AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Oldenburg , le 23/02/1883
Mort(e) à : Bâle , le 26/02/1969
Biographie :

Karl Jaspers est un psychiatre et philosophe allemand représentatif de l'existentialisme chrétien.

Né d'un père juriste et d'une mère travaillant dans une coopérative agricole, Jaspers montre un intérêt précoce pour la philosophie, bien que le parcours paternel au sein du système judiciaire l'ait sans doute poussé à étudier le droit lors de son entrée à l'université. Il fut cependant rapidement évident pour lui que le droit n'était pas la bonne voie, ce qui le poussa à entamer des études médicales en 1902.

Jaspers obtint son doctorat en médecine en 1909 et commença à travailler dans un hôpital psychiatrique de Heidelberg. En 1913,

Dans son premier ouvrage majeur, Psychopathologie générale (1913), il récusa les prétentions scientifiques de la psychothérapie, les jugeant déterministes et trompeuses.
Il reçoit durant la même année, un poste temporaire de professeur de psychologie à l'Université d'Heidelberg. Ce poste devint rapidement permanent, ce qui lui permit de ne jamais reprendre son activité clinique.

Il publia ensuite la Psychologie der Weltanschauungen («Psychologie des conceptions du monde», 1919), ouvrage dont l'importance particulière réside dans son inventaire d'attitudes possibles envers la vie.

À l'âge de 40 ans, Jaspers se tourne vers la philosophie, explorant les thèmes qu'il avait entamés durant son activité de psychiatre. Il devint un philosophe renommé, respecté et reconnu à travers l'Europe et demeura influent au sein de la communauté philosophique jusqu'à son décès en 1969.

Trois événements ont marqué sa vie. La maladie: à 18 ans, il est condamné à mourir avant 30 ans. Son mariage avec une juive, Gertrud Mayer. L'avènement du parti national socialiste; il sera privé de sa chaire par les nazis. Ces expériences de situation limites et de découverte de l'autre vont profondément influencer sa réflexion philosophique.

Ses travaux ont eu une grande influence sur la théologie, la psychologie, la psychiatrie et la philosophie.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

La pensée et l'influence de Kierkegaard
Après une présentation par Pierre PARAF sur l'apport du Danemark à la culture française, Jean AMROUCHE s'entretient avec Jean WAHL à propos de la pensée de Soeren KIERKEGAARD. Jean AMROUCHE lit des extraits des oeuvres de KIERKEGAARD. Ils évoquent : l'influence de KIERKEGAARD sur les philosophes : Karl JASPERS et la notion de "crucifiement de l'entendement", Martin HEIDEGGER et le...

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
frenchblues   26 avril 2012
Introduction à la philosophie de Karl Jaspers
Les questions, en philosophie, sont plus essentielles que les réponses, et chaque réponse devient une nouvelle question.
Commenter  J’apprécie          962
peloignon   02 juin 2013
Philosophie : Orientation dans le monde. Eclairement de l'existence. Métaphysique de Karl Jaspers
La philosophie, qui est idéalement la clarté parfaite de l'être à l'origine et à la fin de toutes choses, a été conçue, bien que située dans le temps, comme la cristallisation de l'intemporel. Pourtant la quête philosophique est le chemin de l'homme qui, situé historiquement dans son temps, se saisit de l'être. Ce n'est que sous cette apparence, et non en soi, que l'être lui est accessible. Dans la réflexion philosophique s'exprime une foi sans révélation aucune, qui concerne aussi celui dont le chemin est le même; elle ne montre pas objectivement la voie dans le chaos; chacun ne saisit que ce qu'il est virtuellement par lui-même. Mais elle se risque à aborder la dimension qui, pour le regard tendu vers la transcendance, fait briller l'être dans le réel. Dans un monde où tout est mis en question, nous tentons par la quête philosophique de tenir le cap sans connaître le but.
Commenter  J’apprécie          400
Enemar   23 novembre 2013
Introduction à la philosophie de Karl Jaspers
"...Mais je n'existe qu'avec autrui, seul; je ne suis rien." (Paris, Plon, p 27)

"...La philosophie c'est ce qui ramène au centre où l'homme devient lui-même en s'insérant dans la réalité..." (p. 10)
Commenter  J’apprécie          320
THoniger   15 février 2014
Introduction à la philosophie de Karl Jaspers
Philosopher, c'est être en route.
Commenter  J’apprécie          320
cannibalector   23 avril 2011
Introduction à la philosophie de Karl Jaspers
La question qui se pose,c'est de savoir s'il est en général possible de se faire une idée exhaustive de l'homme au moyen de ce qu'on peut savoir de lui;ou bien,si l'homme est,au delà de ce savoir, quelque chose de plus:une liberté qui échappe à toute connaissance objective,mais qui lui reste pourtant présent comme une réalité indestructible
Commenter  J’apprécie          250
Karl Jaspers
BigDream   25 novembre 2017
Karl Jaspers
Il y a plus intelligent que d'explorer l'inconnu; par exemple, douter du connu.
Commenter  J’apprécie          261
Karl Jaspers
art-bsurde   10 octobre 2013
Karl Jaspers
L'homme ne prend conscience de son être que dans les situations limites.
Commenter  J’apprécie          230
art-bsurde   16 septembre 2013
La culpabilité allemande de Karl Jaspers
Par contre, il est dénué de sens d'inculper d'un crime un peuple tout entier. Un criminel, c'est toujours un individu.

Il est aussi dénué de sens d'accuser moralement un peuple tout entier. Il n'existe pas de caractère d'un peuple, tel que chacun de ses ressortissants le possède individuellement. Certes, il y a, au sein d'un peuple, des éléments communs, tels que la langue, les coutumes et les habitudes, la provenance. Mais, en même temps, il peut s'y trouver des différences si profondes que les hommes qui parlent cette langue commune restent aussi étrangers les uns pour les autres que s'ils n'appartenaient pas du tout au même peuple.

Moralement, c'est seulement l'individu qui peut être jugé, jamais une collectivité. Il est très fréquent qu'on considère, qu'on caractérise et qu'on juge les hommes à l'aide de désignations collectives. De telles déterminations - par exemple Allemands, Russes, Anglais - ne correspondent jamais à des concepts génériques dans lequel on pourrait inclure les êtres humains individuels, mais seulement à des représentations typiques qui leur conviennent plus ou moins.

(P53-54)





La défense peut recourir à la contre-attaque : elle rappellerait des actes par lesquels les autres contribuèrent à la naissance du fléau ; elle signalerait chez les autres des actes semblables à ceux qui sont avec raison considérés comme des crimes de la part du vaincu ; elle soulignerait l'interdépendance générale des événements dans le monde, signe d'une culpabilité commune.

(P58)





De même un Allemand se sent mis en cause par tout ce que produit la réalité allemande. Il ne s'agit pas ici de la responsabilité découlant de l'appartenance nationale. Je me trouve mis en cause parce que je suis un homme appartenant à la vie spirituelle et morale allemande, parce que j'ai la même langue, la même provenance, le même destin que les autres.

Là-dessus se fonde non une culpabilité bien déterminée, mais quelque chose qui ressemble à une culpabilité partagée.

En outre, nous ne nous sentons pas seulement mis en cause par ce qui se fait aujourd'hui, nous ne partageons pas seulement la culpabilité de nos contemporains, mais aussi celle qui découle de la continuité de la tradition. Nous devons assumer la culpabilité de nos pères. Les conditions de vie spirituelles en Allemagne étaient telles qu'elles ont permis l'avènement d'un régime pareil ; de cela, tous ensemble, nous sommes coupables. Ce qui n’entraîne nullement l'obligation d'admettre que "le monde de la pensée allemande", - "la pensée allemande du passé" soient en bloc à l'origine des forfaits du national-socialisme. Mais cela signifie que dans la tradition qui est celle de notre peuple se cache quelque chose de puissant, de menaçant, qui tend à détruire notre vie morale.

Nous n'avons pas seulement conscience de nous-mêmes comme individus, mais comme Allemands. Chacun de nous, si il est vraiment lui même, est en même temps le peuple allemand, qui n'a pas connu un instant dans sa vie où, s'opposant avec désespoir à son peuple, il s'est dit : c'est moi qui suis l'Allemagne, - ou bien dans l'allégresse de son accord avec lui : moi aussi je suis l'Allemagne ! La réalité allemande n'a pas d'autre visage que ces visages individuels. C'est pourquoi la refonte radicale, la renaissance, l'élimination de tout ce qui subsiste de pernicieux, tout cela qui s'impose aujourd'hui, est la tâche du peuple ; une tâche à accomplir par chaque individu.

(P88-89)





Il est impossible d'en venir à des actions d'une certaine ampleur sans s'organiser et sans avoir de chefs. Exiger que la population d'un pays se rebelle même contre un état qui pratique la terreur, c'est demander l'impossible. Une telle révolte ne peut se produire que çà et là, sans cohésion réelle ; elle reste toujours anonyme, et ignorée par la suite, elle s'enfonce silencieusement dans la mort. Il n'y a que quelques exceptions que certaines circonstances particulières ont fait connaitre, mais même alors seulement par transmission orale et dans une mesure restreinte (Comme l’héroïsme des frère et sœur Scholl, ces étudiants allemands, et du professeur Huber, à Munich).

Il est étonnant qu'on puisse alors porter une accusation. Franz Werfel, qui a publié peu après l'effondrement de l'Allemagne d'Hitler un article chargé d'une accusation impitoyable contre le peuple allemand tout entier, y écrivait que seul Niemoller avait résisté ; et dans le même article il parle des centaines de milliers qui furent tués dans les camps de concentration - mais pourquoi donc ? Évidemment parce qu'ils avaient résisté, ne fut-ce, pour la plupart d'entre eux, que par leurs paroles. Ils sont les martyrs anonymes qui, par leur disparition sans efficacité, ne font que rendre plus évident que c'était impossible. Jusqu'en 1939, on le sait bien, les camps de concentration ont été une chose purement intérieure pour l'Allemagne, et même plus tard ils furent pour une bonne part remplis d'Allemands. Le nombre des emprisonnements politiques, en 1944, dépassa chaque mois 4000. Qu'il y ait eu des camps de concentration jusqu'à la fin suffit à prouver l'opposition dans le pays.

(P91)





C'est en Allemagne que se produisit l'explosion de ce qui était déjà en train de se développer dans le monde occidental, sous la forme d'une crise de l'esprit, de la foi.

Cela ne diminue pas notre culpabilité. Car c'est ici, en Allemagne, et non ailleurs, que l'explosion s'est produite. Mais cela nous délivre de l'isolement absolu. C'est un enseignement pour les autres. Cela regarde chacun.

(P96)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Laura94   09 janvier 2015
Introduction à la philosophie de Karl Jaspers
L'homme en tant que réalité empirique dans le monde est un objet que l'on peut connaitre. Ainsi, par exemple, les théories raciales établissent des différences spécifiques; la psychanalyse étudie son subconscient en activité; le marxisme voit en lui un être vivant dont le travail producteur conquiert la maîtrise sur la nature et sur la réalité sociale, ces deux processus pouvant aller jusqu'à la perfection. Or toutes ces voies que la connaissance emprunte permettent de saisir quelque chose de l'homme -quelque chose de réel-, mais jamais l'homme en son entier.
Commenter  J’apprécie          130
peloignon   06 novembre 2012
Nietzsche et le Christianisme, suivi de "Raison et Existence" de Karl Jaspers
Personne ne sait où doivent aller l'homme et sa pensée. Puisque l'être-là, l'homme et son monde, ne sont pas à leur fin, il ne peut pas plus y avoir une philosophie achevée qu'une anticipation du tout. ... La philosophie comme pensée est constamment en même temps la conscience de soi s'achevant pour cet instant, et cette conscience sait qu'elle n'aurait aucune consistance dans une expression d'elle-même qui serait définitive.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un mot ... un philosophe

philosopher, c'est apprendre à mourir

Montaigne
Rousseau

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , philosophe , philosophie antique , philosophie allemandeCréer un quiz sur cet auteur