AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 479 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Austin (Texas) , le 09/08/1947
Biographie :

John Herbert Varley est un écrivain américain de science-fiction.

Il grandit à Fort Worth (Texas), déménage à Port Arthur en 1957 et est diplômé du lycée des Pays-Bas (Nederland High School). Il part à l'Université d'État du Michigan avec une bourse d'état du mérite scolaire. Il choisit cette université car, parmi celles qu'il peut se permettre de payer, c'est la plus éloignée du Texas.

Il commence des études de physique, change pour des études de lettres puis quitte l'école avant son 20ème anniversaire et arrive à San Francisco juste à temps pour le Summer of love de 1967.

Vivant de petits boulots et dépendant de la mission de St-Anthony pour manger, il décide que l'écriture est un meilleur moyen de subsistance.

Sa vocation, il l’a trouvé : il veut être auteur de Science-Fiction. Son premier roman, écrit à la main, est de son propre aveu, « terrible »... mais le suivant, « Le canal ophite », trouve facilement un éditeur... et en 1978, il se retrouve nommé pour les prix Hugo ET Nebula !

Dès lors, VARLEY a le vent en poupe. Tout ce qu’il écrit fait un succès VARLEY s’illustre dans de nombreuses nouvelles, où il développe un style fait de questionnements sociaux et sexuels, d’extra-terrestres délirants et d’érudition littéraire et cinématographique, le tout empreint d’un humour tout en finesse.

Ses textes courts sont maintes fois primé [neuf prix locus, deux prix Nebula et trois prix Hugo] à commencer par sa nouvelle "Persistance de la vision" qui a reçu à la fois l’Hugo et le Nebula.

Dans les années 80, VARLEY met sa casquette d’écrivain au placard et se lance comme scénariste dans le cinéma pendant quelques années, notamment à la Metro-Goldwyn-Mayer. Une expérience qu’il retranscrira avec cruauté et délice dans son roman « Le système Valentine ».
+ Voir plus
Source : www.cafardcosmique.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
SORTIE LE 16 JUIN 2014 Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ? Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection. Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur. « Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts) © lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
fnitter   21 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Et ils sont bêtes ! Vous avez entendu parler de l'expédition mirandaise vers le Soleil ? Ils ne craignent pas de se faire carboniser, parce qu'ils débarqueront de nuit !
Commenter  J’apprécie          410
fnitter   19 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Une personne seule est un suspect, pour une mentalité de flic. Deux personnes ensemble, bien entendu, sont probablement en train de comploter quelque chose. Trois c'est une bande, et cinq est une émeute qui ne demande qu'à éclater.
Commenter  J’apprécie          390
fnitter   20 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Vous ne savez pas ce que le mot terreur signifie vraiment si vous n'avez jamais entendu un bichon gronder. Et après l'avoir entendu, vous n'en n'avez toujours aucune idée. Là-bas, dans le parc, je suis convaincu que tous les écureuils à portée d'oreille étaient pétrifiés par la rigolade.
Commenter  J’apprécie          382
fnitter   20 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Ne laisse jamais sa chance à un pigeon, et n'instruis jamais un imbécile.
Commenter  J’apprécie          390
fnitter   19 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Sotte ? Un poil plus sotte, et respirer te poserait un sérieux défi intellectuel, lamentable dinde.
Commenter  J’apprécie          333
finitysend   10 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
La seule façon de toucher un ange , c'est de le percuter à grande vitesse .
Commenter  J’apprécie          330
fnitter   21 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Si tu connais ton rôle sur le bout des doigts, alors plus rien ne vaut la peine que tu t'inquiètes. Contente-toi de prendre les choses comme elles viennent. Autrement dit, ne te tracasse pas de ce que tu ne peux pas changer.
Commenter  J’apprécie          300
fnitter   19 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Dee s'était procuré une drogue interdite sur la plupart des mondes à cause du danger extrême qu'elle posait pour le récipiendaire : il se blesse souvent en s'essayant à des relations sexuelles avec les prises électriques et les animaux domestiques.
Commenter  J’apprécie          270
moravia   30 juin 2014
Millénium de John Varley
Bizarrement, il avait un faux air de Robert Redford, mon coup de cœur Hollywoodien. Si Redford avait été un bon buveur, empâté par quinze années de calme désespoir et affligé d'un rictus malencontreux et d'une paire d'yeux légèrement vagues à califourchon sur un nez qui pointait vers la gauche...

Si Redford avait été un perdant et un poivrot, il aurait été Bill Smith.

C'était comme si deux personnes avaient construit le même modèle en utilisant des pièces identiques, mais que l'un avait suivi la notice tandis que l'autre s'était contenté de tout emboîter de force en laissant dégouliner la colle par toutes les fissures.
Commenter  J’apprécie          250
fnitter   21 février 2013
Le Système Valentine de John Varley
Il sut également qu'il se préparait de gros ennuis. Mais un mécanisme de défense chez les chiens et les jeunes enfants les empêche de trop réfléchir aux conséquences à venir, une fois qu'il est acquis qu'on ne pourra plus les éviter. Au diable ! Se dit l'Esquive. Si je dois déguster, que le crime mérite la punition, au moins.
Commenter  J’apprécie          220
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Réalité et science-fiction, littérature et cinéma

Quel type de rayonnement est le plus dangereux?

les rayons ultra-violets
les rayons X
les rayons gammas
les micro-ondes

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur