AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.6 /5 (sur 60 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Valence , le 31/1/1946
Biographie :

Juan José Millás est un écrivain et journaliste espagnol.

Il a vécu à Madrid pendant toute sa vie, et ses premières oeuvres ont été influencées par Julio Cortazar. Dans les années 1970, il commence à travailler dans la presse écrite, notamment dans El Pais.

Il est nommé Docteur honoris causa de l'Université de Turin.

Il obtient le prix Nadal en 1990 pour "La solitude, c’était cela" et le prix national de Narration en 2008 pour "El mundo".

Ajouter des informations
Bibliographie de Juan José Millas   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Juan-José Millas - Une vie qui n'était pas la sienne


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   21 juillet 2018
Où l'on apprend le rôle joué par une épingle à cravate de Juan José Millas
La popularité du Majordome Fantôme ne cessait de croître. Rares étaient désormais les sites spécialisés où l’on ne parlait pas de lui. Il était devenu une star à qui des internautes posaient des questions en tout genre. De son côté, il dosait beaucoup ses interventions, faisant en sorte de leur donner le ton énigmatique que les gens attendent d’un esprit. Ainsi, à la question de savoir si après la mort on relativisait les préoccupations de la vie, il répondit :

-Le succès de la tour Eiffel est surprenant.

La phrase fit aussitôt l’objet d’une avalanche d’interprétations que Majordome Fantôme lut sur l’ordinateur de la chambre de María.
Commenter  J’apprécie          360
patatarte2001   22 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
Dans ce même salon, avec des meubles identiques et une atmosphère équivalente, tous trois avaient été enfants puis adolescents puis adultes. L'aînée, ç'avait été elle, et Juan le plus petit, mais ils paraissaient avoir le même âge maintenant; la maturité élimine les nuances et la mort finit par gommer les différences.
Commenter  J’apprécie          80
Juan José Millas
cathcor   12 mars 2018
Juan José Millas
L'écriture cautérise les blessures au moment même où elle les ouvre.
Commenter  J’apprécie          90
patatarte2001   26 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
Je commence ces pages, dont j'ignore le titre que je leur donnerai et où elles me mèneront, à quarante trois ans, autrement dit un peu au- delà du milieu de ce que l'on pourrait considérer comme une vie très longue. Plusieurs événements personnels, difficiles à raconter en détail, m'ont offert ces derniers temps la possibilité de contrôler activement mon existence. Je me trouve au début de quelque chose d'impossible à définir, mais qui se résume dans l'impression d'avoir pris les rênes de ma vie.
Commenter  J’apprécie          70
patatarte2001   23 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
Un corps ressemble vraiment à un quartier : il possède son centre commercial, ses rues principales, et une périphérie confuse, où il se développe ou meurt. Moi je ne suis pas d'ici, de cette ville qu'on appelle Madrid, capitale de l'Etat.....En tout cas je suis arrivé dans ce quartier démantelé, dont la forme et la maladie rappellent celle de mon corps : chaque jour, en le parcourant, on lui découvre une souffrance quelque part. Les ongles de mes pieds représentent la périphérie de mon quartier. C'est pourquoi ils sont cassés et difformes. Et mes chevilles sont aussi une zone très faible de ce quartier de chair qui est moi....et mes bras sont des maisons meurtries et mes yeux des lampes à gaz fracassées. Mon cou ressemble à une ruelle entre deux terrains vagues. Mes cheveux sont la partie végétale de cet ensemble, mais il faut les teindre pour occulter leur décrépitude. Et, enfin, j'ai aussi une décharge que je ne veux même pas évoquer, parce que, comme dans tous les quartiers en ruine, les ordures se rapprochent peu à peu du centre et désormais on peut trouver des pelures d'orange n'importe où. Mon corps est tellement sale qu'on ne peut même plus s'y promener, et la mairie ne fait rien pour le rénover.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
patatarte2001   25 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
Je pensais qu'il était relativement facile de sceller un pacte avec la folie dans les salles de bains des hôtels. Tout brille et semble tellement propre, et pourvu de courbes si douces, que la folie glisse à la surface des choses sans faire souffrir.
Commenter  J’apprécie          70
patatarte2001   24 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
les obsessions paraissent s'évanouir, mais elles réintègrent toujours la tête, après avoir parcouru un tube que nous appelons oubli.
Commenter  J’apprécie          70
Wictoriane   29 novembre 2010
Une vie qui n'était pas la sienne de Juan José Millas
Une infirmière un peu éméchée les accompagna jusqu'à la chambre de Manuel en disant que le malade dormait comme un bébé. Laura et Julio échangèrent un regard vide et baissèrent aussitôt les yeux vers le malade, essayant de comprendre par quel mystère leur ami était à la fois présent et absent. Ils l'observaient comme si son corps était une crevasse qui leur montrait le vide qu'il avait laissé dans leur vie.
Commenter  J’apprécie          50
patatarte2001   27 octobre 2017
La solitude, c'était cela de Juan José Millas
Elle s'approcha de la vieille armoire à trois corps, sorte de ventre de la maison, et ouvrit la porte centrale; l'intérieur du meuble possédait une obscurité propre, différente des autres obscurités de la vie, et une odeur caractéristique, immuable au fil des ans. Il ressemblait à un puits dont les eaux souffriraient de quelque corruption ou maladie. Elena pensa qu'elle ne parviendrait pas à entendre le bruit d'une pierre touchant le fond si elle en lançait une à l'intérieur du meuble; tellement insondables paraissaient les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          40
isabiblio   18 novembre 2010
Une vie qui n'était pas la sienne de Juan José Millas
La vie des êtres humains repose sur un mythe, une légende, un mensonge.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..