AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 136 notes)

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) à : Séoul , le 31/01/1963
Biographie :

Gong Ji-yeong est une romancière sud-coréenne.

Elle fait partie de la "nouvelle vague" des auteures qui ont révolutionné la littérature coréenne dans les années 1980 et 1990.

C'est durant les années 1980 qu'elle entre en contact avec les mouvements étudiants pour la démocratisation du pays. En 1985, elle obtient sa licence en littérature à l'université Yonsei à Séoul.

Son premier roman, "Quand l'aube se lève" est directement lié à ses activités dans les manifestations étudiantes contre le régime militaire durant les années 1980.

Gong Ji-Young a commencé à écrire à plein-temps à partir de 1988. Ses récits se concentrent essentiellement sur la condition des travailleurs en Corée du Sud, les exclus et les personnes victimes d'ostracisme. Elle écrit également sur la condition des jeunes femmes essayant de suivre une carrière professionnelle indépendante en dehors du cocon familial.

Sa nouvelle "Pars seule comme une corne de rhinocéros" (Muso-ui ppulcheoreom honjaseo gara, 1993) traite directement de cette question de l'égalité des sexes. Cette nouvelle a été adaptée au cinéma (1995) ainsi qu'au théâtre.

"Nos jours heureux" (2005) a été adapté en manga, en collaboration sur le scénario avec Yumeka Sumomo (Sahara Mizu), qui s'est également occupé des dessins.

Il a également été adapté en film sous le nom de "Maundy Thursday" en 2006.

En 2011, Gong Ji-young remporte le prix Yi Sang pour la nouvelle, "Flânez pieds nus dans les ruelles de mots" ("Maenballo geulmogeul dolda").

Gong Ji-young a été divorcée trois fois et a trois enfants.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   11 février 2018
Ma très chère grande soeur de Ji-young Gong
....j’ai pensé aussi que le destin d’une personne pouvait être influencé inéluctablement par une si petite chose et que rien n’était insignifiant dans la vie....Mais par la suite, j’ai changé d’avis......car j’ai compris la raison pour laquelle rien n’est insignifiant dans la vie : quand une personne fait face à un choix, même dérisoire, c’est la totalité de son vécu qui en décide ; aussi, l’important n’est pas la rencontre elle-même mais l’ensemble du vécu qui l’oriente.
Commenter  J’apprécie          432
Bookycooky   10 février 2018
Ma très chère grande soeur de Ji-young Gong
Combien de fois tombera la neige et soufflera le vent

avant que les feuilles repoussent et que les fleurs se fanent ?
Commenter  J’apprécie          420
Bookycooky   13 février 2018
Ma très chère grande soeur de Ji-young Gong
Ce jour-là, j’aurais dû comprendre qu’il est inutile de faire confiance et d’accorder le bénéfice du doute à des gens qui, parmi tant de sentiments possibles, ne manifestent que de l’hostilité. Mais même en sachant dès le début que telle personne va forcément agir dans le mauvais sens, on se dit toujours « on ne sait jamais… », c’est plus fort que nous, c’est comme le poison addictif de l’espoir......

Mais j’en suis au même point aujourd’hui, après tant d’années. J’ai eu souvent ce genre d’expériences depuis cette première fois, pourquoi faut-il que je m’acharne à croire que les méchants finiront par être bons et les règles à être impartiales ?
Commenter  J’apprécie          360
Bookycooky   11 février 2018
Ma très chère grande soeur de Ji-young Gong
Dans une échoppe de nouilles, de longs spaghettis blancs accrochés sur une corde comme des linges étaient en train de sécher en vibrant légèrement dans la brise du soir. C’était une nuit de printemps.
Commenter  J’apprécie          280
NathalC   31 mai 2016
Nos jours heureux de Ji-young Gong
- Oui, avec le temps, on vieillit. De tout ce qu'on possède, rien n'est éternel. Et puis on meurt... quoi qu'on fasse... on meurt.
Commenter  J’apprécie          280
NathalC   03 juin 2016
Nos jours heureux de Ji-young Gong
Ce n'est pas parce qu'on est habitué à être trahi qu'on ne souffre pas à chaque trahison, ce n'est pas parce qu'on tombe souvent qu'on se relève facilement une fois encore.
Commenter  J’apprécie          260
NathalC   04 juin 2016
Nos jours heureux de Ji-young Gong
Tenez, il y a quelqu'un qui a dit, quand on a été témoin d'un meurtre, on devient partisan de la peine de mort, quand on a été témoin d'une exécution, on devient partisan de l'abolition de la peine de mort... Enfin, ni le meurtre ni la peine de mort ne sont vraiment acceptables.
Commenter  J’apprécie          250
NathalC   01 juin 2016
Nos jours heureux de Ji-young Gong
Peu importe la religion qu'on a. Et puis d'ailleurs peu importe qu'on en ait ou pas. Vivre humainement chaque jour... c'est ça qui est important.
Commenter  J’apprécie          220
Danieljean   25 novembre 2020
L'échelle de Jacob de Ji-young Gong
Le silence ressemble à un miroir sombre qui parvient à révéler les os et la chair même à travers plusieurs couches de vêtements.
Commenter  J’apprécie          20
gavarneur   18 septembre 2017
Nos jours heureux de Ji-young Gong
Pour moi qui n'avais même pas terminé le primaire, la prison était une école pleine d'enseignements. J'y ai appris des techniques criminelles, la haine et la vengeance. Il y avait plusieurs milliers de professeurs qui nous enseignaient comment devenir encore plus teigneux, encore plus infâmes sans ressentir la moindre culpabilité.

Page 223
Commenter  J’apprécie          170

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Ji-young Gong Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le quiz PRO !! 👍 ✌️

Professeur :

est favorable aux châtiments corporels
déclame des antibacchées

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : charades , définitions , jeux de mots , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..