AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 36 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Jon Lee Anderson est un biographe américain, auteur, journaliste d'investigation, correspondant de guerre et rédacteur pour The New Yorker, qui rapporte des zones de guerre comme l'Afghanistan, l'Irak, l'Ouganda, la Palestine, le Salvador, l'Irlande, le Liban, l'Iran et dans tout le Moyen-Orient.

Ajouter des informations
Bibliographie de Jon Lee Anderson   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
- Ernesto, un camarade du Parti du Travail t’a trouvé un poste de médecin à l’Institut du Développement. Il dit qu’il faut simplement que tu t’inscrives au Parti.
- Écoute, tu diras à ton ami que le jour où je viendrai m’y inscrire, je le ferai de moi-même et pas pour me placer.
(page 55)
Commenter  J’apprécie          331
La situation est intenable : partout de la corruption, des pots-de-vin. Batista a fait de Cuba le bordel des Caraïbes. Les Yankees se sont infiltrés partout. Le seul moyen d’avancer est de leur donner la même leçon qu’à la Moncada. Nous devons prendre le pouvoir directement par la lutte. Il n’y a rien à attendre des élections. C’est une mascarade. Si nous ne faisons rien de concret, nous aurons encore Batista pendant quarante ans !
(page 78)
Commenter  J’apprécie          322
L'image de Che Guevara - et notamment ce visage implacable photographié par Korda - est l'une des plus connues au monde, plus que celle d'Elvis, de Lionel Messi, de Lady Gaga, de Mao Zedong ou de tout autre personnage culte ayant fait l'objet ou non d'un portrait sérigraphié d'Andy Warhol.
(page 5)
Commenter  J’apprécie          320
Je ne sais pas si la révolution survivra. Mais je suis prêt à monter aux barricades… mitraillette à la main.
(page 250)
Commenter  J’apprécie          322
C’est un mouvement révolutionnaire qui se veut socialiste. Il est également national, ce qui, en Amérique latine, veut généralement dire anti-Yankee… Sa grande force est de se battre contre la dictature militaire du président Batista.
(page 180)
Commenter  J’apprécie          291
Le lendemain de ce discours de Fidel Castro, Jean-Paul Sartre et moi avons parcouru les rues de La Havane… Des vedettes dansaient ou chantaient sur les places et récoltaient de l’argent
« C’est la lune de miel de la révolution, me disait Sartre…
- Ça ne durerait pas toujours mais c’était réconfortant. Pour la première fois de notre vie, nous étions témoins d’un bonheur qui avait été conquis par la violence. » (Simone de Beauvoir)
(page 246)
Commenter  J’apprécie          281
- J’aurais pu aller à Paris vivre la vie de bohème. Et me voilà. Dans quelques jours je pars à Cuba faire la révolution.
- Je n’arrive pas à me sortir de la tête ce que Fidel a dit : « En cas de décès ».
- Calixto, dans une vraie révolution, on triomphe ou on meurt.
- Et qu’est-ce que tu en penses, mon vieux ? On va triompher ou mourir ?
- L’avenir appartient au peuple, Calixto. Mais avant cela, il y aura des erreurs et des innocents devront mourir.
(pages 110 – 111)
Commenter  J’apprécie          271
Ma vie était un océan de résolutions contradictoires jusqu’à ce que j’abandonne courageusement mes bagages et que je me lance, le sac sur le dos, sur le chemin tortueux qui m’a mené ici. En route, j’ai eu l’occasion de traverser les domaines de la United Fruit, ce qui m’a une fois de plus convaincu de la terreur exercée par ces pieuvres capitalistes.
(page 45)
Commenter  J’apprécie          271
Si mes dernières heures ont lieu sous d’autres cieux, mes dernières pensées seront pour ce peuple, et surtout pour toi, Fidel… L’idée de ne laisser aucune possession matérielle à ma femme et à mes enfants ne me préoccupe pas. Je suis heureux qu’il en soit ainsi. Je ne demande rien pour eux puisque l’État pourvoira à leurs besoins et à leur éducation…
(page 334)
Commenter  J’apprécie          260
- Qu’est-ce qui lui prend de risquer sa vie pour un pays qui n’est même pas le sien ?
- Ernesto fait ce qu’il a toujours voulu faire. Il a toujours dit qu’en Amérique latine aucun parti ne peut se prétendre révolutionnaire s’il participe aux élections, parce qu’il devra forcément faire des compromis avec la droite et qu’au Guatemala, si Jacobo Arbenz avait ordonné quelques exécutions quand c’était le moment, il aurait eu l’occasion de se battre. Ernesto avait la conviction que la révolution armée était le seul moyen de changer les choses. Et il a rencontré Fidel Castro.
(page 164)
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jon Lee Anderson (56)Voir plus

Quiz Voir plus

Politique et littérature

Les Romantiques français, dans leur jeunesse, étaient plutôt réactionnaires et monarchistes. Quel est celui qui a connu une évolution qui l’a conduit à être élu sénateur siégeant plutôt à gauche ?

Stendhal
Chateaubriand
Hugo
Mérimée

11 questions
244 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..