AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.02 /5 (sur 47 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-sur-Mer , le 23/09/1867
Mort(e) à : Paris , le 06/11/1933
Biographie :

Gabriel Randon, dit Jehan-Rictus, est un poète français, célèbre pour ses œuvres composées en langue populaire.

Gabriel avait 9 ans quand ses parents se séparèrent. La mère et l'enfant vinrent habiter Paris. Elle lui fit quitter l'école vers l'âge de 13 ans pour gagner sa vie. À un âge non précisément connu (entre 16 et 19 ans), il se sépara définitivement de cette mère avec qui il était en conflit permanent. Livré à lui-même, il survécut en exerçant divers petits métiers (livreur, manœuvre, balayeur, garçon de course, employé de commerce...). La vie ne lui fut guère clémente, et il se retrouva souvent sans toit, conduit à côtoyer les clochards et vagabonds de Paris.

Cependant ce fut surtout le Montmartre des artistes et des anarchistes qu'il fréquenta, écrivant des poèmes (d'une facture encore classique) qui furent publiés dans des revues. À partir de 1889 il occupa divers postes d'employé de bureau, mais s'y montra particulièrement instable. Vers 1892, il s'orienta vers le journalisme.

Puis lui vint l'idée de composer des poèmes où un clochard s'exprimerait dans le français populaire de l'époque. En novembre 1895, il débuta au cabaret des Quat'z'Arts, sous le pseudonyme de Jehan Rictus, qu'il gardera.

En 1897 parut en souscription son premier recueil, Les Soliloques du pauvre. L'unique roman de l'auteur, Fil de fer, parut en 1906. Jehan-Rictus y évoque son enfance à la Poil de carotte.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jehan Rictus   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L’émission « Histoires possibles et impossible », par Robert Arnaut, diffusée le 16 juin 2002. Invité : Philippe Oriol, biographe du poète.


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Fabinou7   23 août 2021
Les soliloques du pauvre de Jehan Rictus
« C’ qui va s’en évader des larmes !

C’ qui va en couler d’ la pitié !

Plaind’ les Pauvr’s c’est comm’ vendr’ ses charmes

C’est un vrai commerce, un méquier !



(…)



Et faut ben qu’ ceux d’ la Politique

Y s’ gagn’nt eun’ popularité !

Or, pour ça, l’ moyen l’ pus pratique

C’est d’ chialer su’ la Pauvreté. »
Commenter  J’apprécie          260
Fleitour   25 décembre 2016
Les soliloques du pauvre de Jehan Rictus
Si qu’y r’viendrait ! Si qu’y r’viendrait,

L’Homm’ Bleu qui marchait su’ la mer

Et qu’était la Foi en balade :



Lui qui pour tous les malheureux

Avait putôt sous l’ téton gauche

En façon d’ cœur... un Douloureux.

(Preuv’ qui guérissait les malades

Rien qu’à les voir dans l’ blanc des yeux,

C’ qui rendait les méd’cins furieux.)



L’ gas qu’en a fait du joli

Et qui pour les muffs de son temps

N’tait pas toujours des pus polis !



Car y disait à ses Apôtres :

— Aimez-vous ben les uns les autres,

Faut tous êt’ copains su’ la Terre,

Faudrait voir à c’ qu’y gn’ait pus d’ guerres

Et voir à n’ pus s’ buter dans l’ nez,

Autrement vous s’rez tous damnés.



L’ mec qu’était gobé par les femmes

(Au point qu’ c’en était scandaleux),

L’Homme aux beaux yeux, l’Homme aux beaux rêves

Eul’ l’ charpentier toujours en grève,

L’artiss’, le meneur, l’anarcho,



Si qu’y r’viendrait ! Si qu’y r’viendrait,

Le revenant
Commenter  J’apprécie          122
crapette   22 octobre 2014
Fil de fer de Jehan Rictus
"Va, "Fil-de-Fer", je te dis moi que tu n'es ni "un chenapan", ni "un voyou", ni "un assassin en herbe ", ni "un vicieux personnage ", ni "un voleur", ni toutes sortes de vilaines choses. Tu es "Fil-de-Fer" , un pauvre jeune diable, un peu trop maigre et grand pour ton âge (mais doit-on te le reprocher ?) un pauvre jeune diable, j'ai dit, qui obscurément se demande pourquoi il est au monde, et s'il sera longtemps encore, comme il l'est à présent, transformé en armoire à gifles et à insultes.
Commenter  J’apprécie          110
crapette   22 octobre 2014
Les soliloques du pauvre de Jehan Rictus
"- Avez-vous vu ce misérable,

Cet individu équivoque ?

Ce pouilleux, ce voleur en loques

Qui nous r'gardait manger à table?



Ma parole on n'est plus chez soi,

On n'peut pus digèrer tranquille...

Nous payons l'impôt, gn'a des lois!

Qu'est- c' qu'y font donc les sergents d'ville?"
Commenter  J’apprécie          100
crapette   23 octobre 2014
Le coeur populaire de Jehan Rictus
Gn'y en a qui dis'nt que l'Monde, un jour,

y s'ra comme un grand square d'Amour,

et qu'les Homm's qu' vivront dedans

s'ront d'grands Fan-Fans, des p'tits Fan-fans,

des gros, des beaux, des noirs, des blancs. (Farandole des pauv's 'tits Fan-fans : ronde parlée)
Commenter  J’apprécie          100
NuitDeChine   01 décembre 2020
Les soliloques du pauvre - Le coeur populaire de Jehan Rictus
Impressions de promenade



Quand j’ pass’ triste et noir, gn’a d’ quoi rire.

Faut voir rentrer les boutiquiers

Les yeux durs, la gueule en tir’lire,

Dans leurs comptoirs comm’ des banquiers.



J’ les r’luque : et c’est irrésistible,

Y s’ caval’nt, y z’ont peur de moi,

Peur que j’ leur chopp’ leurs comestibles,

Peur pour leurs femm’s, pour je n’ sais quoi.



Leur conscienc’ dit : « Tu t’ soign’s les tripes,

« Tu t’ les bourr’s à t’en étouffer.

« Ben, n’en v’là un qu’a pas bouffé ! »

Alors, dame ! euss y m’ prenn’nt en grippe !



Gn’a pas ! mon spectr’ les embarrasse,

Ça leur z’y donn’ comm’ des remords :

Des fois, j’ plaqu’ ma fiole à leurs glaces,

Et y d’viennent livid’s comm’ des morts !



Du coup, malgré leur chair de poule,

Y s’ jett’nt su’ la porte en hurlant :

Faut voir comme y z’ameut’nt la foule

Pendant qu’ Bibi y fout son camp !



« — Avez-vous vu ce misérable,

« Cet individu équivoque ?

« Ce pouilleux, ce voleur en loques

« Qui nous r’gardait croûter à table ?



« Ma parole ! on n’est pus chez soi,

« On n’ peut pus digérer tranquilles...

« Nous payons l’impôt, gn’a des lois !

« Qu’est-c’ qu’y font donc, les sergents d’ ville ? »



J’ suis loin, que j’ les entends encor :

L’ vent d’hiver m’apport’ leurs cris aigres.

Y piaill’nt, comme à Noël des porcs,

Comm’ des chiens gras su’ un chien maigre !



Pendant c’ temps, moi, j’ file en silence,

Car j’aim’ pas la publicité ;

Oh ! j’ connais leur état d’ santé,

Y m’ f’raient foutre au clou... par prudence !



Comm’ ça, au moins, j’ai l’ bénéfice

De m’ répéter en liberté

Deux mots lus su’ les édifices :

« Égalité ! Fraternité ! »



Souvent, j’ai pas d’aut’ nourriture :

(C’est l’ pain d’ l’esprit, dis’nt les gourmets.)

Bah ! l’Homme est un muff’ par nature,

Et la Natur’ chang’ra jamais.



Car, gn’a des prophèt’s, des penseurs

Qui z’ont cherché à changer l’Homme.

Ben quoi donc qu’y z’ont fait, en somme,

De c’ kilog d’ fer qu’y nomm’nt son Cœur ?



Rien de rien... même en tapant d’ssus

Ou en l’ prenant par la tendresse

Comm’ l’a fait Not’ Seigneur Jésus,

Qui s’a vraiment trompé d’adresse :



Aussi, quand on a lu l’histoire

D’ ceuss’ qu’a voulu améliorer

L’ genre humain..., on les trait’ de poires ;

On vourait ben les exécrer :



On réfléchit, on a envie

D’ beugler tout seul « Miserere »,

Pis on s’ dit : Ben quoi, c’est la Vie !

Gn’a rien à fair’, gn’a qu’à pleurer.



Pages 33 à 35.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NuitDeChine   27 novembre 2020
Les soliloques du pauvre - Le coeur populaire de Jehan Rictus
Crève-Coeur (Extrait)



Eun’ fois j’ai cru que j’ me mariais

Par un matin d’amour et d’ Mai ;



Il l’tait Menuit quand j’ rêvais ça,

Il l’tait Menuit, et j’ pionçais d’bout,

Pour m’ gourer d’ la lance et d’ la boue

Dans l’encognur’ d’eun’ port’ cochère.



(Hein quell’ santé !) — Voui j’ me mariais

Par un matin d’amour et d’ Mai

N’avec eun’ jeuness’ qui m’aimait,

Qu’était pour moi tout seul ! ma chère !



Et ça s’ brassait à la campagne,

Loin des fortifs et loin d’ici,

Dans la salade et dans l’ persil,

Chez un bistrot qui f’sait ses magnes.



Gn’y avait eun’ tablée qu’était grande

Et su’ la nappe en damassé,

Du pain ! du vin ! des fleurs ! d’ la viande !

Bref, un gueul’ton à tout casser,



Et autour, des parents ! d’ la soce !

Des grouins d’ muffs ou d’ bons copains

Baba d’ me voir tourné rupin,

Contents tout d’ même d’êt’ à ma noce :



Ma colombe, selon l’usage,

Se les roulait dans la blancheur,

Et ses quinz’ berg’s et sa fraîcheur

F’saient rich’ment bien dans l’ paysage.



Je r’vois ses airs de tourterelle,

Ses joues pus bell’s que d’ la Montreuil

Et ses magnèr’s de m’ faire de l’œil

Comme eun’ personne naturelle,



Ses mirett’s bleues comme un beau jour,

Sa p’tit’ gueule en cœur framboisé

Et ses nichons gonflés d’amour,

Qu’étaient pas près d’êt’ épuisés,



Et moi qu’ j’ai l’air d’un vieux corbeau,

V’là qu’ j’étais comme un d’ la noblesse,

Fringué à neuf, pétant d’ jeunesse...

Ça peut pas s’ dir’ comm’ j’étais beau !



Je r’vois l’ décor... la tab’ servie

Ma femm’ ! la verdure et l’ ciel bleu,

Un rêv’ comm’ ça, vrai, nom de Dieu !

Ça d’vrait ben durer tout’ la vie.



(Car j’étais tell’ment convaincu

Que c’ que j’ raconte était vécu

Que j’ me rapp’lais pus, l’ diab’ m’emporte,

Que je l’ vivais sous eun’ grand porte ;



Et j’ me rapp’lais pas davantage,

Au cours de c’te fête azurée,

D’avoir avant mon « mariage »

Toujours moisi dans la purée.)



(Les vieux carcans qui jamais s’ plaint

Doiv’nt comm’ ça n’avoir des rêv’ries

Ousqu’y caval’nt dans des prairies

Comme au temps qu’y z’étaient poulains.)



V’nait l’ soir, lampions, festin nouveau,

Pis soûlé d’un bonheur immense

Chacun y allait d’ sa romance,

On gueulait comm’ des p’tits z’oiseaux !



Enfin s’am’nait l’heur’ la pus tendre

Après l’enlèv’ment en carriole,

La minute ousque l’ pus mariolle

Doit pas toujours savoir s’y prendre !



Dans eun’ carrée sourde et fleurie,

Dans l’ silence et la tapiss’rie,

Près d’un beau plumard à dentelles

Engageant à la... bagatelle,



J’ prenais « ma femme ! » et j’ la serrais

Pour l’ Enfin Seuls obligatoire

Comm’ dans l’ chromo excitatoire

Où deux poireaux se guign’nt de près...



Près ! ah ! si près d’ ma p’tit’ borgeoise

Que j’ crois que j’ flaire encor l’odeur

De giroflée ou de framboise

Qu’étaient les bouffées d’ sa pudeur.



J’y jasais : « Bonsoir ma Pensée,

Mon lilas tremblant, mon lilas !

Ma petite Moman rosée,

Te voilà, enfin ! Te voilà !



« Comme j’ vas t’aimer tous les jours !

T’ es fraîch’.. t’ es mignonn’.. t’es jolie,

T’ as des joues comm’ des pomm’s d’api

Et des tétons en pomm’s d’amour.



« Quand j’étais seul, quand j’étais nu,

Crevant, crevé, sans feu ni lieu,

Loufoque, à cran, tafeur, pouilleux,

Où étais-tu ? Que faisais-tu ?



« Ah ! que d’ chagrins, que d’ jours mauvais

Sans carl’, sans bécots, sans asile,

Que d’ goujats cruels, d’imbéciles,

Si tu savais, si tu savais...



« Mais à présent tout ça est loin...

Voici mon Cœur qui chante et pleure,

Viens-t’en vite au dodo, ma Fleur !... »

(Vrai c’est pas trop tôt qu’ j’aye un coin.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Furtif   25 février 2015
Poésies complètes de Jehan Rictus
Les nuits où j’ai la Lun’ dans l’ dos,

J’ piste mon Ombr’ su’ la chaussée,

Quand qu’ j’ai la Lun’ en fac’ des nuits,

C’est mon Ombre alorss qui me suit ;



Et j’ m’en vas... traînaillant du noir,

Y a quét’ chose en moi qui s’ lamente,

La Blafarde est ma seule amante,

Ma Tristesse a m’ suit... sans savoir.

Commenter  J’apprécie          50
emdicanna   20 novembre 2020
Les soliloques du pauvre de Jehan Rictus
L’Hiver



Merd’ ! V’là l’Hiver et ses dur’tés,

V’là l’ moment de n’ pus s’ mettre à poils :

V’là qu’ ceuss’ qui tienn’nt la queue d’ la poêle

Dans l’ Midi vont s’ carapater !



V’là l’ temps ousque jusqu’en Hanovre

Et d’ Gibraltar au cap Gris-Nez,

Les Borgeois, l’ soir, vont plaind’ les Pauvres

Au coin du feu... après dîner !



Et v’là l’ temps ousque dans la Presse,

Entre un ou deux lanc’ments d’ putains,

On va r’découvrir la Détresse,

La Purée et les Purotains !



Les jornaux, mêm’ ceuss’ qu’a d’ la guigne,

À côté d’artiqu’s festoyants

Vont êt’ pleins d’appels larmoyants,

Pleins d’ sanglots... à trois sous la ligne !



Merd’, v’là l’Hiver, l’Emp’reur de Chine

S’ fait flauper par les Japonais !

Merd’ ! v’là l’Hiver ! Maam’ Sév’rine

Va rouvrir tous ses robinets !



C’ qui va s’en évader des larmes !

C’ qui va en couler d’ la piquié !

Plaind’ les Pauvr’s c’est comm’ vendr’ ses charmes

C’est un vrai commerce, un méquier !



Ah ! c’est qu’on est pas muff en France,

On n’ s’occupe que des malheureux ;

Et dzimm et boum ! la Bienfaisance

Bat l’ tambour su’ les Ventres creux !



L’Hiver, les murs sont pleins d’affiches

Pour Fêt’s et Bals de charité,

Car pour nous s’courir, eul’ mond’ riche

Faut qu’y gambille à not’ santé !



Sûr que c’est grâce à la Misère

Qu’on rigol’ pendant la saison ;

Dam’ ! Faut qu’y viv’nt les rastaqoères

Et faut ben qu’y r’dor’nt leurs blasons !



Et faut ben qu’ ceux d’ la Politique

Y s’ gagn’nt eun’ popularité !

Or, pour ça, l’ moyen l’ pus pratique

C’est d’ chialer su’ la Pauvreté.



(...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   26 juillet 2019
Les soliloques du pauvre de Jehan Rictus
Le revenant





XVI



Notre dab qu’on dit aux cieux,



(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Notre daron qui êt’s si loin

Si aveug’, si sourd et si vieux,

(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Que Notre effort soit sanctifié,

Que Notre Règne arrive

À Nous les Pauvr’s d’pis si longtemps,



(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Su’ la Terre où nous souffrons

Où l’on nous a crucifiés

Ben pus longtemps que vot’ pauv’ fieu

Qu’a d’jà voulu nous dessaler.



(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Que Notre volonté soit faite

Car on vourait le Monde en fête,

D’ la vraie Justice et d’ la Bonté,



(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Donnez-nous tous les jours l’ brich’ton régulier

(Autrement nous tâch’rons d’ le prendre) ;

Fait’s qu’un gas qui meurt de misère

Soye pus qu’un cas très singulier.



(C’est y qu’on n’pourrait pas s’entendre !)



Donnez-nous l’poil et la fierté

Et l’estomac de nous défendre,



(Des fois qu’on pourrait pas s’entendre !)



Pardonnez-nous les offenses

Que l’on nous fait et qu’on laiss’ faire

Et ne nous laissez pas succomber à la tentation

De nous endormir dans la misère

Et délivrez-nous de la douleur

(Ainsi soit-il !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Connais tu le monde de la magie noire dans Harry Potter

Quel es le vrai nom de Voldemort (facile celui là)

Hagrid
Tom Gaunt
Tom Jedusor
Elvis Jedusor

10 questions
178 lecteurs ont répondu
Thème : J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur