AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.19 /5 (sur 225 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Enebyberg, Stockholm , le 02/11/1963
Biographie :

Jonas Gardell est romancier, dramaturge, scénariste et comédien.

Il fait des débuts en littérature en 1985 avec un roman sur l’amour homosexuel.

Il a énormément publié depuis, romans et pièces. Auteur très apprécié, il est aussi réputé en Suède pour ses one-man-show décapants et ses interventions provocantes à la télévision.

La princesse Victoria de Suède a remis le 4 février 2013 à la Cirkus Arena de Stockholm le Prix QX de l'Homo de l'année à Jonas Gardell pour son roman bouleversant sur l'arrivée du sida en Suède dans les années 1980, Ne séchez jamais les larmes sans gants ( Tårka aldrig tårar utan handskar ).

Ajouter des informations
Bibliographie de Jonas Gardell   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le mouvement #MeToo a érigé le consentement en notion de premier plan. Doit-on pour autant considérer ce concept comme le sésame absolu de l'égalité entre les femmes et les hommes ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre dans cet épisode. Pour nous guider dans cette réflexion, nous recevons la philosophe Manon Garcia, dont le deuxième essai La Conversation des sexes vient de paraître chez Flammarion. Nous ferons ensuite la connaissance de la Brestoise Marine Bruneau. Elle a créé un cabinet de conseil et de formation autour des questions d'égalité, Égaluce, dont elle nous parlera plus en détails. Et nous terminerons cet épisode avec la bibliographie de notre libraire Catherine. Bibliographie : - La Conversation des sexes de Manon Garcia (éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19792514-la-conversation-ds-sexes-philosophie-du-consen--manon-garcia-climats - On ne naît pas soumise, on le devient, de Manon Garcia (éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/14416278-on-ne-nait-pas-soumise-on-le-devient--manon-garcia-flammarion - Julian est une sirène, de Jessica Love (éd. Pastel) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16334832-julian-est-une-sirene-jessica-love-ecole-des-loisirs - le Bleu est une couleur chaude, de Julie Maroh (éd. Glénat) https://www.librairiedialogues.fr/livre/4624393-le-bleu-est-une-couleur-chaude-jul-maroh-glenat-bd - La Mère d'Eva, de Sylvia Ferreri (éd. Pocket) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18781878-la-mere-d-eva-silvia-ferreri-pocket - N'essuie jamais de larmes sans gants, de Jonas Gardell (éd. Gaïa) https://www.librairiedialogues.fr/livre/13627647-n-essuie-jamais-de-larmes-sans-gants-jonas-gardell-gaia - Les Corps abstinents, d'Emmanuelle Richard (éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16170929-les-corps-abstinents-j-ai-discute-avec-celle--emmanuelle-richard-flammarion - le Coeur sur la table, de Victoire Tuaillon (éd. Binge Audio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19675600-le-cur-sur-la-table-pour-une-revolution-roman--victoire-tuaillon-binge-audio - La Fille qu'on appelle, de Tanguy Viel (éd. de Minuit) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18932927-la-fille-qu-on-appelle-tanguy-viel-les-editions-de-minuit

+ Lire la suite

Citations et extraits (95) Voir plus Ajouter une citation
Stockard   17 décembre 2016
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
Le deuil qui vous marque de son sceau devient une partie intégrante de votre personne. Et puisque le deuil est une marée, il n'est donc pas rare qu'il remonte et vous submerge avec une force époustouflante, alors que vous aviez le sentiment que tant de temps s'est écoulé, que les années ont succédé aux années. Mais puisque le deuil est une marée, il n'est pas rare non plus qu'il se retire, vous découvrez à ce moment-là que vous avez les pieds au sec et que vous devriez peut-être vous étirer les jambes et aller faire une promenade.
Commenter  J’apprécie          160
BaudelaireViolette   28 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
« Et là, Benjamin se dit qu’il ne voit que des morts.

Des morts qui dansent.

Des Dieux insouciants.

Des dieux qui dansent sous la lumière des lampions multicolores.

Ils savent tous qu’ils vont toujours se souvenir de cette soirée. Et ils se diront : ‘Tu te souviens de la fête de Lars-Ake, le jour de ses trente ans ?’

Voilà ce qu’ils diront.

La toute dernière fête.

La fête qui tenait tête à la mort.

Ils se souviendront de la maigreur de Lars-Ake ce soir-là, assis à la grande table. Ils se souviendront de son crâne qui menaçait de percer sa peau si mince. Ils se souviendront de ses mouvements infiniment lents, comme s’il était déjà un vieil homme. Ils se souviendront d’avoir lancé des hourras, d’avoir chanté de toutes leurs forces ‘Pourvu que tu vives pendant cent et un ans !’, comme pour prouver qu’on pouvait peut-être les mettre à genoux mais qu’on ne pouvait pas les vaincre.

Ils voulaient arrêter le temps en cette soirée, ils voulaient que cette soirée ressemble à n’importe quel anniversaire quand quelqu’un fête ses trente ans.

C’est pour ça qu’ils chantaient, c’est pour ça qu’ils lançaient des hourras, c’est pour ça qu’ils lui faisaient des cadeaux.

Des livres qu’il n’aurait pas le temps de lire. Des disques qu’il n’aurait pas le temps d’écouter. Des vêtements qu’il n’aurait pas le temps de porter.

Une vie qui ne fut jamais vécue. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BaudelaireViolette   29 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
Benjamin se rassoit, un peu gêné. Rasmus pose une main sur la sienne, le regarde dans le fond des yeux et lui dit que c'était vraiment très beau, lui demande de répéter.

Et c'est peut-être à ce moment précis, à cette question de Rasmus, au moment où Benjamin le cœur battant s'adresse à lui et à personne d'autre, c'est ce moment là qu'un contact s'établit, oui, comme une adhérence, comme ils s'accrochaient l'un à l'autre. Ils sentent peut-être tous les deux que le le voyage qu'ils ont fait chacun de leur côté est terminé, ils sont arrivés l'un à l'autre ; de même que leur attente est terminée, une attente aussi longue que l'éternité qui dure depuis l'enfance, ils se sont trouvés l'un l'autre.

Ce bref passage de l'apocalypse est devenu leur prière du soir. Ramus voulait toujours que Benjamin le lui récite avant de dormir.

Quand il était mourant aussi. Les deniers jours à l'hôpital, quand chaque respiration représentait un effort colossal, quand la vie se résumait à une seule réputation à la fois, Benjamin lui tenait la main, à côté de lui, et lui chuchotait inlassablement :



< Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses ne seront plus>
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leolechat   01 avril 2017
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
- A ce qu'on m'a raconté, ces élans sont blancs à cause d'une disposition génétique. Ils ne sont pas albinos mais bêtement différents. Dans cette région du Värmland, il en existe toute une lignée. Autrefois on leur attribuait des pouvoirs magiques, paraît-il qu'en tuer un portait malheur.

- Qui voudrait tuer un aussi bel animal ? s'exclame maman incrédule.

- Beaucoup de gens. Des gens qui trouvent qu'il n'a rien à faire chez nous , que son existence est une aberration de la nature. Qu'il est dégénéré si tu vas par là.

- Pourtant il existe proteste Rasmus.

- Certes, mais... Oui, non, enfin si, soupire papa. Il existe, ça on ne peut pas lui enlever.
Commenter  J’apprécie          100
BaudelaireViolette   29 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
Elle a tenté de trouver une consolation dans l'espoir que quelqu'un s'est quand même trouvé à son chevet, que quelqu'un- même quelqu'un qu'elle ne connaissait pas - lui a tenu la main quand elle avait peur.

La nuit, elle priait Dieu pour qu'il en ait été ainsi. Dieu savait bien combien son garçon avait peur.

Elle priait ce Dieu qui n'abandonne pas.

Elle priait désespérément ce Dieu miscordieux pour que son fils ne soit pas mort seul.

Ce qui avait été pourtant le cas.
Commenter  J’apprécie          00
BaudelaireViolette   29 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
Les années vont passer, vont devenir des décennies, Benjamin veilliera et finira la force de se dire qu'en définitive il s'agit peut-être de composer avec la grâce d'avoir pu partager votre passage sur terre avec quelqu'un [...]

Pour Benjamin, la grâce d'avoir pu dans sa vie aimer quelqu'un qui l'a aimé.
Commenter  J’apprécie          00
Lescarnetsdelaurie   28 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
Parfois il pleure. De douleur ou de chagrin, personne ne le sait.

Il a lui-même choisi l'isolement et la solitude. Ni sa famille ni ses amis n'ont été mis au courant.

(...) A cause de la honte. Cette honte insoutenable.

Car c'est ça la vérité. Ceux qui n'ont jamais parlé à personne ouvertement, ceux qui n'ont jamais laissé personne découvrir qui ils sont réellement, ceux-là, ils ne peuvent non plus révéler à personne le nom de la maladie dont ils souffrent exactement. Pour eux, c'est encore pire.

Ils sont seuls. (...)

Ils souffrent seuls.

Ils meurent seuls.

Ce sont des vies gaspillées.

Il a si peur ! (...) En silence, les larmes coulent sur son visage sans personne pour les essuyer.
Commenter  J’apprécie          00
Lescarnetsdelaurie   28 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
S.I.D.A

(...) Cela allait les influencer, ça allait marquer leur époque et changer leur vie comme rien d'autre à ce jour.

Mais, en avril 1982, ils ne le savaient pas. Pas encore. Ils étaient si jeunes. À peine adultes. Ils se cherchaient. Ils cherchaient l'amour. Ils cherchaient un moyen de vivre comme ils l'entendaient, ce qui n'avait pas été possible pour la génération précédente. Avec une forme de fierté. Avec une once de dignité.

Prudemment ils s'étaient invités à danser et avaient maladroitement commencé à tournoyer. Au bord d'un précipice.
Commenter  J’apprécie          00
BaudelaireViolette   28 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
« - Tu ne dois pas me toucher. Je pourrais te contaminer. Tu ne pourras plus jamais me toucher. Je vais mourir.

Ils gardent le silence. Plusieurs minutes s’écoulent. Rasmus finit par chuchoter :

- Qu’est ce qui va se passer à partir de maintenant ?

- Je ne sais pas, répond Benjamin, sincère.

Il secoue la tête, imperceptiblement. Puis, avec douceur mais détermination, il passe le bras autour de celui qu’il aime.

- Non, je ne sais pas. Mais je sais une chose : j’ai l’intention de te toucher. Maintenant. »
Commenter  J’apprécie          00
BaudelaireViolette   28 novembre 2021
N'essuie jamais de larmes sans gants de Jonas Gardell
« Baissant les yeux sur le journal, Paul avait poursuivi sa lecture ‘une chose est sûre : la peste semble avoir fait sa réapparition, Les voisins se haïssent entre eux. Les hôpitaux refusent de soigner les malades […] Des mères de famille appellent un directeur d’école, inquiètes d’envoyer leurs enfants en classe sous prétexte que l’instituteur est gay. Une femme de Denver s’est renseignée auprès de la police sur la meilleure façon de désinfecter son appartement où a vécu avant elle un homosexuel. »
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz au sang

Notre hôte avait bien fait les choses et nous avions, entre autres gâteries, dégusté un excellent

canard au sang
poulet au sang
les deux

12 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , littérature américaine , romans policiers et polars , sangCréer un quiz sur cet auteur

.. ..