AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3 /5 (sur 2 notes)

Nationalité : Haïti
Né(e) à : Port-au-Prince , le 2 Octobre 1980
Biographie :

Jonel Juste est un rédacteur, un écrivain et un éditeur. Il est journaliste depuis plus de 15 ans, ayant travaillé à la fois en Haïti et aux États-Unis pour des journaux et des organes de presse tels que Haiti Press Network (HPN), Le Matin, Le Nouvelliste, Le Floridien, Artburst Miami, The Miami Times et The Miami Herald. Il est l’auteur, en français, en créole et en anglais, de nombreux recueils de poésie, de nouvelles et d’essais tels que « Carrefour de Nuit », « Solèy, Solèy », « Mémoire de Quarantaine », « The Watch », « Joseph, Prince d’Egypte », « I loved you before I knew your name », « Haitian Hip Hop : From Top to Bottom », Astres et Désastres, Zanmi Angle, etc. L’auteur est également le fondateur de la maison d’édition « Les Editions Marginales ».

Certains des textes poétiques de Jonel Juste sont disponibles sur le site poeme.co. Il anime sur Spotify un podcast appelé “Carrefour Poésie” dans lequel il déclame les poèmes d’auteurs haïtiens et étrangers. Jonel Juste fait enfin sur Instagram la promotion des auteurs haïtiens à travers la plateforme Haïti Littéraire. Les ouvrages de l’auteur sont disponibles sur Amazon et aux Editions Marginales.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jonel Juste   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
AndrissePaula   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
L'ECHAPEE BELLE

Je me souviens très bien de l’accident. La preuve, j’y étais. Le crépuscule venait d’incendier l’horizon. Un ciel maculé de sang. Et comme une feuille morte à l’automne, la nuit tombait. Le tap-tap filait droit sur la route de Delmas (quartier nord de Port-au-Prince). Au rond-point, on entame le virage. Par la fenêtre, j’aperçois furtivement ce dix-huit tonnes… Et ce klaxon insupportable qui vous vrille les tympans. Et puis cet impact, ce bruit métallique. Indicible. Indescriptible.

Je me le rappelle très bien. Ce genre de chose ne s’oublie pas. Échapper à un carnage aussi affreux. Ça ne peut s’oublier. Bras et jambes écartelés. Têtes roulant sur la chaussée tels des astres vagabonds cherchant un gîte pour la nuit. Ces membres épars. Pillés. Ces corps étoilés. Soleil sanguinolent. La lumière écorchée vive. Le sang multicolore. L’atmosphère zébrée de cris. La pierre saigne. La rue souffre d’hémorragie et la terre, encore une fois, abreuve sa soif cruelle dans la coupe maudite.

J’y étais. J’ai vu. J’ai vécu. Et je n’en reviens pas encore. L’unique survivant du drame. Le seul à avoir échappé à la récolte fatale de la grande faucheuse. La moisson du sang. Surpris d’être encore en vie. Est-ce un miracle ? L’inconscience du moment ?

Est-ce la caméra invisible ? Un mauvais tour de la mémoire ? Une mauvaise blague d’un dieu farceur ? Un état second entre vivre et mourir ? Je ne sais pas. Ma mémoire nage à contre-courant dans les eaux boueuses de mes repères. Je ne sais rien mais tout ce que je sais, c’est que je l’ai échappé belle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jgli02   31 août 2021
Carrefour de nuit de Jonel Juste
William déambulait dans les rues, recouvert de son propre sang. À

Port-au-Prince, la capitale d'Haïti, les gens avaient visiblement peur de cet

homme ensanglanté qui se promenait tranquillement comme s'il était naturel

de marcher ainsi dans la rue. Habituellement, les gens ne se promènent pas

recouverts de sang comme si s’agissait d’un vêtement. Les gens ne portent

pas du sang à l'extérieur mais à l'intérieur. Dehors, ils portent des vêtements,

des bijoux, un sourire ou tout autre chose pour donner la façade. La vue de

cet homme se promenant sur la grand’ rue portant un vêtement sanglant était

bizarre et effrayante.
Commenter  J’apprécie          40
JulienneJustine   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
QUI S'EST PERMIS...



Qui s’est permis

De déplacer l’azur

Des quatre coins des cieux

A l’heure où l’arc-en-ciel

Se pâme à l’horizon ?

Qui s’est permis

D’émietter mes vieux songes

A coup de crépuscules

Au beau lever du jour ?

Qui s’est permis

De me réveiller tard

A l’heure où les oiseaux

Oublient de chanter faux ?

Qui s’est permis

De brûler le désir

A l’heure où la lune

A changé de quartier ?

Qui s’est permis

De changer le décor de la mémoire des pas perdus

Qui s’est permis enfin

De jouer avec mes rêves

Dans mes nuits d’insomnie ?

Ne jouez pas avec mes rêves

J’en ai besoin

Pour les jeter à la face du vent

Qui me dévisage

Il me le faut

Pour traverser les rues mortes

Et les torrents séchés

J’en ai besoin

Pour semer mes cauchemars

Aux quatre coins des rues

Que je n’emprunte plus

Il me le faut

Pour assouvir ma nostalgie

D’un temps pas si lointain

J’en ai besoin

Pour les mettre sous mon oreiller

Et les regarder la nuit

Quand plus personne ne regarde

Ne jouez pas avec mes rêves

C’est avec eux

Que j’emprisonne la lumière

Dans mes poches crevées

Ne jouez pas avec mes rêves

Il me les faut

J’en ai besoin

Pour éclater de rire

Quand les nuages se retirent
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RigaudDelice   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
DIS-LEUR

Dis-leur

Dis-leur poète

Qu’à travers les brisures

De la fibre de verre

Se dessinent les contours

Des rêves éparpillés

Aux quatre coins de la mémoire

Dis-leur

Dis-leur que se tracent sur les murs

Le souvenir des jours heureux

Dis-leur

Dis-leur ta mémoire pavée de ciel bleu

Et de chutes d’eau

Dis-leur

Dis-leur des mots qui s’étranglent

Quand les larmes s’alarment

Quand les vagues divaguent

Dis-leur

Dis-leur tes eaux de pierre

Et tes saisons de marbre

Dis-leur

Dis-leur tes insectes polygames

Et tes soupçons en vrac

Dis-leur

Dis-leur l’éjaculation de l’écho

La largesse océane

Dis-leur

Dis-leur l’évanouissement de ta voix

Dans l’infini du désir

Dis-leur

Dis-leur la nudité de la lumière

Dans l’innocence du matin

Dans l’inconscience des nuages

Dis-leur

Dis-leur le cristal de la nuit

Le long des jours d’été

Dis-leur

Dis-leur les caprices

D’une lune en chaleur

Dis-leur

Dis-leur le soupir des étoiles

Dis-leur qu’ici les mots n’ont de bouche pour parler
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jgli02   31 août 2021
Mémoire de Quarantaine de Jonel Juste
C’est décidé. Après une semaine de confinement sans voir personne, j’ai décidé de sortir. De plus, mon frigo est vide. Donc il me faut me ravitailler. Dans cette guerre sans merci que nous livre le virus, il nous faut nous abriter et ne sortir qu’en cas d’urgence. Le voisin d’en face, en me voyant prendre les rues, me lance un regard noir. Comme si j’étais un traître, un déserteur. Mais je m’en fous, ce confinement m’étouffe. J’ai besoin de respirer un peu d’air frais. J’ai aussi envie de voir la ville avec laquelle j’ai développée une relation quasi charnelle à force de marcher dans ses rues. On me dit que l’histoire d’amour entre la ville et moi peut être aujourd’hui une liaison fatale.
Commenter  J’apprécie          30
AndrissePaula   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
ALLER-RETOUR

Le courant ascendant

Le courant descendant

La voie qui va montant

La même descendant

L’effort pour avancer

L’effort pour reculer

Le son répond au son

L’écho à l’horizon

La lumière fait qu’un tour

De l'aller au retour
Commenter  J’apprécie          40
AbnerNazon   19 janvier 2022
Mémoire de Quarantaine de Jonel Juste
LA FIÈVRE

De nos corps la fièvre brûle le monde

Sans passeport ni baiser de retour

Tournent les ombres des moulins à vent

Au clair de la lune

Nous chantons les comptines oubliées

Laissons se consumer le monde et partons

Prenons nos distances

Ensemble courons là où nous ne mettrons pas de masque sur le large sourire du devant-jour

Notre fièvre n'est pas celle des lits d'hôpitaux

Elle embrase nos cieux et embrasse nos corps

Nous brûlons d'algue et de varech

Notre réchauffement est planétaire qui se perd dans la quadrature du cercle des îles d'eau de terre et des filles alanguies

Je touche ton front et je l'ai

La fièvre
Commenter  J’apprécie          30
AbnerNazon   19 janvier 2022
Mémoire de Quarantaine de Jonel Juste
UN SALE TEMPS

C’est un temps de masque sans carnaval

Un temps de chlore et de protection faciale

Un temps de distance et de Plexiglas

Un temps désinfecté

Un temps de mains fourbues et délavées

Un temps d’aseptisation à outrance

Un temps de déshydratation interdite

Un temps qui se veut plus propre que propre

C’est un temps de confinement, de déconfinement et de reconfinement

Un temps de quarantaine qui frise la cinquantaine, la soixantaine

Un temps sans contact, désincorporé

Un temps de gestes mesurés, de visages mal barrés

Un temps à prendre avec des gants

Un sale temps
Commenter  J’apprécie          30
RigaudDelice   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
IL PLEUT

Il pleut

Dans l’ombre

D’un doute

Qui plane

Qui rit en coin

Peu à peu

L’eau inonde nos silences

Profondeur horizon

Et couleur océan

A la lueur des pas calfeutrés

Au rythme des parcelles de lumière nue et humide

L’éclair d’un instant fend un ciel blessé qui pleure

Qui pleure abondamment

Les larmes de son corps lourd de promesses de pluie

Des larmes aiguës mordent la poussière

La poussière endormie réveillée en sursaut

La poussière mord la poussière

A pleine dent

La lumière éclipse la lumière

L’espace d’un instant
Commenter  J’apprécie          30
RigaudDelice   19 janvier 2022
Carrefour de nuit de Jonel Juste
REGARD

Il y a des regards océan

Dans lesquels on plonge

Dans lesquels on se noie

Du fond desquels

L’on ne revient jamais

Il y a des regards océan

A noyer le néant

Il y a des regards atmosphère

A faire blêmir le bleu

Au-dessus de nos têtes blêmes

Des regards atmosphère

A faire verdir l’azur

Il y a de ces regards

De ces regards mémoire

Troublant d’immensité

De ces regards miroir

Aux reflets éclatés

Aux quatre coins des yeux
Commenter  J’apprécie          30

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enrichissons un peu plus notre vocabulaire 😁

Une citation retranscrite mot à mot est dite :

littérale
littéraire

11 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , vocabulaireCréer un quiz sur cet auteur