AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 1631 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Détroit, Michigan , le 08/03/1960
Biographie :

Jeffrey Eugenides est un romancier américain.

Né dans une famille aisée mêlant origines grecques et irlandaises, il grandit dans une banlieue résidentielle favorisée, Grosse Pointe.

Il décroche une licence à l'Université Brown en 1983, et un master d'écriture créative à l'Université Stanford en 1986. Il travaille comme chauffeur de taxi et serveur pendant ses études.

En 1988, il obtient une bourse (Nicholl Fellowship in Screenwriting) de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences pour écrire "Here Comes Winston, Full of the Holy Spirit".

Après avoir vécu à San Francisco, il déménage à Brooklyn, New York où il travaille comme secrétaire de l'Academy of American Poets.

"Des jardins capricieux", sa première nouvelle, a été publiée en 1989 dans la "Gettysburg Review". Il a publié des nouvelles dans "The New Yorker", "The Paris Review" et "Granta".

Son premier roman sort en 1993, "Les Vierges suicidées" ("Virgin suicides"), salué à sa sortie par la critique. Il aura encore plus de succès après avoir été adapté au cinéma par Sofia Coppola en 1999.

Son deuxième roman, "Middlesex", plus volumineux, sorti en 2002, reçoit le prix Pulitzer en 2003.

Après avoir vécu à Berlin de 1999 à 2004, il s'installe à Princeton dans le New Jersey où il enseigne l'écriture créative à l'Université de Princeton depuis 2007.

Il publie en 2013 "Le roman du mariage" ("The Marriage Plot"), qui lui vaut entre autres le prix Fitzgerald 2013, ainsi que le Prix Rive Gauche à Paris - Roman étranger 2013 et le Grand Prix de l'héroïne Madame Figaro - Roman étranger 2013.

"Des raisons de se plaindre" ("Fresh Complaint: Stories"), un recueil de dix nouvelles, est paru en 2017.

Le film "Une famille très moderne" ("The Switch") sorti en 2010, est adapté de la nouvelle "Baster", publiée dans "The New Yorker" en 1996.

Jeffrey Eugenides est marié à la sculptrice Karen Yamauchi depuis 1995, avec laquelle il a eu une fille.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Grands Débats - A… comme Argent : Pour tout l'or du monde - Dimanche 23 septembre 2018 de 15h00 à 16h00 Jeffrey Eugenides - Lauren Groff - Julie Mazzieri - Julien Bisson Au-delà de sa valeur variable, l'argent se trouve investi d'une charge symbolique plus ou moins négative. Si l'existence est aujourd'hui difficilement concevable sans, on lui doit un nombre incalculable d'histoires plus ou moins édifiantes. Combustible du « Bûcher des vanités », il est devenu un personnage de roman très coté, qu'on en ait, ou pas d'ailleurs.

+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (205) Voir plus Ajouter une citation
Alice_   19 juillet 2015
Middlesex de Jeffrey Eugenides
A l'époque les passagers partant pour l'Amérique avaient coutume de monter sur le pont avec une pelote de coton. Ceux qui restaient à quai gardaient en main l'extrémité du fil. Tandis que le Giulia s'éloignait au son de sa corne de brume, une centaine de fils de coton se tendaient au-dessus de l'eau. Les gens criaient leurs adieux, agitaient frénétiquement les bras, tenaient à bout de bras des bébés pour qu'ils voient une dernière fois ceux dont ils ne garderaient pas le souvenir. Les hélices bouillonnaient ; les mouchoirs voletaient et, sur le pont, les pelotes de coton se mirent à se dévider. Rouge, jaune, bleu, vert, elles se déroulaient toutes les dix secondes, puis de plus en plus vite à mesure que le bateau prenait de la vitesse. Les passagers tenaient leur fil aussi longtemps que possible, conservant le contact avec les visages qui se faisaient de moins en moins discernables. Mais finalement, une par une, les pelotes arrivèrent à leur fin. Les fils de coton s'envolèrent, s'élevant dans la brise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Oliphant   21 février 2012
Virgin suicides de Jeffrey Eugenides
Elle gardait le visage baissé, se déplaçant dans son oubli du monde, les tournesols de ses yeux fixés sur le drame de sa vie que nous ne comprendrions jamais.
Commenter  J’apprécie          290
viou1108   16 avril 2014
Le roman du mariage de Jeffrey Eugenides
Les compagnies pharmaceutiques s'y prenaient dans le mauvais sens. Au lieu de partir d'une maladie et de développer des médicaments pour la soigner, elles développaient des médicaments puis cherchaient à quoi ils pouvaient servir.
Commenter  J’apprécie          240
Jeffrey Eugenides
carnetdelecture   21 janvier 2013
Jeffrey Eugenides
Les livres m'ont affecté, m'ont changé, m'ont fait prendre des décisions, m'ont fait faire des choses qui ont eu des conséquences énormes. Lire peut être dangereux, comme une révélation.
Commenter  J’apprécie          240
Celine___   06 décembre 2010
Virgin suicides de Jeffrey Eugenides
Nous savions que les filles étaient nos jumelles, que nous existions tous dans l'espace comme des animaux qui avaient la même peau, et qu'elles savaient tout de nous alors que nous étions incapables de percer leur mystère. Nous savions, enfin, que les filles étaient en réalité des femmes déguisées, qu'elles comprenaient l'amour et même la mort, et que notre boulot se bornait à créer le bruit qui semblait tant les fasciner.
Commenter  J’apprécie          230
Orphea   29 octobre 2011
Virgin suicides de Jeffrey Eugenides
Nous prîmes conscience que la version du monde qu'ils nous donnaient n'était pas le monde auquel ils croyaient vraiment, et qu'en dépit de toute la peine qu'ils prenaient à traquer les mauvaises herbes ils n'avaient rien à foutre de leurs pelouses.
Commenter  J’apprécie          230
genieblanc   04 mars 2012
Middlesex de Jeffrey Eugenides
Les émotions, d'après mon expérience, ne sont pas recouvertes par de simples mots. Je ne crois pas en la "tristesse", la "joie" ou le "regret". Peut-être la meilleure preuve de la nature patriarcale du langage est le fait qu'il simplifie les sentiments. J'aimerais avoir à ma disposition des émotions hybrides compliquées, des constructions germaniques, comme par exemple "Le bonheur qui accompagne le désastre". Ou : "La déception de coucher avec son fantasme". J'aimerais montrer comment " La conscience de la mort suscitée par des parents vieillissants" est liée à "La haine des miroirs qui commence à l'âge mûr".
Commenter  J’apprécie          220
Luniver   22 octobre 2013
Middlesex de Jeffrey Eugenides
Je m'étais trompé pour [le docteur] Luce. J'avais pensé qu'après avoir parlé avec moi il déciderait que j'étais normale et me laisserait tranquille. Mais je commençais à comprendre quelque chose à propos de la normalité. La normalité n'était pas normale. Elle ne pouvait pas l'être. Si la normalité était normale, personne ne s'en soucierait. On pourrait la laisser se manifester d'elle-même. Mais les gens – et particulièrement les médecins – avaient des doutes quant à la normalité. Ils n'étaient pas sûrs que la normalité fût à la hauteur de sa tâche. Ils se sentaient donc enclins à lui donner un coup de pouce.
Commenter  J’apprécie          210
Aela   19 janvier 2013
Le roman du mariage de Jeffrey Eugenides
Selon Saunders, le roman avait connu son apogée avec le roman matrimonial et ne s'était jamais remis de sa disparition. A l'époque où la réussite sociale reposait sur le mariage, et où le mariage reposait sur l'argent, les romanciers tenaient un vrai sujet d'écriture.

Les grandes épopées étaient consacrées à la guerre, le roman au mariage.

L'égalité des sexes, une bonne chose pour les femmes, s'était révélée désastreuse pour le roman. Et le divorce lui avait donné le coup de grâce.

De l'avis de Saunders, le mariage ne signifiait plus grand-chose, et il en allait de même pour le roman.

Qui utilisait encore le mariage comme ressort dramatique? Personne.

On n'en trouvait plus trace que dans les fictions historiques.
Commenter  J’apprécie          200
le_Bison   16 février 2012
Virgin suicides de Jeffrey Eugenides
Cécilia, la plus jeune, treize ans seulement, avait été la première. Elle s’était ouvert les poignets dans son bain comme un stoïcien, et quand ils la trouvèrent flotter dans sa mare rose, les yeux jaunes comme une possédée et son petit corps exhalant l’odeur d’une femme mûre, les infirmiers furent tellement effrayés par sa tranquillité qu’ils restèrent hypnotisés.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..