AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.05/5 (sur 93 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Berlin , 1970
Biographie :

Judith Hermann est une écrivaine allemande née en 1970 à Berlin.

En 1998, alors qu'elle est journaliste, elle publie un recueil de nouvelles intitulé Maison d'été, plus tard qui connaît un grand succès dans son pays (vendu à plus de cent mille exemplaires). Traduit dans de nombreuses langues, ce premier livre rassemble des histoires reflétant la vie quotidienne des jeunes adultes à la fin des années 1990.

En 2003 paraît son second recueil Rien que des fantômes dont les histoires ont pour cadre les pays qu'elle a eu l'occasion de visiter. Il est adapté au cinéma en 2006 par Martin Gypkens.

En 2010 (traduit en 2012 en français), elle publie Alice.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Judith Hermann   (10)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Judith Hermann : Maison d'été, plus tard
Depuis l'Englischer Garten de MUNICH, Olivier BARROT présente le livre "Maison d'été, plus tard" de Judith HERMANN, édité par Albin Michel.

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Sa mère nous avait montré qu’on peut mourir d’amour. Elle était la preuve vivante qu’on peut mourir d’un cœur brisé, elle s’était enfermée en elle-même par amour. P 14 « Charbon »
Commenter  J’apprécie          270
"Selma repense parfois à cette nuit du pollen de peuplier. A l'expression combustion spontanée, à ces termes techniques. Elle se dit que l'amour pourrait être une combustion spontanée, mais l'idée même est instable, et elle la rejette."

(Nouvelle "Pollen de peuplier")
Commenter  J’apprécie          180
Nous ne savions pas que pour la mère de Vincent nos visages étaient beaux, et nous étions rentrés à la maison avec l'impression qu'il y a bien des choses qu'on est capable de dire que lorsqu'elles sont irrévocablement passées.
Commenter  J’apprécie          170
Nous ne savions pas que pour la mère de Vincent nos visages étaient beaux, et nous étions rentés à la maison avec l’impression qu’il y a bien des choses qu’on n’est capable de dire que lorsqu’elles sont irrévocablement passées. P 13 « Charbon »
Commenter  J’apprécie          150
Réunir en pensée tout ce qu’elle avait l’apaisait. Tout mettre ensemble et voir que ça pouvait donner. Et comment continuer ensuite.
Commenter  J’apprécie          150
"Mais ma mère a éludé ces questions. De toute évidence elle estimait que ces questions ne méritaient même pas qu'on en parle. Elle a changé de sujet, est passé à autre chose ; elle semblait savoir, ai-je pensé par la suite, que de toute façon les questions de ce genre trouvent d'elles-mêmes leur réponse tôt ou tard.
Elle le sait."

'Nouvelle "Ma mère")
Commenter  J’apprécie          140
À l'époque, [mon père] s'exerçait à supporter des poèmes. Il essayait de lire un poème sans s'effondrer, et je dois dire que c'était pour lui d'une difficulté extrême et surprenante. Nous faisions l'exercice ensemble ; sinon il n'y avait pas grand-chose que nous aurions pu faire ensemble dans cet établissement – il avait emprunté un gros volume de poèmes à la bibliothèque, il ouvrait une page au hasard et me demandait de la lui lire à haute voix. Et il y avait des jours où un seul vers était déjà de trop pour lui, des jours où le simple vers « les mouettes ont toutes l'air de s'appeler Emma » lui était insupportable, où un vers comme « nous restâmes assis sous l'aubépine jusqu'à ce que la nuit nous ravisse » l'aurait tué.
Commenter  J’apprécie          120
Stella. Je m'appelle Stella.
Elle dit, j'ai peur de l'avion, je ne supporte pas l'avion, je peux m'asseoir à côté de vous, est-ce que je pourrais juste rester assise à côté de vous, s'il vous plaît.
C'est la vérité. L'expression du visage de Jason change, elle ne devient pas franchement douce, mais elle change. Il dit, c'est pas la peine d'avoir peur de l'avion. Asseyez-vous. Je m'appelle Jason. Asseyez-vous.
(p. 10)
Commenter  J’apprécie          120
On dirait, pense Maude, que Greta est arrivée à entrer dans son souvenir. Dans son passé. Ou bien qu'elle se débarrasse de ses souvenirs ? Comme de feuille, comme d'une peau.
Commenter  J’apprécie          120
... nous étions restés tous les deux, bras croisés, devant la maison, à regarder là-haut cette lune blême et blanche, comme découpée dans du papier de Chine, et comme si elle nous avait appartenu à tous les deux autrefois et que, pour des raisons qui nous demeuraient obscures, c'était terminé une fois pour toutes.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Judith Hermann (116)Voir plus

Quiz Voir plus

La vague, Todd Strasser

Ce roman fait parti de quel genre littéraire ?

roman d'adolescence
science-fiction
fantastique
horreur

10 questions
889 lecteurs ont répondu
Thème : La vague de Todd StrasserCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}