AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.83 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Jakarta, Indonésie , le 30/04/1940
Biographie :

Jeroen Brouwers (Jeroen Godfried Marie Brouwers) est un journaliste, écrivain et essayiste néerlandais.

Après l'invasion japonaise en 1943 et la capitulation de l'Armée royale des Indes orientales néerlandaises (KNIL), son père fut transporté dans un camp de concentration de la région de Tōkyō. Jeroen, sa grand-mère, sa mère et sa sœur, furent d'abord interné dans le camp japonais de Kramat, puis dans le camp de Tjideng, dans un quartier suburbain de Batavia. Ses grand-parents n'ont pas survécu au séjour dans les camps.

Une fois la guerre terminée, la famille se retrouva et déménagea à Balikpapan, sur l'île de Bornéo (aujourd'hui Kalimantan). En 1947, Henriëtte Brouwers et ses enfants repartirent aux Pays-Bas en bateau. En 1948, le père de Jeroen les a rejoints.

Jusqu'en 1950, Jeroen a vécu avec ses parents. Quand il a atteint l'âge de dix ans, il a été placé dans divers pensionats catholiques car il aurait été un enfant indiscipliné : il aurait eu du mal à se plier aux contraintes de la société néerlandaise après la liberté qu'il avait connue en Indonésie.

De 1958 à 1961, Jeroen Brouwers effectua son service militaire. A la fin de son service militaire, il fut quartier-maître du Service des Renseignements de la Marine (MARID). Après sa conscription, il a travaillé en 1961 à Nimègue en tant que journaliste stagiaire au sein du groupe de presse De Gelderlander. Il a fait partie de la rédaction du journal militaire Salvo.

En 1962, il a été embauché par la Geïllustreerde Pers d'Amsterdam. Il a fait partie de la rédaction du journal Romance (devenu plus tard Avenue). De 1964 à 1976, Brouwers a travaillé à Bruxelles en tant que secrétaire de rédaction et plus tard comme redacteur (en chef) aux éditions Manteau.

Après plusieurs différends avec Julien Weverbergh, le directeur des Éditions Manteau, Brouwers démissionna. A partir de ce moment, il se voua complètement à sa carrière d'écrivain.

En 1992, Jeroen Brouwers reçoit l'Ordre du Lion flamand, puis en 1993 il est fait Chevalier dans l'Ordre de la Couronne.

En plus des nombreux prix littéraires belges et néerlandais, Brouwers a remporté le Prix Femina étranger en 1995 pour son roman Rouge décanté (Bezonken rood).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jeroen Brouwers   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

7 février 2010 : Mot de l'éditeur : L'Eden Engloutie : Dans L'Éden englouti, prélude à Rouge décanté, Brouwers se souvient de tempo dahulu, le paradis perdu des Indes néerlandaises qui dans son souvenir sont devenues « le pays des rêves ». Il y évoque son enfance merveilleuse, marquée par la présence de sa mère souveraine et celle de son formidable grand-père musicien, avant l'invasion japonaise des îles de la Sonde. Ce « temps de sa somnolence », où il était encore en bas âge, fut partagé entre l'épanouissement de ses sens devant le spectacle fascinant de la nature indonésienne et l'apprentissage du langage, crucial pour cet écrivain-né. Il prit fin brutalement lorsque Jeroen fut incarcéré au camp de Tjideng avec sa mère, sa grand-mère et ses soeurs. Rouge décanté : Rouge décanté est une évocation incantatoire des deux années de la Seconde Guerre mondiale que Brouwers a passées au camp de Tjideng, à Batavia, durant l'occupation japonaise de l'Indonésie néerlandaise, avec sa mère, sa grand-mère et sa petite soeur. Témoin de scènes effroyables, Jeroen Brouwers, qui y resta de quatre à six ans, ne faisait pas alors la part du bien et du mal. Ni le rire ni la fascination pour les Japonais ne sont absents de ces visions d'enfant. le portrait de sa mère est celui d'une femme admirable, quoique jamais héroïque. Tout le texte est, non seulement un éloge à son courage, à sa beauté, au sourire dont elle ne se défait jamais, mais aussi, sous couvert d'impassibilité, un magnifique et douloureux témoignage d'amour.

+ Lire la suite

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
brigetoun   18 novembre 2009
Rouge décanté de Jeroen Brouwers
(De loin en loin, ces dernières années, ma mère m'appelait mais dès que j'avais prononcé mon nom, elle disait : "Excusez-moi, je me suis trompée de numéro". Je reconnaissais sa voix à son timbre et à son accent des Indes, il y a des millions de mères dans le monde et il n'y en a qu'une seule qui soit la mienne. Avant que je n'aie pu répondre, elle raccrochait, et j'en restais là : - j'avais entendu la voix d'une mère qui s'était trompée de numéro en téléphonant à son fils.)
Commenter  J’apprécie          40
nadouk   02 août 2013
Rouge décanté de Jeroen Brouwers
Dans une de ces maisons, au n°7 de la Tjitarumweg, nous logions, avec une dizaine d'autres personnes, dans la cuisine- nous habitions dans l'évier. Ma mère dormait dessus, et ma grand-mère, ma soeur et moi dessous: ma grand-mère sur la planche qui divisait l'intérieur de l'évier en une moitié supérieure et une moitié inférieure, ma soeur et moi "au rez-de-chaussée", en dessous de ma grand-mère.
Commenter  J’apprécie          40
ay_guadalquivir   08 juillet 2014
L'Eden englouti de Jeroen Brouwers
"La nostalgie de l'Insulinde" - chez moi ce mal n'est pas de nature topographique. Ma nostalgie n'a pas pour objet "Les Indes néerlandaises" mais l'époque où je vivais sans penser, j'ai la nostalgie de ce qui en moi s'est perdu et dont je ne sais plus exactement moi-même ce que c'était - clarté qui s'est changée en trouble, eau qui s'est changée en pensées d'asphyxie et de mort.
Commenter  J’apprécie          40
ay_guadalquivir   04 juillet 2014
L'Eden englouti de Jeroen Brouwers
Il m'arrive de penser : ce mélange de bruits que j'entendais entre le crépuscule et la nuit, avant de m'endormir, avant mes trois ans, bruits de somnolence, bruits de rêve - c'est tempo dahulu. Les bruits du Pays doré. L'Atlantide n'est pas encore engloutie.
Commenter  J’apprécie          40
Osmanthe   15 février 2015
Rouge décanté de Jeroen Brouwers
Ce camp s'appelait Tjideng. C'était le camp d'un commandant très redouté qui avait une sinistre réputation : le capitaine japonais Kenitji Sone ; condamné pour crimes de guerre, il a été exécuté en 1946 ; je me souviens de lui ; il a rossé ma mère personnellement et lui a donné des coups de pied avec ses bottes éperonnées, et j'ai assisté à cette scène personnellement.

"C'était une reine." "Ils ont battu ma mère jusqu'à ce qu'elle reste étendue sur le sol, à moitié morte." " Ma mère était la plus belle des mères, j'ai cessé de l'aimer à ce moment-là." C'est ainsi que j'ai consigné cela, de même que j'ai consigné ceci : "si elle meurt un de ces jours, je n'irai pas à son enterrement."
Commenter  J’apprécie          30
ay_guadalquivir   25 juillet 2013
Jours blancs de Jeroen Brouwers
"[...] il lui arrivait de rester plusieurs jours sans manger, passait si nécessaire plusieurs nuits sans dormir, gérant ses rentrées d'argent avec la plus grande parcimonie afin de s'offrir le théâtre partout où il s'arrêtait, aux besoins en assistant aux représentations le ventre vide sur un des strapontins du poulailler. Le corps n'a pas à regimber, le mien fait sans rechigner ce que je lui commande.

Je l'entends encore prononcer ces paroles, le ton sémillant avec lequel il le fit.

Environ vingt ans plus tard, il devait m'annoncer tout à fait autre chose sur un ton bien différent. Le corps est le grand traître."
Commenter  J’apprécie          30
calisson73   22 août 2013
L'Eden englouti de Jeroen Brouwers
Tous les œufs de maman canard viennent d'éclore, sauf un, cet œuf -là est plus gros que les autres, de cet œuf-là sort un canard différent de ceux qui sont sortis des autres œufs. Mon poing est serré lorsque j'entends que tous les canards ordinaires harcèlent et ridiculisent et chassent du jardin ce canard différent, vilain avorton, l'obligeant à pénétrer dans le monde hostile où il n’y a pas de beauté ni de belle musique, mais une guerre permanente, des bombardements, des camps d'internement, la faim, la haine...

Pendant toute ma vie, j'ai été un canard différent.
Commenter  J’apprécie          30
Osmanthe   22 février 2015
Rouge décanté de Jeroen Brouwers
"Faire comme si" une chose n'est pas ce qu'elle est, mais "autre chose", peut-être les gens qui en sont capables sont-ils "heureux", sereins et immunisés contre l'angoisse.

Commenter  J’apprécie          41
Osmanthe   22 février 2015
Rouge décanté de Jeroen Brouwers
Début août 1945, je me trouve, mais je ne le sais pas encore, dans un épicentre de l'histoire mondiale : ce qui se produit change la face du monde, dieu est dé-divinisé, désormais la vie ne sera plus jamais comme avant, car d'un coup toutes les époques prennent fin et la fin est marquée par la cicatrice, que des siècles ne suffiront pas a rendre invisible, d'une brûlure sur la peau du monde et de l'humanité entière.
Commenter  J’apprécie          30
calisson73   14 août 2013
Jours blancs de Jeroen Brouwers
L'origine de cette méconnaissance réside, à n'en pas douter, chez moi : je me méfie de toutes les femmes, l'intérêt qu'elles suscitent à mes yeux s'étiole vite, pour ce qui est de Sylvie, j'ai été simplement amoureux d'elle, six mois après c'était terminé, le chasseur ayant capturé la biche, la routine n'a pas tardé à s'installer, suivie de l'ennui, lui-même suivi de la résignation ou du refus de me résigner en raison de ma fébrilité et de ma nature remuante... pis que tout ça : au bout d'environ trois ans, notre mariage croupissait dans une indifférence réciproque totale, qui ne nous empêcha pas certes de demeurer prévenants et corrects l'un envers l'autre et de continuer à tenir en honneur les plaisirs de la chair jusqu'au jour où l'apathie s'est faufilée avec un grand bâillement dans le lit conjugal...
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..