AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Petit-fils de l’écrivain Marc Behm,

Il porte son premier manuscrit à une maison d’édition à l’âge de 16 ans. Bien que son style se rapproche de celui de son grand-père pour sa propension à créer des histoires un peu folles, son univers est cependant plus sinistre, plus sombre.

2011 "Démolitions en tous genres"
2014 "Le hold-up des salopettes", une adaptation personnelle d’un scénario de son grand-père.

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   22 mai 2017
Mon ennemi Arnie de Jérémy Behm
C'est sûr, on pouvait haïr quelqu'un de tout son être et lui vouer malgré tout un amour sans bornes. Même s'il cognait votre mère avec un nerf de boeuf si fort qu'il lui arrivait parfois de s'évanouir... ou même, comme Smiley le soupçonnait pour le môme, s'il était responsable de [votre] claudication.

(p. 11)
Commenter  J’apprécie          162
asnico   08 mars 2017
Mon ami Arnie de Jérémy Behm
Sauvegarder les apparences toujours; laisser croire aux parents que leurs enfants resteront éternellement d'innocents bambins dont le seul plaisir coupable est l'ingestion massive de glace au chocolat. (p 43)
Commenter  J’apprécie          70
asnico   13 juin 2017
Mon ennemi Arnie de Jérémy Behm
"Un pour tous et tout pour moi", "Dieu te le rendra parce que moi j'ai pas le temps", voilà les devises d'un monde dans lequel on ouvre mille fenêtres virtuelles tout en fermant la porte de nos cœurs. (p 54)
Commenter  J’apprécie          70
gabrielleviszs   03 juin 2017
Mon ennemi Arnie de Jérémy Behm
- C'est lorsque j'étais au fond du gouffre que Fox et Cliff ont débarqué dans ma chambre d'hôpital comme deux clowns doctors, continua-t-il. Sans doute ont-ils eu pitié de moi, allez savoir... Ensemble, ils m'ont aidé à oublier la douleur, toutes les douleurs, et m'ont redonné goût à la vie en plaisantant avec moi et en me faisant relativiser les événements que j'avais vécu, ce qui dans mon état était loin d'être gagné. Quand finalement je suis parti vivre chez ma mère, ça a été un vrai déchirement. Mais ce soir, nous voici à nouveau réunis.
Commenter  J’apprécie          50
asnico   15 juin 2017
Mon ennemi Arnie de Jérémy Behm
Au fond, nous sommes tous pareils. Cette société se vante d'être hyperconnectée et ouverte sur le monde entier, mais les relations humaines sont de plus en plus fausses; ces personnes que nous appelons "amis" se résument à quelques lignes et émoticônes sur des réseaux sociaux qui vous zappent à la moindre parole suspecte comme ils jetteraient un mouchoir en papier usagé (p 117)
Commenter  J’apprécie          50
Jangelis   13 juillet 2019
1 million de vues de Jérémy Behm
Ce gamin avait une joie de vivre qui ne manquait pas de la sidérer à chaque fois.

Est-ce qu'il y avait un moment où ça passait ? Où on arrêtait de voir le monde avec les yeux de l'enfance pour se rendre compte de ce qu'il était vraiment ?
Commenter  J’apprécie          50
asnico   11 mars 2017
Mon ami Arnie de Jérémy Behm
Ce qu'il y avait de bien dans l'art moderne, c'est que chacun pouvait l'interpréter à sa sauce (p 120)
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable   23 février 2019
Mon ami Arnie de Jérémy Behm
4h07… 4 h 07, et les yeux de Hank Meynard s’écarquillèrent tandis qu’il découvrait… l’horreur ! Il plaqua son poing sur sa bouche et mordit dedans très fort, réprimant un hurlement d’effroi. Non, ce n’était pas possible, ce genre de chose ne pouvait pas lui arriver, pas à lui… Dans cinq secondes, il allait se réveiller dans son lit, avec sa femme blottie entre ses bras, et il pousserait un soupir de soulagement en réalisant que tout ça n’avait été qu’un cauchemar.



1… 2… 3… 4… 5… Non, c’était toujours là. Comment faire pour se débarrasser de cette vision ? Rembobiner le temps ? Oui, oui, c’était ça, il devait rembobiner, remonter jusqu’au moment où tout était encore normal, terriblement, mortellement… normal ! Il prit une grande inspiration, ferma les yeux et fit machine arrière.



3 h 57… Après avoir enfilé ses bottes en caoutchouc et son gilet jaune fluo, Hank Meynard sortit de la petite baraque en préfabriqué et s’étira, bâillant à s’en décrocher la mâchoire. Un instant, il resta là à observer les montagnes d’ordures qui s’élevaient à perte de vue devant ses yeux bouffis de sommeil, dominant de toute leur impressionnante hauteur la petite ville endormie d’Ithaca en contrebas.



L’aube n’était pas encore là mais, si l’on observait attentivement le ciel, on pouvait en percevoir les prémices, la voûte céleste se teintant d’un léger voile mauve. En d’autres circonstances, le panorama aurait même pu avoir quelque chose de poétique. Mais après tout, ce n’était qu’une foutue décharge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   23 février 2019
Mon ami Arnie de Jérémy Behm
À peine eus-je pris la décision d’emprunter le raccourci que je le regrettai amèrement. Pile à mi-trajet, adossé contre un mur, les bras croisés, se tenait le grand blond à dégaine d’échassier qui s’appelait Craig. Je tentai de rebrousser chemin, mais il était déjà trop tard. Derrière moi venaient d’apparaître ses trois lieutenants qui me bloquaient maintenant le passage. Le piège s’était refermé sur moi.



La plupart du temps, je me farcissais ma ration quotidienne de gaz d’échappement en me rendant au bahut par l’avenue principale, mais quand par malheur j’étais en retard, il m’arrivait d’opter pour la petite contre-allée. Elle était sale, grise, moche et empestait les poubelles du restaurant chinois attenant, mais au moins elle permettait de gagner cinq bonnes minutes.



Et ce matin, je l’avoue, je m’étais un peu trop attardé au lit, sous la douche, en déjeunant, bref, je m’étais un peu trop attardé partout, en souriant aux anges comme un idiot, au grand étonnement de mes parents qui n’avaient pas l’habitude de me voir rêvasser de la sorte. Il faut dire qu’aujourd’hui était un jour spécial. Aujourd’hui, elle serait à moi… Du moins si je réussissais à garder mon argent à l’abri des mains avides de la bande d’enfoirés qui me cernait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   11 août 2019
Démolitions en tous genres de Jérémy Behm
Le monde des adultes était décidément bien difficile à appréhender pour un enfant de huit ans et demi.



Il aimait beaucoup Tonton Carlito, parce qu’il jouait toujours avec eux et leur ramenait souvent des sucreries. D’ailleurs, à part Judith, qui de toute façon n’aimait pas grand monde excepté son joueur de basket très grand et très moche, tout le monde l’adorait, l’oncle Carl. Seulement, chacun avait sa façon de le montrer.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur