AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.4 /5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Diplômée de l'IEP de Paris, Jeanne Faivre d’Arcier est chasseur de têtes pour l’industrie des cosmétiques, des produits de luxe, le monde des médias et de la communication.
Elle se partage entre Paris, où elle vit, à Pigalle, et le Cap Ferret, où elle trouve son inspiration face à l’océan et à la forêt landaise.
Les voyages lointains font, depuis toujours, partie de ses respirations. Elle a une forte attirance pour l’Orient, l’Inde et l’Asie du Sud-Est, pays de cultures mythiques et de forte tradition philosophique et religieuse. Elle a une prédilection pour l’hindouisme dont elle apprécie l’humour, l’irrespect et la poésie. Elle aborde les mythes et les légendes hindouistes au premier degré, comme des BD ou des dessins animés de Disney.
Ses livres sont fortement nourris de ses voyages et de ce goût pour l’Orient, au sens où l’entendaient les orientalistes du dix-neuvième siècle. Ses romans sur les vampires sont autant des récits fantastiques que des livres d’aventure, des dérives dans le temps et l’espace.
Elle adore les chiens, aime le sien, un terrier du Tibet, d’un amour totalement déraisonnable qui lui a inspiré le thème de son deuxième livre, Gengis Khan et le loup bleu.
Enfin l’une de ses sources d’inspiration récurrente est la transgression sexuelle. L’interdit est présent dans tous ses livres, qu’il s’agisse des romans consacrés aux vampires, de la biographie d’une chanteuse juive tunisienne brûlée vive par un amant éconduit, ou de son roman noir : L’Ange blanc s’habille en noir.

+ Voir plus
Source : http://www.l-atalante.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jeanne Faivre d'Arcier - Chroniques du Cap Ferret .
A l'occasion du "Festival Polar en cabanes" qui s'est déroulé du 26 au 27 septembre 2015, rencontre avec Jeanne Faivre d'Arcier autour de son ouvrage "Chroniques du Cap Ferret et de l'autre côté de l'eau" aux éditions Vents salés. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/faivre-arcier-jeanne-chroniques-cap-ferret-autre-cote-eau-9782354521219.html Notes de Musique : © Mollat www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1   08 novembre 2017
Les Disparus du pont de Pierre de Jeanne Faivre d'Arcier
- Tu l'as vu, ce géant ? le provoque Romain, un brin ironique.

- Non , mais des potes qui sortaient de la supérette du quai Richelieu l'ont repéré alors qu'il traversait le pont à toute allure comme s'il avait des bottes de sept lieues et le diable aux trousses.

- Et il était flanqué d'un clébard monstrueux, un engin de la taille d'un yéti avec des dents de requin, complete Félix, moqueur.

Les deux jeunes échangent un regard entendu : parmi les nombreuses légendes que colportent les déshérites, la plus extravagante est bien celle de cette créature mi-homme, mi-rapace, qui hante les abords de la ville avec un loup-garou. Certains la disent tapie dans les entrailles de la base sous-marine ; d'autres affirment l'avoir aperçue derriere la gare, errant, assoiffée de sang et de meurtre, parmi les bâtiments désaffectés de la SNCF. Tous ceux qui bavassent sur le pavé ou dans les dortoirs des haltes de nuit s'accordent à accuser cet être malfaisant des crimes inexpliqués perpétrés dans les parages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Unity   22 février 2014
L'Opéra macabre, tome 2 : La Déesse écarlate de Jeanne Faivre d'Arcier
La littérature vampirique, si amusante soit-elle, ne suffit pas à les renseigner. (...) Chacun renchérit sur le folklore traditionnel : le cimetière battu par les orages, les croix rouillées, les tombes violées, l'ail, le pieu, et, point d'orgue du genre, la crypte où le héros terrasse, au terme de palpitantes épreuves, la créature endormie dans son cercueil.

Jonathan et ses compagnons s'arrachent les cheveux en lisant ces récits. Que faire de ce bazar, se disent-il, dans un pays où l'on brûle les morts, où les âmes se réincarnent à plaisir, sans l'intervention d'un Belzebuth ou d'un Saint Pierre ? Et comment trouver la Bête lorsqu'on ne dispose par de guide touristique des lieux vampiriques hindous - à cet égard, les manoirs transylvaniens n'étaient pas dépourvus d'intérêt - et d'un portrait-robot qui permette de l'identifier entre mille : les dents pointues et la pâleur morbide ?

A quoi peut bien ressembler un vampire en Inde, où les dieux, corollaires d'un anthropomorphisme bigarré, ont trois yeux, la peau bleue et, parfois, une tête d'animal ? s'interrogent-ils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Unity   18 février 2014
L'Opéra macabre : Intégrale de Jeanne Faivre d'Arcier
Yama maudit la créativité humaine qui complique jusqu'au délire sa routine administrative. Depuis toujours, il emploie des défunts entichés de progrès qui l'obligent à assimiler les découvertes de leur époque. Nostalgique, il évoque les lettrés dociles de l'âge d'or. Au temps de Bouddha, le rayonnement de l'Inde dans le monde asiatique l'avait poussé à enrôler des mandarins chinois qui provoquèrent des mutineries pour obtenir bouliers et papier de riz. Puis, il s'était évertué à apprendre l'algèbre afin de satisfaire ses serviteurs arabes. Mais, aujourd'hui, c'est la débâcle ! Les brahmanes eux-mêmes ignorent le sanskrit, langue officielle de l'Inde ancienne, et jargonnent un charabia d'anglais, hérité de la colonisation britannique. Entiché de progrès, Yama s'est alors mis au goût du jour. Et voilà que des singes pédants lui racontent que Java et les langages de quatrième génération ont détrôné les modes de communication traditionnels ! Le surmenage guette le Maître des Enfers.
Commenter  J’apprécie          40
ludi33   02 novembre 2017
Les Encombrants de Jeanne Faivre d'Arcier
A l'instar des feux d'artifices du 14 juillet, les bouquets de grossièretés fusent sous les étoiles et les projectiles volent.
Commenter  J’apprécie          50
Unity   04 novembre 2013
L'Opéra macabre, tome 1 : Rouge Flamenco de Jeanne Faivre d'Arcier
Carmilla éprouve une vague tendresse pour ces créatures qui passent de l'autre côté du miroir, dans l'irréalité. Elles éclairent les nuits parisiennes de leur beauté d'étoiles filantes et s'éteignent d'un coup, ravagées par l'alcool, la drogue, l'angoisse de voir leur beauté factice se déliter un peu plus chaque jour.
Commenter  J’apprécie          40
Unity   25 février 2014
L'Opéra macabre, tome 2 : La Déesse écarlate de Jeanne Faivre d'Arcier
- Les déguisements vous vont à ravir, Prince, susurre Mâra, avec un clin d'oeil à revigorer un mourant.

Il exhale un soupire irrité, et disparaît dans un tourbillon de fumée. L'instant d'après, un clergyman austère s'incline devant ses deux acolytes.

Minutieux comme toujours, Yama détaille sa tenue de serge noir, son jabot et ses poignets en dentelles, et conclut sans ambages qu'un détail cloche.

Le Diable s'aperçoit qu'il a oublié la Bible ; elle se matérialise entre ses doigts crochus.

- Mais il a encore un petit air satanique, tu ne trouves pas, ma chère ? se désole le Maître des Enfers.

- Vous confondez la croix chrétienne et la swastika des nazis, Prince, légifère Mâra d'une voix sévère.

- Pardon, cette croix est un symbole indien que des dingos ont détourné ! proteste le Démon, confus, en regardant l'insigne acrroché à son revers.
Commenter  J’apprécie          20
lilu60   10 mars 2012
L'Opéra macabre, tome 3 : Le Dernier Vampire de Jeanne Faivre d'Arcier
Non, non se cabre le voyeur qui se perd dans les lambeaux de sa mémoire, ce n'est pas la même femme, la morte était plus jeune que cette empotée qui joue comme un sabot. Et puis sa victime n'a pas survécu à sa rage, sa barbarie, sa folie sanguinaire."
Commenter  J’apprécie          30
Unity   08 novembre 2013
L'Opéra macabre, tome 1 : Rouge Flamenco de Jeanne Faivre d'Arcier
Elle observe les couples disparates qui circulent dans la salle : prostitués mâles et leur client, folles brésiliennes à la musculature puissante remorquant des minets alanguis, aux traits comme dissous par le vice, fausses femelles et femmes saphiques, unies par un amour sincère : les deux cherchent un homme et parviennent à le trouver en l'autre, au-delà du tourbillon d'images que renvoie, par un jeu de miroirs, leur trompeuse apparence.
Commenter  J’apprécie          20
Sio   21 juillet 2013
L'Opéra macabre : Intégrale de Jeanne Faivre d'Arcier
Par une chimie des plus étranges, elle avait fait du soleil son ennemi en absorbant ses rejetons immortels. Elle s'était vouée aux magies de la nuit, aux ombres bleues de la pleine lune, aux velours d'encre des soirs d'orage, aux pâleurs de la Voie lactée sur un ciel de faille noire. Jamais elle ne reverrait le jour, sous peine de se tordre, ainsi qu'une épileptique, dans d'atroces convulsions.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   17 décembre 2019
L'Opéra macabre, tome 3 : Le Dernier Vampire de Jeanne Faivre d'Arcier
1er octobre, 19 h 15 : Christine engage son véhicule sur le Pont-Neuf, emprunte la voie sur berge puis se dirige vers le nord de Paris.



Des cars de CRS sont massés autour de l’Hôtel de Ville, place de la République et devant l’opéra de la Bastille. La jeune femme vitupère à voix basse les dérives sécuritaires d’un régime qui ne conserve plus que les apparences de la démocratie. La présence massive des flics sur la chaussée enkyste une circulation déjà très lente. La conductrice se résigne donc à un retard d’une trentaine de minutes. Elle s’empare de son portable, pianote un numéro d’un doigt fébrile. Personne ne décroche. Elle jette brutalement le téléphone sur le siège du passager – flûte, après tout, on la prendra quand elle arrivera ! Elle grimace, jette un coup d’œil critique dans le rétroviseur à ses traits androgynes, son regard fiévreux, sa bouche amère, ses courtes mèches blondes et sa peau livide, et songe qu’avec cette mine de décavée, elle n’aurait jamais dû accepter de se fourrer dans une pareille galère !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur