AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Jules Barbey d`Aurevilly (642)


Jules Barbey d'Aurevilly
Jean-Daniel   03 juillet 2019
Jules Barbey d'Aurevilly
La séduction suprême n'est pas d'exprimer ses sentiments. C'est de les faire soupçonner.
Commenter  J’apprécie          725
Jules Barbey d'Aurevilly
Piatka   14 février 2016
Jules Barbey d'Aurevilly
La séduction suprême n’est pas d’exprimer ses sentiments, c’est de les faire soupçonner.
Commenter  J’apprécie          600
Jules Barbey d'Aurevilly
Kittiwake   02 mars 2014
Jules Barbey d'Aurevilly
Les livres ne ressemblent-ils pas aux chemins dont la longueur ne se mesure pas au nombre de pas qu'ils nous obligent à faire,mais à l'intérêt ou à l'ennui de la pensée, pendant qu'on les fait.
Commenter  J’apprécie          600
Jules Barbey d'Aurevilly
dancingbrave   02 juillet 2020
Jules Barbey d'Aurevilly
L’expérience, ce fruit tardif. Le seul fruit qui mûrisse sans devenir doux
Commenter  J’apprécie          551
Jules Barbey d'Aurevilly
Kittiwake   05 mars 2014
Jules Barbey d'Aurevilly
Dans toute poésie, quelle qu'en soit la forme ou l'étendue, il y a une lutte secrète entre l'infini du sentiment et le fini de la langue dans lequel cet infini se renferme sans se limiter.
Commenter  J’apprécie          500
LydiaB   05 juillet 2014
Une histoire sans nom, suivi de "Une page d'Histoire", "Le Cachet d'onyx" et "Léa" de Jules Barbey d'Aurevilly
Qui ne sait pas que tous nos amours sont de la démence ? Que tous nous laissent à la bouche la cuisante absinthe de la duperie ?
Commenter  J’apprécie          470
Eric76   16 mai 2016
Le chevalier des Touches de Jules Barbey d'Aurevilly
L'abbé disait d'elle encore ce joli mot à la Fontenelle, pour exprimer le charme attachant de sa personne : " Autrefois, elle faisait des victimes ; à présent elle ne fait plus que des captifs. " Le foisonnant buisson de roses s'était éclairci, les fleurs avaient pâli et se dépouillaient, mais en se dépouillant, le parfum de tant de roses ne s'était pas évaporé. Elle était donc toujours Aimée... L'outremer de ses longs yeux de " fille des flots ", qui distinguait, comme un signe de race, cette descendante des anciens rois de la mer, ainsi que les chroniques désignent les Normands, nos ancêtres, n'avait plus, il est vrai, la radieuse pureté de ce regard de Fée, ondé de bleu et de vert, comme les pierres marines et les étoiles, et où semblaient chanter, car les couleurs chantent au regard, la Sérénité et l'Espérance ! Mais la profondeur d'un sentiment blessé, qui teignait tout de noir dans l'âme d'Aimée, y versait une ombre sublime. Le gris et l'orangé, ces deux couleurs du soir, y descendaient et y jetaient je ne sais quels voiles comme il y en a sur les lacs de saphir d'Ecosse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Malaura   02 avril 2012
Poussières de Jules Barbey d'Aurevilly
Je vivais sans cœur, tu vivais sans flamme,
Incomplets, mais faits pour un sort plus beau ;
Tu pris de mes sens, je pris de ton âme,
Et tous deux ainsi nous nous partageâmes :
Mais c’est toi qui fis le meilleur cadeau !

Et j’aime tes bras… tes bras mieux qu’une aile ;
Car une aile, hélas ! sert à nous quitter :
L’ange ailé s’en va, lorsque Dieu l’appelle…
Tandis que des bras servent à rester !

Porte-Maillot, Jeudi Saint 1852.
Commenter  J’apprécie          391
araucaria   19 août 2014
Une vieille maîtresse de Jules Barbey d'Aurevilly
De tous les bonheurs qui se payent, le plus joli, le plus gracieux et le plus pur, - mais aussi l'un des plus chers - c'est le bonheur qui précède le mariage, - qui le précède seulement de quelques jours. C'est vraiment délicieux; rien n'y manque, - pas même cette ombre de mélancolie qui veloute les pêches, quand on se retourne vers sa vie de garçon, du milieu des bijoux et des bracelets qu'on achète, anneaux symboliques, emprises pour deux! Chaque matin, on envoie pour soixante francs - ou davantage, selon la saison - des plus belles fleurs à sa promise, qui les effeuille en rêvant tendrement aux dentelles de sa corbeille; dernier rayon de chevalerie, mourant sur des fleurs qui vont mourir! dernier hommage que les hommes égoïstes offrent encore à la femme qu'ils aiment, - ou qu'ils n'aiment pas, - mais qu'ils épousent!
Commenter  J’apprécie          381
migdal   28 septembre 2020
Le chevalier des Touches de Jules Barbey d'Aurevilly
C'était un vieil appartement comme on n'en voit guère plus, même en province, et d'ailleurs tout à fait en harmonie avec le groupe qui, pour le moment, s'y trouvait. Le nid était digne des oiseaux. A eux tous, ces vieillards réunis autour de cette cheminée formaient environ trois siècles et demi, et il est probable que les lambris qui les abritaient avaient vu naître chacun d'eux.
Commenter  J’apprécie          350
Eric76   18 mai 2016
Le chevalier des Touches de Jules Barbey d'Aurevilly
Le moment était pour nous si solennel, monsieur de Fierdrap, que j'ai gardé les moindres impressions de cette nocturne entrée dans Coutances et le long de ces rues où nous avancions comme sur une trappe dont on se défie et qui peut s'ouvrir tout à coup et vous avaler, et que je me rappelle parfaitement une vieille dame en cornette de nuit et en serre-tête, le seul être vivant de cette ville ensevelie toute entière dans ses maisons comme dans des tombes, laquelle, à la fenêtre d'un haut étage, vidait, au clair de la lune, une cuvette avec précaution et mystère, et mettait à cela une telle lenteur, que les gouttes du liquide qu'elle versait auraient eu le temps de se cristalliser avant de tomber sur le sol, s'il avait fait un peu plus froid. Elle en accompagnait la chute de l'avertissement charitable : " gare l'eau ! gare l'eau !" prononcé d'une voix tremblotante, qu'elle veloutait pour n'éveiller personne, et qui disait à quel point elle était consciencieuse dans ce qu'elle faisait, et même timorée. A chaque goutte qui tombait ou qui ne tombait pas, elle répétait du même ton dolent son " gare l'eau " monotone... Nous nous rangeâmes contre le mur d'en face, craignant qu'elle ne nous aperçût... Mais trop occupée pour cela, elle continua d'épancher sa source éternelle, en diésant toujours son " gare l'eau ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Jules Barbey d'Aurevilly
Eve-Yeshe   19 mai 2015
Jules Barbey d'Aurevilly
On parle plusieurs langues mais on ne cause que dans la sienne.

Lettre, à Guillaume Stanislas Trébutien
Commenter  J’apprécie          330
Eric76   11 mai 2016
Le chevalier des Touches de Jules Barbey d'Aurevilly
- Le Chevalier Des Touches ! dit-elle comme se parlant à elle-même, bien plus qu'à ceux qui étaient là. Et, par la Mort-Dieu ! pourquoi pas ? ajouta t'elle, car elle avait rapporté des vieilles guerres, au clair de lune, des jurons et des mots énergiques qu'elle ne disait pas d'ordinaire, mais qui revenaient à ses lèvres quand quelque passion la reprenait, comme des oiseaux sauvages et effrontés reviennent à quelque ancien perchoir abandonné depuis longtemps. Après tout, ce n'est pas impossible ! Un homme qui a fait la guerre des Chouans et qui n'y est pas resté, à la vie dure. Au lieu de débarquer à Granville, il aura pris terre à Portbail ou au havre de Carteret, et il aura passé par Valognes pour retourner dans son pays ; car il est, je crois, du côté d'Avranches. [...] Mais, mon frère, si vous êtes sûr que ce fut lui, le Chevalier Des Touches, pourquoi l'avoir laissé vous quitter si vite et ne l'avoir pas contraint, du moins, à vous parler ?
- Suivi ! parlé ! répondit gaiement l'abbé au ton sérieux et passionné de mademoiselle de Percy ; mais on ne suit pas un coup de vent quand il passe, et on ne parle pas à un homme qui, comme un farfadet, pst ! pst ! est déjà bien loin quand on commence à le reconnaître...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Jules Barbey d'Aurevilly
cathcor   04 octobre 2013
Jules Barbey d'Aurevilly
Ah! Les préjugés poussent en une minute et durent des siècles, et voilà pourquoi il faut vite les étrangler.
Commenter  J’apprécie          311
Jules Barbey d'Aurevilly
Rogues   08 mai 2020
Jules Barbey d'Aurevilly
Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.
Commenter  J’apprécie          290
tamara29   18 août 2018
Les Diaboliques de Jules Barbey d'Aurevilly
Le meilleur moyen, le seul peut-être, de gouverner les hommes, c'est de les tenir par leurs passions.
Commenter  J’apprécie          290
Carosand   30 mai 2013
Les Diaboliques de Jules Barbey d'Aurevilly
Je suis convaincu que, pour certaines âmes, il y a le bonheur de l'imposture. Il y a une effroyable, mais enivrante félicité dans l'idée qu'on ment et qu'on trompe ; dans la pensée qu'on se sait seul soi-même, et qu'on joue à la société une comédie dont elle est la dupe, et dont on se rembourse les frais de mise en scène par toutes les voluptés du mépris.
Commenter  J’apprécie          280
Jules Barbey d'Aurevilly
ladesiderienne   08 avril 2014
Jules Barbey d'Aurevilly
Où les historiens s'arrêtent, ne sachant plus rien, les poètes apparaissent et devinent.
Commenter  J’apprécie          250
Musardise_aka_CthulieLaMignonne   08 novembre 2017
Une histoire sans nom de Jules Barbey d'Aurevilly
Le Providence a voulu que, pour les raisons les plus hautes, l'homme aimât la terre où il est né, comme il aime sa mère, fût-elle indigne de cet amour. Sans cela, on ne comprendrait guères que des hommes à large poitrine, ayant besoin de dilatation au grand-air, d'horizon et d'espace, pussent rester claquemurés dans cet étroit ovale de montagnes, qui semblent se marcher sur les pieds tant elles sont pressées les unes contre les autres ! sans monter plus haut pour respirer ; et l'on pense involontairement aux mineurs qui vivent sous la terre, ou à ces anciens captifs des cloîtres qui priaient pendant des années, engloutis dans de ténébreuses oubliettes. Pour mon compte, j'ai vécu là vingt-huit jours à l'état de Titan écrasé, sous l'impression physiquement pesante de ces insupportables montagnes ; et, quand j'y pense, il me semble que j'en sens toujours le poids sur mon cœur.
Commenter  J’apprécie          240
Cannetille   24 septembre 2020
Une vieille maîtresse de Jules Barbey d'Aurevilly
Le goût est la conscience de l'art.
Commenter  J’apprécie          220



Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de Jules Barbey d'Aurevilly

Quel est le titre correct ?

Les Ensorcelés
Les Diaboliques
Les Maléfiques
Les Démoniaques

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Jules Barbey d'AurevillyCréer un quiz sur cet auteur

.. ..