AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 165 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 22/06/1923
Mort(e) à : Lausanne , le 24/04/2004
Biographie :

José Giovanni, de son vrai nom Joseph Damiani, est un écrivain, scénariste, dialoguiste et réalisateur français d'origine corse, naturalisé suisse en 1986.

Militant fasciste, ex-milicien, il a été poursuivi pour collaboration à la Libération, condamné à mort pour trois assassinats en 1948. En 1949, il est gracié par le président Vincent Auriol et sa peine est commuée en travaux forcés à perpétuité. Joseph Damiani sort libre de la centrale de Melun le 4 décembre 1956 après onze ans et demi de détention. En janvier 1984 Joseph Damiani avait été réhabilité, ce qui ne l'innocente pas mais lui rend ses droits civiques.

À sa sortie de prison, sur les conseils de son avocat, Damiani écrit sous le nom de "José Giovanni" son premier roman, "Le Trou" (1957), qui raconte sa tentative d'évasion. Puis enchaîne les séries noires (trois livres en 1958 dans la collection de Duhamel).

Figure attachante du polar français, il a écrit vingt-deux romans, deux livres de souvenirs: "Il avait dans le cœur des jardins introuvables", Prix Paul Léautaud 1995 (adapté au cinéma par lui-même en 2000 sous le titre "Mon père, il m'a sauvé la vie") et "Mes grandes gueules" (2002), trente-trois scénarios et a réalisé quinze films et cinq téléfilms.

Ses romans noirs, qui ont connu un grand succès, ont presque tous été adaptés à l'écran: "Le Trou" (1957) par Jacques Becker en 1960, "Le Deuxième Souffle" (1958) par Jean-Pierre Melville en 1966 et par Alain Corneau en 2007, "Classe tous risques" (1958) par Claude Sautet en 1960.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
LE MAGNIFIQUE FILM TEASER BANDE ANNONCE

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   04 novembre 2017
Mon ami le traître de José Giovanni
Le S.R. et ses annexes avaient remplacé les Allemands dans ce grand hôtel de la rue de Rivoli. Le décor un peu désuet n'avait pas d'époque. Le service de renseignements que dirigeait le commandant Adrien Rove occupait une partie du quatrième étage. Comme il y avait de quoi coucher sur place, les agents du service travaillaient parfois vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

L'épuration du territoire n'allait pas sans heurts avec la haute politique qui les stoppait ça et là dans leurs ardeurs. Ainsi le dossier de la Gestapo ne se compléta jamais, ne se fermant jamais non plus. Certains actes, certains noms, eussent fait reculer les âmes les plus solides. Qui a dénoncé Jean Moulin?...
Commenter  J’apprécie          300
Pecosa   05 novembre 2017
Mon ami le traître de José Giovanni
Dans la cour de l'école un groupe de jeunes vengeurs, mitraillette Sten en bandoulière, réchauffaient leurs couilles molles autour d'un brasero. Les vrais étaient morts et les survivants valables se battaient dans les Ardennes.
Commenter  J’apprécie          240
bibiouest   02 juillet 2017
Mes grandes gueules de José Giovanni
Lino Ventura est brutalement resté vers l'enfance des enfances. On l'a prié de rappeler une clinique. J'attends son retour. C'est juste avant le tournage de l'après-midi. Il apparaît derrière une double porte vitrée, Il oscille légèrement d'une jambe sur l'autre comme un boxeur KO debout. Un satané uppercut que la mort de sa mère. Je suis là, près de la voiture. Son ami.

Il est contre moi pour répéter sans cesse : »Elle est morte... Elle est morte... » Il avait déjà cette mort dans ses jambes de l'autre côté des vitres.

Je n'ai pas cherché mes mots. Ils sont venus simplement comme s'ils répondaient à une question informulée... Tu as été un bon fils, Lino... Un bon fils.

Dans les bras l'un de l'autre, des secondes à la fois brèves et éternelles, il se revoyait sans doute enfant pauvre émigré, avec sa mère, son îlot dans leur naufrage, son rempart contre un peuple pas tellement gentil envers les Ritals.
Commenter  J’apprécie          140
bibiouest   01 juillet 2017
Mes grandes gueules de José Giovanni
Mais vous feriez mieux d'écrire me dit-il.

-Ecrire ?... Pourquoi ?...

-Vous cherchez du piment contre la fadeur de votre vie... Revivez vos aventures en les écrivant... Je ne vous parle pa de jouer à l'écrivain...Ecrivez comme une longue lettre, sans chercher à pondre de grandes phrases... Ecrivez comme vous m'écrivez... Comme le journal tenu pendant votre séjour dans le couloir de la mort. »

Il me rassure. Pas question d'écrire un livre destiné aux vitrines des librairies. Je n'ai qu'un certificat d'études primaires et je crois encore qu'une licence de philo ou de lettres est nécessaire pour prétendre intéresser un éditeur.
Commenter  J’apprécie          130
bibiouest   02 juillet 2017
Mes grandes gueules de José Giovanni
Je relis le testament de mon père : « quoi qu'un enfant fasse contre la société, quoi qu'il fasse contre toi, tu n'abandonneras jamais ton enfant, Il est ta chair, il est ton sang, »
Commenter  J’apprécie          130
José Giovanni
patatarte2001   29 août 2016
José Giovanni
- Les écrits restent restent M.Cazeneuve

- et les fonctionnaires passent...

("film deux hommes dans la ville" _ réponse de Gabin au juge lorsque ce dernier s'engage par écrit a affirmer que Gino, joué par Delon, ne récidivera pas)
Commenter  J’apprécie          120
Crazynath   13 février 2016
Mon ami le traître de José Giovanni
Nous absorbons tous les milieux, nous avons besoin des nonnes et des putes, des pères tranquilles et des samouraïs, des bons artistes et des bons faussaires, des directeurs de banque et des perceurs de coffre.
Commenter  J’apprécie          120
Crazynath   13 février 2016
Mon ami le traître de José Giovanni
La misère débordait des bâtiments pour ruisseler dans les grandes cours. La guerre n'était pas toujours sur les champs de bataille. La facture était alourdie par les infirmes, la jeunesse déboussolée et surtout la France divisée.
Commenter  J’apprécie          100
bibiouest   02 juillet 2017
Mes grandes gueules de José Giovanni
Tout me renvoie à la prison. Quand on négociait l'échange de nos livres à la criée, d'une fenêtre à l'autre, avant la promenade, ça donnait :

« Ici la 32... j'ai un 410 pages... », « ici la 24...j'échange avec 2, un de 200 et un de 205... », »Hé mec ! Tes 410, elles sont complètes ?... Y en a pas qu'ont servi de papier cul ?... »



De la lecture, oui. De la haute littérature ?...



Nous demandions d'abord à un livre de nous aider à vaincre, le plus longtemps possible, nos insomnies sous la lumière électrique blessante du quarter de haute surveillance,
Commenter  J’apprécie          90
José Giovanni
patatarte2001   27 août 2016
José Giovanni
" à force de chercher un coupable on le fabrique " (film "deux hommes dans la ville"-réponse de Gabin au commissaire de police)
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
41 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..