AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 3729 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Palo Alto, Californie , le 15/05/1962
Biographie :

Julie Otsuka est née d'une mère américaine d'origine japonaise et d'un père japonais.

Elle fait ses études supérieures à l'université de Yale où elle a été diplômée en art (peinture et sculpture) en 1984.

Julie Otsuka a commencé par la peinture. Elle a peint beaucoup, "de façon libre et inconsciente" dit-elle, jusqu'au moment où elle s'est inscrite à l'université pour poursuivre des études dans cette discipline. Et là, la pression et l'obligation de produire beaucoup et selon certains critères l'ont coupée de son inspiration et elle a abandonné ses études et la peinture.

Très déprimée par cet échec, habitée par le sentiment d'être dans l'impasse et de ne pas savoir quoi faire d'elle-même, elle commence à venir dans le petit salon de thé hongrois et se met à lire avec avidité pendant deux ans. Influencée par des auteurs comme Duras et Annie Ernaux, elle va enfin se lancer dans l'écriture...

Avec la parution de "Quand l'empereur était un dieu" (When the Emperor Was Divine, 2002), Julie Otsuka fait une entrée remarquée dans le monde de la littérature.

En 2012, son second roman "Certaines n’avaient jamais vu la mer" (The Buddha in the Attic, 2011) a reçu le PEN / Faulkner Award for fiction et le prix Femina étranger.

Elle vit aujourd'hui à New-York.

son site: http://www.julieotsuka.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Julie Otsuka   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Julie Otsuka - La ligne de nage


Citations et extraits (393) Voir plus Ajouter une citation
« Sur le bateau nous étions presque toutes vierges » : « nous », ces femmes japonaises – « certaines n’avaient que quatorze ans et c’étaient encore des petites filles » – qui traversent le Pacifique vers la Californie où les attendent leurs « fiancés », des hommes qu’elles n’ont jamais rencontrés. On est au tout début du XXe siècle. Masayo, Mitsuyo, Nobuye, Kiyono (et tant d'autres rassemblées dans ce « nous ») rêvent de vies nouvelles, d’amour, les photos envoyées au Japon ont fait naître l’espoir.
Commenter  J’apprécie          602
"Personne ne gagne , à la guerre. Tout le monde perd", disait-il.
Commenter  J’apprécie          530
Tu verras : les femmes sont faibles, mais les mères sont fortes.
Commenter  J’apprécie          522
Dans le quartier japonais nous vivions à huit ou neuf dans une pièce derrière notre salon de coiffure, nos bains-douches, dans de minuscules appartements aux murs bruts, si sombres que nous devions laisser les lumières allumées toute la journée. Ils éminçaient des carottes dans nos restaurants. Empilaient des pommes sur nos étals de fruits. Grimpaient sur leurs bicyclettes et allaient livrer leurs courses aux clients en passant par la porte de service. Ils séparaient le blanc et les couleurs dans nos blanchisseries en sous-sol et apprenaient vite à faire la différence entre le sang et le vin.
Commenter  J’apprécie          440
Nous oubliions Bouddha. Nous oubliions Dieu. Nous étions glacées à l'intérieur, et notre coeur n'a toujours pas dégelé. Je crois que mon âme est morte.
Commenter  J’apprécie          410
La piscine est profondément enfoncée sous terre, dans un vaste espace caverneux à plusieurs mètres sous les rues de notre ville. Certains d'entre nous viennent ici parce qu'ils sont blessés et cherchent à guérir. Nous avons des problèmes de dos, d'affaissement du pied, d'anxiété, de rêves brisés, d'anhédonie, de mélancolie, bref, les maux habituels qu'on rencontre là-haut. D'autres travaillent pour l'université toute proche et préfèrent prendre leur pause-déjeuner là en bas, dans l'eau, loin du rude regard de nos pairs et de nos écrans. Certains encore se réfugient ici pour fuir, ne serait-ce qu'une heure, un mariage décevant. Beaucoup d'entre nous vivent dans le quartier, et aiment simplement nager.
(incipit)
Commenter  J’apprécie          382
Nous avions beau savoir que nous ne le reverrions pas, nous savions que si c'était à refaire nous irions tout de suite, car être avec lui c'était comme être vivante pour la première fois, mais en mieux.
Commenter  J’apprécie          380
Ce que nous perdons en ciel et en horizon, nous le gagnons en tranquillité, car l'une des meilleures choses que nous procure la piscine, c'est le bref répit loin du fracas du monde de là-haut : taille-haies, coupe-bordures, klaxons, nez mouchés, gorges raclées, pages tournées, cette incessante musique qu'on entend partout, où qu'on aille - chez le dentiste, à la pharmacie, dans l'ascenseur qui vous emmène consulter cet audiologiste à propos de ce sifflement étrange dans vos oreilles.
Commenter  J’apprécie          352
Certaines d'entre nous n'avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n'avaient que quatorze ans et c'étaient encore des petites filles. Certaines venaient de la ville et portaient d'élégants vêtements. (…) Certaines descendaient des montagnes et n'avaient jamais vu la mer.
Commenter  J’apprécie          340
Il ne faut pas trop s'attacher aux biens de ce monde.
Commenter  J’apprécie          320

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Julie Otsuka Voir plus

Quiz Voir plus

Culture générale !

A Bologne, on ne sert pas de spaghettis bolognaises

Vrai
Faux

50 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , cultureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}