AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.1 /5 (sur 217 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Michigan
Biographie :

Jennifer Rush est auteur jeunesse et photographe.

Amnesia (Altered, 01/2013) est le premier volume d'une trilogie.

Elle vit dans une petite ville au bord du lac Michigan avec son mari et ses deux enfants.

site:
http://www.jennrush.com/

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
Melvane   09 avril 2013
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
- qu'est ce qu'on ferait sans toi ?

- vous mourriez d'ennui.

- Ou bien on s'épanouirait dans le silence, remarqua Trev en regardant par la fenêtre.
Commenter  J’apprécie          180
orbe   04 avril 2013
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
Au labo, j'avais vécu dans la certitude.Nos rôles, celui de Sam, le mien, étaient bien définis. Peut-être l'avais-je désiré chaque jour, recherchant son attention et son affection, mais j'étais protégée par une paroi de verre qui, je le savais, ne disparaîtrait jamais.
Commenter  J’apprécie          150
Edwige94   21 avril 2013
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
La foi en soi-même est la meilleure et la plus sûre des voies. Michel-Ange
Commenter  J’apprécie          120
orbe   19 février 2014
Memento de Jennifer Rush
- Tu es prête à sauter ? me demanda-t-il?

Le toit du bâtiment voisin était à trois mètres plus bas.

- Et si je me casse une jambe ? M'inquiétai-je - je réfléchissais à voix haute.

- Et si un agent t'atteint avec une flèche tranquillisante, t'emmène au QG et t'efface la mémoire ?

- Dit comme ça...fis-je en grimaçant.

- A trois, dit-il. Un, deux, trois.
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   04 mars 2014
Memento de Jennifer Rush
– Tu t’es évanouie.

Il redressa la tête, le front plissé. Pivotant légèrement, j’aperçus Dani et les autres près du mur, et je réalisai que Sam soupçonnait ma sœur de m’avoir fait mal.

Je secouai la tête afin qu’il comprenne que ce n’était pas le cas.

Cas s’assit à côté de moi sur le lit et posa sa main sur ma jambe.

– J’ai proposé de te faire du bouche-à-bouche mais Sam a refusé. Je ne sais pas pourquoi. J’avais pourtant promis de ne pas mettre la langue.

Je gloussai. Sam, les sourcils toujours froncés, décrocha la main de Cas de mon genou, un doigt après l’autre.

– Je suis sûr qu’Anna apprécie ton dévouement, dit-il, mais elle n’avait aucun mal à respirer.

– Simple détail, souffla Cas en haussant les épaules.
Commenter  J’apprécie          80
BlackHaru   01 avril 2013
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
Soyons honnêtes. Un : Sam est charismatique. Deux : je suis hétéro. Trois : tout en étant hétéro, je suis moi aussi un peu amoureux de ce mec... Alors je te comprends.
Commenter  J’apprécie          70
LaChroniquedesPassions   14 mai 2014
Memento de Jennifer Rush
Sam était accroché au plafond dans un coin, les bras hissés au-dessus de la tête à l’aide de lourdes chaînes fixées à ses poignets. Quand il me vit, il s’agita, contractant chaque muscle de son corps et faisant tinter les chaînes. Il était pieds nus, torse nu et ne portait qu’un pantalon noir.



Des ecchymoses constellaient son torse, ses bras, son visage. Il avait une balafre sur la joue recouverte de sang séché.



Ils envisageaient de le torturer devant moi ? Pour que je leur cède les dossiers ? Ou peut-être la clé USB ?



Et j’avais peur qu’ils ne parviennent à leurs fins. Comment pouvais-je résister ? Non seulement l’Agence aurait gagné, mais Sam verrait combien j’étais lâche.



On m’installa sur la chaise pliante, on m’attacha les mains derrière le dos et les chevilles aux pieds de la chaise. Pendant tout ce temps, je ne quittai pas Sam des yeux, et il ne cessa de me regarder.



On pouvait s’en sortir, non ?



Je suis désolée, murmurai-je.



Tout ça, c’était ma faute.



Parce que j’avais douté de lui.



Parce que j’avais cru les mauvaises personnes et accepté leur version des faits.



Je tentai de me préparer à la suite. Sam était fort, réfractaire à la douleur. Par-dessus tout, il voudrait que je tienne bon.



Je peux y arriver, pensai-je.



C’est à ce moment-là qu’ils attaquèrent.



Un coup de poing direct, qui me percuta la mâchoire de plein fouet.



La chaise bascula en arrière. Mes dents s’entrechoquèrent et la douleur me vrilla les nerfs, jusqu’aux os.



Ce n’était pas Sam qu’ils comptaient torturer. C’était moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable   11 janvier 2014
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
– Tu préfères rester ici ? intervint Sam en croisant son regard via le rétroviseur. Je peux m’arrêter au bord de la route, si tu veux descendre.

– Ouais, ajouta Cas. Tu n’as qu’à montrer tes abdos, quelqu’un s’arrêtera pour te prendre en stop.

– Ta gueule, grogna Nick.

– Eh bien ! siffla Cas. Quelle humeur ! On est libres ! Au lieu de râler, tu devrais faire une petite danse de la victoire !

– Autant m’immoler par le feu.
Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable   11 janvier 2014
Amnesia, tome 1 de Jennifer Rush
– Tu es prêt ?

– Qu’est-ce que ça change ?

L’idée de lui lancer une réplique tout aussi sarcastique me traversa l’esprit mais je me ravisai. Autant en finir le plus vite possible.

Mon père avait mis en place trois règles dans le labo, qu’il fallait suivre à la lettre : 1) Ne jamais entrer dans la chambre d’un garçon s’il est réveillé ; 2) Vérifier que le sujet est allongé avant d’envoyer le gaz anesthésiant dans la chambre ; 3) Attendre quatre minutes pour que le gaz fasse effet.

Les garçons connaissaient les règles. Nick détestait les règles.

– Tu peux t’allonger, s’il te plaît ? demandai-je.

Il me lança un regard méprisant.

– Nick, allonge-toi.

Sur son visage, le mépris se transforma en rage, mais il finit par obéir.

Derrière moi, le téléphone sonna.

– Il faut que je décroche, dit mon père. Ça ne te dérange pas si je monte à l’étage ?

– Pas du tout, répondis-je, taisant que j’avais peur de Nick ; je ne voulais pas qu’il remette en question ma place à ses côtés.

Le téléphone calé contre son oreille, mon père sortit.

– J’y vais, prévins-je Nick en appuyant sur le bouton Cellule #4 du tableau de commande.

Les conduits de gaz du plafond de la chambre s’ouvrirent et un nuage de fumée blanche s’en échappa.

– Ce truc me fout un mal de crâne pas possible, parvint à articuler Nick avant de fermer les yeux.

Ses muscles, en tension permanente, se relâchèrent.

Je vérifiai le chronomètre pendu à mon cou. Peu d’humains peuvent retenir leur respiration quatre minutes. D’après mon père, 90 % des gens s’évanouissaient au bout de trois minutes. Il estimait que je ne courais aucun danger passé ce temps, mais compte tenu des 10 % restants, il préférait prendre ses précautions.

Quatre minutes plus tard, j’appuyai sur un deuxième bouton et le gaz fut aspiré de la pièce. Je tapai le code d’entrée de la chambre de Nick et une moitié de la paroi en Plexiglas se décala vers l’avant puis coulissa sur le côté. L’odeur âcre du gaz persistait. Je rejoignis Nick sur le lit et posai mon plateau par terre.

C’était bizarre de le voir si paisible. Il semblait presque vulnérable. Son visage anguleux s’était adouci et son éternel air de mépris avait disparu. Ses cheveux noirs bouclaient derrière ses oreilles. S’il n’avait pas été aussi insupportable, j’aurais pu le trouver beau.

Je localisai une grosse veine dans le creux de son bras. Ensuite, il ne me fallut pas longtemps pour recueillir mes trois échantillons de sang. Je m’apprêtais à partir quand quelque chose sous l’ourlet de son T-shirt accrocha mon regard.

e consultai mon chronomètre. Une minute et trente secondes avant que les effets du gaz ne commencent à se dissiper. Je me débarrassai du plateau et soulevai son T-shirt.

Une cicatrice blanchâtre et ancienne balafrait sa peau. On aurait dit un E. Sam avait aussi une cicatrice, un R, sur le torse. Comment avais-je pu ne pas remarquer celle de Nick ?

Parce que tu ne l’observes jamais.

– Il ne te reste pas beaucoup de temps, me lança Trev depuis sa chambre.

Les paupières de Nick tremblotèrent et ses doigts se crispèrent.

Mon cœur fit un bond. Attrapant le plateau, je me précipitai vers la sortie au moment où Nick se ruait vers moi. Ses doigts mous, encore sous l’emprise du gaz, effleurèrent mon avant-bras mais ne parvinrent pas à m’attraper. Je pressai à toute vitesse le bouton de la porte, qui se referma juste avant qu’il ne glisse son pied dans l’ouverture. Il m’adressa un rictus chargé de haine. J’étais bien décidée à ne pas lui montrer qu’il avait réussi à m’intimider mais, au fond de moi, j’étais terrorisée.

Nick avait des yeux d’un bleu incroyable, de la couleur de la nuit quand elle rencontre le jour. Un bleu qui lui donnait un air plus mature, plus dangereux, plus…

– La prochaine fois, fais ton putain de boulot, ne me touche pas sauf si tu es obligée.

– Nicholas, arrête, ordonna Sam.

Il appuya sa main contre la vitre, comme s’il se préparait à la briser si nécessaire.

– Est-ce que ça va ? me demanda-t-il.

– Je suis désolée, marmonnai-je, le souffle court. Je…

J’avais envie de mentionner la cicatrice, de savoir s’il existait un lien avec la sienne, mais je compris à ses traits tendus que ce n’était pas le moment.

– Je suis désolée, répétai-je.

Je fis demi-tour et emmenai mon plateau jusqu’au comptoir du fond afin de poursuivre mon travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   25 mars 2018
Memento de Jennifer Rush
Hé, murmurai-je.



Nick fit craquer les articulations de ses mains.



-Je me souviens, dit-il d'une voix éraillée. Je me souviens de tout.



-De tout ? Depuis quand? Enfin...



Une autre jointure craqua.



-Depuis un petit moment déjà.



Il soupira, passa sa main dans ses cheveux-ce qui ne changea rien, ses bouclettes reprirent aussitôt leur place.



-Je me suis souvenu de la première fois ou je t'ai vu avec un bleu sur le visage. Tu n'était qu'une gamine. Tu pleurais et tu refusais de me regarder. Tu ne voulais voir personne. Ton père avait déjà commencé à te briser, ajouta-t-il en secouant la tête.



-Nick...



-C'est moi qui ai eu l'idée d'effacer ta mémoire. J'ai suggéré à Dani qu'on laisse ton oncle s'en occuper, pour que tu oublies toutes les horreurs que ton père te faisait subir, parce que moi, je voulais oublier. Je voulais oublier ce que mon père à moi m'avait fait.



Je restai muette, ne sachant pas quoi dire. C'est parce qu'on m'avait paru si confus la nuit où j'avais tué mes parents.



Mais rien de tout ça ne se serait produit si Will n'avait pas fondé l'Agence.



C'était à lui que j'en voulais par dessus tout.



-Je me souviens de t'avoir fait une promesse ce jour-là, poursuivit Nick. J'ai promis de veiller sur toi. Manifestement, j'ai échoué.



-Tu n'es pas obl...



Il leva une main .



T'inquiète. Je n'ai pas l'intention de vider mon sac. Je voulais simplement m'excuser d'avoir été aussi méprisant à la ferme.



Je repoussai la couverture et lui sautai dessus, enroulant mes bras autour de son cou. D'abord, il se raidit,immobile,les bras ballants, puis il se détendit et m'étreignit doucement.



-Maintenant, allonge-toi, recommanda-t-il. Enfin, tu as quand même reçu une balle .



Alors qu'il m'aidait à retourner dans mon lit, je le regardai en souriant. Une fois allongée, je fermai les yeux.



Je repensai à la boite de grues en papier restée au chalet que nous avions du quitter après avoir vu Riley sur les enregistrements vidéo. J'avais oublié de les prendre. À présent que l'Agence était détruite, peut-être pouvais-je y retourner? J'aurais aimé récupérer les grues pour les pendre au plafond de ma future chambre et les regarder danser toutes les nuits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Céréales quiz !

Poursuivis par la police, Walter, un truand sans envergure, et Francesca, sa maîtresse, se réfugient dans un campement de «mondines», ces repiqueuses de riz de la plaine du Pô, où ils découvrent le dur travail des ouvrières agricoles. Ils y font la connaissance de la belle mais dangereuse Silvana. Celle-ci, voyant clair dans le jeu des deux fugitifs, dénonce Francesca au sergent Marco et, une fois la voie libre, devient la maîtresse de Walter. Le truand tombe vite sous le charme de cette femme aux mœurs libres et à l'allure farouche. Les deux amants, sentant tourner le vent, décident de s'enfuir. Le sergent Marco se lance à leur poursuite...

Riz amer
Blé amer
Orge amer
Seigle amer

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , céréales , films , bd adulte , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur
.. ..