AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.11 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bastia, Corse , le 26/03/1978
Biographie :

Joseph Agostini est psychanalyste, auteur d'essais et de pièces de théâtre. Son roman La traversée des mensonges est nominé dans le cadre du Prix Hors Concours 2020.

Intervenant régulier sur RTL, chroniqueur du Huffington Post, il est l'auteur de Dalida sur le divan, Gainsbourg sur le divan, Manuel d'un psy décomplexé, Manuel pour en finir avec la mort, Avez-vous le sens de l'amour ?, La traversée des mensonges (Editions En Volume)

Ses pièces On peut se pendre avec sa langue, avec Camille Solal, Œdipe à la folie, avec Muriel Montossey ou encore son spectacle pour enfants Le petit garçon qui posait trop de questions, sont joués à Paris et en province depuis une dizaine d'années.

Source : https://joseph-agostini.fr/biographie
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
? Bienvenue en Mai, sortez vos agendas ! Voici les événements que vous pourrez suivre à la librairie Martelle à Amiens ? Samedi 11 Mai - Démonstration Jeu Assaut sur l'Empire - 14h Samedi 11 mai - Ateliers Tableaux Mosaïque Jeunesse - 15h Samedi 11 Mai - Rencontre avec James Holin - 18h Jeudi 23 Mai - Rencontre avec Audrey Tordelli & Joseph Agostini - 18h Samedi 25 Mai - Salon du livre Jeunesse de Guignemicourt - 10h Du 24 au 29 Mai - Fête du Jeu ! Mardi 28 Mai - Rencontre avec Emilio Sciarrino - 18h Retrouvez tout l'agenda : https://librairiemartelle.com/4-agenda-de-la-librairie-martelle-a-amiens.html

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
cicou45   07 avril 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
"La chanson est une arme à manipuler avec précaution tant elle peut tuer d'un coup de langue celui qui l'écrit ou la fredonne."
Commenter  J’apprécie          160
cicou45   05 avril 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
"Ma jolie anglaise, tu me fis penser au petit chaperon rouge qui allait traverser la forêt peuplée de loups pour visiter sa grand-mère...Les plateaux de cinéma sont aussi hostiles que des forêts, ce sont des jungles, dans lesquelles on enfonce te doigts délicats, tous les coups sont permis, on lutte pour la survie et la reproduction de l'espèce, et s'il faut être sans pitié, ce ne sera donc pas le remords qui le guettera, cet Alain sait ce qu'il vaut et il sait aussi ce que tu peux valoir en un coup d’œil, combien d'actrices sont tombées dans ses filets, dix, vingt, cent ?"
Commenter  J’apprécie          100
cicou45   06 avril 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
"Le miracle de la rencontre n'est pas à négliger dans nos vies. La rencontre, qu'elle soit amoureuse, amicale, professionnelle, révolutionne, coupe court avec nos habitudes, nos peurs, nos sentiments d'échec. Elle vient accomplir nos rêves, donne le corps à des pensées parfois restées des années en latence, nichées au fond de la psyché."
Commenter  J’apprécie          90
cicou45   06 avril 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
"J'étais fasciné par sa logique mortifère, son jusqu'au-boutisme exalté, allant à chaque fois plus loin, vers l'apocalypse, se foutant de son existence, et paradoxalement, me demandant de me calmer sur la picole car j'allais moi aussi trop loin, voilà, c'est comme ça, nous allions volontairement risquer de nous emplâtrer contre un mur à 15 km/h avec des freins fonctionnant une fois sur deux, on jouait à la roulette russe, et ce que les autres ne comprenaient pas, ou comprennent trop mal, contrairement à toi, c'est que flirter avec la mort nous permet de nous sentir vivants comme jamais, car une fois le danger écarté la vie nous shoote comme aucune drogue ne l'a jamais fait dans nos veines et dans nos âmes, il faut retrouver cette adrénaline pure, absolue, naturelle, sans passer par tout ce jeu morbide, l'enfant réussit ça [...]."
Commenter  J’apprécie          80
Junie   10 février 2020
La traversée des mensonges de Joseph Agostini
Elle m'a écrit: "J'ai besoin de te voir." Un truc tout con, laconique. J'ai couru. Il était vingt-deux heures deux. Je suis arrivé chez elle treize minutes plus tard. Ses enfants étaient chez leur grand mère, on a fait l'amour comme la première fois dans mon cabinet. Comme si tous ces jours d'attente trouvaient leur finalité dans cet acte au fond de sa cuisine, au milieu du lait, de la farine et des casseroles (elle venait de manger une purée). On a baisé trois, quatre fois dans la nuit. Elle en redemandait. Mon portable était sur silencieux. Il est resté sur une petite table en inox jusqu'au matin. Vers sept heures, j'ai vu les sept appels manqués de ma mère. J'ai entendu sa voix chevrotante sur la messagerie. J'ai compris direct. J'ai appelé, elle m'a dit que papa était mort.
Commenter  J’apprécie          81
Nat_85   01 février 2020
La traversée des mensonges de Joseph Agostini
L’amour, c’est donner ce qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas.
Commenter  J’apprécie          80
ValdeMontparnasse   08 mai 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
Vous aimez être aimé, même si on vous demande plus souvent La gadoue que La javanaise...Mais c'est mal vous connaître que de croire que vous avez vendu votre âme.

Vous la perdez à intérêt élevé, mais elle s'appelle reviens.

Vous composerez pour Dutronc, Cassel, Chamfort. Et même quand vous vous adonnez à la guimauve, vous y fourrez à (presque) chaque coup, une dissidence insoupçonnée par les interprètes eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          40
ValdeMontparnasse   05 mai 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
La psychanalyse à toujours établi un pont entre la mélancolie et la sublimation. Être artiste, c'est avoir la capacité de sublimer son noyau mélancolique, ce face -à-face avec l'innommé. Pour cela, il faut descendre dans les soutes de la conscience, au de la des défenses névrotiques qui nous protègent de l'étrangeté en nous-mêmes, mais qui sont autant d'obstacles sur les chemins de la lucidité.
Commenter  J’apprécie          30
ValdeMontparnasse   06 mai 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
La peinture, elle, est dans le vrai. Elle te montre ce que tu es, elle en dit plus sur le monde que n'importe quelle chanson engagée. C'est toute la différence entre les arts majeurs et les arts mineurs, et la chanson est un art mineur. Es ce n est pas parce que Guy Bé-Art à ce mot dans on patronyme que cela suffit à dire que la chanson, c'est noble. Je n'ai pas du lui laisser un super souvenir. ...Assumé. Quoi ? Moi, provoc ?

Mais c'est lui qui a commencé. La chanson ne nécessite aucune initiation, impossible de la mettre au même rang que la peinture ou la sculpture. Tu crois que l'eau vive exige une initiation au même titre que la Partie de cartes de Fernand Léger ? Fallait pas s'etonner que je t'apostrophe, c'était quand même le nom de l'émission.
Commenter  J’apprécie          20
Sabrinaaydora   29 mars 2019
Gainsbourg sur le divan de Joseph Agostini
Tu sais quoi, ma petite ? On se ressemble plus que tout le monde voudrait bien le croire, moi le premier. Tout ceci n'est qu'un jeu de dupe. Tu joues l'idiote, je joue le parolier, à nous deux on forme un beau duo de faussaires, c'est à qui bernera le plus de crétins, tout ça pour quoi au fond, pour se prouver quelque chose, pour leur prouver à eux, qu'on joue sans problème tel ou tel personnage parce que ça marche, parce que c'est ce que vous demandez, et du coup, on s'en met plein les poches, à défaut de nourrir l'âme, on nourrit le porte-monnaie, c'est pas plus sale après tout, qui sont les coupables au fond, ceux comme nous qui se glissent dans la brèche, où se comme eux qui s'en foutent de savoir qui on est réellement ?
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur