AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.21 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Hameln , le 15/09/1727
Mort(e) le : 26/06/1793
Biographie :

Écrivain allemand né à Hameln, le 15 septembre 1727, Karl Philipp Moritz est mort à Berlin le 26 juin 1793. Le milieu modeste où il est né, son enfance pauvre d'apprenti errant sur les routes d'Allemagne l'ont définitivement marqué. Il fréquente tant bien que mal diverses « écoles de latin », voit dans le théâtre le moyen d'une ascension sociale et d'une libération psychologique. Nommé en 1789 professeur d'archéologie à l'Académie des arts de Berlin sur la recommandation de Goethe, il laisse une œuvre théorique immense sur les beaux-arts, la prosodie, de nombreux récits de voyage.

Source : http://www.universalis.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Karl Philipp Moritz   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Partemps   01 octobre 2020
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
Sur...

24 juillet 1782.



Donc, même avec un corps malade, je trouve toujours le bonheur ici, que j'ai cherché en vain dans le vaste monde. - La récolte commence maintenant, et je peux être un spectateur des joyeuses fêtes des paysans. - Je peux me tenir si près d'aimer la nature; elle est ma mère, ma petite amie.



Son haleine bienfaisante déverse du baume sur mon âme blessée. - Mon fantasme malade redevient de plus en plus pur et plus brillant, car il recueille partout de charmantes images bienveillantes et les arrange harmonieusement; chaque feuille de l'arbre que je regarde avec plaisir me procure de douces sensations.



Je peux à nouveau attendre avec impatience le bouleau suspendu et la grande épicéa, qui, quelle que soit la différence de nature, tissent leurs branches socialement d'en haut.



La vue du troupeau laineux à l'ombre d'un arbre, stocké dans l'herbe verte, a quelque chose de rafraîchissant pour mes yeux et mon cœur, qui en même temps élève l'âme inaperçue et la rend plus réceptive à toute impression de nature - la douce laine blanche - le vert tendre - les feuilles ovales arrondies - l'ombre délicatement enroulée - s'unissent pour peindre une image dans l'âme, où chaque nerf vibre harmonieusement, et de cette manière notre vision de l'univers, même en un seul de ses points, pour ainsi dire du côté droit, à partir duquel la plus haute compréhension elle-même voit à travers avec plaisir, où toute disharmonie apparente se dissout en harmonie - de sorte que cette vue élève aussi l'âme et la rend capablePour mesurer les salutations et la beauté de cet univers incompréhensible selon une norme rajeunie - un aperçu du sanctuaire le plus profond de la nature lui est ouvert - elle n'est pas étonnée du vert réellement doux, de la laine blanche, des feuilles ovales et des ombres délicatement enroulées mais plutôt des grandes et admirables proportions qu'elle calcule en ce moment, sans même le savoir.



Quand j'avais profité de ce spectacle pendant une demi-heure hier, mon âme sombre s'est amusée à nouveau - mon regard s'est éclairci - ma poitrine respirait plus facilement - donc je veux me réfugier dans ce spectacle plus souvent, je ne suis autorisé qu'à quelques-uns de mon appartement Prenez des mesures en conséquence. -



Ne suis-je pas rentré chez moi réconforté et avec des pensées déchirantes - oh, qui as-tu, aimant la nature, jamais laissé non résolu par toi qui cherchais à te consoler?



Et quel était mon chagrin? - elle n'était pas fondée sur ce mécontentement de mon fantasme, que la vue inébranlable de la nature autour de moi guérissait. - Quoi d'autre que mon œil avait saisi le mauvais point de vue à partir duquel je regardais ce beau monde, dans lequel je commençais maintenant à voir la confusion et le désordre, le malheur et la misère partout où je regardais et à punir où j'allais n'a pas regardé?



Mon âme n'est-elle pas à nouveau renforcée? ne pas remettre mon pouvoir de pensée en action? Et le remède est si proche de moi - je ne peux choisir que l'herbe qui pousse à mes pieds pour soulager ma douleur.



Je me tiens là et regarde les paysans qui travaillent dur - partout où je regarde, je vois la vie et le mouvement - l'accomplissement des multiples fins de la nature - dans le même rythme les bras des moissonneurs se soulèvent avec les faux, et les oreilles pleines coulent - la sueur ruisselle du front de l'ouvrier, mais il se réjouit de sa santé et de sa force - et du remplacement de ses forces exercées par la nourriture préparée et le doux sommeil. -



Avec chaque coup répété de la faux vient le rythme et l'ordre dans sa vie, et dans toutes ses pensées - il accomplit le but de son existence à chaque instant, en ce que, par l'activité de son corps, il a habitué son esprit inaperçu à commander l'endurance dans la pensée, ce qu'il, si il sera un jour sans corps, et cependant à restaurer, tout en aidant à promouvoir les grandes extrémités de la nature pour l'entretien et la nourriture du corps, dans lequel et à travers lequel plusieurs esprits doivent se former pour une forme d'existence supérieure.



Une ignorance bienveillante enveloppe votre regard, vous les ouvriers à la sueur de votre front - autour de vous se trouve le grand monde infini, mais vous êtes attaché à l'endroit sur terre où vous recevez votre vie - ici vous vivez un moment dans vos huttes étroites et basses - vous forcez aussi votre nourriture du sol dans lequel vous habitez - et ensuite vous vous couchez pour dormir sur une petite parcelle du sol de votre père, et vous ramassez votre poussière sur la poussière de vos ancêtres. -



Cela n'a jamais eu de sens pour vous ce que vous serez un jour, qui dormez là - vos enfants qui marchent maintenant sur votre poussière vont s'endormir comme vous - mais un jour la grande moisson doit apparaître - ce ne peut pas être une illusion, ce ne peut pas être une tromperie. - La grande nature, qui n'a créé aucun tube, aucune fibre sans but ni intention - ici si soudainement cesser d'agir selon le but et l'intention - devrait-elle semer et semer et semer pour toujours - sans jamais recuire? - Cette vie terrestre, dont tant de gens ne jouissent que de quelques heures, devrait-elle être leur but ultime?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
Présent et passé.

Si je veux voir une ville et me retrouver au fond de la terre, alors je dois traverser une rue après l'autre et attendre que, petit à petit, avec l'aide de ma mémoire, l'idée de la ville entière me soit présentée.



Mais quand je me tiens sur une tour à partir de laquelle j'ai un aperçu de toute la ville, je vois maintenant tout à la fois et côte à côte ce que j'avais à voir les uns devant les autres.



Nous disons qu'une rue suit l'autre; et cette expression est elle-même la preuve de notre illusion, en ce que nous confondons la conséquence de nos idées de rues avec les rues elles-mêmes.



Donc, ce que nous appelons la séquence des choses n'est peut-être que la séquence de nos conceptions de ces choses. Mais sûrement la conséquence dans ces représentations elles-mêmes doit-elle vraiment être? - -



Peut-être seulement pour un esprit restreint qui les a les unes après les autres, mais probablement pas pour un être supérieur qui voit déjà toutes ces idées côte à côte.



Notre condition future à chaque instant de notre vie serait vraiment déjà là, et notre conception, qui l'embrasse et lui est tout à fait indispensable, devrait aussi y être déjà, mais ce n'est pas, par conséquent cette affirmation semble être une contradiction. .



Si nous voulions dire que l'idée de notre condition future est déjà là dans l'entendement divin; ce n'est donc pas notre idée car nous ne l'avons pas encore eue.



Dans la mesure où les représentations de notre condition future sont nos représentations, il y a toujours une séquence en elles, sinon notre propre existence permanente n'aurait qu'à être apparente.



Et comment penser le mouvement sans contradiction, comme quelque chose d'existant les uns à côté des autres et ne se suivant pas? Comment l'homme qui est toujours là maintenant peut-il être à un mille en ce moment? Comment la compréhension la plus complète peut-elle placer ma position ici et ma position côte à côte?



Là où je me trouvais, je ne suis plus là, et où je serai dans le futur, je n'y suis pas encore. Une nouvelle contradiction, ou si vous voulez, la même contradiction.



À quoi peut-on répondre ici? - Quand je fais tourner une roue de feu ou que je fais tourner une étincelle rapidement, il me semble être là où elle n'est pas encore, et semble toujours être là où elle n'est plus, au lieu d'un point mon œil remarque un cercle qui semble être immobile, car le mouvement est très rapide.



Cela semble évidemment être une illusion de notre visage, une idée imparfaite.



Comment si c'était l'inverse, si notre souvenir, ou l'image qui restait de l'étincelle, était peut-être venu au secours de la vision restreinte de nos yeux, si bien qu'il fallait dire: je vois maintenant vraiment l'étincelle là où elle n'est pas encore vue semble être?



Et si, ici, pendant quelques instants, nous avions vraiment imaginé ce qui semblait se suivre les uns à côté des autres, et, pour ainsi dire, embrassait jadis le présent, le passé et l'avenir en un coup d'œil? -



Après cette remarque, tout ce que nous considérons comme un point mobile doit, dans l'entendement divin, être représenté comme un cercle.



Lorsqu'une roue tourne rapidement, chaque point rugueux exceptionnel forme un cercle, et l'ensemble obtient ainsi une apparence agréable, uniforme et bien ordonnée.



Un homme se tient sous un arbre, il s'éloigne; mais dans mon âme, l'image de l'homme qui se tenait sous l'arbre demeure.



L'étincelle dans la roue de feu continue, mais là où elle n'est plus elle-même, son image remplace sa place dans mon âme.



Si je voulais vraiment imaginer l'homme sous l'arbre et dans sa maison en même temps, l'arbre et sa maison devraient ne faire qu'un.



L'image de se tenir sous l'arbre, cependant, est toujours dans l'âme même si l'homme est déjà de retour dans sa maison.



Se tenir sous l'arbre était tout aussi réel avant qu'il ne l'est maintenant à la maison; mais je ne peux pas penser aux deux comme réels en même temps et en même temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   01 octobre 2020
Ein philosophischer Briefroman de Karl Philipp Moritz
An...

den 1sten Juni 1782.



Wie lieblich scheint die Sonne am Abend in mein kleines Fenster. – Dort auf der Wiese weiden noch die Heerden – die einzelnen Eichen werfen ihren langen Schatten jenen Berg hinunter. –



Was schimmert dort so weit in der Ferne am Horizonte? – es sind die schmalen Purpurstreifen des Abendrothes – wer wohnt unter jenem fernen Himmelsstriche? Was für Gedanken, was für Wünsche steigen dort empor? –



Menschen sind hin und her zerstreut auf dem ganzen Erdenkreis – wer faßt alle ihre Wünsche, alle ihre Hoffnungen in eins zusammen? wer birgt sie in seinem Busen, um sie alle alle dereinst zur Vollendung zu bringen, daß keiner vergessen wird? –



O dann werd' auch nicht vergessen werden, sen ich auch so einzeln unter den Menschen, und so verlohren als ich wolle. –



Die Heerden kehren heim, und eilen zu ihrer Lagerstatt – sie schweiften den ganzen Tag umher, und keines hat sich verlohren, jedes findet am Abend seine gewohnte Herberge wieder.



Der arme Hirt aus unserm Dorfe, der hinter dieser Heerde hergeht, legt sich am Abend nieder, um Morgen sein Tagewerk von vorne wieder anzufangen. – Er glaubt, er werde nur seine Heerde – aber er weiß nicht, daß sich unbemerkt der Keim zur Vervollkommnung und Veredlung seines Wesens in ihm bildet – daß jedes Grashälmchen, welches er, ohne Absicht sein Auge an den Boden heftend, betrachtet, seine Kraft zu vergleichen und zu unterscheiden erhöht, daß er mit jedem Blick, womit er Wiese und Berg und Thal umfaßt, und dann wieder sein Auge auf ein kleines goldnes Würmchen fallen läßt, daß unter Kräutern und Blumen lebt, das Ganze mit Rücksicht auf das Einzelne und das Einzelne mit Rücksicht auf das Ganze betrachten lernt.



Du armer Hirt wirst also in der Reihe denkender Wesen nicht vernachlässiget, nicht vergessen – Dein Rang ist dennoch in der Geisterwelt, ob du gleich den ganzen Tag über nur deine Kühe weidest.



Ist denn also keiner ausgeschlossen? – welch eine unendliche Reihe denkender Wiesen steigt vor meinem Blick empor!



Wo seid ihr alle, ihre Millionen, deren Staub sich schon wieder mit anderm Staube gemischt hat?



Habt ihr euch nicht verlohren in einander? – seyd ihr noch in derselben Zahl da, wie ihr wäret, da eure Körper abgesondert von einander, und jeder in sich gedrängt, so viele verschiedene Wesen ausmachten, als verschiedne Gesichtszüge, verschiedne Nahmen waren.



Die Gesichtszüge, die Nahmen sind verschwunden – was unterscheidet euch vom Körper ganz entblößte Wesen noch von einander?



Ist es die unendliche Mannichfaltigkelt der Erinnerungen aus eurem Erdenleben? – Aber was bleibt euch denn nun, um diesen Unterschied durch die Dauer eures Wesens fortzupflanzen? Sind die Eindrücke, die ihr nun erhaltet, denn noch so unendlich mannichfaltig verschieden? – oder treffen die Erinnerungen mehrerer aus diesem Erdenleben zusammen und machen vielleicht mehrere zusammen ein Ganzes aus. –



Wie oft wünschen nicht Seelen hienieden schon in einander zuschmelzen, mit allen ihren Gedanken, allen ihre Erinnerungen, die sie von Kindheit auf hatten, eins zu werden.



Und ich sollte das Ueberströmen meines Wesens in ein andres scheuen? – und doch scheu ich es? – Doch ist alles auf einmal so todt, so abgeschnitten, so zerrissen – wenn ich mein Wesen auch mit einem Wesen höherer Art vertauschen sollte. –



Dem schaudervollen Uebergange zu einem andern Seyn muß erst das Werden seinen Weg bahnen; durch den Mittelbegriff des allmäligen Entstehens kann unser Geist nur in die Zukunft blicken, und die Sprache selbst muß zu diesem Begriff ihre Zuflucht nehmen, wenn sie die Zukunft bezeichnen will. – Die Sonne ist untergesunken die Abendglocke tönt im Dorfe – das Tagewerk der Arbeiter ist vorbei – die Natur hat wiederum einen großen Akt vollendet, und läßt nun den Vorhang fallen. –
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIED   15 avril 2013
Anton Reiser de Karl Philipp Moritz
C’est ici que je veux m’arrêter…, dit mon cher Andreas Hartknopf, au moment où, soudainement interrompu dans son voyage par un large fossé, il ne voyait pas le moindre passage qui pût le mener de l’autre côté. Et pourtant, la nuit était déjà presque tombée, un vent aigre soufflait du nord et une pluie fine, qui l’avait transpercé jusqu’aux os, lui fouettait le visage… À l’heure qu’il est, il l’a fini son voyage, ce bon Hartknopf…, mais il me semble le voir, debout, son long bâton noueux à la main, un peigne de laiton planté dans son épaisse chevelure brune, sa redingote aux pans rigides boutonnée depuis le haut jusqu’en bas.

C’était un excellent homme, quoiqu’il soutînt qu’il y avait quatre personnes en Dieu*, et crût que l’Univers avait été créé avec du sel alcalin. Puisse ce témoignage public, que rend à son caractère et à son cœur quelqu’un d’impartial à coup sûr, le défendre des accusations par lesquelles la méchanceté et la calomnie se sont plu à flétrir sa réputation.

Ô Andreas Hartknopf, mon bon ami, tu n’aurais jamais pensé, sans doute, que tes meilleurs amis, ceux qui, comme toi, croyaient à la quaternité et à la Création du monde avec du sel alcalin, et qui, ainsi que tu te l’imaginais, t’étaient dévoués corps et âme, que ces mêmes amis, après ta mort, souilleraient si ignominieusement ta mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
À propos de la connexion, de la procréation et de l'organisation.

Soyez bénie, petite hutte, je vous consacre par la présence d'un esprit humain, qui habite en vous et forme encore un esprit hors de lui-même, dans un sanctuaire, tout comme ce corps que je porte est sanctifié par l'esprit qui habite.



Une hutte habite l'autre; les deux tomberont en poussière. Mon corps encore plus tôt que ta maison en colle. Mais je ne m'en plaint pas.



Le composite ne peut pas toujours durer, et plus sa structure est délicate, plus elle est destructible.



Ce n'est que la contrainte qui maintient les parties du corps ensemble; leur nature réelle et éternelle, dissoute à part, n'est plus subordonnée à un tout, mais égale les unes aux autres, de même que les parties de la poussière sont égales les unes aux autres.



C'est pourquoi il y a si peu de matière composée, organisée, et de matière séparée, dissoute, non organisée, si étonnamment en comparaison.



La composition est en quelque sorte une contrainte, une subjugation des parties qui s'efforcent de retrouver leur liberté naturelle, tout comme les personnes forcées à un état ne peuvent jamais supprimer complètement ce sentiment naturel de liberté.



Le composite ne peut jamais être pensé sans querelle, guerre, lutte les uns pour les autres, le calme est dans la dissolution, dans l'égalisation, dans la séparation des parties.



Mais s'il doit y avoir de la vie, de l'organisation et du mouvement, alors il ne peut en être autrement que par cette contrainte des parties qui se ressaisissent d'être maintenues dans un tout. Et c'est le degré le plus fort de la connexion entre deux êtres vivants qui produit toujours une nouvelle connexion de parties qui autrement seraient restées éternellement séparées l'une de l'autre, mais qui, du fait de la propagation de la connexion, acquièrent une tendance à devenir inhabituelle jusque-là. Corps à former.



Afin de produire une nouvelle connexion de pièces, le degré de connexion le plus fort entre deux corps séparés l'un de l'autre est nécessaire.



Voici deux êtres, dont chacun constitue un tout pour lui-même par la connexion de ses parties constitutives, et qui maintenant, comme deux ensembles s'écoulant l'un dans l'autre, reçoivent une nouvelle connexion, qui comprend maintenant la connexion de toutes les parties constitutives internes de chacun.



On pourrait dire: c'est la connexion auto-multipliée de toutes les parties d'un corps organisé. Ce degré de connexion le plus élevé est maintenant aussi la vie la plus élevée, par laquelle une nouvelle vie survient là où elle n'était pas auparavant. Et si chaque connexion en elle-même donne déjà du plaisir, alors ce degré le plus élevé de la même chose doit également devenir le degré le plus élevé de plaisir, qui s'appelle la luxure.



La merveilleuse origine de la vie là où il n'y avait pas de vie auparavant, et cette transition du non-être à l'être, est le mystérieux rideau sombre de la nature, qu'aucun regard mortel ne pénètre.



En quoi ce qui se multiplie avec soi est-il différent de la multiplication avec soi - et comment peut-il, séparé de cela, être un nouvel être existant pour soi?



Le chiffre quatre est-il un nouveau numéro ou avons-nous simplement donné deux noms différents à deux fois? Le numéro quatre est l'empreinte, le résultat de l'auto-duplication de deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
Je me suis alors engagé dans une conversation d'une heure avec le garçon sur certains des objets de pensée les plus sublimes - et à la fin je ne savais plus si je rêvais ou je me réveillais - tous mes anciens doutes égoïstes ont soudainement changé, et j'ai commencé sérieusement. craindre que ce garçon berger ne soit pas un vrai berger, mais une simple créature, mon imagination et ses discours pourraient être le simple écho de mes propres pensées.



J'ai donc ressenti en moi une inclination irrésistible à développer la possibilité de ce phénomène afin de ne plus pouvoir douter davantage de sa réalité - et j'ai enquêté aussi profondément que possible sur la manière dont le berger aimerait devenir ce qu'il était et comment il a aidé. ce qu'il était devenu, pouvait-il rester ce qu'il était? - Comment, avec tout ce raffinement de pensée et de sentiment, cette profonde résignation avait-elle marqué son âme et, pour ainsi dire, enracinée en lui, qui le rendait si heureux dans sa position de berger, sans être connu et remarqué? - Mais il m'était impossible d'aller au fond - Peut-être parce que je ne comprenais pas l'art de poser, et il ne répondait à une question que lorsque cela lui paraissait assez important, son reflet, qui concernait peut-être des objets complètement différents pour recueillir une réponse - sa réponse pouvait donc généralement être la pierre de touche de ma question, que j'aie réussi à la disposer convenablement ou non. -



L'économie de mots semblait être l'un des fruits les plus parfaits de la splendide pédagogie de son père - ne jamais mettre en mouvement les outils organiques pour produire un son articulé, jusqu'à ce que l'abondance appropriée de la pensée ait été recueillie, que l'âme du son articulé donné, qui tombait maintenant de l'arbre comme le fruit mûr - et n'a jamais été cueilli par la force ou la force avant son temps -



De cette façon, cet organe glorieux est resté, toujours sacré, pur et non déclaré, et assez fort pour résumer la plénitude des pensées fluides dans les sons les plus choisis et les plus emphatiques - de même que son expression et son mouvement, pas un instant, simplement pour lui-même. , et la légèreté - mais le résultat de la plénitude intérieure; c'étaient la mesure, versée au plus haut bord, qui déborde du moindre courant d'air - en rentrant de la montagne, il me semblait que j'avais volé avec l'un des Immortels - car j'avais le chef-d'œuvre de la plus sublime pédagogie, le sérieux et la profondeur d'un homme entouré des fleurs de la jeunesse. -



Le reste d'entre nous ne parvient généralement à la pleine jouissance des pouvoirs de notre âme que lorsque la première fleur de la vie s'est déjà fanée.



On ne peut se faire une idée de ce que la belle nature environnante doit faire pour une impression paradisiaque sur les sens juvéniles, lorsqu'ils sont unis à une certaine force du pouvoir de la pensée. -



Les jeunes se contemplent dans leur réalité - la pensée naissante remarque sa propre origine - l'aube de la compréhension se réjouit de son devenir. -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
À...

27 juillet. Dans la soirée.



Cher * * * Je me souviens de vous par ma lampe solitaire - si vous lisez ceci un jour, souvenez-vous de notre mot de passe - le passé n'est pas passé. Votre chien s'allonge-t-il devant votre hutte et veille-t-il? Avez-vous poussé le loquet à l'intérieur - le vent siffle toujours à travers les fissures de vos volets - êtes-vous assis en toute sécurité près de votre lampe avec votre fille brillante comme moi? - La toile de la grosse araignée dans le coin près de la fenêtre n'est-elle toujours pas détruite - Avez-vous à nouveau accordé votre vieux piano avec la table d'harmonie cassée? et tu construis encore ton orgue? -



Ce matin, pour la première fois, j'ai fait ma dévotion matinale sur la Montagne du Soleil, que vous connaissez d'après ma lettre d'hier. -



Le berger s'était allongé au même endroit où je l'ai rencontré hier. -



Mais quel berger!



Je me suis tenu derrière un buisson et j'ai écouté et je l'ai entendu dire:



alme sol - aliusque et idem nasceris.



Après une pause, il commença: Salut la Sainte Lumière -



Je savais à peine si je devais en croire mes oreilles - emporté par l'admiration et l'étonnement, je pouvais à peine rester derrière les buissons jusqu'à ce que le garçon ait terminé son service du matin, pour lequel j'ai pris ces explosions. -



Quand il était maintenant immobile et que [* faute de frappe corrigée] était toujours assis là, les mains jointes, je me suis dépêché et me suis assis à côté de lui - il ne semblait pas dérangé dans sa contemplation, fixait ses yeux fermement sur le lever du soleil, tandis que son troupeau brouté dans l'herbe végétalisée -



J'ai suivi son exemple; car je ne connaissais pas de sujet de contemplation plus noble et plus beau que celui qu'il avait choisi, l'aube du jeune jour -



La précipitation de la nuit; une moitié du ciel est encore dans l'obscurité la nuit, tandis que l'autre a longtemps brillé avec la clarté du jour; les sommets dorés des collines proches et lointaines; les petites maisons de vigneron sur les vignes, avec leurs toits rouge vif et leurs murs blancs scintillants dans le vert épais, au fond de la rivière sinueuse, et juste à côté de moi un visage humain joyeux et jeune, dans les traits duquel vivait une sérénité tranquille, en faisant un pur Soul révélée, qui en ce moment jouissait de la plénitude de son existence actuelle - et je n'aurais pas dû profiter de cette plénitude vivante aussi, n'aurais-je pas dû prendre ces moments glorieux pour le but de la vie? Aucune question curieuse n'échappa à mes lèvres jusqu'à ce que cette abondance d'existence diminue progressivement et se refroidisse, Des moments de vie plus nécessiteux ont pris leur place, ce qui aiguisé à nouveau l'aiguillon de l'expansion des pensées. -



«Est-ce que ton père t'a appris à lire les livres» t'a-t-il laissé? - «



Certains d'entre eux -



«Avez-vous lu la Bible?



Oui - l'histoire de la création.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
Chaque réponse qu'il m'a donnée m'a rendu plus attentif - il se souvient dès sa plus tendre enfance qu'il avait vécu dans une ville avec son père - et puis c'était comme un rêve, comme s'il l'était un jour aurait fait un long voyage sur de nombreuses hautes montagnes. -



Dès que je suis rentré à la maison, je me suis renseigné dans le village sur le défunt père du berger et j'ai découvert qu'il y a douze ans, il avait acheté un petit domaine et vivait depuis comme un paysan ordinaire - il était aimant et amical avec tout le monde avait été - mais n'a jamais dit grand chose - il a emmené son fils avec lui quand il était un garçon de deux ou trois ans, et l'a élevé tout seul - jusqu'à présent il l'avait laissé s'occuper des moutons - avec le berger il l'avait presque encore Avait le plus de compagnie, et maintenant le garçon est avec lui. - Sa propriété a été vendue, et l'argent a été mis de côté pour le garçon - Il s'est appelé Sonnenberg, mais personne ne sait d'où il vient.



Tout cela, avec ce que m'avait dit le berger, m'inspira un désir ardent d'en savoir plus sur le sort de cet homme étrange - je me précipitai vers le berger, avec qui il était censé avoir eu le plus de relations, et avec qui maintenant son fils restait - mais je ne trouvais rien de spécial à ce berger - il me paraissait être un honnête fermier, dont le savoir ne s'étendait pas beaucoup plus loin que son élevage de moutons.



Au début, il ne voulait rien savoir de plus sur le défunt, mais comme je l'avais rendu un peu plus confiant, il m'a conduit dans une petite pièce où se trouvait la petite collection de livres du vieux Sonnenberg dans un placard fermé à clé - c'était Homer, Ossian et Milton. proprement lié; une petite édition de poche magnifiquement imprimée de Horatz; Les idylles de Geßner et Emil de Roußau. -



Derrière les livres, il y avait un certain nombre de feuilles de papier dans le même format que celui que le berger avait sorti de sa poche. -



Et dans un coin se tenait une boîte en fer verrouillée, dans laquelle son fils ne devait pas recevoir la clé du berger jusqu'à ce qu'il soit majeur, et s'il mourait, la boîte devrait être enterrée avec lui.



Le berger me parut être un homme d'une justice et d'une loyauté inébranlables, à qui une telle chose pouvait être confiée avec une grande certitude. -



Les feuilles de papier reliées étaient destinées à ce que son fils les porte une à une dans sa poche pendant un certain temps, et à le lire pour lui-même aussi souvent qu'il le pouvait jusqu'à ce qu'il en ait le sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   01 octobre 2020
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
Sur...

1er juin 1782.



Comme le soleil brille dans ma petite fenêtre le soir. - Là, dans la prairie, les troupeaux paissent encore - les chênes individuels projettent leurs longues ombres sur cette montagne. -



Qu'y a-t-il si loin au loin à l'horizon? - ce sont les étroites bandes violettes du rouge du soir - qui vit sous ce ciel lointain? Quelles pensées, quels souhaits y surgissent? -



Les gens sont dispersés sur toute la terre - qui résume tous leurs souhaits, tous leurs espoirs en un seul? qui les cache dans son sein pour les amener tous à la perfection un jour pour que personne ne soit oublié? -



Oh, alors je ne serai pas oublié non plus, même si je chante parmi les gens aussi individuellement et aussi perdus que je veux. -



Les troupeaux rentrent chez eux et se précipitent vers leur campement - ils ont erré toute la journée, et aucun d'eux ne s'est perdu, chacun trouve son auberge habituelle le soir.



Le pauvre berger de notre village, qui poursuit ce troupeau, se couche le soir, pour que demain il puisse recommencer sa journée de travail. - Il croit qu'il ne deviendra que son troupeau - mais il ne sait pas que le germe pour le perfectionnement et l'ennoblissement de son être se forme en lui inaperçu - que chaque brin d'herbe qu'il regarde sans fixer intentionnellement son œil au sol, sa force comparer et différencier est amélioré, qu'à chaque regard avec lequel il embrasse la prairie et la montagne et la vallée, puis pose à nouveau son œil sur un petit ver doré qui vit sous les herbes et les fleurs, le tout en ce qui concerne l'individu et apprend à regarder l'individu dans son ensemble.



Ainsi, pauvre berger, vous ne serez pas négligé, pas oublié dans la rangée des êtres pensants - votre rang est toujours dans le monde des esprits, même si vous ne faites que paître vos vaches toute la journée.



Personne n'est donc exclu? - quelle interminable rangée de prairies pensantes s'élève devant mon regard!



Où êtes-vous tous, vos millions, dont la poussière s'est déjà mêlée à d'autres poussières?



Ne vous êtes-vous pas perdus les uns dans les autres? - vous êtes toujours là dans le même nombre que vous le seriez, puisque vos corps séparés les uns des autres, et chacun pressé l'un contre l'autre, constituaient autant d'êtres différents qu'il y avait de traits de visage différents, de noms différents.



Les traits du visage, les noms ont disparu - quelle est la différence entre vous et des êtres complètement nus?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   06 janvier 2021
Fragmente aus dem Tagebuche eines Geistersehers de Karl Philipp Moritz
À ...

Le sage berger est maintenant presque mon compagnon constant, ou plutôt je suis à lui; parce que je le cherche plus qu'il ne me cherche.



Hier soir à la tombée de la nuit, alors que nous revenions du champ, nous avons fait un pèlerinage à l'avance sur la tombe de son père dans le petit cimetière du village.



Au début, il semblait assez insensible. Mais pendant que je fixais mon regard sur le sol et que les larmes montaient dans mes yeux, il regarda là où le soleil s'était couché, et une sérénité céleste brillait de son visage.



Il a dit que son père lui avait interdit de pleurer sur sa tombe.



Nous sommes allés a la maison; il au vieux berger, avec qui il vit, par la porte basse, dans sa chambre; et moi dans ma chambre au deuxième étage, avec une fenêtre fermée après la soirée.



Ici, je me suis tenu à la fenêtre pendant un moment et j'ai regardé la rangée de huttes qui se tiennent côte à côte, avec les passerelles devant les fermes individuelles, puis les petites fenêtres basses dans les murs de colle, et ici et là une lumière qui est solitaire scintillait dans le noir; et là où une telle lumière scintillait, je pensais aux gens qui vivaient là, toujours assis autour de la table et parlant des affaires du jour et de ce qu'ils veulent faire demain; et je me suis dit comment les gens qui vivent ensemble dans une si petite pièce oublient tout le reste autour d'eux, et n'ont plus de sens que pour cette petite pièce dans laquelle ils vivent et le champ qu'ils cultivent, et pour la prochaine ville dans laquelle ils commercialisent leurs produits.



Comme ils portent le fardeau de chaque jour sans jamais penser à toute la vie, à son fardeau oppressant, ils se sentent moins parce que cela leur est imposé non pas tous en même temps mais seulement au quotidien. Comment tous leurs concepts tournent toujours dans la sphère de leurs besoins les plus nécessaires; comment aucune pensée de l'avenir ne la trouble, et aucun doute tenace tourmente son âme. - -



Est-ce que je préfère encore être avec toute l'agitation, tous les soucis et les doutes rongeurs que fait ma réflexion, que je ne le serais avec cette restriction de concepts, par laquelle on passe si inaperçu du jour au lendemain? comment il est poussé d'un travail à un autre, à travers la vie, et avant qu'on le sache, est également libéré des soucis et des troubles quotidiens.



Parce que toute la vie de l'agriculteur se résume à des soucis et des troubles quotidiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Antigone de Jean Anouilh

Quel auteur a repris la pièce en dernier ?

Racine
Jean Anouilh
Jean Giono

10 questions
431 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur