AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.21 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Massachusetts , 1968
Biographie :

Romancière américaine

Elle enseigne l’écriture à Queens University, Brooklyn College et l’université de Columbia.

Source : http://calmann-levy.fr/auteurs/jenny-offill/
Ajouter des informations
Bibliographie de Jenny Offill   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
bouma   12 septembre 2015
Debout Petit Paresseux de Jenny Offill
Durant toute la semaine, on s'est entraînés en secret. Parfois, Rapido dormait pendant les répétitions, et je devais le réveiller.

"Debout, mon petit paresseux !"
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipette   10 novembre 2016
Bureau des spéculations de Jenny Offill
« Les animaux souffrent-ils de la solitude ? Les autres animaux, j’entends. » (p. 16)
Commenter  J’apprécie          90
paraty62   03 septembre 2014
Bureau des spéculations de Jenny Offill
Il y a un homme qui a fait le tour du monde en essayant de trouver des endroits où l'on peut ,si on reste immobile, ne percevoir aucun son humain. Il est impossible de se sentir calme dans les villes, d'après lui, parce qu'on y entend rarement un chant d'oiseau. Nos oreilles sont devenues, avec l'évolution, des systèmes d'alarme. Nous sommes en état d'alerte maximale quand les oiseaux ne chantent plus. Vivre en ville, c'est sursauter sans arrêt.
Commenter  J’apprécie          60
beamag87   13 avril 2015
Debout Petit Paresseux de Jenny Offill
Mon paresseux est arrivé par colis express.

Il était gros comme un chien de taille moyenne, avec un nez plat et une tête de singe.

Maman n'était pas très contente mais je lui ai répondu qu'une promesse était une promesse.

J'ai décidé qu'il s'appellerait Rapido.
Commenter  J’apprécie          50
paraty62   03 septembre 2014
Bureau des spéculations de Jenny Offill
Les antilopes voient dix fois mieux que l'homme, me dis-tu. C'était au commencement ou presque. Cela signifie que, par une nuit claire, elles peuvent distinguer les anneaux de Saturne.



C'était des mois avant que nous nous déballions toutes nos histoires. Et même alors, certaines me semblaient insignifiantes. Pourquoi celles-ci me reviennent-elles maintenant? Alors que j'en ai plus qu'assez de tout cela.



Les souvenirs sont microscopiques. De minuscules particules qui s'agrègent et se séparent. Edison les appelait petites gens. Entités. Il spéculait sur leur point d'origine, et d'après sa théorie, c'était le cosmos.
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaire   02 novembre 2016
Le livre des songes de Jenny Offill
Chaque être humain est composé de cinq éléments, m'expliqua-t-elle. Il y a ton corps charnel, qu'on appelle le corps cadavre, et il y a le n'âme, qui maintient le corps ensemble. Ensuite vient le gros bon ange, la force vitale qui anime la personne, et le ti bon ange, qui est ce qu'on pourrait appeler l'âme. Mais le plus important de tout est la z'étoile, qui est ton étoile de la destinée.
Commenter  J’apprécie          10
paraty62   03 septembre 2014
Bureau des spéculations de Jenny Offill
Peu après, un ex-petit ami se matérialisa sur mon palier. Il semblait avoir fait tout le trajet depuis San Francisco juste pour un café. Sur le chemin du bistro, il s'excusa de ne m'avoir jamais vraiment aimée. Il espérait se racheter. "Attends ,m'écriai-je. Tu vas aux Alcooliques anonymes, c'est ça?"



Ce soir-là à la télévision, je vis le tatouage dont j'espérais que la vie me rendrait digne. Si tu n'as jamais souffert, aime-moi. Un assassin russe m'avait coiffée au poteau.
Commenter  J’apprécie          00
paraty62   03 septembre 2014
Bureau des spéculations de Jenny Offill
Pendant des années, j'ai laissé un Post-it collé au-dessus de mon bureau ."LE TRAVAIL, PAS L'AMOUR!" pouvait-on y lire. Cela semblait être une forme de bonheur fiable.



Dans un carton sur le trottoir ,j'ai trouvé un livre intitulé S'épanouir au lieu de survivre .Je suis restée debout à le feuilleter sans vouloir m'engager.
Commenter  J’apprécie          00
paraty62   03 septembre 2014
Bureau des spéculations de Jenny Offill
Cet été-là, il a plu sans arrêt. Je me souviens de l'atroce odeur de chien mouillé de mon pull, et de mes chaussures qui clapotaient affreusement. Et dans chaque ville ,la même scène. Un garçon qui sortait dans la rue et ouvrait un parapluie pour une fille restée au sec dans l'embrasure de la porte.
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipette   10 novembre 2016
Bureau des spéculations de Jenny Offill
« Même si le mari la quitte de cette façon affreuse, veule, il n’en est pas moins que toutes ces années de bonheur passées auprès de lui relèvent du miracle. » (p. 126)
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Restez à la surface avec Olivier Norek

Dans quelle ville de l'Aveyron Noémie Chastain est-elle affectée ?

Millau
Decazeville
Sainte Enimie du Tarn
Espalion

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thème : Surface de Olivier NorekCréer un quiz sur cet auteur

.. ..