AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Rochelle , 1980
Biographie :

Passionné d’Histoire et d’histoires, Julien Heylbroeck commence à écrire dans le domaine du jeu de rôle, participant à plusieurs gammes, chez divers éditeurs. Il franchit le pas vers les littératures populaires en 2011.

Depuis, il a publié une douzaine de nouvelles, chez Rivière Blanche et Malpertuis notamment et il a écrit trois fascicules (courts romans dans un format désuet et original) chez le Carnoplaste, dont, notamment, les aventures de Green Tiburon, catcheur mexicain comme au bon vieux temps des films de Santo.

Il passe ensuite de l’autre côté de l’édition en fondant, avec ses camarades TRASH Éditions.

Il signe, sous le pseudonyme de Degüellus, Pestilence, une enquête médiévale.

Il est également co-anthologiste, avec Romain d’Huissier, des deux tomes de Dimension Super-Héros et a été sélectionné sur l’anthologie l’Amicale des jeteurs de sorts, l’anthologie du festival Zone Franche de Bagneux 2013 ainsi que dans Total Chaos, l’anthologie polar d’ImaJn’ère 2013, où il est arrivé premier ex-æquo au concours de nouvelles.

Dans la vraie vie, celle des factures et des loyers à payer, il est assistant social auprès des demandeurs d’asile.
+ Voir plus
Source : http://www.halliennales.com/julien-heylbroeck/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Julien Heylbroeck - Malheur aux gagnants

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89   26 février 2017
Stoner Road de Julien Heylbroeck
— Je m’appelle Luke, Luke Lee. Mais mes amis, les rares que j’ai, m’appellent Luckily.

— T’es un mec chanceux ?

— Non, j’ai juste des amis un peu cons.
Commenter  J’apprécie          190
Dionysos89   24 février 2017
Stoner Road de Julien Heylbroeck
L’infirmier poursuivit sa route, indifférent. Josh allait poser une question quand quelqu'un le tira violemment en arrière. Il fut forcé de se retourner et fit face à une femme squelettique, au visage chevalin et aux dents proéminentes. Des touffes de cheveux manquaient sur son crâne à vif. Elle le fixait de ses grands yeux bleus délavés, complètement à poil, ses seins longs et fins pendant sur son buste rachitique et incliné. Josh resta scotché sans oser la quitter des yeux.

— Mon anus a cessé de fonctionner, aujourd'hui, à 08 h 37.
Commenter  J’apprécie          140
SZRAMOWO   21 janvier 2015
Stoner Road de Julien Heylbroeck
Ses petits soldats à lui, ses renforts. Il y a longtemps qu’il ne prêtait plus attention à ce que son imagination dopée dessinait sur les bords de la route. Cadavres d’enfants, chiens écrasés, crânes décorés de plumes, il

suffisait d’un sac plastique abandonné pour que son esprit vagabond lui suggère des tableaux que n’aurait pas renié un surréaliste. Ou un junkie.

Au fond de lui, Josh savait qu’il était trop tard. Comme un truc bien ancré à l’âme, qui s’accroche et qui répète inlassablement : « C’est foutu, foutu, foutu… »

Même les drogues les plus puissantes n’occultaient pas cette putain de voix nasillarde qui squattait son esprit de sa ritournelle perverse et aliénante.

Dépité, Josh freina violemment. La voiture couina et les pneus dérapèrent sur la terre battue. Il se rangea sur le côté, plus par réflexe que par nécessité.

Trop tard ! Il arriverait trop tard ! C’était évident. Le côté chiant de la Phentermine, c’est qu’elle ôtait toute notion du temps. Déjà le soleil se levait. La fête était finie. Il en avait assez vécu pour savoir qu’au petit matin, les moins stones entassaient leurs potes dans les caisses et repartaient, avec la gueule en vrac, une haleine de chacal, couverts de sable, les fringues puant

la sueur et l’esprit passé au shaker. Les veines chargées de Josh avaient livré leurs dernières réserves de fuel chimique et il eut à peine le temps de couper le contact avant de sombrer dans un sommeil proche du coma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Amaranth   02 novembre 2015
Dimension Trash de Julien Heylbroeck
« Ceci n’est pas un rêve. » Quatre nuits déjà que je me réveille en sursaut, trempé d’une sueur malsaine, au son de la voix sans bouche qui vient scander ce slogan synthétique. Quatre nuits que des scènes soi-disant réelles tissent dans ma tête une toile d’araignée dont je ne puis me dépêtrer. Quatre nuits que leur apparente incohérence se mue de fil en aiguille en un tableau d’ensemble tatouant dans mon cerveau une insupportable impression de déjà-vu.



Profondo Nero (White trash), Schweinhund

Commenter  J’apprécie          50
Oliv   15 juin 2016
Le Dernier Vodianoi de Julien Heylbroeck
Je travaille au sein de la Commission du soviet spécial, la Komspetssov. Je pourchasse les créatures du passé. Oh, elles existent, je peux vous l'assurer. Les croquemitaines, les méchantes fées qui mangent les enfants, les gnomes qui égarent les voyageurs perdus. Ils sont là, tous, à nos portes. Aux abois, affamés, une fin de race qui s'accroche pour ne pas disparaître. Ce qui ne les rend que plus dangereux.
Commenter  J’apprécie          30
cancereugene   13 juin 2018
Dimension Trash de Julien Heylbroeck
Recroquevillée sur le sol, Alex attendit avec l'impression d'un temps qui se distordait, s'étirait à l'infini. Son corps nu était parcouru de tremblements incontrôlables et recouvert d'une couche de sueur. Les yeux révulsés, elle ne parvenait plus à distinguer son environnement. La douleur qui la rongeait, la putréfiait de l'intérieur, était son seul repère. L'image d'une moisissure verdâtre, spongieuse, lui recouvrant les os ne cessait de surgir dans son esprit, lui donnant envie de hurler. De s'arracher la peau. Peut-être l'avait-elle fait, d'ailleurs. Tout ce sang dont elle était couverte, d'où venait-il ? Alex ne se rappelait plus bien. Seul un relent de peur persistait, arrière-goût âcre dans la gorge, dernières traces d'un cauchemar éveillé.



Sarah Buschmann : Tranche de nuit
Commenter  J’apprécie          20
Nyuka   21 mai 2017
Les Contes Rouges de Julien Heylbroeck
Sauf que cette nuit-là, ce fut le grand méchant loup qui vint retourner se coucher auprès d'elle.
Commenter  J’apprécie          40
Unity   21 juin 2014
Pestilence de Julien Heylbroeck
- Mes frères, à présent rendons-nous dans le pustulium ! Mais d'abord, baisez-moi le bubon divin !
Commenter  J’apprécie          40
LaDimensionFantastique   18 juillet 2015
Stoner Road de Julien Heylbroeck
D'abord l'esprit observa une spirale, oppressante et mouvante qui envahissait son champ de vision. Un tourbillon coloré se joignit bientôt à la fête. La maelstrom ondulait au rythme des pulsations d'un coeur. Ce dernier battait et se débattait dans sa poitrine, gonflé de vie, goûtant chaque fois la sève écarlate. Une tête informe, sans visage et détachée du corps, flottait, entourée de sa conscience. De temps en temps, une sorte de flash éclairait cette scène. Mais le remous coloré refusa ces flashs et se détourna. trop froid, trop sombre. Un espace clos, une odeur immonde dont il fallait s'éloigner au plus vite. Bientôt l'observateur ne vit rien d'autre que des ténèbres...
Commenter  J’apprécie          20
SmilingSun   09 mars 2015
Stoner Road de Julien Heylbroeck
- ça alors, t'es Gallows ! Ouai j'ai entendu parler d'toi, monsieuc Doc Défonce ! [..]

- J'ai arrêté le business depuis un petit moment [...]

- Ah merde, j'te rencontre enfin et t'es retraité du deal. Chié. Bon ça change tout, mon gars. [...]

Il bougea sa masse pour aller retourner le panneau qui indiquait : "Fuck you, we're closed".
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur