AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 379 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 21/08/1798
Mort(e) à : Hyères , le 09/02/1874
Biographie :

Jules Michelet est un historien français.

Fils d'un imprimeur, docteur ès lettres le 27 août 1819, il est reçu troisième à l’agrégation des lettres le 21 septembre 1821. Il est nommé professeur d’histoire au Collège Sainte-Barbe-Rollin le 13 novembre 1822.

En 1824, il se marie avec Pauline Rousseau (1792-1839), fille du ténor Jean-Joseph Rousseau, qui lui donne deux enfants.

Ses premiers ouvrages sont des manuels scolaires destinés, en premier lieu, à ses élèves. "Précis d’histoire moderne", publié en 1827, est un livre solide et soigné, meilleur que tout ce qui est paru auparavant. Le 3 février de la même année, il est nommé maître de conférences de philosophie et d'histoire à l’École préparatoire, future École normale supérieure.

En 1831, il entre aux Archives nationales et enseigne à l'université puis, en 1838, au Collège de France.

A partir de 1833, il rédige son "Histoire de France", œuvre de toute une vie fondée sur une documentation rigoureuse. Dès 1840, il affiche des idées démocratiques et anticléricales : son hostilité à Louis Napoléon le prive de ses fonctions de professeur et d'archiviste en 1852.

Tout en travaillant aux tomes successifs de son "Histoire de France" (dix-sept volumes), il écrit aussi pour le peuple des "cours d'éducation nationale" ainsi que des textes lyriques sur la nature et les passions humaines.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
Bibliographie de Jules Michelet   (201)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Exposition "Tempêtes et naufrages, de Vernet à Courbet" Musée de la Vie Romantique Le musée de la Vie romantique invite à découvrir une thématique emblématique et fascinante de la première moitié du XIXe siècle et l'une des plus puissantes sources d'inspiration de l'univers romantique : les tempêtes et les naufrages. La mer, par sa démesure et sa violence, fait écho aux tourments intérieurs des artistes qui s'emparent des motifs de coups de vents, de nuages menaçants, de vagues se brisant sur des récifs, de navires en perdition et de personnages en danger afin de créer de véritables mises en scène sublimes et dramatiques. Ce véritable spectacle des éléments déchaînés dévoile aussi toute une palette de sentiments exacerbés comme la terreur, le courage ou l'admiration devant la force et la beauté de la nature. À travers une sélection d'une soixantaine d'oeuvres – peintures, dessins, estampes, manuscrits – de plus de trente artistes des XVIIIe et XIXe siècles, cette exposition embarque le visiteur dans un récit vivant et illustré de la tempête maritime, depuis le déchaînement des éléments jusqu'aux conséquences souvent dramatiques du naufrage et de la perte avant le retour au calme en mer et sur terre. Grâce à une scénographie immersive, le parcours s'organise en trois parties chrono-thématiques, correspondant aux trois espaces du musée dévolus aux expositions temporaires : Aux sources de la représentation de la tempête – le spectacle de la tempête en pleine mer, au coeur du romantisme – Après la tempête : épaves et naufragés. Au côté de tableaux et dessins de Joseph Vernet, Joseph Mallord William Turner, Théodore Géricault, Théodore Gudin, Eugène Isabey, Eugène Boudin ou Gustave Courbet, résonnent les écrits tempétueux de René Diderot, Henri Bernardin de Saint-Pierre, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo et Jules Michelet ainsi que les créations musicales de Ludwig van Beethoven, Franz Liszt ou Richard Wagner. En écho aux oeuvres présentées, une sélection de textes littéraires avec la voix de Guillaume Gallienne de la Comédie-Française et une bande sonore élaborée par la Médiathèque musicale de Paris viennent compléter le parcours. Cette exposition s'accompagne également d'une riche programmation culturelle, d'animations et de dispositifs de médiation comme un voyage olfactif conté, un parcours de visite pour les enfants, des visites guidées et des ateliers thématiques qui inviteront le public du musée de la Vie romantique à explorer cet imaginaire de la tempête à la fois effrayant et sublime. Plus d'informations sur : https://museevieromantique.paris.fr/fr/expo_tempetes_et_naufrages #TempetesEtNaufrages Retrouvez-nous également sur Instagram (@museedelevieromantique), Facebook (@museevieromantique) et Twitter (@MVRParis)

+ Lire la suite

Citations et extraits (215) Voir plus Ajouter une citation
Fabinou7   05 juillet 2021
Le peuple de Jules Michelet
“Je ne voulus point vivre de ma plume. Je voulus un vrai métier ; je pris celui que mes études me facilitaient, l'enseignement. Je pensai dès lors, comme Rousseau, que la littérature doit être la chose réservée, le beau luxe de la vie, la fleur intérieure de l’âme."
Commenter  J’apprécie          430
Jules Michelet
milamirage   11 avril 2014
Jules Michelet
... Et le règne du café sera celui de la tempérance et de la causerie.
Commenter  J’apprécie          330
Hulot   28 juillet 2020
Le peuple de Jules Michelet
En nationalité, c'est comme en géologie, la chaleur est en bas.

Aux couches inférieurs, elle brûle.



Quel froid, si je monte plus haut. Que je monte encore un degré, c'est l'égoïsme pur du calculateur sans patrie; plus d'hommes mais des chiffres.



Les pauvres aiment la France, comme lui ayant obligation, ayant des devoirs envers elle.Les riches l'aiment comme leur appartenant, leur étant obligée.



La patriotisme des premiers, c'est le sentiment du devoir. celui des autres, l'exigence, la prétention d'un droit.
Commenter  J’apprécie          232
Jules Michelet
sabine59   10 octobre 2016
Jules Michelet
Même dans une société libre, il y aura toujours des captifs, ceux de la misère, ceux de l'âge, ceux des préjugés, des passions.



( " La Femme")
Commenter  J’apprécie          230
Hulot   27 juillet 2020
Le peuple de Jules Michelet
Ceux qui sont riches à l'intérieur, ont toujours assez de ressources.



Ce qu'ils ont, ils l'étendent, le fécondent par la pensée, le poussent jusque dans l'infini. Au lieu d'envier ce monde de boue, ils s'en font un à eux, tout d'or et de lumière. Ils disent à celui-ci :



" Garde ta pauvreté que tu appelles richesse, je suis plus riche en moi".
Commenter  J’apprécie          203
mcd30   02 novembre 2018
Histoire de France - Tome 2/10 : Moyen Âge de Jules Michelet
Pendant les jours saints de chaque semaine ( du mercredi soir au lundi matin), toute guerre était interdite: c'est ce qu'on appela la paix, plus tard la trêve de Dieu.
Commenter  J’apprécie          190
Jules Michelet
julie1994   07 octobre 2017
Jules Michelet
L'amour est le frère de la mort, on l'a dit et répété, mais qui a sondé encore à quelle profondeur il est le frère de la douleur ?
Commenter  J’apprécie          191
Hulot   26 juillet 2020
Le peuple de Jules Michelet
A Manchester et à Liverpool, Michelet s'aperçoit que le machinisme est en train de transformer le travailleur en prolétaire. Il mesure la distance qui sépare la pauvreté des artisans de son enfance de la misère des mineurs et des manufacturiers.



Il comprend que le temps des lollards, qui chantaient au rythme de leurs métiers, ne reviendra plus. Il diagnostique le mal :



" Ce n'est plus l'homme qui fait marcher la machine, c'est la machine qui fait marcher l'homme".
Commenter  J’apprécie          163
Wyoming   26 novembre 2020
La Montagne de Jules Michelet
La daphné, avec une teinte analogue au lilas, en rappelle l'odeur, la suavité pénétrante. Près d'elle, l'orchis vanille détachait de l'herbe pâle la sombre pourpre de son épi. Nul parfum plus fidèle. Même au fond d'un herbier, couché et enterré, il donne un souvenir de son âme odorante qui semble aimer encore.
Commenter  J’apprécie          160
brigetoun   12 décembre 2009
La Mer de Jules Michelet
Ce petit quai de galets, très petit, est encore trop grand. J'y voyais nombre de barques abandonnées, inutiles. La pêche est devenue stérile. Le poisson a fui. Étretat languit, périt, près de Dieppe languissante. De plus en plus, il est réduit à la ressource des bains ; il attend sa vie des baigneurs, du hasard des logements, qui, tantôt loués, tantôt vides, rapportent un jour, et l'autre appauvrissent.

Ce mélange avec Paris, le Paris mondain, quelque cher que celui-ci paye, est un fléau pour le pays.
Commenter  J’apprécie          151

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Desserts miam...miam...

Le Kouglof est originaire de ..... ?

de Bourgogne
d’Alsace
de Normandie
des Charentes

15 questions
46 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur