AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.72 /5 (sur 2621 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Palo Alto, Californie , le 15/05/1962
Biographie :

Julie Otsuka est née d'une mère américaine d'origine japonaise et d'un père japonais.

Elle fait ses études supérieures à l'université de Yale où elle a été diplômée en art (peinture et sculpture) en 1984.

Julie Otsuka a commencé par la peinture. Elle a peint beaucoup, "de façon libre et inconsciente" dit-elle, jusqu'au moment où elle s'est inscrite à l'université pour poursuivre des études dans cette discipline. Et là, la pression et l'obligation de produire beaucoup et selon certains critères l'ont coupée de son inspiration et elle a abandonné ses études et la peinture.

Très déprimée par cet échec, habitée par le sentiment d'être dans l'impasse et de ne pas savoir quoi faire d'elle-même, elle commence à venir dans le petit salon de thé hongrois et se met à lire avec avidité pendant deux ans. Influencée par des auteurs comme Duras et Annie Ernaux, elle va enfin se lancer dans l'écriture...

Avec la parution de "Quand l'empereur était un dieu" (When the Emperor Was Divine, 2002), Julie Otsuka fait une entrée remarquée dans le monde de la littérature.

En 2012, son second roman "Certaines n’avaient jamais vu la mer" (The Buddha in the Attic, 2011) a reçu le PEN / Faulkner Award for fiction et le prix Femina étranger.

Elle vit aujourd'hui à New-York.

son site: http://www.julieotsuka.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Julie Otsuka   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

21 mai 2013 L'écriture de Julie Otsuka est puissante, poétique, incantatoire. Les voix sont nombreuses et passionnées. La musique sublime, entêtante et douloureuse. Les visages, les voix, les images, les vies que l'auteur décrit sont ceux de ces Japonaises qui ont quitté leur pays au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis un homme qu'elles n'ont pas choisi. C'est après une éprouvante traversée de l'océan Pacifique qu'elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leur futur mari. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir. À la façon d'un choeur antique, leurs voix s'élèvent et racontent leurs misérables vies d'exilées... leur nuit de noces, souvent brutale, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l'humiliation des Blancs, le rejet par leur progéniture de leur patrimoine et de leur histoire... Une véritable clameur jusqu'au silence de la guerre. Et l'oubli.

+ Lire la suite

Citations et extraits (302) Voir plus Ajouter une citation
KATE92   28 août 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
« Sur le bateau nous étions presque toutes vierges » : « nous », ces femmes japonaises – « certaines n’avaient que quatorze ans et c’étaient encore des petites filles » – qui traversent le Pacifique vers la Californie où les attendent leurs « fiancés », des hommes qu’elles n’ont jamais rencontrés. On est au tout début du XXe siècle. Masayo, Mitsuyo, Nobuye, Kiyono (et tant d'autres rassemblées dans ce « nous ») rêvent de vies nouvelles, d’amour, les photos envoyées au Japon ont fait naître l’espoir.
Commenter  J’apprécie          572
Moan   01 octobre 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
"Personne ne gagne , à la guerre. Tout le monde perd", disait-il.
Commenter  J’apprécie          530
Guylaine   07 avril 2013
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Tu verras : les femmes sont faibles, mais les mères sont fortes.
Commenter  J’apprécie          512
LydiaB   07 octobre 2014
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Dans le quartier japonais nous vivions à huit ou neuf dans une pièce derrière notre salon de coiffure, nos bains-douches, dans de minuscules appartements aux murs bruts, si sombres que nous devions laisser les lumières allumées toute la journée. Ils éminçaient des carottes dans nos restaurants. Empilaient des pommes sur nos étals de fruits. Grimpaient sur leurs bicyclettes et allaient livrer leurs courses aux clients en passant par la porte de service. Ils séparaient le blanc et les couleurs dans nos blanchisseries en sous-sol et apprenaient vite à faire la différence entre le sang et le vin.
Commenter  J’apprécie          420
marina53   17 décembre 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Nous oubliions Bouddha. Nous oubliions Dieu. Nous étions glacées à l'intérieur, et notre coeur n'a toujours pas dégelé. Je crois que mon âme est morte.
Commenter  J’apprécie          410
marina53   14 décembre 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Nous avions beau savoir que nous ne le reverrions pas, nous savions que si c'était à refaire nous irions tout de suite, car être avec lui c'était comme être vivante pour la première fois, mais en mieux.
Commenter  J’apprécie          390
marina53   19 décembre 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Certaines d'entre nous n'avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n'avaient que quatorze ans et c'étaient encore des petites filles. Certaines venaient de la ville et portaient d'élégants vêtements. (…) Certaines descendaient des montagnes et n'avaient jamais vu la mer.
Commenter  J’apprécie          330
jeunejane   31 janvier 2018
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Si nos maris nous avaient dit la vérité dans leurs lettres - qu'ils n'étaient pas négociants en soieries mais cueillaient des fruits, qu'ils ne vivaient pas dans des vastes demeures aux pièces nombreuses mais dans des tentes, des granges, voire des champs, à la belle étoile - jamais nous ne serions venues en Amérique accomplir une besogne qu'aucun Américain qui se respecte n'eût acceptée.
Commenter  J’apprécie          300
LiliGalipette   26 novembre 2012
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
« L’une des nôtres les rendait responsables de tout et souhaitait qu’ils meurent. L’une des nôtres les rendait responsables de tout et souhaitait mourir. D’autres apprenaient à vivre sans penser à eux. » (p. 47)
Commenter  J’apprécie          300
Gwen21   08 octobre 2014
Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Il ne faut pas trop s'attacher aux biens de ce monde.
Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les chansons de disney

A quelle dessin animé appartient cette chanson:''....Elle ne dit rien elle se tait mais ton coeur brûle en secret..''

La belle au bois dormant
La petite sirene
La belle et la bête
Pocahontas

10 questions
552 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..