AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.03 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Jill Leovy est journaliste pour le Los Angeles Times. Elle a fondé le blog The Homicide Report afin de mettre un nom et un visage sur toutes les victimes d’homicide de la ville. Ghetto, son premier livre, a connu un succès retentissant dès sa sortie aux États-Unis.


Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Stelphique   05 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Il croyait fermement que, à condition d’y mettre du sien, on pouvait améliorer les choses.
Commenter  J’apprécie          250
Stelphique   14 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
"Il y a cette idée que les Noirs font ça entre eux, et que si je suis blanc ça ne m'affecte pas" dit-il. Ses yeux s'animèrent d'une colère soudaine. "Et bien, figurez vous que si: ça m'affecte."
Commenter  J’apprécie          210
Stelphique   13 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Au contraire, il n'y avait en lui que de la souffrance. Les larmes lui tendaient des embuscades plusieurs fois par jour.
Commenter  J’apprécie          190
Mimeko   17 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
L'histoire de Jessica Midkiff était celle des prostituées du Southside : sordide, tragique monotone. Toutes ces histoires semblaient commencer de la même manière - par un viol ou des violences pendant l'enfance - et se conclure avec une prostituée vieillissante acceptant des passes toujours plus minables pour se finir en drogue. Pour finir, des clochardes épuisées et édentées erraient sur le trottoir et proposaient des pipes dans les ruelles.
Commenter  J’apprécie          110
Mimeko   11 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Ce livre part d'une idée très simple : quand le système judiciaire ne parvient pas à affronter vigoureusement les morts et les blessures violentes, le meurtre devient endémique.
Commenter  J’apprécie          100
Mimeko   12 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Les tentatives de la société pour combattre cette épidémie de meurtres principalement commis entre noirs était inadéquates, fragmentaires, sous-financées, déformées par une série de préjugés idéologiques, politiques et raciaux.Quand les homicides attiraient l'attention, c'était par leur aspect spectaculaire - massacres de masse, assassinats de célébrités, bien loin des gens qui mourraient le plus : les hommes noirs.
Commenter  J’apprécie          90
Mimeko   19 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Pour citer une curieuse formule que l'on trouve dans les sources historiques, les Blancs "avaient la loi pour eux". Les noirs ne l'avaient pas. La loi officielle les frappait uniquement pour les contrôler, non pour les protéger. Les petits délits étaient sévèrement punis, les gros délits étaient tolérés - tant que les victimes étaient noires. John Dollard, un chercheur originaire du Mississipi qui travailla sur le sujet dans les années 1930, estimait que les conflits internes aux Noirs étaient le fruit d'une volonté délibérée des Blancs - ou du moins d'une forme de consensus instinctif. "On ne peut s'empêcher de se demander s'il n'est pas dans l'intérêt de la caste blanche d'avoir un niveau élevé de violence au sein de la population noire" écrivit-il.
Commenter  J’apprécie          80
Azeline   14 novembre 2020
Côté ghetto de Jill Leovy
En 1993, dans le comté de Los Angeles, les Noirs âgés de vingt à vingt-quatre ans mouraient assassinés à raison de trois cent soixante-huit pour cent mille, soit un chiffre du même ordre que le taux de mortalité des soldats américains déployés en Irak après l'invasion de 2003.
Commenter  J’apprécie          81
Mimeko   13 novembre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
"Ce n'est plus une pute. C'est la gamine d'un père". Wally fit sienne cette philosophie. Quelle que fût la réaction du vaste monde, la vocation de l'inspecteur était de traiter chaque victime, si hors la loi soit-elle, comme l'ange le plus pur. Les personnes assassinées étaient intouchables. Elles méritaient toues la même justice.

Commenter  J’apprécie          70
jeinus   23 octobre 2017
Côté ghetto de Jill Leovy
Sans loi, les gens ont recours à la violence collective pour trancher les conflits et réparer les torts, et ils se réfèrent généralement à la violence comme à leur propre loi. Partout où la loi est absente ou atrophiée - partout où elle est détériorée, inefficace ou contestée -, une forme d'autorégulation ou de justice communautaire finit par apparaître.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Jill Leovy(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur