AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.2 /5 (sur 141 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 17/09
Biographie :

Jeanne Pears est auteure de romance.

page Facebook : https://www.facebook.com/jeannepearsauteure/
Twitter : https://twitter.com/jeannepears?lang=fr

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vous auriez pu la rencontrer à Livre Paris et lui faire dédicacer ses 2 romans sortis en librairie : on vous présente aujourd'hui Jeanne Pears ! Dans cette troisième vidéo de la série, elle vous parle de ses livres mais aussi d'elle-même Restez par ici, d'autres vidéos arrivent chaque semaine


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
mamary57   29 septembre 2019
H.O.T - Hypnotique, Obstiné, Ténébreux de Jeanne. Pears
Le fil de mes pensées est arrêté par Frank qui est en train de faire le pied de grue devant ma porte de chambre.

— Qu’est-ce que tu fais là ?

— J’aimerais te dire deux mots.

— À cette heure-ci ? Sûrement pas. On parlera lors de notre prochaine séance.

— Je croyais que je n’étais pas sur ta liste !

— Je viens de changer d’avis

— Je peux savoir combien de temps ça va durer ce cirque ? Ça n’est pas suffisant que tu emménages dans MA VILLE, que tu débarques dans MON ÉQUIPE, que tu t’immisces dans MA VIE, il faut aussi que tu fasses du charme à MES COÉQUIPIERS !

— Je leur fais du charme ? Mais tu délires complètement ! Je crée des liens avec des personnes que j’apprécie et qui m’apprécient en retour. Ils se sont trompés sur mes intentions au départ, ils se rendent compte que je peux les aider. Ce qui n’est visiblement pas ton cas. Arrête deux secondes de jouer les martyrs, tu veux ? Cela ne te mènera nulle part. Cette situation, fais-je en désignant l’espace entre nous deux, c’est toi qui en es le responsable. Si cela ne te convient pas, tu peux partir. C’est un peu ta spécialité après tout.

Je m’empresse d’ouvrir la porte de ma chambre et la lui claque au nez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leslecturessucrees   23 février 2020
Colocs & Sex Friends de Jeanne. Pears
- Qu'est-ce que tu veux, Jordan ?



- Être avec toi. C'est toi que je veux.



- Pourquoi ce serait différent, cette fois ? Tu m'as laissée partir.



- Je sais, je sais. Je ..... J'ai merdé. Je ne voulais pas l'admettre, mais je.... Sans toi, ce n'est plus pareil. Tu me manques, Sarah. Je .... J'ai envie qu'on soit ensemble. Un couple.



- Pourquoi ? Pourquoi maintenant ?



- Je .... J'ai besoin de toi. Tu me manques. Je ..... C'est tout. C'est aussi simple que ça. Tout me manque. Ton sourire quand je rentre à la maison. Ton rire quand tu rigoles aux blagues pourries de Brad et Joe. Ta langue que tu passes sur tes lèvres plusieurs fois quand tu mâches un chewing-gum. Tes cheveux, leur odeur quand tu passes près de moi. Ce tic que tu as avec ton sourcil droit quand tu suis une conversation. Cette petite manie que tu as quand tu t'assieds dans le canapé, prendre un coussin et le tenir tout contre toi pour cacher le petit bourrelet de ton ventre. Ça me faire sourire parce que tu n'as pas vraiment besoin de faire ça. Cette pudeur que tu as alors que tu es magnifique. Ton goût me manque. Tu me manques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliMatoline   04 novembre 2019
Colocs, désirs & autres complications de Jeanne. Pears
Chapitre 4 :

Callie

«… – La prochaine fois, abstiens-toi.

Je pivote vers lui doucement et plisse des yeux tout en le détaillant. Je vois qu’il se contient pour ne pas exploser plus encore, même si je trouve sa réaction totalement disproportionnée. Sa mâchoire est contractée et une tension s’est emparée de ses épaules.

– Pourquoi ça te met dans un état pareil ?

– Je n’aime pas qu’on touche à mes affaires, j’aimais comment c’était avant.

– Tu veux dire, en désordre ? Sale ?

Je m’efforce de rester calme, mais j’espère qu’il note bien le ton ironique que j’emploie. Je hausse un sourcil tout en buvant mon verre d’eau. Je ne sais pas s’il comptait sur moi pour un échange tout en cris et reproches, mais je n’entrerai pas dans le conflit. J’ai suffisamment ma dose avec Adam et ses petites crises, je veux préserver une bonne entente à la maison. Et cela semble marcher parce qu’il descend d’un ton en reprenant la parole.

– Ne touche plus à rien.

– Je n’ai touché à rien. Enfin… j’ai tout remis à sa place, plutôt. Je n’ai rien dérangé. Pourquoi ça te met en colère ? Tu as peur que je trouve quelque chose ?

– Je n’ai rien à cacher, assure-t-il, les bras croisés. Mais ma chambre, c’est mon territoire. Tu n’avais pas le droit.

– C’est très clair, je ne recommencerai pas. Ça te va ?

Il grogne pour toute réponse. Je vais vers le four et en sors un plat. Mon gratin a l’air très réussi et il sent super bon. J’entends très distinctement les gargouillis en provenance de l’estomac de Shane. Ça me fait plaisir parce que je me dis qu’il réagit à ce que j’ai préparé et c’est agréable. Cela me fait sourire. Mais je ne vais pas pour autant lui passer sa petite crise, j’ai envie de jouer avec ses nerfs encore un peu. C’est lui qui a commencé après tout.

– Qu’est-ce que tu as fait ? demande-t-il en bougonnant toujours.

– Rien pour toi. Je suppose que si je ne suis pas autorisée à faire le ménage dans ta chambre, je ne le suis pas plus à te faire à manger, le provoqué-je.

C’est juste une déduction logique. Ça ne fait pas longtemps qu’il est parmi nous, mais j’ai l’impression que je vais pouvoir le ranger dans la mauvaise catégorie. C’est vraiment dommage. Au moins dans la famille Hollner, je peux compter sur Eric pour relever le niveau. Un sur deux, cela pourrait être pire.

– Tu n’auras qu’à aller au Burger King ou au McDo, interdiction pour toi de toucher à ce plat.

Il pense sûrement que je plaisante, aussi je me retourne et le fusille du regard. Il finit par quitter la cuisine,....»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline   23 janvier 2019
Colocs & Sex Friends de Jeanne. Pears
Chapitre 15 :

Jordan Septembre

«…

— Pourquoi tu es fâchée comme ça ?

– Tu te fous de moi, hein ?

– Non.

– C’est toi qui as commencé. Tu t’étonnes de ne rien savoir mais en même temps tu ne me demandes jamais rien. C’est toi qui ne veux rien savoir.

– C’est faux, je n’ai jamais dit ça.

– Peu importe que tu l’aies dit ou pas, ça revient au même. Tout ce qui t’intéresse, c’est de pouvoir tirer ton coup quand tu le souhaites, sans rien de plus.

– Peut-être, mais je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas qu’on se parle.

– Pour quoi faire ? À quoi ça servirait, hein ?

– Agir comme des amis, réponds-je bêtement, ce qui a pour effet de lui faire lâcher la brosse brutalement sur sa commode et se tourner vers moi.

– Tu veux qu’on soit des amis, maintenant ? ricane-t-elle en faisant un pas. Tu crois vraiment que c’est possible ? Genre comme des sex friends ?

– Je n’en sais rien, je n’ai jamais fait ça jusqu’à maintenant. Tu crois quoi ?

– Oh, mais je ne crois rien du tout, soupire-t-elle.

– Je n’ai jamais été dans aucune relation, mens-je. Je n’en ressens pas le besoin, c’est tout. Et même si on couche ensemble et que je ne veux rien de plus, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas qu’on soit des amis. Donc, oui, je te propose qu’on soit sex friends.

Ça y est, putain, les choses sont dites. Ça fait bizarre de dire ça comme ça. Je n’avais pas réellement mis de nom sur la relation. Mais c’est fait. Elle secoue la tête, dépitée par mon discours. Je sais que je lui en demande beaucoup et je vois la peine dans son regard. Mais, putain, j’adore baiser avec elle et je refuse que quelqu’un d’autre la touche. Alors ouais, j’y vais à fond, je propose. Je sais que je prends un gros risque vu la situation actuelle, la cohabitation, Scott, mais je suis un connard égoïste et c’est tout.

...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jeanne. Pears
LiliMatoline   23 janvier 2019
Jeanne. Pears
Chapitre 15 :

Jordan Septembre

«…

— Pourquoi tu es fâchée comme ça ?

– Tu te fous de moi, hein ?

– Non.

– C’est toi qui as commencé. Tu t’étonnes de ne rien savoir mais en même temps tu ne me demandes jamais rien. C’est toi qui ne veux rien savoir.

– C’est faux, je n’ai jamais dit ça.

– Peu importe que tu l’aies dit ou pas, ça revient au même. Tout ce qui t’intéresse, c’est de pouvoir tirer ton coup quand tu le souhaites, sans rien de plus.

– Peut-être, mais je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas qu’on se parle.

– Pour quoi faire ? À quoi ça servirait, hein ?

– Agir comme des amis, réponds-je bêtement, ce qui a pour effet de lui faire lâcher la brosse brutalement sur sa commode et se tourner vers moi.

– Tu veux qu’on soit des amis, maintenant ? ricane-t-elle en faisant un pas. Tu crois vraiment que c’est possible ? Genre comme des sex friends ?

– Je n’en sais rien, je n’ai jamais fait ça jusqu’à maintenant. Tu crois quoi ?

– Oh, mais je ne crois rien du tout, soupire-t-elle.

– Je n’ai jamais été dans aucune relation, mens-je. Je n’en ressens pas le besoin, c’est tout. Et même si on couche ensemble et que je ne veux rien de plus, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas qu’on soit des amis. Donc, oui, je te propose qu’on soit sex friends.

Ça y est, putain, les choses sont dites. Ça fait bizarre de dire ça comme ça. Je n’avais pas réellement mis de nom sur la relation. Mais c’est fait. Elle secoue la tête, dépitée par mon discours. Je sais que je lui en demande beaucoup et je vois la peine dans son regard. Mais, putain, j’adore baiser avec elle et je refuse que quelqu’un d’autre la touche. Alors ouais, j’y vais à fond, je propose. Je sais que je prends un gros risque vu la situation actuelle, la cohabitation, Scott, mais je suis un connard égoïste et c’est tout.

...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline   13 décembre 2020
The most insolent man de Jeanne. Pears
Chapitre 1 :

Troy

«… son attitude est sûrement juste un moyen de se rendre inaccessible, soit parce qu’elle a peur, soit parce qu’elle sait quel genre d’homme je suis, et cela ne l’intéresse pas.

– C’est comme ça que tu t’y prends pour charmer ? Tu complimentes sur le rire particulier et tu t’attardes du regard sur les cicatrices ?

– D’ordinaire, non.

– Qu’est-ce que tu fais alors ?

– Eh bien, après une super conversation sur les arbres à chats, je propose une danse, et si la fille est intéressée, je lui montre à quel point je suis doué avec ma langue, avec mes doigts et avec tout le reste.

Elle commence à vouloir rire, mais elle plaque une main sur sa bouche pour s’en empêcher. Elle est sûrement pleinement consciente que son rire est bizarre, et évidemment, avec ma réflexion à deux balles, elle se retient d’être elle-même. Je n’aime pas ça.

– Mon Dieu, ce que tu peux être arrogant !

– Je suis honnête et confiant, il y a une différence.

– Un peu comme ces voitures qui affichent un compteur pouvant aller jusqu’à deux cent trente, mais qui se mettent à trembler à peine passée la barre des cent ? Que des promesses…

Je ne peux m’empêcher de rire à cette comparaison. Elle est bien la première femme que j’entends faire de l’humour en utilisant les voitures. Alors forcément, elle m’intrigue.

– Je te promets que je peux atteindre les deux cent trente sans trembler, et même plus encore.

Après tout, c’est mon métier, même sans sous-entendu cochon, je ne mens pas … »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturessucrees   23 février 2020
Colocs & Sex Friends de Jeanne. Pears
- Je ne peux pas te donner ce que tu attends.



- Mais en attendant, toi, tu prends tout ce que tu veux, c'est ça ? Et il faudrait que je reste pour ça. C'est ce que tu veux, hein ? Explique-moi au moins pourquoi ?



- Pourquoi quoi ?



- Est-ce que je suis trop chiante ? Peut-être pas assez, alors ? Franchement, je ne vois pas. Qu'est-ce que j'ai de travers ? Hein ? Je pense être quand même quelqu'un d'assez sympa. J'aime faire la cuisine pour tout le monde, j'aime le poker, jouer aux jeux vidéo, j'aime les sports en général, je n'ai rien contre un bon match à la télé avec une bonne bière. Je joue au billard, j'aime courir. Enfin, pas trop, plutôt marcher.



Je ne pense pas être trop débile, non plus. J'aime rire, plaisanter avec mes amis, nos amis, mon frère. Je sais écouter et meubler quand l'autre ne veut pas parler. J'ai rencontré tes parents. Tu m'as emmenée à l'anniversaire de ta soeur, putain ! Est-ce que je ne suis pas assez comme les autres ? Pas assez fine, pas assez de poitrine, les cheveux pas de la bonne couleur, pas de la bonne texture, les yeux pas assez clairs ou trop foncés ? Tu baises avec moi mais c'est tout ce qui t'intéresse. J'aimerais savoir pourquoi, parce qu'il doit bien y avoir une putain de bonne raison !



- Je ne veux pas de tout ça, c'est tout. Il n'y a pas de raison particulière. Il faut t'y faire, c'est tout. Ne cherche pas une idée tordue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefun   25 janvier 2021
The ride to love de Jeanne. Pears
Quel est le crétin qui s’est garé devant mon portail putain ?! hurle un homme. J’entends la jeune femme s’écrier d’effroi face à son impolitesse, et je prends un instant pour le détailler. Il porte un jean plus très propre, un tee-shirt blanc, (enfin, il devait être blanc à la base) près du corps, et une chemise à carreaux par-dessus, dont les manches sont retroussées jusqu’aux coudes. Des bottes de cowboy complètent sa tenue, bien entendu. Je cherche en bout de bras le chapeau qui aurait parfait l’ensemble, mais ne vois rien. Ce que je ne manque pas par contre, ce sont les deux molosses qui l’accompagnent. Je recule d’un pas, soudain effrayée, même si les dogues argentins sont parfaitement calmes, et sagement assis aux pieds de leur maître. Ils sont impressionnants mais magnifiques, robe blanche immaculée, exceptée une tache noire sur un œil pour l’un, et sur une oreille pour l’autre. Quand mes yeux rencontrent ceux de l’homme, je suis subitement renvoyée des années en arrière. Je le reconnais immédiatement, malgré la courte barbe qui couvre le bas de son visage, malgré les dix ans qui ont passé, malgré les changements physiques qui se sont opérés. Il s’agit de Jay Cooper. J’en déduis qu’il est le frère de la jeune femme qui m’a accueillie, et donc le propriétaire du ranch. Je me sens stupide de ne pas avoir fait le rapprochement plus tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline   14 août 2019
H.O.T - Hypnotique, Obstiné, Ténébreux de Jeanne. Pears
Chapitre 1



Franck



«...– Qu’est-ce que tu fous ? demande-t-il.



– Vous êtes trop lents, je me casse ! Ça fait déjà dix minutes que j’attends.



– Tu es sûr que tu t’es lavé ? me titille-t-il.



– Hein hein, grimacé-je alors que Nathan, notre capitaine, passe à côté de moi.



– Frank ! Attention ! s’exclame-t-il.



C’est trop tard, je viens de percuter quelqu’un et vu le « merde ! » qui s’échappe, ce n’est pas un de mes coéquipiers mais une femme. Quand je me retourne, une rousse au carré flou, accroupie, tête baissée, est en train de ramasser des documents. Je me précipite aussitôt pour l’aider, emmerdé



– Excusez-moi, j’aurais dû regarder où j’allais !



L’inconnue est focalisée sur les papiers éparpillés partout, elle m’ignore. Des pieds passent de chaque côté de nous. Maintenant, avec cette connerie, je vais être le dernier à arriver ! Alors que je lui tends les derniers documents, mon regard tombe sur le dessus de sa main et j’arrête brusquement de respirer. Mon cœur marque un temps d’arrêt, un bourdonnement sourd résonne dans ma tête. Je m’empare de ses doigts et caresse du pouce la petite marque de naissance en forme de croissant de lune et les trois grains de beauté à côté qui font image d’étoiles.



– Lexi ? demandé-je d’une voix très rauque, bien plus que d’habitude.



Putain ! Putain ! Putain! ...»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline   13 décembre 2020
The most insolent man de Jeanne. Pears
Chapitre 3 :

Troy

«… Alors comme ça, à vue d’œil, j’ai l’impression que le physique du nouveau ne suit pas et ne tiendra pas la route sur du long terme.

Bon sang, il prend tout son temps pour ôter son casque. Je serre les mâchoires et les poings, impatient de découvrir mon nouveau collègue et, malgré tout, concurrent. Il s’arrête de l’autre côté des barrières, les mains gantées de chaque côté de son casque, et le retire au moment où Jeffrey fait les présentations.

– Troy, je te présente Hope. Hope, voici Troy.

Ma respiration se bloque à l'instant même où nos yeux se rencontrent. J’ai l’impression d’atterrir dans un univers parallèle. Plus aucun bruit ne filtre autour de moi, je ne vois plus rien à part son visage, je n’entends plus rien à part mon cœur qui bat à tout rompre. Je finis par cligner rapidement des paupières, espérant l’espace d’un instant que la personne devant moi change, mais non.

Putain de bordel de merde ! La nouvelle recrue est une femme, et putain, quelle femme ! Celle que j’ai embrassée au club, qui hante mes pensées depuis deux jours. C’est une blague ?! Je vais me réveiller. Je passe rapidement en vue Dwight, puis Valentino, avant de revenir à Jeffrey.

– Troy, Hope est ma nièce … »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Chansons pour la St-Valentin

Michel Polnareff

Love Me, Please Love Me
L'amour avec toi
les 2

10 questions
61 lecteurs ont répondu
Thèmes : amour , chanson française , chanson , VariétésCréer un quiz sur cet auteur

.. ..