AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.42 /5 (sur 61 notes)

Nationalité : République tchèque
Né(e) à : Praskolesy , le 6/08/1900
Mort(e) à : Prague , le 13/12/1959
Biographie :

Jiří Weil est un écrivain tchécoslovaque d'origine juive.

Encore étudiant, il commence déjà à écrire et à traduire des textes. Il publie un premier roman Mesto sous le pseudonyme de Jiří Wilde. Il fait partie de cercles de jeunes intellectuels de gauche, comme le mouvement Devětsil qui réunit les artistes les plus talentueux de l'avant-garde tchèque. en 1921, il adhère au parti communiste tchèque et occupe rapidement de hautes fonctions chez les jeunes communistes. Il devient journaliste au sein de la presse communiste tchécoslovaque de 1922 à 1931.

Jiří Weil s'installe en URSS en 1933 et devient journaliste et traducteur des classiques marxistes-léninistes aux éditions du Komintern à Moscou. Mais il est victime des purges staliniennes en 1934. Il est exilé au Kazakhstan. De retour en Tchécoslavaquie en 1935, Jiří Weil rapporte un témoignage sévère sur ses expériences soviétiques dans deux romans, "De Moscou à la frontière" '1937) et "La cuiller en bois" (1938), un des premiers livres parlant du goulag. En 1938, il travaille pour le musée juif de Prague. après la signature des Accords de Munich, les 29 et 30 septembre 1938, des amis lui proposent de partir au Royaume-Uni, il refuse.

En 1938 et 1939, la partie tchèque de la Tchécoslovaquie est occupée par les nazis. Jiří Weil est pourchassé en tant que communiste mais surtout en tant que juif. Il prend alors conscience de sa judéité. En 1942, lorsqu'il doit être déporté, il fait croire à son suicide. Il passe alors à la clandestinité. Grâce à des amis de la résistance, il parvient à survivre. durant cette période. L'expérience de la clandestinité mais surtout sa condition d'un être inférieur ne cessent alors de le hanter jusqu'à sa mort. Elle lui inspire un de ses plus grand romans "Vivre avec une étoile" publié en 1949.
Entre 1945 et 1948, Jiří Weil réintégre la vie culturelle de la Tchécoslovaquie. Il dirige la revue Literarni noviny. Après l'arrivée des communistes au pouvoir en 1948, Jiří Weil est exclu de l'Union des écrivains pour ses ouvrages d'avant-guerre et est interdit de publication. Il travaille au Musée juif de Prague. Les documents sur le génocide des juifs tchèques qui passent entre ses mains lui inspirent un collage littéraire, Complainte pour 77297 victimes. Il est réhabilité en 1958. "Mendelssohn sur le toit", son dernier livre achevé, paraîtra un an après sa mort, en 1960.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Un livre, un jour : Sélection de livres
Olivier BARROT présente dans cette dernière émission de la saison des livres dont il n'a pas pu parler : "Vivre avec une étoile" de Jiri WEIL, "Les chemins d'Ilje" de ALI SAAD, "Embuscade à Palestro" de Maurice Pons, "Journal 1901-1948" de Jacques COPEAU et "Ce que dit l'autre" de Jean GRUAULT.

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   19 juin 2019
Vivre avec une étoile de Jirí Weil
Cette nuit le vent hurlait, et c’était agréable de dormir la fenêtre ouverte. J’ai rêvé de Tomas*. Il était au paradis des animaux, un vrai paradis, où il poussait une balançoire pleine de souris dessus. Il les balançait et leur souriait.

( * Son matou tué par balle. Propre traduction de l’anglais)
Commenter  J’apprécie          270
Pecosa   30 mai 2019
Vivre avec une étoile de Jirí Weil
"Salut, shérif!", m'a crié un gamin. Et tout le monde a ri, et je savais qu'ils ne riaient pas de moi, j'ai ri moi aussi, c'était une chose divertissante de se promener avec un tel insigne, c'était une mascarade qui n'était pas dans l'ordre du monde, où les gens travaillent, elle faisait partie d'un carnaval, d'une foire avec des marionnettes, des acrobates, des visages poudrés et des coups de pied.
Commenter  J’apprécie          260
enjie77   26 juin 2019
Vivre avec une étoile de Jirí Weil
"Dehors, cochon de salaud!" m'a crié un homme avec un insigne étranger sur son revers de veste et il m'a poussé si brutalement que j'ai trébuché. J'ai regardé autour de moi, le tram était assez plein, le visage des gens était figé, ils regardaient par terre comme s'ils cherchaient de l'argent, une pièce qui aurait roulé sous les lattes de bois. Personne ne parlait, on n'entendait que la voix grinçante : "Dehors cochon! Sinon….".



Le tram cliquetait dans la rue vide qui traversait le quartier du cimetière, l'arrêt était encore trop loin, l'homme m'a secoué de nouveau violemment, alors que j'étais sur le marchepied, j'ai sauté, j'ai fait un vol plané puis je me suis écroulé sur le pavé. J'ai encore vu mes lunettes sauter de mon nez et valser loin de là, je me suis relevé lentement, j'étais tout sale, la peau de ma main était éraflée mais je sentais que je n'avais rien de grave. J'ai tâtonné pour retrouver mes lunettes et alors j'ai vu que quelqu'un me les tendait.



"Belle bêtise de sauter du tram en marche, par ici, près du cimetière! Qu'est-ce que c'est que cette folie? Vous auriez pu vous tuer".





Page 135
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Pecosa   03 juin 2019
Mendelssohn est sur le toit de Jirí Weil
Quelques locataires allemands étaient venus s'y installer au lendemain de l'occupation. C'étaient des gens effacés, qui ne se faisaient pas remarquer. Ils allaient tuer de neuf à cinq, mais à la maison ils jouaient les employés tranquilles, s'essuyaient les pieds sur le paillasson et se rangeaient courtoisement dans l'ascenseur pour faire place aux femmes.
Commenter  J’apprécie          233
Pecosa   29 mai 2019
Vivre avec une étoile de Jirí Weil
Je me suis assis entre mes murs dénudés, près de mon poêle cassé, je mange du mauvais pain et de la chair hachée de crabe de rivière. On m'a chassé de partout, je ne peux plus partir nulle part. On veut prendre cette chambre nue aussi, dans laquelle il pleut, on ne veut même plus que je dorme sur la terre nue ni que je lise, pour la centième fois au moins, les mêmes livres. On va m'expédier vers une terre étrangère et là-bas, peut-être, on me tuera. Je ne crois pas qu'on me permette de vivre.
Commenter  J’apprécie          220
enjie77   25 juin 2019
Vivre avec une étoile de Jirí Weil
Je suis retourné chez moi et j'ai cousu les branches de l'étoile. Il y en avait six et l'inscription en langue étrangère se détachait, toute contournée et bossue. J'ai tâté avec la main pour trouver l'emplacement exact de mon cœur. J'ai regardé dans mon bout de miroir l'étoile noir et jaune, elle criait à l'aide ou lançait un signal d'alarme. Je me suis dit "Il va falloir s'habituer à se promener avec ce truc, ça va être plutôt difficile. Je ne pourrai plus me faufiler aussi tranquille dans les rues. Les gens vont me montrer du doigt.



Le lendemain je suis sorti, il fallait bien que je fasse les courses. J'ai vu les gens me regarder, d'abord j'ai eu l'impression d'avoir perdu un bouton ou bien que quelque chose clochait dans ma tenue ordinaire, j'étais comme une tache étrangère et tout le monde le sentait. Et je me sentais seul au milieu des autres, complètement seul, parce que les gens gardaient leurs distances, ils s'arrêtaient et m'inspectaient, je n'étais plus des leurs.





Page 112 - Ce sont les phrases les plus emblématiques de ce livre mais je n'ai pu m'empêcher de les recopier tant elles donnent toute la mesure de l'humiliation imposée à tout un peuple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          215
Pecosa   31 mai 2019
Mendelssohn est sur le toit de Jirí Weil
Deux hommes du commando "Anthropoïde", parachuté par Londres, le guettaient là depuis neuf heures. Ils étaient bien renseignés. Ils savaient exactement quand il quittait Břežany, ils avaient calculé l'heure à laquelle ils s'engagerait dans le virage qui avait été choisi à la suite d'une reconnaissance approfondie du terrain. C'étaient des hommes entraînés. Envoyés d'Angleterre pour supprimer Heydrich.
Commenter  J’apprécie          229
enjie77   14 octobre 2017
Mendelssohn est sur le toit de Jirí Weil
Heydrich poursuivit son examen de la balustrade. Soudain ses traits se tordirent dans une expression de haine et de rage féroce. Comment était-ce possible? Qu'est ce que c'était que cette saloperie? Comment avait-il pu prononcer un discours dans un bâtiment dont le toit s'ornait d'une statue immonde? Quelle honte ! Quelle humiliation! Pourquoi personne n'avait-il eu l'idée d'inspecter l'édifice avant de le consacrer à l'art allemand?

"Giesse, hurla-t-il en levant le bras vers la balustrade, faites enlever cette statue, sur le champ!

Téléphonez à la mairie, tout de suite, quelqu'un doit bien y être de service. C'est une négligence inadmissible, inouïe, pire que la trahison. Mendelssohn est sur le toit!"
Commenter  J’apprécie          200
michfred   08 juillet 2019
Mendelssohn est sur le toit de Jirí Weil
Jan comprit que Winter avait raison. Tout était puni de mort. Chacun pouvait se mettre la corde au cou de la manière qui lui plaisait. Il n'avait pas le droit de condamner ce que faisait Winter. L'ange entré dans l'immeuble sur une charrette à ridelles avait apporté du bonheur aux gens. Un bonheur éphémère mais qui n'en etait pas moins réel. Le cadavre du bourreau*, emmené sur un affût de canon, avait été incinéré depuis beau temps. Il avait délégué la mort pour exécuter au pays conquis ses dernières volontés. Mais la mort ne pouvait empêcher les gens de sourire de bonheur après un bon repas et de respirer plus librement précisément parce que, dans les limites de cet instant, ils en avaient triomphé.



* Heydrich, bourreau de Prague.
Commenter  J’apprécie          180
Nastie92   17 mars 2020
Mendelssohn est sur le toit de Jirí Weil
La villa abritait les locaux du Bureau central, le siège régional du Sicherheitsdienst, chargé par Berlin d'apporter une solution à la question juive sur le territoire du Protectorat de Bohême-Moravie. Une solution finale.

La mort y guettait dans des centaines de dossiers, dans des fiches, des inventaires, des photos d'immeubles, de pavillons et d'usines. La mort avait élu domicile dans les paraphes et les signatures, les sigles et les abréviations, les tampons et les graphiques, une mort ordonnée et bien tenue, dactylographiée sans faute sur du papier ministre et des fiches de couleur.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature espagnole

Quel grand écrivain du Siècle d'Or Arturo Pérez Reverte a-t-il introduit dans sa série du Capitaine Alatriste ?

Pedro Calderón de la Barca
Miguel de Cervantes
Francisco de Quevedo
Lope de Vega

14 questions
16 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur