AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.89 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : Mexico , le 30/6/1939
Mort(e) à : Mexico , le 26/1/2014
Biographie :

José Emilio Pacheco (30 juin 1939 à Mexico - 26 janvier 2014 à Mexico) est un écrivain, poète, essayiste et traducteur mexicain ainsi qu'un scénariste de cinéma.
José Emilio Pacheco étudie le droit et la littérature à l'université nationale autonome du Mexique, mais en sort sans avoir obtenu de diplôme. Il travaille dans des revues littéraires. Il écrit des nouvelles, rassemblées en 1959 dans le recueil La sangre de Medusa y otros cuentos marginales. Au cours des années 1960, il publie le recueil de poèmes Los elementos de la noche, ainsi que des romans. Ses ouvrages ont été traduits en plusieurs langues et Pacheco a lui-même traduit en espagnol les œuvres d'auteurs comme Samuel Beckett et Tennessee Williams.
Spécialiste de la littérature mexicaine du XIXe siècle et de Jorge Luis Borges, il a enseigné dans de nombreuses universités (l'Université nationale autonome du Mexique, l'Université du Maryland, l'Université d'Essex, et quelques autres aux États-Unis, au Canada ou au Royaume-Uni) et a dirigé la Bibliothèque Universitaire de l'UNAM.

Il a reçu le Prix Cervantes en 2009.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de José Emilio Pacheco   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
SophieChalandre   03 novembre 2021
La edad de las tinieblas de José Emilio Pacheco
El objeto más bello y más limpio de este mundo es el jabón oval que sólo huele a sí mismo. Trozo de nieve tibia o marfil inocente, el jabón resulta lo servicial por excelencia. Dan ganas de conservarlo ileso, halago para la vista, ofrenda para el tacto y el olfato. Duele que su destino sea mezclarse con toda la sordidez del planeta.

En un instante celebrará sus nupcias con el agua, esencia de todo. Sin ella el jabón no sería nada, no justificaría su indispensable existencia. La nobleza de su vínculo no impide que sea destructivo para los dos.

Inocencia y pureza van a sacrificarse en el altar de la inmundicia. Al tocar la suciedad del planeta ambos, para absolvernos, dejarán su condición de lirio y origen para ser habitantes de las alcantarillas y lodo de la cloaca.

También el jabón por servir se acaba y se acaba sirviendo. Cumplido su deber será laja viscosa, plasta informe contraria a la perfección que ahora tengo en la mano.

Medios lustrales para borrar la pesadumbre de ser y las corrupciones de estar vivos, agua y jabón al redimirnos de la noche nos bautizan de nuevo cada mañana. Sin su alianza sagrada, no tardaríamos en descender a nuestro infierno de bestias repugnantes. Lo sabemos, preferimos ignorarlo y no darle las gracias...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SophieChalandre   03 novembre 2021
Como la lluvia de José Emilio Pacheco
Lluvia de sol



La muchacha desnuda toma el sol

apenas cubierta

por la presencia de las frondas.



Abre su cuerpo al sol

que en lluvia de fuego

la llena de luz.



Entre sus ojos cerrados

la eternidad se vuelve instante de oro.

La luz nació para que el resplandor de este cuerpo



le diera vida.

Un día más

sobrevive la tierra gracias a ella
Commenter  J’apprécie          100
PhilippeSAINTMARTIN   28 septembre 2020
Le passé est un aquarium de José Emilio Pacheco
- Le crapaud



Il est par nature l’indésirable

Comme il persiste dans l’erreur

de sa viscosité palpitante

nous préférons l’écraser

Tragique impulsion humaine : détruire

de la même façon le semblable et le différent

Le crapaud

beau à sa façon

voit tout

avec la sérénité

de celui qui se sait destiné au martyre
Commenter  J’apprécie          102
PhilippeSAINTMARTIN   28 septembre 2020
Como la lluvia de José Emilio Pacheco
El lugar de la duda



Dice sin duda: «No hay lugar a duda».

Lo afirma, lo sostiene contundente

Desde el centro del Bien y la Verdad incontestables.

Ante su hosca certeza me pregunto cuál es

El lugar de la duda.

Y encuentro allí lo contrario

De lo que ve quien no duda.

No vivimos en calma, nunca hay paz,

La vida toda es un combate incesante.

Por eso nos convienen el tal vez, el acaso,

el quizá, el sin embargo y el no obstante.

El lugar de la duda sería entonces

El territorio de la reflexión.

La conciencia de ser también el otro

Para quien vemos siempre como el otro,

El campo de la crítica y la puerta

Que cierra el paso al dogma y a sus crímenes.
Commenter  J’apprécie          80
PhilippeSAINTMARTIN   28 janvier 2017
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
Para el impensable año dos mil se auguraba —sin especificar cómo íbamos a lograrlo— un porvenir de plenitud y bienestar universales. Ciudades limpias, sin injusticia, sin pobres, sin violencia, sin congestiones, sin basura. Para cada familia una casa ultramoderna y aerodinámica (palabras de la época). A nadie le faltaría nada. Las máquinas harían todo el trabajo.
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2   02 août 2016
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
Je suis de l’Irgoun. Je te tue : je suis de la Légion Arabe. Les batailles dans le désert commençaient. Nous les appelions ainsi parce qu’elles avaient lieu dans une cour de terre rouge, poussière de tuile ou de brique, sans arbres ni plantes, sans rien d’autre qu’un cube de béton au fond. Il dissimulait un passage construit au temps des persécutions religieuses pour aboutir jusqu’à la maison du coin et fuir par l’autre rue. Nous tenions ce souterrain pour un vestige des temps préhistoriques. Pourtant, à cette époque, la guerre au nom du Christ était moins éloignée de nous que ne l’est aujourd’hui notre propre enfance. Cette guerre à laquelle la famille de ma mère participa avec un peu plus que de la sympathie. Vingt ans après, elle vénérait encore les martyrs comme le père Pro et Anacleto González Flores. En revanche, personne ne se rappelait les milliers de paysans morts, les agraristes, les professeurs ruraux, les conscrits mobilisés.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   02 août 2016
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
Avant la guerre du Moyen-Orient, le sport principal de notre classe consistait à persécuter Toru. Chinois chinois japonais : mange ton caca ne m’en donne pas. Vas-y, Toru, fonce : je vais te planter une paire de banderilles. Je ne me suis jamais joint à ces railleries. Je pensais à ce que j’éprouverais, moi, unique Mexicain dans une école de Tokyo ; et à ce que devait souffrir Toru en regardant ces films dans lesquels les Japonais étaient représentés comme des singes gesticulateurs et mouraient par milliers. Toru, le meilleur de la classe, supérieur dans toutes les matières. Toujours en train d’étudier avec son livre à la main. Il connaissait le jiu-jitsu. Un jour, il en eut assez et il s’en fallut de peu que Dominguez ne soit réduit en morceaux. Il l’obligea à lui demander pardon à genoux. Nul ne provoqua plus jamais Toru. Aujourd’hui, il dirige une industrie japonaise avec quatre mille esclaves mexicains.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   02 août 2016
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
En attendant, nous nous modernisions, nous incorporions à notre langage des termes qui avaient d’abord résonné comme barbarismes dans les films de Tin-Tan et ensuite, insensiblement, s’étaient mexicanisés : tanquiou, okay, ouatamata, chutap, sorry, oune moment’ plize. Nous commencions à manger hamburgers, payze, donuts, rotdogs, maltades, aiscrimes, margarine, beurre de cacahuète. Le Coca-Cola enterrait les boissons fraîches de jamaïque, de chia, de citron. Seuls, les pauvres continuaient à boire du tepache. Nos parents s’habituaient au whisky-soda qui, au début, leur avait fait l’effet d’un médicament. À la maison, la tequila était interdite, je l’ai entendu dire par mon oncle Julián. Je ne donne rien d’autre que du whisky à mes invités : il faut blanchir le goût des Mexicains.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   02 août 2016
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
Qu’elle est ancienne, qu’elle est lointaine, qu’elle est impossible cette histoire. Mais Mariana a existé, Jim a existé, tout ce que je me suis répété, après avoir refusé si longtemps de lui faire face, a existé. Jamais je ne saurai si le suicide a été vrai. Jamais je n’ai revu Rosales, ni personne de cette époque-là. Ils ont démoli l’école, ils ont démoli l’immeuble de Mariana, ils ont démoli ma maison, ils ont démoli le quartier Roma. Cette ville est achevée. Ce pays est terminé. Il n’y a pas de mémoire du Mexique de ces années-là. Et cela n’intéresse personne : qui pourrait avoir la nostalgie de cette horreur ? Tout est passé comme passent les disques dans l’appareil. Jamais je ne saurai si Mariana est encore vivante. Si elle vivait, elle aurait soixante ans.
Commenter  J’apprécie          00
Myrinna   10 avril 2010
Batailles dans le désert de José Emilio Pacheco
Un jeune homme m'a interrogé et a noté tout ce que je lui disais sur des feuilles jaunes quadrillées. Je ne savais pas quoi répondre. J'ignorais le vocabulaire de sa profession et il n'y avait aucun pont de communication possible entre nous.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Comment s'appelle le narrateur ?

Daniel Sampare
Daniel Sempare
Daniel Sempere
Daniel Sampare

10 questions
1184 lecteurs ont répondu
Thème : L'ombre du vent de Carlos Ruiz ZafónCréer un quiz sur cet auteur