AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.54 /5 (sur 144 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Newark, New Jersey , le 08/06/1910
Mort(e) à : Mountainside, New Jersey , le 17/07/1971
Biographie :

John Wood Campbell était un écrivain américain et un rédacteur en chef de magazines de science-fiction.

Il fit ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT), où il eut comme ami Norbert Wiener, l'un des fondateurs de la cybernétique.

Avant qu'il ait atteint l'âge de vingt-et-un ans, il était déjà un auteur reconnu des lecteurs de pulps de space opera mais avait été contraint de quitter le MIT en raison d'un échec à une épreuve d'allemand. Il s'inscrivit alors pendant un an à l'Université Duke où il obtient un diplôme de physique en 1932.

Cependant, c'est en dirigeant le magazine "Astounding Stories", fonction qu'il a occupé de la fin de l'année 1937 jusqu'à son décès en 1971, qu'il a exercé une influence déterminante sur l'évolution du genre.

Au début des années 1930, il écrit des histoires de science-fiction qui rivalisent avec celles écrites par E. E. Smith (1890-1965). Peu après, il écrit, sous le nom de plume Don A. Stuart, des histoires plus nuancées, telles que "Twilight" et "Forgetfulness".

En 1938, il écrit "La Chose" ("Who Goes There ?") qui décrit la découverte en Antarctique, par un groupe de chercheurs, d'un extraterrestre protéiforme animé du désir de détruire. Les films "La Chose d'un autre monde" ("The Thing from Another World", 1951) et "The Thing" (1982, 2011) s'inspirent de cette histoire.

De 1938 à 1971, il édite les premiers textes de Robert A. Heinlein, d'A. E. van Vogt, de L. Sprague de Camp et de plusieurs autres auteurs connus de science-fiction. De 1939 à 1943, il édite la revue de fantasy "Unknown".

John W. Campbell est généralement reconnu comme étant l'une des figures majeures de l'Âge d'or de la science-fiction.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de John W. Campbell   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
BazaR   20 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
N'essayez pas de soumettre des "nouvelles à idées" : on pourrait vous offrir de l'argent pour que cette idée soit proposée à un auteur compétent. A la place, prenez un mois ou deux pour réfléchit aux ramifications de l'idée, essayez mentalement une demi-douzaine de manières de l'appliquer, et soignez votre boulot. Les gens lisent des magazines ; les idées ne portent pas de costards.

("La science de l'écriture de science-fiction" - 1947 - John W. Campbell)
Commenter  J’apprécie          170
BazaR   18 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
"Une seule chose me chiffonne vraiment, je poursuis. L'histoire.

-- Oh, ne vous inquiétez pas pour ça. Nous avons déjà contacté plusieurs scénaristes qui planchent déjà sur des idées de récits. Certains pitchs nous paraissent prometteurs. Et nous n'avons fait appel qu'à de très grands auteurs, des orfèvres du scénario de bande dessinée."

Putain, s'il a suivi la liste des meilleures ventes, j'imagine le casting pourri.

("Les nouvelles aventures de Flip-Flop" - Laurent Queyssi)
Commenter  J’apprécie          160
BazaR   25 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
Trantor avait toujours été son univers préféré. Il l'avait exploré dès ses tout premiers romans, avec Cailloux dans le ciel, en 1950, où il projetait un homme du vingtième siècle au cœur d'un vaste empire galactique au sein duquel la Terre n'était plus rien ou presque - un monde agricole, arriéré. A l'époque, l'idée sous-jacente avait été de préparer ses lecteurs à l'âge des étoiles en leur offrant de ne plus considérer la Terre comme l'unique planète de référence. I était revenu à Trantor, au moins à deux reprises, avec une œuvre qu'il affectionnait, Tyrann, en 1951, qui narrait les temps troublés précédant l'empire et l'échec irrévocable d'une démocratie fédérale ; puis Les Courants de l'espace, l'année d'après, qui décrivait la montée en puissance de la planète-capitale.

("Le triangle Laurentiev" - Michael Rheyss)
Commenter  J’apprécie          131
BazaR   27 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
La supraconductivité est en un sens aussi redoutable que le serait l'élimination du frottement, celui-ci constituant le fondement de tout mécanisme. Le frottement et la résistance sont des adversaires contre lesquels les techniciens luttent sans cesse. Mais ils n'en sont pas moins indispensables, car en l'absence de frottement, aucun écrou ne tiendrait serré, aucun frein ne pourrait fonctionner.

("Le ciel est mort" - John W. Campbell)
Commenter  J’apprécie          130
BazaR   17 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
Lorsqu'Asimov soumet le manuscrit de l'une des ses premières histoires de robots à John Campbell, celui-ci en interrompt soudain la lecture et lui dit : "Mais non, Isaac, tu as oublié de prendre en compte les Trois Lois de la robotique qui sont... ". Et Asimov d'entendre pour la première fois l'énoncé, improvisé par son ami ! L'anecdote est rapportée par Asimov dans la préface du premier volume de The John W. Campbell Letters, publié en 1985.

("John Wood Campbell, Jr : le tutélaire" - Francis Valéry)
Commenter  J’apprécie          123
BazaR   13 octobre 2019
Bifrost 94 - Dossier John W. Campbell de John W. Campbell
Les personnages servent toujours plus ou moins de prétexte pour Campbell à raconter une histoire qui les dépasse : celle de l'évolution d'une société humaine autonome vers une société assistée par des machines, avec à terme le remplacement d'homo sapiens par ses propres créations.

("John Wood Campbell, Jr : le tutélaire" - Francis Valéry)
Commenter  J’apprécie          110
JustAWord   22 novembre 2020
La Chose de John W. Campbell
À la surface, c’était la mort blanche promise par le froid aux doigts cruels dont la caresse aspirait la vie de toute créature à sang chaud. Promise par le froid — et par la brume du blizzard incessant dont les fines particules de neige collante recouvraient tout d’un blanc linceul.
Commenter  J’apprécie          100
Osmanthe   04 janvier 2021
La Chose de John W. Campbell
Blair allait et venait dans l'appentis, jetant des regards incertains aux quatre hommes en sa compagnie : Barclay, un mètre quatre-vingts, plus de quatre-vingt-dix kilos ; McReady, le colosse de bronze ; le Dr Copper, petit trapu, puissamment bâti ; et Benning, un mètre soixante-quinze de muscles secs.

Le biologiste longeait la paroi opposée de la Cache Est, ses affaires empilées au milieu du plancher, près du poêle, le tout formant une île entre le quatuor et lui. Ses mains osseuses se fermaient et s'ouvraient, ses doigts pianotaient le vide, autant de signes de terreur. Ses yeux pâles vaguaient tandis que sa tête chauve, constellée de taches de son, pivotait de-ci de-là, évoquant les mouvements d'un oiseau.

"Je ne veux voir personne, dit-il d'un ton sec. Je vais me préparer à manger. Kinner est-il humain ? Allez savoir ! Je sortirai d'ici, mais je refuse de consommer la nourriture que vous m'enverriez. Je veux des conserves. Scellées.

- Entendu. Blair, on te les apporte ce soir, promit Barclay. Tu as du charbon et on a démarré le feu. Un dernier..." Il fit un pas en avant.

L'autre détala aussitôt vers l'angle le plus éloigné.

"Va-t'en d'ici ! glapit-il, en tâchant de creuser la paroi du réduit à coups d'ongles. Reste à l'écart, monstre ! N'approche pas. N'approche pas ! Je refuse d'être absorbé...Je refuse..."

Barclay recula. Le Dr Copper secoua la tête. "Laisse-le, Bar. Il se débrouillera s'il veut régler le poêle. Nous, on doit s'occuper de la porte, j'imagine..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Aderu   05 novembre 2020
La Chose de John W. Campbell
Une telle créature se fout du confinement.
Commenter  J’apprécie          90
Osmanthe   05 janvier 2021
La Chose de John W. Campbell
Norris gisait, blême, les yeux rivés sur le dessous de la couchette supérieure.

"Mac, depuis combien de temps les vaches...n'en sont plus ?"

Il haussa les épaules, abattu, et alla se mettre au travail sur le seau avec son éprouvette. Le lait, qui brouillait le sérum, compliquait sa tâche. Enfin, il rangea le tube à essai dans son support et secoua la tête. "Négatif. Autrement dit, soit c'était encore des vaches au moment de la traite, soit des imitations parfaites donnent du lait parfait."

Copper s'agita dans son sommeil, émettant un gargouillis qui tenait autant du ronflement que du rire.

Les regards convergèrent sur lui. "La morphine agirait sur un monstre ? demanda quelqu'un.

- Va savoir." McReady haussa les épaules. "Elle affecte tous les animaux de notre planète, à ma connaissance."

Soudain, Connant releva la tête. "Mac ! Les chiens ont dû boulotter des morceaux de la chose, et ce sont ces morceaux qui ont causé leur perte ! C'était en eux qu'elle résidait. Moi, j'étais enfermé. Ça ne prouve pas que..."

Van Wall secoua la tête. "Désolé. Ça ne prouve rien sur ta nature, même si ça te dédouane au niveau des actes.

- Et encore." McReady poussa un soupir. "On est réduits à l'impuissance. Par manque de connaissance, et par la peur qui nous égare. Et enfermés ! Vous avez déjà vu un globule blanc traverser la paroi d'un vaisseau sanguin ? Non ? Il sort un pseudopode, et hop ! Il se retrouve de l'autre côté.

- Oh ! lança Van Wall, l'air triste. Les vaches ont essayé de fondre, oui. Ainsi, elles auraient pu se changer en filament et s'insinuer sous la porte pour se reformer de l'autre côté. Si on essayait des cordes...non, non, ça ne marchera jamais. Elles ne survivraient pas dans un réservoir scellé ou...

- Si ça prend une balle en plein coeur et que ça ne meurt pas, c'est un monstre, décréta McReady. Au pied levé, je ne vois pas de meilleur test.

- Plus de chiens, murmura Garry. Plus de bétail. Elle doit imiter les hommes, désormais. Et se confiner ne sert à rien. Quant à ton test, Mac, même s'il fonctionnait, j'en redoute l'effet sur le moral des troupes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Associations d'idées

TARA, demeure des jours fastes, puis refuge des temps sombres :

Louisiane
Autant en emporte le vent
Nord et Sud

20 questions
217 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur