AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.04 /5 (sur 365 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Chicago, Illinois , le 07/09/1962
Biographie :

Jennifer Egan est une écrivaine américaine.

Diplômée en littérature à l'Université de Pennsylvanie, elle est titulaire d'un M.A. de St John's College à l'Université de Cambridge.

"La Parade des anges" (Invisible Circus, 1995) est son premier roman. Elle est l'auteur de nombreuses nouvelles et romans notamment "La Parade des anges" (Invisible Circus, 1995), "L'envers du miroir" (Look at Me, Riverhead, 2001), "Le donjon" (The Keep, 2006).

Ses nouvelles sont parues dans le New Yorker, Harper's Magazine, GQ, Zoetrope et Ploughshares, et ses récits sont souvent publiés dans le New York Times Magazine.

Elle remporte en 2011 le prix Pulitzer de l'œuvre de fiction avec "Qu'avons-nous fait de nos rêves ?" (A Visit From the Goon Squad, 2010).

Le film "The Invisible Circus" (2001) (titre français "Vérité apparente") est réalisé par Adam Brooks, avec Cameron Diaz, d'après l'œuvre de Jennifer Egan "La parade des anges".

Elle vit aujourd'hui à Brooklyn.

site officiel : http://jenniferegan.com/
Twitter : https://twitter.com/egangoonsquad?lang=fr

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jennifer Egan   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jennifer Egan - Manhattan Beach


Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
umezzu   02 octobre 2018
Manhattan Beach de Jennifer Egan
Beth Berringer avait le visage classique de la vieille rombière : un delta de rigoles et de crevasses frappé par la sécheresse, collé aux mâchoires d'un doberman.
Commenter  J’apprécie          290
nadiouchka   17 août 2018
Manhattan Beach de Jennifer Egan
- J’ai travaillé toute ma vie, protesta-t-elle.

Cela sonna faux. Elle mourait de honte, comme si elle s’était aperçue dans une vitrine et se trouvait ridicule. Une étudiante qui voulait prendre part à l’effort de guerre, un membre d’une élite : c’était ainsi qu’il devait la voir. Des slogans du Shipworker lui traversèrent l’esprit : SAUVER DES MINUTES ICI, C’EST SAUVER DES VIES LA-BAS. QUAND VOUS NE TRAVAILLEZ PAS, VOUS TRAVAILLEZ POUR L’ENNEMI.

P.73
Commenter  J’apprécie          230
kikiberard22   06 mai 2021
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan
_"J'ai l'impression que c'est la fin de tout".

Elle pensait au passé, celui d'avant leur mariage, la maternité, l'argent, la renonciation aux drogues dures, les responsabilités, lorsqu'il trainaient dans le Lower East Side, se couchaient après le levé du soleil, déboulaient dans des appartements d'inconnus, faisaient l'amour dans des lieux quasiment publics, se lancaient dans des aventures risquées au nombre desquelles figurait se piquer à l'héroine, parce que rien n'était sérieux. Ils étaient jeunes, bénis des dieux, forts, à quoi bon se tracasser ? si ca ne leur plaisait pas, ils pouvaient repartir à zéro.

a présent, lui, malade et à peine capable de se déplacer, projetait fébrilement sa mort.

Etait-ce le fruit d'une aberration monstrueuse des lois naturelles ou d'une telle évidence qu'ils auraient du le prévoir ? En étaient-ils responsables d'une manière ou d'une autre ?
Commenter  J’apprécie          10
viou1108   21 août 2013
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan
[Dans les années 2020]:

Rebecca était une pointure dans le monde universitaire. Son dernier livre traitait du phénomène des mots-enveloppes, un terme de son invention désignant ceux qui ne signifiaient plus rien sans guillemets. L'anglais en était truffé: "ami" et "réel", "histoire" et "changement", autant de mots vides de sens désormais, réduits à des cosses. Certains tels "identité", "recherche" ou "nuage" étaient exsangues en raison de leur usage sur la Toile. Pour d'autres, les raisons étaient plus complexes - pourquoi "américain" était-il devenu ironique? Comment se faisait-il que "démocratie" s'employait d'une façon narquoise, moqueuse?
Commenter  J’apprécie          190
kikiberard22   06 mai 2021
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan
Quand papa faisait ses études il est allé nager avec un type qui s'appelait Rob.

Rob s'est noyé. Alors papa à décidé de devenir docteur.

"Pourquoi pas surveillant de baignade ou maitre nageur ?" je lui demande quelquefois.
Commenter  J’apprécie          00
viou1108   17 août 2013
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan
Dans sa voiture, en route pour récupérer son fils, Bennie passait des Sleepers aux Dead Kennedys, groupes de San Francisco qui avaient rythmé sa jeunesse. Il les écoutait pour leur imperfection: de véritables musiciens jouant sur de véritables instruments dans un véritable studio. A présent, cette caractéristique (pour peu qu'elle existât encore) était un effet de conversion numérique, non le fruit d'un enregistrement sur une bonne vieille bande. (...) Trop limpide, trop aseptisé. La précision, la perfection, voilà le problème; la numérisation, voilà le problème, elle vidait de substance tout ce qui se prenait dans les rets microscopiques de son système. C'était la mort du cinéma, de la photographie, de la musique. Un holocauste esthétique!
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchka   18 août 2018
Manhattan Beach de Jennifer Egan
Le 1er janvier 1943, Eddie Kerrigan gravit Telegraph Hill jusqu’à la Coit Tower – du moins, aussi près que les sentinelles lui permirent de s’en approcher – pour contempler les quais de l’Embarcadero en contrebas. Il distingua trois Liberty ships en cours de chargement. Des cargos identiques, bien sûr, mais il savait que celui du milieu était l’Elizabeth Seaman, où il devait se présenter dans moins d’une heure.

P.305
Commenter  J’apprécie          150
brigittelascombe   18 décembre 2012
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan
Insatisfaction structurelle:retrouver une situation qui vous a convenu après avoir fait l'expérience d'un mode de vie plus exaltant ou plus luxueux et découvrir qu'on ne la supporte plus.
Commenter  J’apprécie          140
Annette55   29 décembre 2020
Manhattan Beach de Jennifer Egan
«  On les appelait «  des hommes de fer dans des coquilles de noix » .Les vieux loups de mer participaient d’un mythe originel , car ils étaient liés à la racine de toute chose, dont le langage.

.Eddie n’avait jamais remarqué à quel point le sien était issu du vocabulaire de la mer: chavirer, partir à la dérive , tenir la barre , mettre le grappin ,les voiles, lâcher du lest, louvoyer, sentir venir le vent , être maître à bord ou le denier maillon de la chaîne » ....
Commenter  J’apprécie          110
MARINENKA   25 janvier 2020
Manhattan Beach de Jennifer Egan
Utiliser le micromètre était un jeu d’enfants : serrer, visser, lire le résultat. Au début, Anna avait été enchantée par cette tâche : les filles affectées au soudage et au rivetage avaient dû suivre un mois et demi de formation, alors que l’inspection demandait seulement une semaine de tests d’aptitude. Anna faisait partie des étudiantes, et Mr Voss avait utilisé le mot élite dans ses remarques préliminaires, ce qui lui avait plu.

(p.71)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le seigneur des Anneaux

Quel est le métier de Sam ?

cuisinier
ébéniste
jardinier
tavernier

15 questions
4301 lecteurs ont répondu
Thème : Le Seigneur des anneaux de J.R.R. TolkienCréer un quiz sur cet auteur

.. ..