AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.62 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Fribourg, Suisse , 1979
Biographie :

Joëlle Richard est une auteur suisse de Fribourg.

Elle est dramaturge, metteur en scène, directrice artistique

Née en 1979, Joëlle Richard est titulaire d'un baccalauréat scientifique, d'une licence ès Lettres UNIL (langue et littérature d'allemand et d'anglais, traductologie).
Elle a reçu au cours de ses études deux bourses de recherche et de perfectionnement de l'Université de Lausanne, bourse J.-J. van Walsem. Elle a obtenu un master professionnalisant en dramaturgie, écriture et mise en scène, avec la plus distinction (Royal Academy of Dramatic Art et King's College London).

Joëlle Richard est passionné par Shakespeare et la dramaturgie (en anglais et en français).

Elle est l'auteur des pièces Face à Sam (2000), RIP (2002), Five Quid A Night (2004), Ressac (2010), Fast forward (2011), Ta Main (2014), Plein Cœur (2016) et a dirigé les mises en scène d'Othello (2006), Macbeth (2007), Der Bio-Adapter (2008), L'Idiote (2012), Ta Main (2015), Plein Cœur (2017)

A été pubié "Ta Main" (Echappée Belle Edition, Paris, mars 2016) qui a été jouée par la Compagnie de théâtre Roz & Coz (Fribourg, Suisse)

Elle est par ailleurs traductrice et et juré pour la scène et le théâtre

Enfin, elle a participé à "Ma thèse en 180 secondes", en formant des doctorant-e-s et a coaché la gagnante 2016 du concours suisse et international
+ Voir plus
Source : http://www.rozandcoz.com/whos-who--trombines/joelle-richard.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Joëlle Richard   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Lexalenvers   06 octobre 2017
Ta main de Joëlle Richard
BABA : (...) Attends encore un peu, juste un peu, c'est toi qui est venu pour ma mère, tu te souviens? Elle avait l'histoire du monde tatouée sur sa peau pour rappeler aux humains ayant perdu le goût de l’écriture les horreurs qu'ils avaient déjà perpétrées. Je me couchais contre elle les nuits de lune rousse et elle guidait mon doigt au creux de son dos pour m'apprendre à aimer ces hommes fous. Malgré eux, cheval. Malgré l'or et le sang versé.
Commenter  J’apprécie          20
fissac   07 avril 2017
Ta main de Joëlle Richard
ÉPHÉDRINE : Il faut dire qu’à force de fréquenter les cimetières, moi, la solide, la fidèle, la dernière, j’avais fini par épuiser mon quota de larmes. Pire, par haïr ces fleurs fluettes aux reflets lilas, comme autant de couronnes tressées autour de ma tristesse, qui envahissaient les tombes de tous ceux que j’avais aimés. Tous, sans exception. Alors je me fondais dans la nuit, vide de tout, fanée de n’avoir pu les sauver. Et puis, un soir, j’ai entendu un cri… une sorte de long sanglot silencieux qui m’attirait vers lui aussi sûrement qu’un sphinx vers le feu. Je me suis approchée, et je l’ai vue... Au plus profond d’une forêt d’arbres en pleurs, surgie comme par magie de cette terre irradiée que l’on disait condamnée, se tenait une femme, l’une de ces âmes têtues qui brillent comme un phare immense, perdues au milieu des pierres. Elle luisait sans le savoir, farouche, obstinée, malgré le vent, les larmes, les coups, et la savoir là me réchauffait le cœur, moi qui errais, seule, dans l’obscurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RAPHIKI   30 septembre 2017
Ta main de Joëlle Richard
VOIX : Identité erronée. Vous vous nommez désormais (Pause) Codéine, département 437.

BABA : C'est amusant.

VOIX : Déshabillez-vous.

BABA : Déjà ? Vous ne préférez qu'on prenne un verre d'abord ?

VOIX : (Jingle) L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

BABA : Vous n'êtes pas franchement romantique, si ?

VOIX : Déshabillez-vous.

BABA : Non, pas franchement.
Commenter  J’apprécie          20
Joëlle Richard
RAPHIKI   30 septembre 2017
Joëlle Richard
EPHEDRINE : Parfois, dans la vie, il y a des mots qui se perdent avant même d'être articulés. La haine, elle, parvient toujours à se frayer un chemin entre nos dents serrées, elle fait levier, d'un rien, pour déverser sa rage, son mépris, son dégoût de tout, sans regret ni retenue, sans la moindre hésitation. L'amour, l'empathie, le réconfort, non.
Commenter  J’apprécie          20
richjoe   09 mai 2022
Mångata de Joëlle Richard
Mångata. En suédois, le chemin de lumière tracé par la lune sur les flots, les soirs où elle est pleine et veille sur le monde sidéré. Depuis sa fenêtre avec vue sur le campo, une femme frissonne. Là, juste là, à la surface paisible du canal où les poissons s’aventurent à nouveau, une drôle de créature nage sans bruit et son bas-ventre lance des reflets métalliques à fleur d’eau…



Il est donc question d'une Vénitienne qui s'éprend d'une sirène dans une cité des Doges confinée. Mais le conte LGBTIQ+ se fait vite grinçant. Car il y a le danger constant, ce virus invisible et sournois, qui tisonne des angoisses qu’on croyait tenues en laisse. Ce corps à la solitude plastique qui perd petit à petit la mémoire de la chair. Le refus de cette différence qui saute aux yeux à chaque pas. Le rejet de l’autre. Et, surtout, la détestation de soi. Le verbe est jeté, les mots de l’auteure et metteuse en scène Joëlle Richard sont durs, sans concession, comme si seule cette violence de forme était à même de traduire l’inénarrable. Ils tissent une parole fractionnée à la lisière du slam, dont la poésie disloquée répond aux tourments de notre époque désincarnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
richjoe   02 janvier 2021
Moïra de Joëlle Richard
Mesdames, Messieurs, faites vos jeux,

Rien ne va plus à la roulette de la vie !

Je sais pas si vous connaissez le concept,

C’est un peu comme la roulette russe,

Mais avec zéro probabilité de s’en tirer.

À ma droite, Amy,

La caissière modèle, l’idole des mémés,

Qu’est en train de se faire entuber profond

Par un patron aussi manipulateur que pervers !

À ma gauche, May,

La petite fille parfaite, la calculatrice combattive,

Qui fait des additions dans sa belle tour d’ivoire

Sans s’apercevoir que son âme est en train de givrer !

Et tout le monde est content, et tout le monde s’enferre,

On voit rien, on laisse faire, on se laisse crever en dedans…

Alors ouais, ouais, y’a de la colère, y’a du découragement !

C’était quoi, hein,

Les chances qu’on se rencontre, elle et moi ?

Se croiser, se plaire,

Sur un banc public,

Quelle cote dans la course épique de l’existence,

Quel con, oui !

C’était quoi, l’idée ?

Parce qu’y’en a une, n’est-ce pas ?

C’est quand même pas du grand n’importe quoi ?

Le chaos fini ?

Le boxon magnifique ?

La loterie assumée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
richjoe   15 novembre 2020
Plein coeur de Joëlle Richard
Y’a un poulpe qui se balade dans tes veines,

Des nuits il te chatouille juste un peu les orteils,

D’autres il te coupe le souffle avec ses tentacules,

Mais toujours, toujours, il est là et il compte.

Il compte les pulsations de ton cœur,

Et un jour il viendra te le briser

Quand t’auras gaspillé le nombre de battements

Que la nature t’a donné.

Alors regarde-le de loin, ton monde,

Et surtout le laisse jamais t’emballer.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Dom Juan ou le Festin de pierre

Comment se nomme le valet de Dom Juan ?

Sganarelle
Dom Carlos
Pierrot
Dom Louis

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur