AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 45 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Stockholm , le 27/02/1978
Biographie :

Jonas Hassen Khemiri est né d’un père tunisien et d’une mère suédoise. Il a grandi à Stockholm, à Paris et à New York.

Ses début ont été très remarqués avec Ett öga rött/One Eye Red, (200 000 exemplaires vendus en Suède, prix Borås Tidning du 1er roman, et adaptation cinéma).

Montecore, son 2e roman, a été récompensé par le prix P O Enquist et était finaliste pour le August literary award. Montecore a reçu aussi le prix Sveriges Radio’s Romanpris du “meilleur roman” 2007.

Invasion ! est sa première pièce théâtrale.
Jonas Hassen Khemiri a écrit à ce jour cinq autres pièces :
- Fem gånger Gud (« Cinq fois Dieu »), créée en 2008 au Théâtre régional de Blekinge Kronoberg
- Vi som är hundra (Nous qui sommes cent), créée en 2009 au Théâtre national de Göteborg, mise en espace en 2011 par Mikael Serre à la Comédie de Reims, créée en 2012 par Édouard Signolet à Théâtre Ouvert, publiée aux éditions Théâtrales en 2013 et mise en scène en 2015 par le collectif Fluorescence au Théâtre National de Belgique.
- Apatiska för nybörjare (« L’Apathie pour débutants »), écrite en 2010, créée en 2011 au Théâtre municipal de Göteborg, mise en lecture en 2012 par Yannick Toussaint à la Mousson d’hiver, créée par Virginie Berthier (compagnie Le Bouc sur le toit) au Théâtre Berthelot et publiée aux éditions Théâtrales en 2017
- Jag ringer mina bröder (J’appelle mes frères), créée au Théâtre national de Malmö et sélectionnée à la Biennale de théâtre en Suède en 2013. En France, elle est publiée aux éditions Théâtrales en 2013, créée en 2014 par Mélanie Charvy (compagnie Les Entichés) ; en Belgique, elle est mise en scène en 2016 par Rachid Benbouchta à l’Espace Magh.
Sa dernière pièce, ≈ [ungefär lika med], est créée en 2014 au Théâtre dramatique royal de Stockholm dans une mise en scène de Farnaz Arbabi
+ Voir plus
Source : www.editionsdurocher.f
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   10 juin 2017
Tout ce dont je ne me souviens pas de Jonas Hassen Khemiri
S’il y avait une chose que j’avais apprise c’était de ne pas rester dans une relation qui demandait plus d’énergie qu’elle n’en donnait. Rares sont les gens qui ne sont pas des voleurs d’énergie.
Commenter  J’apprécie          378
Bookycooky   11 juin 2017
Tout ce dont je ne me souviens pas de Jonas Hassen Khemiri
Adossés aux piliers en pierre en bas de la côte, on regardait leurs collègues éteindre les dernières flammes.

-Tout est foutu ? a demandé Samuel à un des pompiers.

-C’est une question de définition.
Commenter  J’apprécie          270
Charybde2   31 juillet 2018
Tout ce dont je ne me souviens pas de Jonas Hassen Khemiri
Samuel s’est essuyé la main puis il s’est présenté. Je savais pas quel prénom utiliser vu que quand on faisait nos tournées avec Hamza, je donnais jamais le vrai. Une fois je me suis appelé Örjan, une autre fois Travolta. Et une fois, alors qu’on s’était incrustés dans une fête privée à Jakobsberg à la recherche de soeurs jumelles qui avaient emprunté de l’argent pour sauver leur salon de coiffure, je me suis fait appeler Holabandola. Je pouvais dire n’importe quoi vu que quand on a une tête comme la mienne, personne n’ose prétendre que votre nom n’est pas votre nom. Mais quand Samuel s’est présenté, je lui ai donné mon vrai prénom. Et je me suis préparé aux questions qui allaient inévitablement suivre. « T’as dit quoi ? Wamdad ? Vanbab ? Van Damme ? Ah OK Vandad. Il vient d’où ce prénom ? Ça veut dire quoi ? Ils viennent d’où tes parents ? Ils sont arrivés ici en tant que réfugiés politiques ? T’es né ici ? T’es cent pour cent ou à moitié ? Tu te sens suédois ? Jusqu’à quel point tu te sens suédois ? Tu manges du porc ? En fait, tu te sens vraiment suédois ? Vous avez la possibilité de rentrer chez vous ? Tu es déjà rentré chez toi ? Ça te fait quoi quand tu y retournes ? Tu te sens étranger quand t’es ici et suédois quand t’es là-bas ? Lorsque les gens voyaient que je voulais pas parler de mon histoire, ils me posaient des questions sur l’entraînement, me demandaient si j’aimais les boissons protéinées ou ce que je pensais du free fight.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   20 mars 2017
J'appelle mes frères de Jonas Hassen Khemiri
J’appelle mes frères et je dis : Oubliez ce que j’ai dit. Fuck le silence ! Fuck l’anonymat ! Enlevez vos habits anonymes et portez des jupes en raphia fluorescentes. Décorez-vous le corps avec des boules de Noël scintillantes. Étalez-vous de la peinture phosphorescente sur le visage.

Soufflez dans des sifflets, hurlez dans des porte-voix. Occupez les galeries marchandes, marchez en tête dans les manifs. Tatouez-vous « No discrimination for life » en lettres gothiques noires sur le ventre. Soyez le plus visibles possible pour qu’ils comprennent qu’il existe des forces d’opposition. Défendez le droit de tous les idiots à être idiots jusqu’à ce que vous n’ayez plus de voix. Jusqu’à ce que vous mouriez. Jusqu’à ce qu’ils comprennent que nous ne sommes pas ceux qu’ils croient que nous sommes.

Parce que nous ne sommes pas comme eux. Nous n’avons pas la nostalgie d’un passé hypocrite. Nous entrons la tête haute dans un avenir sans frontières strictes en sachant fermement qu’on ne peut pas remonter le temps.

Répétez-vous à vous-mêmes :

Nous n’avons pas peur.

C’est vrai, non ? Non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Harmonide   23 avril 2018
L'Apathie pour débutants de Jonas Hassen Khemiri
3/MAYA.– Tu te souviens quand il y a eu l’ambulance ?

2/DINO.– Mm.

3/MAYA.– Elle était pas là pour elle.

2/DINO.– C’était une ambulance tout à fait normale qui était venue se garer à côté de l’école.

3/MAYA.– Sans sirène.

2/DINO.– Sans lumière bleue.

3/MAYA.– Mais Mariana ne la lâchait pas du regard et, tout à coup, son corps s’est mis à trembler.

2/DINO.– Tout à coup, elle est tombée sur le côté et s’est mise en boule.

3/MAYA.– D’abord, c’était presque rigolo à voir.

2/DINO.– (vise Maya.) L’une d’entre nous s’est d’ailleurs mise à rire.

3/MAYA.– Mais après, on a tous compris que c’était du sérieux. Parce qu’elle était allongée par terre, la joue contre le gravier et elle hurlait elle hurlait.

2/DINO.– Les maîtres ont accouru et ils ont dû se mettre à plusieurs pour la porter. Elle hurlait et se débattait comme une folle sans que personne ne comprenne pourquoi.

3/MAYA.– Elle avait une peur bleue des policiers.

2/DINO.– Et des ambulances.

3/MAYA.– En fait, elle avait peur de tous ceux qui portaient un uniforme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   08 avril 2017
Presque égal à de Jonas Hassen Khemiri
L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Très bien. On va faire ça tout de suite. Vous n’auriez pas un CV sur vous par hasard ?

ANDREJ. – Si.

Le CV est montré.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Merveilleux ! Et vous n’auriez pas aussi apporté votre relevé de notes du bac ?

ANDREJ. – Si, voilà.

Les notes sont montrées.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Formidable ! Et ne me dites pas que vous avez aussi suivi un enseignement supérieur ?

ANDREJ. – Je viens de terminer une formation en cours du soir en sciences économiques et en marketing.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Excellent ! Alors on vous inscrit tout de suite.

ANDREJ. – J’ai imprimé quelques offres d’emploi qui pourraient m’intéresser.

L’homme de Pôle Emploi jette un œil sur les propositions d’Andrej.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Intéressant, intéressant, intéressant, intéressant.

ANDREJ. – Mais on avait plutôt l’impression qu’il disait…

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Imbécile, imbécile, imbécile, imbécile.

ANDREJ. – Pardon ?

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Oui en fait je veux dire. Je crois que la plupart de ces employeurs ont d’autres exigences que celles dont vous disposez en matière d’expérience et de formation. Mais si je dis assainissement, que dites-vous ?

ANDREJ. – Assainissement ?

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Oui assainissement. Vous semblez être en bonne condition physique. Avez-vous une expérience de travail dans le nettoyage à haute pression ?

ANDREJ. – Non mais. Je préfèrerais travailler dans quelque chose qui a un rapport avec l’économie ou le marketing ou même la vente. Comme par exemple directeur général adjoint ? Je préfèrerais commencer par chercher ce genre d’emploi.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Oui. Vous avez raison. On ne perd rien à essayer.

ANDREJ. – Et vous ne pensez pas que mon nom de famille pourrait être un problème ?

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Pardon ?

ANDREJ. – Mon nom de famille.

L’HOMME DE PÔLE EMPLOI. – Ah. Non. Non je ne pense pas. Ça ne devrait pas être un problème. Et SI c’en était un ça ne serait pas bien que ça le soit. Vraiment pas bien. Mais j’espère que ça ne le sera pas. Tiens, pour plus de sûreté. Prenez ça aussi.

ANDREJ. – Et il m’a tendu le papier de l’entreprise qui cherchait un agent de nettoyage industriel. Je suis rentré chez moi et j’ai commencé mes recherches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   31 juillet 2018
Tout ce dont je ne me souviens pas de Jonas Hassen Khemiri
J’ai suivi Hamza dans l’appartement luxueux. On est passés d’une pièce à une autre en faisant un signe de tête aux gens qu’on croisait et qui baissaient les yeux plutôt que de nous saluer en retour. Je me demandais ce qu’on foutait là parce que les gens ne ressemblaient pas à ceux avec qui Hamza était habituellement en bizness. Les gars avaient des costards et les filles des chaussures à talons, le frigo était high-tech avec display digital et distributeur de glaçons intégré. Je me disais que ça irait vite, que Hamza devait juste trouver la bonne personne, faire ce qu’il avait à faire et que moi j’avais à me tenir à côté de lui pour montrer que c’était pas le moment de discuter.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   08 avril 2017
Presque égal à de Jonas Hassen Khemiri
MANI. – Et même si parfois on se disputait, on faisait toujours front ensemble.

Nous nous retrouvons à un dîner de couples.

Oui c’est vrai qu’on est un peu justes parfois.

MARTINA. – Mais qui ne l’est pas ?

MANI. – Exactement. Mais j’ai 99 pour cent de chance d’obtenir un CDI au printemps.

MARTINA. – J’ai commencé à chercher un petit boulot d’appoint.

MANI. – Il y a des gens qui sont dans des situations bien pires. Comme les adolescents au chômage.

MARTINA. – Les mendiants.

MANI. – Les sans-papiers.

MARTINA. – Les adolescents sans-papiers mendiants au chômage.

MANI. – Exactement. Ou des adultes ordinaires qui ne savent pas comment leurs finances évolueront.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   31 juillet 2018
Tout ce dont je ne me souviens pas de Jonas Hassen Khemiri
Tu veux dire quoi par « pourquoi » ? La question c’est plutôt « pourquoi pas » ? Pourquoi n’en aurait-il pas profité pour faire quelque chose qui ait du sens ? Tous les jours il était emprisonné dans la camisole de force de la bureaucratie. Il suivait le règlement, les directives. Il contactait les ambassades, réservait des voyages pour renvoyer chez eux des gens qui ne voulaient pas partir. À côté de ça, la maison de sa grand-mère était vide. Et beaucoup de personnes avaient besoin d’un endroit où habiter. Ce qu’il y a d’étrange ce n’est pas que Samuel veuille aider, c’est plutôt qu’il n’y ait pas plus de gens qui le fassent.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   08 avril 2017
Presque égal à de Jonas Hassen Khemiri
Mani est assis au bord de la scène.

MANI. – Je tombe, je perds l’équilibre, je glisse du bord et ensuite le temps s’arrête et je me réveille dans un amphithéâtre… Je suis seul… ou… je pensais que j’étais seul… mais je regarde devant moi dans la salle et je découvre… des tas de gens… des tas… Ils me regardent, je les regarde et…

Mani endosse son rôle de conférencier.

Non non non. Ne croyez pas tout ce que vous entendez. L’histoire économique n’est pas ennuyeuse. Elle n’est pas sans âme. Elle n’est pas une série de théories et de graphes austères. Au contraire. L’histoire économique est faite d’excentriques, de libres penseurs, de génies, de fous. Des théoriciens tellement étouffés par leur époque qu’ils se sentaient obligés d’utiliser leur savoir pour créer des mondes alternatifs crédibles. Des mondes qui brillent toujours et qui nous remplissent, nous leurs descendants, de joie et d’espoir. Prenez par exemple : Caspar Van Houten.

Caspar Van Houten entre.

Nous sommes l’année 1828. À Amsterdam Caspar Van Houten vient de breveter une presse hydraulique qui va révolutionner la fabrication de la poudre de cacao.

Caspar Van Houten jubile.

Van Houten gagne une fortune. Il devient l’un des fabricants de chocolat les plus renommés d’Europe. Mais au sommet de sa carrière, il choisit de se retirer. Pourquoi ?

Caspar Van Houten et Mani haussent les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Adaptations avec Jean Marais

Jean Marais est le Marquis de Montauran dans Les Chouans, film français réalisé par Henri Calef en 1946 et adapté du roman éponyme de:

Honoré de Balzac
Victor Hugo
La Comtesse de Ségur

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , théâtre , littératureCréer un quiz sur cet auteur