AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Barcelone , le 06/01/1931
Mort(e) à : Marrakech , le 04/06/2017
Biographie :

Juan Goytisolo Gay est un écrivain espagnol.

Il a fait partie du groupe Génération de 50, groupe d'écrivains nés dans les années 20 mais qui n'ont commencé à publier qu'une fois la guerre civile espagnole terminée.

Issu d'une famille de la grande bourgeoisie barcelonaise, deux de ses frères sont le poète José Agustín Goytisolo et le romancier Luis Goytisolo, il a été un intellectuel opposé au franquisme. Son père a été emprisonné par les Républicains pendant la guerre d'Espagne et sa mère tuée lors du premier raid franquiste en 1938.

Il s'exile au cours des années 1950. Proche du Parti communiste espagnol, il nourrit dans ses premiers livres un point de vue social et politique très critique vis-à-vis de la situation contemporaine de son pays. Il est l'objet de violentes attaques de la part du gouvernement et son œuvre sera interdite jusqu'au retour de la démocratie.

Installé à Paris en 1956 il travaille chez Gallimard. Cette situation fait de lui un des intellectuels espagnols les plus connus en France. Il fréquente l'intelligentsia parisienne et en particulier Guy Debord et Jean Genet. Par la suite, entre 1969 et 1975, il enseigne la littérature dans les universités de Californie, Boston et New York.

A la fin des années 1960, il prend conscience de la vacuité de sa vie littéraire parisienne. Il découvre en même temps son homosexualité. Il s'installe alors au Maroc dans le but de rompre avec sa position sociale. C'est à partir de ces années qu'il produit son oeuvre "de rupture". Ses livres les plus importants paraissent à partir de cette époque : Pièces d'identité en 1969, Don Julian en 1971, Juan sans terre en 1976, etc.

Un habitué des colonnes de la presse espagnole, en particulier El País. Critique implacable de la civilisation occidentale, il la regarde d'un point de vue arabe et tiers-mondiste, utilisant un vocabulaire très soutenu, littéraire.

Après le décès en 1996 de son épouse et collaboratrice Monique Lange, il quitte leur appartement de Paris pour s'établir définitivement à Marrakech en 1997.

Il a remporté de nombreux prix, dont le Prix national des Lettres espagnoles en 2008 et le Prix Cervantès en 2014.

Il est enterré au cimetière civil de Larache au Maroc aux côtés de son ami, Jean Genet.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'Europe des écrivains - L'Espagne de Juan Goytisolo - ARTE
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   25 mai 2018
L'Algérie dans la tourmente de Juan Goytisolo
L'ignorance ou le rejet de la grande culture arabe dans son double aspect mystique et rationaliste - aussi évident dans le wahhabisme saoudite que dans l'islam algérien- est compensée par la réduction du champ religieux à la pratique extérieure et à la stricte application des préceptes coraniques (interdiction de la consommation d'alcool, normes vestimentaires, etc.). Chaque fois que j'ai mentionné cet appauvrissement - l'avantage accordé au message social et politique au détriment de la riche et complexe dimension poétique, théologique et contemplative - à un sympathisant du FIS, sa réponse a été évasive: "Notre peuple veut du pain et de la justice, et non pas lire Ibn Khaldoun ou Ibn Arabi."
Commenter  J’apprécie          310
Pecosa   25 mai 2018
L'Algérie dans la tourmente de Juan Goytisolo
La masse de jeunes chômeurs non scolarisés et sans avenir, sont, en 1988, une poudrière prête à exploser. Les effets dévastateurs d'un quart de siècle de corruption, de gaspillage et de parti unique sautent aux yeux: désert culturel et moral, détresse, perte du sens de l'identité, énorme capital d'énergies inemployées, aversion pour la nomenklatura. Quelques mois après l'écrasement de la rébellion des rues à Oran et à Alger, des milliers de jeunes crient dans les stades: "Raya dayaain, duuna Fillistine! nous sommes perdus, envoyez-nous en Palestine!" La guerre ou jihad dont ils rêvent, ils vont très vite la commencer dans leur propre pays. Leur marginalisation et leur haine irréductible du système feront d'eux fatalement la base aguerrie et vengeresse du FIS."



(Publié en 1994
Commenter  J’apprécie          260
colimasson   31 août 2014
Et quand le rideau tombe de Juan Goytisolo
Il éprouvait de l'angoisse à l'idée de quitter ce monde, ou plutôt de le quitter sans avoir réussi à lui découvrir un sens possible. Ce qu'on appelle l'expérience n'avait servi qu'à le mettre à l'écart de la vie et des rythmes ; sa soif de savoir avait débouché sur l'abandon de toutes ses connaissances et certitudes. Il ne restait de lui que l'ombre projetée par la fenêtre d'un train en marche vers une destination inconnue.
Commenter  J’apprécie          130
Pirouette0001   10 juin 2017
Beauté n'a pas de loi de Juan Goytisolo
Nos écrivains devraient lire davantage de poésie ; non pas celle qui se prétend poésie sans l'être, mais la vraie. Ils éviteraient ainsi cette prose claudicante et remplies de phrases toutes faites dont on voit tant d'exemples dans l'univers médiatique des best-sellers (où seule compte la trame : intrigue policière, roman historique et autres matériaux au rabais qui, selon les experts en marketing, "accrochent le lecteur", sans toutefois préciser par quel côté). Il est affligeant, en vérité, de voir le peu de cas que l'on fait de ceux qui ont parié pour le texte littéraire (ils n'ont droit à aucune visibilité médiatique, trouvent difficilement un éditeur en ces temps de crise et passent donc inaperçus aux yeux du lecteur moyen), quand on constate la promotion à laquelle ont droit ceux qui vendent des kilomètres de papier imprimé, applaudis par les responsables de notre retard dans l'éducation et la culture.
Commenter  J’apprécie          80
moravia   28 janvier 2016
Cahier de Sarajevo de Juan Goytisolo
Le groupe qui embarque avec moi pour Split part-il dans le but de contempler le cadavre d'Adem le bossu, dont on a miraculeusement redressé la colonne vertébrale en l'empalant sur un pieu juste devant la porte de sa demeure ? Les têtes d'Ibro le gitan, de sa femme et de son fils embrochées "comme au temps des Turcs", selon l'expression des hommes de Karadzic, sur les poteaux de la clôture de leur maison pour avoir commis le crime de ne pas s'être enfuis ? Les cendres du village musulman de Grapka, dont tous les habitants ont été brûlés après le rituel atavique des mutilations, viols collectifs et égorgements en l'honneur du Dieu purificateur et de saint Sava l'invicible ?
Commenter  J’apprécie          70
Danieljean   30 mars 2016
Genet à Barcelone de Juan Goytisolo
Les auteurs qui tiennent alors le haut du pavé – Malraux, Sartre, Camus – ne l’intéressent absolument pas. La littérature d’idées, dit-il, n’est pas de la littérature : ceux qui la cultivent se trompent de genre. Leur langage est lisse, conventionnel, prévisible : il part de quelque chose de connu pour arriver à quelque chose d’également connu. Leur entreprise n’est pas une aventure, mais un simple trajet d’autobus. Alors, pourquoi tant d’efforts ?

Il admire par-dessus tout les poètes : Nerval, Rimbaud, Mallarmé et, à ma surprise, Claudel. Il a aussi du respect pour Céline, Artaud, Michaux, Beckett. Quelques années plus tard, déjà installé dans une solitude absolue et sans retour, il me parlera avec émotion de Dostoïevski et des Frères Karamazov.
Commenter  J’apprécie          60
tristantristan   26 mars 2019
Foutricomédie de Fray Bugeo Montesino et autres oiseaux à plumes chatoyantes de Juan Goytisolo
(...) :le dépuceleur, un médecin portègne avait été doté par la nature d'un phallus énorme. Maintenant que j'en ai vu des centaines, de toutes les mesures possibles, je peux vous jurer que c'était le plus grand que j'aie jamais vu.
Commenter  J’apprécie          70
Danieljean   30 mars 2016
Genet à Barcelone de Juan Goytisolo
Il fuit avec répugnance la gloire et la reconnaissance mondaine. Un jour, de passage chez Gallimard, il voit une pile de livre dans la pièce où les auteurs signent les exemplaires destinés à des personnalités, aux libraires et aux critiques : il s’agit d’une œuvre de Montherlant. Après s’être assuré que personne ne le surveille, il transforme la sempiternelle Avec les hommages de l’auteur en un insolite Avec les hommages de ce con de Montherlant. Les volumes seront envoyés à leurs destinataires : certains académiciens et esprits distingués protesteront par téléphone contre l’outrage et renverront leur livre.
Commenter  J’apprécie          50
Annette55   15 janvier 2015
Et quand le rideau tombe de Juan Goytisolo
"Le chardon meurtri que j'ai vu au milieu d'un champ m'a rappelé sa mort."
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWO   06 avril 2016
JUEGOS DE MANOS de Juan Goytisolo
La idea de que los demâs hablasen de él le aterrorizaba y, anticipândose a sus comentarios, se comportaba y se vestia de tal modo que forzosamente atraia las miradas: propagaba rumores, historias falsas. Pero le parecia que ya no eran los otros los que le descubrian a los otros, puesto que se adelantaba a sus sospechas y su sorpresa era buscada.



L'idée que les autres puissent parler de lui le terrorisait et anticipant leurs critiques, il se comportait et s'habillait d'une telle façon que, forcément, il attirait les regards : il lançait des rumeurs, de fausses anecdotes. Mais il lui semblait que ce n'était plus le regard des autres qui le mettait à nu, puisqu'il devançait leurs soupçons et que son étonnement était factice.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
91 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur
.. ..