AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vitry-sur-Seine , le 14 janvier 1895
Mort(e) à : Paris , le 25/12/1984
Biographie :

José Corti, né José Corticchiato (1895-1984), était un éditeur spécialisé dans la publication des œuvres dadas et surréalistes.

En 1925, José Corti fonde les Éditions Surréalistes et publie les ouvrages de Louis Aragon, André Breton et Paul Éluard.

Puis il crée la maison d'édition qui porte encore aujourd'hui son nom et publie Salvador Dalí, La Métamorphose de Narcisse, en 1937 et le premier roman de Julien Gracq, Au château d'Argol, en 1938.

José Corti est également l'éditeur des livres de Gaston Bachelard.

Après la mort de son fondateur en 1984, la maison d'édition « José Corti » poursuit son activité sous la direction de Bertrand Fillaudeau (avec Fabienne Raphoz en co-direction depuis 1997). Plusieurs collections ont alors été créées, notamment « En lisant, en écrivant », du nom de l'essai de Julien Gracq (1980). Cette collection regroupe des essais d'écrivains à propos de leur expérience et du fait même d'écrire.

José Corti est une maison d'édition qui s'engagera, sous l'Occupation, dans la publication de textes clandestins (à l'instar des Éditions de Minuit, par exemple). Elle publiera de nombreux textes poétiques après la guerre, ainsi que des travaux universitaires parmi les plus novateurs et des rééditions d'auteurs peu connus voire oubliés (Radcliffe).
L'auteur le plus connu de José Corti, Julien Gracq (Le Rivage des Syrtes, prix Goncourt 1951, refusé par l'auteur), reflète assez bien l'esprit qui a longtemps régné sur cette maison d'édition : efforts pour la recherche littéraire plus que pour les gros profits (tirages initiaux rarement très importants) et engagement dans des voies plus ou moins risquées.
La devise des éditions José Corti est : « Rien de commun ». Elle renvoie à l'époque de la naissance de la maison où les tirages étaient confidentiels et à l’engagement de la maison. Elle a une deuxième signification : José Corti aurait voulu, sous l'Occupation, montrer de manière implicite que sa maison d'édition n'avait « rien de commun » avec les occupants allemands.

José Corti a raconté son parcours dans son livre Souvenirs désordonnés. Site de l'éditeur ; http://www.jose-corti.fr/
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Denis Grozdanovitch .
Un bureau sous les toits de Paris, aux murs tapissés de livres, c?est là que me reçoit Denis Grozdanovitch, ancien « petit champion de tennis » consacré écrivain dès son premier livre Petit traité de désinvolture chez José Corti. Avec l?homme aux « 140 carnets » écrits tassés et noir, aux mille citations dites de mémoire ou bien lues, nous parlons de « l?esprit classique », de notre époque avec laquelle il faut vivre « sans en être l?esclave » et des hommes politiques assis sur des bancs trop hauts pour eux qui gambillent. Denis Grozdanovitch ? Un homme charmant Dernier livre paru : Le petit Grozda : Les merveilles oubliées du Littré www.auteurs.tv
+ Lire la suite

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SamA   12 février 2013
Souvenirs désordonnés de José Corti
J'aurais pu, comme d'autres, profiter de ce tremplin inespéré pour, comme on dit, augmenter mon « chiffre » ; ce fameux chiffre d'affaires que tout commerçant, négociant, fabricant, ausculte au jour le jour. J'ai préféré demeurer artisan, parce que j'ai voulu rester seul.
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24   06 juin 2013
Provisoirement définitif de José Corti
Mais c'est peut-être en jouant à la perfection le jeu aveugle de l'immortalité qu'on est vraiment un homme, un homme qui marche d'un pas ferme et tient honorablement son rang dans l'interminable course de relais des hommes. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   02 septembre 2016
Conte des deux frères suivi de "Le Mari trompé" de José Corti
Il y avait, dit-on, deux frères nés d’une seule mère et d’un seul père. Anubis était le nom de l’aîné, tandis que Bata était le nom du plus jeune. Anubis avait une maison, ainsi qu’une femme, tandis que son frère cadet vivait avec lui comme s’il eût été son fils ; c’est lui, le cadet, qui fabriquait les vêtements et qui menait le bétail aux champs, lui qui moissonnait et qui labourait, lui qui faisait tout le travail qu’il fallait accomplir aux champs. Car son frère cadet était un bel enfant viril et il n’existait pas son pareil dans le pays tout entier : la force d’un dieu était en lui.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49618

La femelle du canard?

cane
canne

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : facilité , animaux , michael jackson , roman , écoleCréer un quiz sur cet auteur