AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.24 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Düsseldorf , le 18/06/1929
Biographie :

Jürgen Habermas est un philosophe et sociologue allemand, qui s’est fait connaître surtout par ses travaux en philosophie sociale.

Grâce, entre autres, à une activité régulière comme professeur dans des universités étrangères, surtout aux États-Unis, ainsi qu’aux traductions de ses travaux les plus importants, ses théories sont connues et étudiées dans le monde entier.

Jürgen Habermas est le membre le plus éminent de la deuxième génération de la théorie critique; il a fait partie de l’École de Francfort, s’éloignant toutefois des origines de cette dernière.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jürgen Habermas   (40)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présenté par Robert Maggiori, philosophe co-fondateur des Rencontres Philosophiques de Monaco et critique littéraire. « Pourquoi lire (13 bonne raisons au moins) », co-écrit par Annie Ernaux, Philippe Garnier, Jürgen Habermas, Eva Illouz, Frédéric Joly, Esther Kinsky, Sibylle Lewitscharoff, Nicolas Mahler, Oliver Nachtwey, Katja Petrowskaya, Hartmut Rosa, Clemens J. Setz et Joëlle Zask. Publié chez Premier Parallèle, 20€, 240 pp.

+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
steka   20 août 2014
L'espace public de Jürgen Habermas
Cet univers produit par les mass media n'a que l'apparence d'une sphère public; comme il est tout aussi illusoire de croire que s'est maintenue intacte la sphère privée qu'elle devait par ailleurs garantir à ses consommateurs.
Commenter  J’apprécie          80
enkidu_   20 mars 2017
L'avenir de la nature humaine. : Vers un eugénisme libéral ? de Jürgen Habermas
Les assassins déterminés au suicide, qui transformèrent des appareils de transport civils en projectiles habités pour les lancer contre les citadelles capitalistes de la civilisation occidentale, étaient, à ce que nous ont appris depuis le testament d’Atta et les déclarations d’Oussama Ben Laden, motivés par des convictions religieuses. Pour eux, les emblèmes de la société moderne globalisée incarnent le Grand Satan. Mais nous également, qui par la télévision avons été l’universel témoin oculaire de l’événement « apocalyptique », avons été submergés, à travers le ressassement masochiste de l’effondrement des tours jumelles de Manhattan, par des images bibliques. Et la langue du talion dans laquelle notamment le Président américain a réagi à l’inconcevable avait elle aussi des consonances vétéro-testamentaires. Un peu comme si cet attentat aveugle avait frappé une corde religieuse au plus intime de la société séculière, partout dans le monde, les synagogues, les églises et les mosquées se sont remplies.

(…)

En dépit de son langage religieux, le fondamentalisme est un phénomène exclusivement moderne. En ce qui concerne les islamistes qui ont commis les attentats, ce qui frappe immédiatement c’est la non-contemporanéité des mobiles et des moyens. Elle est le reflet de cet autre décalage temporel entre culture et société, que l’on put observer dans les pays d’origine de ces islamistes dès l’instant où une modernisation accélérée a profondément porté atteinte à leurs racines. Ce qui, chez nous, dans des circonstances plus heureuses, a tout de même pu être éprouvé comme un processus de destruction créatrice, n’a laissé entrevoir dans ces pays aucune compensation tangible pour les peines causées par le déclin des formes de vie traditionnelles.

(…)

La « guerre contre le terrorisme » n’est pas une guerre, et ce qui s’exprime aussi dans le terrorisme c’est le choc, funeste dans son caractère aphasique, entre des mondes qui, par-delà la violence muette des terroristes et des missiles, sont mis en demeure de développer un langage commun. Face à la globalisation qui s’instaure par le truchement de marchés sans frontières, beaucoup espéraient un retour du politique sous une autre forme — non sous sa forme hobbesienne originelle d’un État sécuritaire globalisé, privilégiant la police, les services secrets et le militaire, mais sous celle d’une capacité à valoriser la civilisation à l’échelle mondiale. Au stade où nous en sommes, il ne nous reste guère qu’à espérer une ruse de la raison — et que l’on fasse preuve d’un peu de réflexion. En effet, cette faille aphasique divise aussi notre propre demeure. (chapitre IV)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   31 mars 2020
La Technique et la Science comme "idéologie" de Jürgen Habermas
Le progrès quasi autonome de la science et de la technique dont dépend effectivement la variable la plus importante du système, à savoir la croissance économique, fait […] figure de variable indépendante. Il en résulte une perspective selon laquelle l'évolution du système social paraît être déterminée par la logique du progrès scientifique et technique. La dynamique immanente à ce progrès semble produire des contraintes objectives auxquelles doit se conformer une politique répondant à des besoins fonctionnels. Or, une fois que cette illusion s'est effectivement bien implantée, la propagande peut invoquer le rôle de la science et de la technique pour expliquer et légitimer les raisons pour lesquelles, dans les sociétés modernes, un processus de formation démocratique de la volonté politique concernant les questions de la pratique "doit" nécessairement perdre toute fonction et céder la place aux décisions de nature plébiscitaire concernant les alternatives mettant tel ou tel personnel administratif à la tête de l'État. C'est la thèse de la technocratie, et le discours scientifique en a développé la théorie sous différentes versions Mais le fait qu'elle puisse pénétrer aussi, en tant qu'idéologie implicite, dans la conscience de la masse de la production dépolitisée et avoir un pouvoir de légitimation me paraît plus important.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Enroute   12 janvier 2018
Théorie de l'agir communicationnel : tome 2 de Jürgen Habermas
L'empirisme répète sur le terrain de la théorie analytique de l'action des batailles livrées depuis longtemps ; il y est encore question du rapport entre l'esprit et le corps (idéalisme contre matérialisme), des raison et des causes (volonté libre contre déterminisme), du comportement et de l'action (description objectiviste versus description non objectiviste de l'action), du statut logique des explications de l'action, de la causalité, de l'intentionnalité, etc. Pour le dire dans une pointe, la théorie analytique de l'action travaille dans une perspective nouvelle les problèmes vénérables de la philosophie de la conscience pré-kantienne, sans avancer dans les questions fondamentales d'une théorie sociologique de l'action.
Commenter  J’apprécie          40
Enroute   11 janvier 2018
Idéalisations et communication de Jürgen Habermas
Les règles linguistiques ne doivent pas être assimilées à des "coutumes" ; toute langue bénéficie, en effet, d'une certaine autonomie par rapport à son arrière-plan culturel et aux pratiques sociales de la communauté qui la parle.
Commenter  J’apprécie          50
steka   15 août 2014
L'espace public de Jürgen Habermas
Ce qui est soumis au jugement du public acquiert de la Publicité.
Commenter  J’apprécie          63
steka   20 août 2014
L'espace public de Jürgen Habermas
L'usage que le public des lecteurs faisait de sa raison tend à s’effacer au profit des simples "opinions sur le goût et l'attirance" qu'échangent des consommateurs; et même le fait de parler de ce qu'on a consommé, cette "contre-épreuve des expériences du goût", est intégré au processus de consommation même.
Commenter  J’apprécie          40
Peregrine   08 novembre 2013
Débat sur la justice politique de Jürgen Habermas
Ne sachant pas quelle position ils occuperont un jour dans la société qu'il leur faut ordonner, ils se voient, ne serait-ce qu'en fonction de leur propre intérêt, amenés à réfléchir à ce qui est également bon pour tous.
Commenter  J’apprécie          40
Enroute   11 janvier 2018
Idéalisations et communication de Jürgen Habermas
Nous qui sommes des êtres faillibles, certes sur le monde vécu, n'avons en effet, d'autre voie possible, pour nous assurer de ce qui est vrai, que celle d'une discussion à la fois rationnelle et ouverte sur l'avenir.
Commenter  J’apprécie          30
lanard   07 septembre 2020
La Technique et la Science comme "idéologie" de Jürgen Habermas
Dans les systèmes industriels les plus avancés, il faut de nos jours faire un effort énergique pour prendre en main de façon consciente une médiation du progrès technique et de la pratique vécue des grandes sociétés industrielles qui jusqu'à présent n'a fait que s'imposer avec tous les traits d'une histoire naturelle (naturgeschichtlich). C'est n'est pas le lieu ici de discuter des conditions sociales, économiques et politiques dont devrait nécessairement dépendre une politique centralisée de la recherche à long terme. Il ne suffit pas qu'un système social remplisse certaines conditions de rationalité technique. A supposer même que le rêve cybernétique d'une autostabilisation pour ainsi dire instinctive soit réalisable, c'est qu'on aurait en chemin réduit le système des valeurs à de simples recettes de maximisation concernant puissance et bien-être, à un équivalent de la valeur biologique de base représentée par la survie à tout prix, c'est-à-dire l'hyperstabilité. De par les conséquences socio-culturelles imprévues du progrès technique, l'espèce humaine s'est elle-même mis au défi non seulement de provoquer la destinée sociale qui est la sienne mais encore d'apprendre à la maîtriser. Et il n'est pas possible de relever ce défi lancé par la technique avec les seules ressources de la technique. Il s'agit bien plutôt d'engager une discussion, débouchant sur des conséquences politiques, qui mette en rapport de façon rationnelle et obligatoire le potentiel dont la société dispose en matière de savoir et de pouvoir techniques avec notre savoir et notre vouloir pratiques.

D'une part, une telle discussion pourrait éclairer les acteurs de la vie politique, dans le cadre de ce qui est techniquement possible et "faisable", sur la conception que les intérêts auxquels ils sont affaire se font d'eux-mêmes, telle qu'elle se trouve déterminée par la tradition. D'autre part, à la lumière des besoins ainsi articulés et ré-interprétés, ils pourraient juger par rapport à la pratique dans quelle direction et dans quelle mesure nous désirons développer notre savoir technique dans l'avenir.

Cette dialectique du pouvoir et du vouloir s'opère actuellement de façon non réfléchie, en fonction d'intérêts dont on n'exige pas qu'ils aient de justification publique, par plus qu'on ne les y autorise. Ce n'est qu'en assurant avec conscience politique cette dialectique que nous pourrions reprendre en main une médiation du progrès technique et du monde vécu social qui jusqu'à présent s'est imposé à la façon d'une histoire naturelle (naturgeschichtlich). Dans la mesure où cela est l'affaire de la réflexion, cette médiation ne relève pas plus cette fois-ci de la compétence de tel ou tel spécialiste. Le pouvoir de disposer techniquement des choses ne suffit pas à dissoudre la substance de la domination ; elle peut même au besoin se retrancher derrière lui. L'irrationalité de la domination qui a pris maintenant les proportions d'un danger mortel collectif ne pourrait être surmontée que par la formation d'une volonté politique, liée au principe d'une discussion générale et exempte de domination. Il n'est permis d'espérer une rationalisation de la domination que d'une situation où serait développée la puissance politique d'une pensée liée au dialogue. La force libératrice de la réflexion ne peut être remplacée par un déploiement de savoir techniquement utilisable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature française

L'homme qui rit

Honoré de Balzac
Victor Hugo
Stendhal
Gustave Flaubert

15 questions
1350 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , auteur françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..