AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : Colombie
Né(e) à : Bogota , le 08/03/1905
Mort(e) à : Bogota , le 10/05/1969
Biographie :

Jorge Zalamea, né le 8 mars 1905 à Bogota et mort le 10 mai 1969 dans la même ville, est un poète, essayiste et diplomate colombien.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
Alors tous prirent la fuite : les puissants et les humbles, les désarmés et les armés, les vieux et les jeunes, les sages et les sots, piteux comme les déchets dans la vague, comme les ordures au vent, comme les cendres dans la flamme, vers un horizon chaque fois plus bas de brume et de pluie, vers la campagne déserte où même les chiens ne hurlaient plus. (p. 67)
Commenter  J’apprécie          50
Wilena   09 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
Comme il y en a qui détruisent avec une lime, avec une pioche, avec une torche, avec une lame de rasoir, Burundun détruisait avec les mots. Il détruisait de préférence, bien sûr, ce qui se forme et s'alimente avec les mots : l'honneur, la renommée, la réputation, le prestige. Toutes ces choses d'autant plus précieuses qu'elles sont vulnérables, toutes ces choses dont les hommes se nourrissent et se couvrent et sans lesquelles ils seraient comme de pauvres bêtes affamées et écorchées, toutes ces choses sur lesquelles s'édifie l'amour, se construit la paix, s'établit la justice et s'épanouit la vie, toutes ces choses qui, de par leur beauté même ne sont ni vérifiables, ni mesurables, ni comparables ni défendables, toutes ces choses...
Commenter  J’apprécie          20
StephanieMarcos   18 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
- À ceux qui méprisent l'intelligence, on répétait :

"Des mots, des mots, des mots !"

À ceux qui se préoccupent de leur intégrité, on répétait :

"Dans les bouches cousues, il n'entre pas de mouche."

Aux lâches et aux timides, on répétait :

"Le silence est d'or."
Commenter  J’apprécie          30
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
Tous ces visages arboraient le teint de sérosité suante de ceux qui observent par le trou des serrures, de ceux qui cherchent dans le chatouillement érotique le chemin de la confidence fatale, de ceux qui passent leur langue squirrheuse sur la colle des lettres anonymes, de ceux qui boivent à la santé de l’ami condamné d’avance, de ceux qui reçoivent le pain encore chaud que la vieille mère pétrissait au moment où l’on est venu chez elle arrêter son fils caché dans le grenier. (p. 29)
Commenter  J’apprécie          10
StephanieMarcos   06 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
Mais le Grand Burundun-Burunda voyait sa plus grande prévision corroborée : sa police céleste était invisible, et à cent pour cent efficace. L'inappétence des sots passerait !
Commenter  J’apprécie          20
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
Donc si on voulait les rendre bienheureux et paisibles, il était nécessaire d’extraire de leurs habitudes la plus vaine et la plus dangereuse : celle de parler entre eux, celle de communiquer leurs lâches peurs, leurs ridicules fantasmes, leurs basses idées, leurs pensées malsaines, leurs rêves trompeurs, leurs aspirations incertaines, leurs plaintes et protestations impardonnables, leur vile soif d’amour. (p. 40)
Commenter  J’apprécie          10
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
De longues et larges tuniques de safran, sur lesquelles il était facile de discerner l’ombre ou du moins la souillure de quelque velléité politique, mais si innocentes et généreuses dans leurs plis que tout persécuté était tenté d’y chercher le refuge ultime de la confession devant Dieu, devant ce qu’il pensait être son Dieu sur Terre, naïveté et vanité du pauvre ! (p. 31)
Commenter  J’apprécie          10
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
La horde pure, la horde suivant jusqu’à ce jour infailliblement sa route, la horde toujours ponctuelle au rendez-vous avec la vie se heurta à la mort invisible, se rompit le cou contre la roche cristalline de la police céleste. (p. 26)
Commenter  J’apprécie          10
Wilena   09 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
À la différence de la Police et à l'instar des Forces Armées, détaillées auparavant, les Prêtres des Églises unies portaient un uniforme. De longues et larges tuniques couleur safran, sur lesquelles il était facile de discerner l'ombre ou du moins la souillure de quelque velléité politique, mais si innocentes et généreuses dans leurs plis que tout persécuté était tenté d'y chercher le refuge ultime de la confession devant Dieu, devant ce qu'il pensait être son Dieu sur Terre, naïveté et vanité du Pauvre !

Et de sa confession demeuraient ensuite les empreintes spirituelles dans son casier judiciaire.
Commenter  J’apprécie          00
Marialucas   28 février 2019
Le grand Burundun-Burunda est mort de Jorge Zalamea
L’ambition millénaire de l’homme – voler de ses propres ailes, en contact direct avec les marées du vent – avait finalement été atteinte sous le régime providentiel du (désormais) Cacique des Morts. (p. 24)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Stupeur et tremblements

Quel est la place de ce roman dans la bibliographie d'Amélie Nothomb ?

C'est son septième roman.
C'est son huitième roman.
C'est son neuvième roman.

10 questions
469 lecteurs ont répondu
Thème : Stupeur et Tremblements de Amélie NothombCréer un quiz sur cet auteur