AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.14 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Tianjin , le 09/02/1942
Biographie :

Feng Jicai est né en 1942, à Tianjin, dans une famille de lettrés.

Il rentre en 1962 à l'Ecole des Beaux-Arts de Tianjin. Il aime déjà l'écriture et fait paraître des articles sur l'art dans les périodiques de la ville.

En 1977, il publie son premier roman sur la Société des Boxers, une critique de l'impérialisme. Dès lors il ne cessera plus d'écrire, romans, sawen, ainsi que des essais sur l'art et la destruction du patrimoine architectural chinois.

Parmi ses nouvelles les plus représentatives, on peut également citer Ah ! (« la Lettre perdue ») et Ganxie shenghuo (« Merci à la vie »). Il est l’auteur de nombreux recueils de nouvelles tels que Gao nuren he ta de ai zhangfu (« la Grande femme et son petit mari »), Diaohua Yandou (« les Pipes sculptées »), mais également de plusieurs recueils de textes de formes variées : essais, scénarios, réflexions littéraires, poèmes, chants, compilation de nouvelles populaires, études sur l'histoire de Tianjin et de ses coutumes locales, etc.

Feng Jicai est également peintre. En 1992, une exposition rassemble ses œuvres à Pékin. Lettré, esprit original, curieux de tout et ouvert au monde, Feng Jicai est un humaniste.
+ Voir plus
Source : www.bleudechine.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Jicai Feng   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=58403&razSqlClone=1 FENG ZIKAI, UN CARICATURISTE LYRIQUE Dialogue du mot et du trait Marie Laureillard Postface de Danielle Elisseeff L'univers esthétique Caricaturiste, auteur de bandes dessinées, peintre, illustrateur, Feng Zikai (1898-1975) est considéré comme l'inventeur d'un genre artistique nouveau, le manhua, néologisme chinois emprunté au japonais (manga) dans les années 1920. Il demeure profondément attaché à l'héritage de l'encre et du pinceau du lettré. Grand amateur de poésie, il élabore une caricature au style sobre et naïf, empreinte de lyrisme et d'humour, inspirée de modèles occidentaux et japonais et à laquelle il confère une identité chinoise. Marie Laureillard, maître de conférences en études chinoises à l'université Lumière-Lyon 2, est membre de l'Institut d'Asie Orientale et copilote de l'équipe de recherches Langarts. Docteur en histoire de l'art, traductrice du chinois, l'un de ses axes de recherche porte sur les relations du texte et de l'image. Broché - format : 15,5 x 24 cm ISBN : 978-2-343-13586-1 ? janvier 2018 ? 404 pages

+ Lire la suite

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
book-en-stock   28 mai 2016
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Même anéanti par le plus profond des désespoirs, l'homme ne peut se résoudre à quitter la vie. Est-ce la peur de l'inconnu ou l'espérance insensée de jours meilleurs qui le retient? Peu importe qu'il soit bafoué, torturé, l'homme continuera, envers et contre tout, à vivre.



p. 149
Commenter  J’apprécie          90
Kawane   03 février 2016
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Pendant ces longs trajets, si on n’avait pas d'ami avec qui voyager, le mieux était encore ne ne pas avoir de voisin du tout.
Commenter  J’apprécie          70
Kawane   29 mars 2016
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
L'art transfigure la banalité de la vie.
Commenter  J’apprécie          70
PegLutine   29 juillet 2013
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Ce soir-là, très tard, Dune n'était pas encore rentrée. J'étais inquiet mais je n'osais pas sortir. J'avais peur qu'on croie que je cherche à m'enfuir. Des bagarres avaient éclaté non loin de l'usine. J'entendais des cris, des appels au meurtre, des mots d'ordre qu'on hurlait. Et, par vagues successives, m'arrivaient le bruit et la fureur des désordres qui éclataient un peu partout. On avait brûlé les livres symboles des "Quatre Vieilleries" [La pensée, la culture, les moeurs et les coutumes de l'époque de Confucius]. De la cendre et des bouts de papier calcinés volaient dans la fumée épaisse et rentraient en gros flocons jusque dans ma chambre.
Commenter  J’apprécie          30
PegLutine   29 juillet 2013
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
J'ai découvert un monde, un monde infini.

Une phrase m'est revenue en mémoire. Une phrase de Picasso: "Le monde entier se déploie devant nous, impatient que nous l'inventions, non que nous le répétions." Je suis resté, pendant une demi-heure, devant mes porcelaines, sans rien dire.
Commenter  J’apprécie          20
PegLutine   29 juillet 2013
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Au début, elle m'a donné une impression délicieuse de douceur et de volupté secrète. (...) Mais je n'étais pas parvenu à saisir une seule ligne nette qui aurait pu rendre compte de sa silhouette. C'est précisément ce qui m'a procuré cette sensation de jamais vu et me l'a rendue unique. Sa silhouette était floue comme l'esquisse inachevée d'un tableau. Elle aurait pu se fondre dans n'importe quel décor car les couleurs qui l'environnaient, la lumière, l'air même, tout s'accordait à ses moindres mouvements.
Commenter  J’apprécie          00
PegLutine   29 juillet 2013
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Nous vivions dans une parfaite harmonie!

Pourtant, de temps en temps, j'étais envahi par une vague angoisse. Je ne sais pas si tous les hommes heureux ressentent cette sorte d'inquiétude indicible, irraisonnée.

Vous qui êtes écrivain, vous avez certainement dû vous interroger sur ce qui peut provoquer un tel sentiment. Avouez avec moi, qu'elles qu'en soient les explications, qu'il s'est trouvé parfois justifié.
Commenter  J’apprécie          00
PegLutine   29 juillet 2013
Que cent fleurs s'épanouissent de Jicai Feng
Elle aimait créer autour d'elle une atmosphère romanesque, vivant des émotions imaginaires qu'elle tentait de me faire partager. Elle aimait aussi, appuyée contre mon épaule, se raconter à voix basse des histoires qu'elle inventait avec talent. (...) Quand je rentrais, je la découvrais ainsi, immobile, dans le soleil, comme le personnage d'un tableau. L'art transfigure la banalité de la vie.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Série Uglies (test 1)

Quel est le nom de famille de Tally ?

Yougbloud
Younglood
Youngblood
Yougloud

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thème : Uglies de Scott WesterfeldCréer un quiz sur cet auteur