AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 121 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , 1985
Biographie :

Née à Montréal en 1985, Juliana Léveillé-Trudel pratique l’écriture dramatique et a fondé le Théâtre de brousse. Elle travaille dans le domaine de l’éducation au Nunavik depuis 2011. Nirliit est son premier roman.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Juliana Léveillé-Trudel vous présente son ouvrage « Nirliit » aux éditions LA PEUPLADE. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/160418/juliana-leveille-trudel-nirliit Notes de Musique : Audio Library YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   06 avril 2019
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
La meilleure façon de tuer un homme, c’est de le payer à ne rien faire.
Commenter  J’apprécie          396
Bookycooky   07 avril 2019
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
DES FOIS ON SE SENT BIEN et protégés parce qu’on est seuls et tranquilles au bord d’un fjord magnifique, parce qu’on est loin de l’agitation des grandes villes, parce qu’en grimpant en haut de n’importe laquelle des montagnes autour on peut embrasser tout le village d’un seul regard, faire mentalement le chemin du fond de la baie au détroit, voir le ciel qui s’éclate en mille couleurs quand le soleil commence à descendre derrière les falaises. Une beauté en forme de coup de poing dans le ventre, il y a juste la toundra qui fait ça, paysage complètement démesuré et bouleversant tout seul au bout du monde avec si peu de gens pour l’admirer.
Commenter  J’apprécie          340
Ziliz   17 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
Il y a Julia superbe l'été dernier, Julia comme une future reine, mais c'est fini maintenant, Julia le visage boursouflé par l'alcool et la drogue, le corps alourdi par toutes ces cochonneries que la Coop vend moins cher que les légumes, les yeux éteints par je ne sais quelle tristesse, oh, Julia. Julia traîne ses pas lourds dans les rues de Salluit, elle a laissé l'école et ne fout rien de ses journées sauf promener son désespoir, son renoncement au monde, parfois seule, parfois avec d'autres qui partagent la même misère. Je croise souvent leur chemin, et les fillettes qui me suivent me chuchotent à l'oreille en les pointant du doigt : 'les drop-out'. Elles pourraient me chuchoter 'les pestiférés' ou 'les sidéens' sur le même ton, le ton des calamités, le ton de la honte et du mépris, et pourtant vous aussi, mes pauvres petites chéries, vous risquez fort de connaître le même sort, dans votre école qui ne sait pas comment vous garder entre ses murs.

(p. 34-35)
Commenter  J’apprécie          120
viou1108   14 mars 2019
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
[A propos du Nunavik, territoire du nord du Québec, dont les habitants sont majoritairement des Inuits:]

C'est comme en Afrique, c'est bizarre… Comment deux coins du monde si éloignés l'un de l'autre peuvent-ils se ressembler autant?

Ce n'est pas bizarre: tout le monde est pareil au fond. Sauf les Occidentaux. Indian time, African time, Mexican time, c'est le même temps, c'est nous [les Occidentaux] qui vivons à l'envers, et c'est nous qui sommes convaincus d'avoir raison.
Commenter  J’apprécie          210
Ziliz   18 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
[...] Il se sent con, il peut ajouter une autre fille à sa collection de coeurs brisés, parce que le sien est inconsolable, il finit toujours par massacrer ceux des autres, il se dit qu'il devrait éviter les femmes pour les vingt prochaines années, 'damage control'. (...)

Il s'ouvre une bière, il se dit qu'il devrait peut-être retourner dans le Nord pour qu'on lui fiche la paix, je m'excuse mesdames mais je suis un con, je n'y peux rien, vous êtes prévenues.

(p. 177)
Commenter  J’apprécie          100
SeriallectriceSV   27 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
Je sors de l'avion comme un jouet d'une boîte de céréales et cinq secondes plus tard les enfants s'enfoncent dans mon estomac en m'étreignant comme de petits boas constricteurs. C'est bon d'être à la maison.
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSV   27 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
Comment reprocher à quelqu'un de ne pas maîtriser notre langue quand on ne peut rien dire dans la sienne ? Votre langue de plus en plus striée d'anglais, votre langue qui n'a pas suivi les avancées technologiques, votre langue qui ne sait pas dire computer, votre langue dans laquelle les jeunes retrouvent difficilement les vieux, votre langue séduite par Justin Bieber et Rihanna, votre langue qui fond à peine plus lentement que le pergélisol.
Commenter  J’apprécie          00
SeriallectriceSV   27 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
.. ils marchent depuis tellement longtemps sur la ligne à ne jamais franchir, ils narguent la mort avec tellement d'irrévérences qu'ils sont intouchables.
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSV   27 mai 2020
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
J'ai souvent le goût de brailler, je ne suis pas nécessairement triste, c'est juste que c'est trop ici, trop beau ou trop dur.
Commenter  J’apprécie          10
viou1108   29 mars 2019
Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel
Les gens se demandent pourquoi vous partez de chez vous, Eva, pour atterrir sur l'impitoyable ciment d'une ville où vous ne connaissez personne, mais c'est tout simple, au fond, c'est pour ne connaître personne, justement. Dans un village de quatre cents habitants, c'est difficile de ne pas voir quelqu'un. Quand ce quelqu'un vous a violés ou a tué un membre de votre famille, le métro de Montréal peut sembler bien accueillant.
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé

Une boîte de coned-beef, enchaînée comme une lorgnette, Vit passer un homard qui lui ressemblait fraternellement. Il se cuirassait d'une carapace dure. Sur laquelle était écrit qu'à l'intérieur, comme elle, il était sans arêtes, (Boneless & economical) Et sous sa queue repliée Il cachait vraisemblablement une clé destinée à l'ouvrir. Frappé d'amour, le corned-beef sédentaire Déclara à la petite boîte automobile de conserves vivante Que si elle consentait à s’acclimater, Près de lui, aux devantures terrestres, Elle serait décorée de plusieurs médailles d'or.

Pierre Seghers
Pierre Reverdy
Francis Carco
Léon-Paul Fargue
Alfred Jarry

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
.. ..