisme, et reflètent par opposition aux œuvres de Jean-Sébastien Bach l’évolution du goût musical de l’époque.
Ce «Notenbüchlein» était certes destiné en grande partie à l’usage personnel de la cantatrice Anna Magdalena, mais il se peut qu’il faille aussi le considérer en relation avec l’éducation musicale des enfants.
Commenter  J’apprécie          10
Quiconque entreprend une aventureuse expédition en montagne fait bien de s’assurer la compagnie d’un guide expérimenté.
Les «48» sont un fuyant et mystérieux «massif montagneux».
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-Sébastien Bach (39)Voir plus

Quiz Voir plus

Naruto Shippuden

Comment s’appelle le meilleur ami de naruto ?

Madara
Naruto
Sasuke
Kakashi

11 questions
1314 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}