AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.87 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brest , le 14 oct. 1949
Biographie :

Né le 14 oct. 1949 à Brest (études aux lycées de Saint-Marc et de Kérichen, classes préparatoires au lycée Camille Jullian à Bordeaux), ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (1971-1975), agrégé de l'Université (1974), docteur en histoire (1982) à l'issue d'une thèse sous la direction d'Emmanuel Le Roy Ladurie devenue un livre (Un Révolutionnaire ordinaire, Benoît Lacombe, négociant, paru en 1986, aux éditions Champ Vallon), Joël Cornette a été successivement professeur au lycée de Gonesse (1976-1985), assistant et maître de conférences à l'Université Paris I (1985-1995).

Habilité à diriger des recherches en 1995, il est, depuis 1996, professeur à l'Université de Paris VIII Vincennes-Saint-Denis. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue L'Histoire dans laquelle il écrit de nombreux articles [1]. Il dirige, depuis 1986, la collection « Époques » aux éditions Champ Vallon (plus de 50 titres parus), qui publie en particulier des thèses et des recherches originales, et la collection « Atouts » aux Éditions Belin.

Il a obtenu en 2006 le Grand Prix d'histoire de l'Académie française (Grand Prix Gobert) pour son Histoire de la Bretagne et des Bretons (deux vol., Le Seuil, 2005 ; réed. « Point-Seuil », 2008), et l'ensemble de son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Joël Cornette   (44)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« L'Histoire n'est pas écrite à l'avance, ce sont les hommes qui la font. Cet atlas, unique en son genre, montre comment les nombreux peuples qui se sont succédé, ancrés, mélangés sur le territoire devenu France ont construit une nation. Nous avons la conviction qu'il s'agit d'une richesse et qu'en comprenant d'où vient leur pays, enfants et adolescents peuvent devenir les acteurs conscients de la France de demain. » Outil indispensable pour les enseignants, cet atlas intergénérationnel enchantera tous les passionnés d'Histoire ! ATLAS D'HISTOIRE, D'OÙ VIENT LA FRANCE ? Autrices : Jessie Magana et Laure Flavigny. Cartographe : Aurélie Boissière. Illustrations : Julien Billaudeau. Relecture scientifique : Joël Cornette, historien. Publié par Actes Sud junior / dès 9 ans / parution octobre 2020

+ Lire la suite

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Laureneb   19 juillet 2021
Histoire de l'alimentation: De la préhistoire à nos jours de Joël Cornette
L'historien sait qu'il faut se méfier du mythe des origines, qu'une cuisine ne peut être ni authentique, ni immuable : elle est le fruit de constantes adaptations avec des emprunts extérieurs plus ou moins revendiqués. Combien de spécialités méditerranéennes accueillent-elles de plantes américaines ? Quoi qu'il en soit, manger revient aussi aujourd'hui à (re)découvrir, voire à revendiquer, des racines plongeant dans un substrat historique et géographique plus ou moins profond, plus ou moins inventé, et, chemin, faisant, à se rassurer face à a crise identitaire que traverse un monde occidental en voie de déclassement et inquiet pour son avenir.

A contrario, la mondialisation heureuse se régale de la fusion food, par exemple une cuisine franco-japonaise étoilée, et de mets "revisités" par des cuisiniers et des pâtissiers starifiés comme jamais ils ne l'ont été dans l'histoire, alors que la faim, elle, n'a pas disparu, y compris en Occident, où une population paupérisée dépend de l'aide alimentaire.

Derniers paragraphes de la conclusion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Henri-l-oiseleur   01 avril 2018
La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule. 1er septembre 1715 de Joël Cornette
L'expérience de la Fronde fit de La Rochefoucauld un juge pessimiste et sévère de la nature humaine. Il semble qu'il en ait été de même pour le jeune roi qui, depuis son enfance, avait appris à se méfier de ce qu'il appelle la malignité de la cour : "On vous dira dans quelle défiance j'ai vécu avec les courtisans, et combien de fois éprouvant leur génie, je les ai engagés à me louer des choses que je croyais avoir mal faites, pour le leur reprocher aussitôt après, et les accoutumer à ne me point flatter." Moins qu'un autre, le roi ne doit passer pour la dupe des assauts de courtisanerie dont il est sans cesse l'objet : "Tandis que nous sommes dans la puissance, nous ne manquons jamais de gens qui s'étudient à suivre nos pensées et à paraître en tout de notre avis." Il devait, pour éviter toute révolte, s'attacher les princes, car s'ils sont liés à la personne du roi, "les mécontents ne pouvant se rallier en aucun lieu, sont contraints de digérer leur chagrin dans des maisons particulières." Versailles, maison publique, maison royale, trouve ici pleinement sa légitimité, comme la nécessité d'une centralité de la figure royale dans le dispositif visible de la souveraineté, car il s'estime seul capable d'arrêter, par sa présence, le jeu des factions et des oppositions.



p. 111-112
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur   06 juillet 2021
Rome, naissance d'un empire de Joël Cornette
La littérature en langue latine naquit également sous une forte influence grecque : le plus ancien auteur de langue latine, Lucius Livius Andronicus, était né à Tarente vers 285 et avait été réduit en esclavage en 272. Libéré par un Livius Salinator, dont il prit le gentilice, Livius Andronicus publia L'Odusia, la première oeuvre en latin, qui n'était qu'une traduction de l'Odyssée d'Homère. En 240, à l'occasion des Jeux Romains, il donna pour la première fois une pièce de théâtre adaptée d'une tragédie grecque. Avant Livius Andronicus, les Romains se contentaient de pièces de théâtre en langue osque, les atellanes, souvent scabreuses, et de chants satiriques, dans un latin un peu rustique, qu'on appelait les chants fescennins. Livius Andronicus composé des tragédies (Achille, Danaé, Andromède etc) et des comédies ("Le Spadassin", "l'Histrion") et fut suivi par des auteurs comme Plaute (vers 254- vers 184) ou Térence (vers 190-159), qui adaptèrent comme lui les pièces de la comédie nouvelle attique à la langue latine.

p. 314
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur   01 avril 2018
La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule. 1er septembre 1715 de Joël Cornette
Par son ampleur, par la diversité des thèmes qu'elle véhicule, la grande vague critique qui se libère à la mort du roi invite à une relecture du règne de Louis XIV. Au témoignage de cette littérature, alors que le roi est à peine enterré, quel contraste en effet entre le désenchantement, l'épuisement, le soulagement aussi de toute une société à l'issue de ce règne sans fin, et l'élan magnifique qui avait marqué ses débuts ...



p. 70
Commenter  J’apprécie          20
JeffreyLeePierre   30 décembre 2020
Souverains et rois de France de Joël Cornette
Robert II Le Pieux



D'abord uni avec Rosala, une flamande, beaucoup plus âgée que lui, il la répudie au bout d'un an mais garde son douaire, Montreuil-sur-Mer, qui donne aux Capétiens un accès à la mer. Puis il s'éprend de la veuve du comte de Blois, l'un de ses vassaux, Berthe. Par sa mère, elle était sa cousine issue de germains, donc sa parente au troisième degré, et il avait été le parrain de l'un de ses enfants. C'était un cas d'inceste condamné par l'Église. Il finit par l'épouser grâce aux évêques français. Pour se concilier le pape, il libère l'archevêque Arnoul que son père avait fait mettre en prison et lui rend le siège de Reims, obligeant Gerbert à l'exil en 997. Le pape excommunie cependant Robert et le condamne à une pénitence de sept ans. Le roi hésite encore à se séparer de Berthe, mais elle ne donne pas d'héritier à la couronne. Alors il épouse Constance, une Provençale, fille du comte d'Arles, Guillaume Ier. Il tente de s'en séparer pour reprendre Berthe, mais il a d'elle trois fils, Hugues, Henri et Robert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laureneb   01 mai 2021
Histoire de l'alimentation: De la préhistoire à nos jours de Joël Cornette
Manger. Rien de plus trivial, et, en même temps, de plus complexe. Se nourrir est un besoin physiologique vital, mais aussi un savoir et un apprentissage, autrement dit une culture. C'est en mangeant que le nouveau-né apprend les premières règles de la vie et que débute sa socialisation. C'est autour d ela production et du contrôle de la nourriture que se sont originellement organisés tous les groupes humains, des chasseurs-cueilleurs aux sociétés étatisées. E, que ce soit par des tabous alimentaires ou des périodes de jeûne, par des rituels culinaires ou des rites d'abattage, toutes les religions, passées et présentes, ont intégré l'action de manger dans leur identité, tant le partage (in)égalitaire de la nourriture définit le groupe et différencie de l'Autre, divinité ou étranger. En spécifiant une identité, l'alimentation contribue grandement à la construction et au maintien de l'altérité.

Premier paragraphe de l'introduction générale.
Commenter  J’apprécie          10
DOGONColas   11 novembre 2016
La France de la monarchie absolue, 1610-1715 de Joël Cornette
Faute de s'emparer de vrais responsables qui avaient fui, la vindicte populaire frappait des comparses qui se désignaient par un propos malheureux sur la révolte, par une physionomie inconnue qui les faisait prendre pour un envoyé du fisc, ou par le simple port de documents écrits.



Paysans en révolte - Yves-Marie Bercé
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleur   06 juillet 2021
Rome, naissance d'un empire de Joël Cornette
En affirmant ses origines troyennes, Rome se présentait aux yeux du monde extérieur comme une cité sinon grecque, du moins très proche culturellement des cités grecques ; les Romains refusaient par là même qu'on les considérât comme de simples "barbares". Les premières oeuvres historiques rédigées par des Romains, les Annales de Fabius Pictor, et celle de Lucius Cincius Alimentus, l'avaient été en grec, à destination d'une opinion internationale hellénophone, et visaient avant tout à démontrer que la cité de Rome, engagée dans une lutte à mort contre Carthage, défendait en réalité la culture et la civilisation helléniques, comme le faisaient, de leur côté, les rois de Syracuse en Sicile.

p. 313
Commenter  J’apprécie          10
DOGONColas   11 novembre 2016
La France de la monarchie absolue, 1610-1715 de Joël Cornette
[...] de la violence armée à la création d'un arsenal idéologique, l'Ancien Régime, on le voit, a été marqué par une opposition nobiliaire, quasi permanente, à la montée et à l'affirmation de l’État royal, sous sa forme absolue. Cette opposition, multiforme, a tenté de faire barrage à toute tentative de réforme, jusque dans les dernière décennies de la monarchie, [...]. Ce n'est pas le moindre des paradoxes de l'histoire de la noblesse française : la résistance aristocratique à l'ordre du roi absolu a contribué à la marche vers la Révolution.



Les résistances à l'absolutisme - Joël Cornette
Commenter  J’apprécie          10
DOGONColas   10 novembre 2016
La France de la monarchie absolue, 1610-1715 de Joël Cornette
Provoquée par les besoins dévorants du "roi de guerre", la dynamique de la crise financière est fondamentale pour comprendre la croissance de l’État de finances. Déjà patente au temps des guerres de François Ier, menées en Italie ou aux marges de l'empire contre Charles Quint, cette crise sera désormais structurelle, jusqu'à la Révolution. Ce déséquilibre financier, talon d'Achille, mais aussi véritable matrice de l’État moderne, a provoqué en 1788, la convocation des états généraux, et... la chute de la monarchie.



L’État de finance - Joël Cornette
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
8082 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur