AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.84/5 (sur 354 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 14/09/1952
Biographie :

Jean Sévillia est un écrivain et journaliste français, auteur de biographies et d'essais historiques.

Au terme d'études de lettres et d'histoire à la Sorbonne, et après son service militaire, il choisit la voie du journalisme. En 1978, il fait ses débuts à la Presse française (titre aujourd'hui disparu). Entré en 1981 au Figaro Magazine, il en devient rédacteur en chef adjoint au service culture en 1994. Parallèlement, il collabore au Figaro Hors-Série, au Spectacle du Monde, à L'Homme nouveau, à La Nef et à Politique Magazine.

Le premier livre de Jean Sévillia, « Le Chouan du Tyrol », est une biographie d'Andreas Hofer publiée en 1991. Le deuxième est consacré à la princesse Zita de Bourbon-Parme, « Zita, impératrice courage », en 1997.
Ses ouvrages s'enchaîneront ensuite tous les deux ou trois ans : « Le Terrorisme intellectuel » (2000), « Historiquement correct » (2003), « Quand les catholiques étaient hors la loi » (2005), « Moralement correct » (2007).

En 2007, Jean Sévillia est admis, au titre de personnalité du monde littéraire ou de la presse, au jury du prix littéraire de la Saint-Cyrienne.

En 2011, Jean Sévillia publie « Historiquement incorrect », une étude sur l'Histoire et ses falsifications et une « Histoire passionnée de la France » en 2013.

Suivront « La France catholique » en 2015 et « Écrits historiques de combat » en 2016
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Sévillia   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait du livre audio "Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia lu par Nicolas Djermag. Parution numérique le 31 mars 2021. https://www.audiolib.fr/livre-audio/les-verites-cachees-de-la-guerre-dalgerie


Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
Les nations sont peut-être mortelles, mais les idéologies plus encore…
Commenter  J’apprécie          240
Signé en 2004 par les vingt-cinq États alors membres de l’Union européenne, le traité établissant une Constitution pour l’Europe doit être ratifié dans chaque pays. En France, la question est soumise à référendum. Mais alors que la quasi-totalité des médias et des forces politiques, à l’exception de groupes dissidents à droite comme à gauche, ainsi que du Front national, appelle à approuver ce traité, la victoire du non, le 29 mai 2005, avec 54,68 % des suffrages exprimés, fait l’effet d’une bombe. Ce choc politique, comme en 1992, illustre le fort décalage entre l’opinion publique et les cercles dirigeants du pays.
Commenter  J’apprécie          202
Si tous les hommes sont égaux en dignité devant Dieu, l'harmonie sociale naît du respect des différences, provient l'accomplissement du caractère particulier de chacun, individu ou communauté.
Commenter  J’apprécie          120
Le terrorisme intellectuel est une mécanique totalitaire. Pratiquant l'injure, l'anathème, le mensonge, l'amalgame, le procès d'intention et la chasse aux sorcières, il fait obstacle a tout vrai débat sur les questions essentielles qui engagent l'avenir. Quand on se sera enfin débarrassé de telles méthodes, la France redeviendra le pays de la liberté.
Commenter  J’apprécie          110
"... Ils auront épousé toutes les idéologies. En 1945, ils professaient que l'URSS était un paradis, et rédigeaient des poèmes à la gloire de Staline. En 1960, ils prétendaient que la décolonisation résoudrait miraculeusement les problèmes des peuples d'outre-mer. En 1965, ils saluaient la juste lutte de Fidel Castro, Hô Chi Minh et Mao. En 1968, ils proclamaient que le bonheur naîtrait de la suppression de toute contrainte. En 1975, ils se réjouissaient de la prise du pouvoir par Pol Pot au Cambodge. En 1981, ils croyaient quitter la nuit pour entrer dans la lumière. En 1985, ils soutenaient que la France se devait d'abaisser ses frontières afin d'accueillir les malheureux de la terre entière. En 1992, ils assuraient que l'Etat-nation était fini, et que l'Europe du traité de Maastricht ouvrait une ère nouvelle dans l'histoire de l'Humanité. En 1999, ils affirmaient que la famille et la morale étaient des concepts dépassés. ..."
Commenter  J’apprécie          90
Vienne, 1er avril 1989.
Devant l'église des Capucins, le cocher a tiré les rênes. Tenus en bride, les six chevaux noirs ont fait halte. A main droite, leurs écuyers en uniforme portent brassard de deuil. Le monumental corbillard est sommé d'une volée d'aigles à deux têtes. Et de la couronne impériale.
Commenter  J’apprécie          90
Partis à la conquête du monde pour répandre la foi de Mahomet, les Arabes prennent la Palestine en 638. Les Chrétiens de Palestine sont tolérés. Cependant, ils sont réduits à la condition de dhimmi : moyennant le port de signes distinctifs et le paiement d’un impôt spécial, la djizya, ils sont autorisés à pratiquer leur culte. Mais il leur est interdit de construire de nouvelles églises, ce qui, à terme, les condamne.
Commenter  J’apprécie          70
La France a [...] cette particularité d'être une nation qui doit son existence à l'action volontaire de l'Etat. Elle n'est pas une communauté linguistique, elle n'est pas une race au sens ethnique du terme : son identité repose sur une architecture politique, une souveraineté. "Le peuple français est un composé. C'est mieux qu'une race. C'est une nation ". [p.340-341]
Commenter  J’apprécie          70
Chaque jour, des spécialistes qui ont consacré des années à tel ou tel sujet subissent l’épreuve de découvrir, au hasard d’un article de journal, d’une émission de radio ou de télévision des contrevérités flagrantes.
Commenter  J’apprécie          70
En histoire, le politiquement correct se traduit par trois symptômes principaux. En premier lieu l'anachronisme, le passé‚ étant jugé‚ selon les critères politiques, moraux, mentaux et culturels d'aujourd'hui. En deuxième lieu le manichéisme, l'histoire ‚ étant conçue comme la lutte du bien et du mal, mais un bien et un mal définis selon les normes actuellement dominantes. En troisième lieu l'esprit réducteur, la complexité du passé étant gommée au profit d'un ou deux facteurs explicatifs qui, en occupant tout le champ de la connaissance, faussent l'interprétation de la réalité.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean Sévillia (561)Voir plus

Quiz Voir plus

Châteaux et palais en Europe

Où se situe le château de Compiègne ?

en France
au Luxembourg
aux Pays-Bas

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}