AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Kate McAlistair (63)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


La vallée du lotus rose
  24 décembre 2019
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
La vallée du lotus rose de Kate Mc Alistair, terminé en décembre 2019. Éditions Archipel.



Jezebel Ann-Rose Tyler, jeune fille d'à peine 16 ans, issue d'une vieille famille d'aristocrates britanniques, orpheline, est élevée dans un pensionnat pour jeunes filles et reçoit une éducation bien "moderne" pour l'époque, nous sommes en 1918. Jezebel se voit contrainte par son parrain et tuteur, célèbre archéologue qui en a la charge, de quitter sa chère Angleterre pour les Indes, direction Calcutta, voyage qu'elle fera accompagnée par Olga, duchesse russe extravertie, féministe et libre. Jezebel n'est pas prête pour ce voyage d'autant plus que le but en est de la marier avec un homme qui se révélera corrompu, violent et grossier.



Cette jeune fille, innocente mais pas naïve, fera preuve de courage pour franchir les obstacles qui se présenteront à elle, elle devra faire face à une culture totalement différente de la sienne, un climat difficile à supporter, une atmosphère tendue en ces années-là, où le peuple se révolte contre le colonialisme britannique, où l'on voit l'arrivée de Gandhi, dirigeant politique, important guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays, son combat pour l'indépendance de l'Inde commença en 1915. Le jour même de l'arrivée de Jezebel, un attentat à lieu.



Kate Mc Alistair nous entraîne dans un pays plein de mystères, de misère, de richesses, un pays aux multiples couleurs et odeurs.

Les caractères des personnages sont bien développés, c'est une histoire pleine de rebondissements, un vrai dépaysement.



Qu'adviendra-t-il de Jezebel et des personnages qui gravitent autour d'elle ?



Je vous laisse le découvrir, vous serez surpris-es.



Tous mes remerciements et mes excuses à Mylène et aux éditions Archipel pour l'envoi de ce roman qui est le premier de cette auteure sorti en octobre 2019. Vivement la suite puisqu'il s'agit d'une trilogie. En effet, j'ai été très prise par un futur déménagement, et mes lectures en ont souffert.



Bonnes fêtes de fin d'année à tous et toutes.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11621
La cité du lotus rose
  16 janvier 2020
La cité du lotus rose de Kate McAlistair
Ayant lu "La vallée du lotus rose ", j'ai choisi de lire dans la foulée "La cité du lotus rose ", curieuse de connaître la suite du parcours de Jezebel, jeune aristocrate britannique partie aux Indes rencontrer son tuteur qui a, sans la concerter il va sans dire, décidé de la marier. Je dois reconnaitre que n'étant pas très habituée aux sagas, je craignais de voir s'essouffler le récit, mais il n'en fut rien. L'auteure a su maintenir le rythme, éveiller ma curosité, et face à une telle imagination, je ne peux qu'être admirative. Cependant, je lui reprocherai ce que dans mon billet sur "la vallée du lotus rose " je lui reprochais déjà, à savoir les descriptions récurrentes et beaucoup trop longues pour mon goût. Pour cette seule raison je n'envisage pas de la lire de nouveau, car je trouve que c'est vraiment lassant. De surcroit, à cette multitude de descriptions est venue s'ajouter les ébats de Jan et de Jezebel, évoqués sans grossièreté certes, mais bien plus souvent qu'il ne le fallait pour que le lecteur comprenne que se retrouver dans les bras l'un de l'autre n'était pour eux que bonheur et plaisir. Je voudrais ajouter à ce propos, qu'en ce qui concerne les scènes de sexe, Kate Mc Alistair devrait s'en tenir à cette limite, car il suffirait de très peu pour qu'elle franchisse la ligne rouge, la mienne, en tout cas.

L'auteure s'est sentie tenue de rappeler certains faits, probablement à l'adresse des lecteurs n'ayant pas lu le premier tome, chose que j'ai trouvée non seulement ennuyeuse, mais pas nécessaire, car lorsqu'on lit une saga, il me semble qu'on est censé commencer par le premier tome. Si bien que, au passage, j'ai eu droit pour une deuxième fois ! à la description du bureau de monsieur le baron, et ce, avec force détails :( ... La fin de cet opus m'a un peu déçue, non parceque le lecteur pouvait facilement la prévoir, mais parceque je n'ai pas apprécié cette immersion dans un contexte que j'ai ressenti comme onirique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6614
La vallée du lotus rose
  05 janvier 2020
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
Voilà un roman auquel j'aurais volontiers décerné cinq étoiles, si l'auteure ne s'était pas révélée si férue de descriptions. Certes, des descriptions, il en faut, mais cette profusion de détails m'a troublée plus qu'autre chose, à telle enseigne que je ne parvenais même plus à me figurer les paysages. En dehors de cette abondance de descriptions que j'ai trouvées plus que rébarbatives, et que j'ai d'ailleurs pris le parti de lire en diagonale, c'est avec grand plaisir que j'ai suivi le parcours de Jézébel, jeune aristocrate britannique invitée à rejoindre son tuteur dans ce qui était encore le "Raj Britannique ". Kate Mc Alistair nous ramène à l'aube du vingtième siècle, à cette époque où les femmes se retrouvaient promises sans que qui que ce soit ne les ait au préalable concertées, et entraine le lecteur dans un récit palpitant qui n'accorde aucune place à l'ennui. L'auteure exploite à merveille les lieux et l'époque dans lesquels elle situe cette histoire. Bien qu'elle ne nous apprenne rien de l'Inde sous domination britannique, et là n'était pas le but, j'ai trouvé fort plaisante la diversité de protagonistes, ainsi que cette palette de mentalités et d'us et coutumes qui en ce temps là se cotoyaient au sein de cette Inde multiculturelle. Kate Mc Alistair est de ces auteurs qui maitrisent l'art de rendre un personnage proprement révulsant ou attachant, car elle a les mots justes, une écriture simple, fluide et précise, qui fait naître chez le lecteur toute une multitude de sentiments. Je suis très agréablement surprise par cette romancière que je ne connaissais pas, et c'est de ce pas que je vais lire la suite de cette saga, "La cité de lotus roses", même si ce livre se suffit largement à lui-même.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6410
La vallée du lotus rose
  05 novembre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
A seize ans, Jezebel Tyler, élève dans une école avant-gardiste, est obligée de rejoindre son parrain, en Inde. Ce dernier compte la marier au baron von Rosenheim.





Durant le voyage, elle se lie avec une duchesse russe, Olga Obolenski, une femme moderne, au caractère bien affirmé et à la personnalité fantasque. Elle fait aussi la connaissance de Jan Lukas, un séduisant américain.





A son arrivée aux Indes, un attentat se produit. En effet, le pays est en ébullition. Nous sommes en 1918. Ce sont les débuts de Gandhi, la population se rebelle contre le colonialisme anglais. Jezebel est protégée par un jeune Indien. Elle fait la connaissance de son futur époux. C'est un homme qui la révulse, un tyran très dangereux. Elle découvre que son tuteur, un archéologue, l'a vendue en échange du financement de ses recherches. Or, notre héroïne refuse, de toute son âme, cette union qui lui est imposée.





Je ne vais faire aucun suspense : j'ai eu un méga coup de coeur pour La vallée du Lotus rose. J'ai ressenti les mêmes sensations qu'avec la saga Tatiana de Paullina Simons, les romans de Belinda Alexandra et de Linda Holeman. Je pense que ce sont ces livres qui m'ont fait aimer les grandes sagas romanesques.





La vallée du Lotus rose est un pavé de 676 pages, cependant, je n'ai pas eu un moment d'ennui, il ne m'a jamais paru long. Il est le premier tome d'une trilogie et je suis heureuse de savoir qu'une suite me permettra de voyager, à nouveau, avec Jezebel. Ah ! cette jeune fille innocente, confrontée à des épreuves gigantesques, auxquelles son éducation ne l'a pas préparée, je l'ai aimée. Entourée d'amis chers, telle la duchesse Olga Obolenski, mais aussi d'êtres malfaisants, comme le baron qui n'hésite pas aller jusqu'au meurtre pour arriver à ses fins, elle vit des moments de bonheur mais aussi des événements traumatisants. Inexpérimentée, elle doit faire preuve de courage.





Au côté du jeune Indien qui l'a sauvée à son arrivée à Calcutta, Jezebel nous fait visiter l'Inde et découvrir tous ses aspects et ses richesses. Ce jeune homme tient une place importante dans la vie de la jeune fille. J'ai beaucoup aimé m'imprégner de la culture, entrevoir la facette sociétale et imaginer les paysages exotiques décrits par l'auteure.





Le coeur de notre héroïne est déchiré entre plusieurs amours. J'ai adoré suivre l'évolution de ses sentiments, j'ai ressenti ses tiraillements et ses déchirements.





Sa personnalité est superbement dépeinte, Jezebel partage ses rages, ses doutes, ses passions, ses peurs, ses désespoirs, son exaltation, etc. Fragile et forte à la fois, elle m'a captivée.





La vie n'est pas tendre avec notre jeune aristocrate. Elle vit des épreuves à haut risque, doit se battre pour conserver la vie. Les épreuves et les rebondissements s'enchaînent et tiennent en haleine. J'ai frémi avec elle, j'ai pleuré et j'ai espéré. Peu préparée à ce type de d'adversité, comme la plupart d'entre nous, ses réactions correspondent à l'ampleur des difficultés : elle est perdue, elle est déboussolée, elle ne sait pas comment réagir, elle se bat, elle fait, par moments, les mauvais choix, ce qui la rend très crédible et permet de s'identifier à elle. J'ai été attendrie par sa personnalité et par sa jeunesse. Elle est confrontée à des aventures hors du commun, dans une nature hostile. En qui peut-elle avoir confiance ?





Conclusion





Si vous aimez les grandes histoires dans lesquelles les personnages vivent des passions amoureuses, des amours contrariées, des drames, des aventures dangereuses et doivent se battre pour ne pas perdre la vie, dans un pays en ébullition, sous un climat exotique, cette saga est faite pour vous.





Comme je l'indiquais, au début de ma chronique, j'ai eu un méga coup de coeur pour La Vallée au Lotus rose. C'est un grand roman d'évasion et une magnifique histoire romanesque.





Le livre est à la hauteur de sa splendide couverture.





Je remercie sincèrement Mylène des Editions de l'Archipel pour ce service presse.
Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
La vallée du lotus rose
  17 octobre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
La Vallée du Lotus rose est un formidable roman d'évasion. Il est certes très long à lire avec ses 680 pages mais il nous fait voyager de l'Angleterre jusqu'en Inde sur un paquebot pour accoster à Calcutta et nous rendre dans différentes parties du pays, des beaux quartiers jusqu'aux palais du Maharajah en passant par des terres plus sauvages.

L'histoire de Jezebel, une orpheline de 17 ans riche héritière étant rentrée dès son plus jeune âge dans une pension avant-gardiste, se voit exiger de son tuteur et parrain, administrateur de ses biens, l'ordre de se rendre en Inde afin d'y épouser un homme influent d'origine suisse et allemande, un baron ayant fait fortune grâce au trafic d'opium. Son tuteur, un éminent archéologue, se consacre corps et âme à la découverte d'une cité perdue que finance le baron. Cependant, celui-ci est un homme tyrannique et sans scrupules pour parvenir à ses fins. Par ailleurs, sur le paquebot Jezebel rencontre un très bel aventurier américain qui la plonge dans les affres de la passion, ce qui l'effraie et qu'elle rejette de par son jeune âge et son immaturité. Mais en Inde, elle rencontrera un prince, fils cadet du Maharajah qui lui fera passer des heures extraordinaires.

C'est un roman plein d'exotisme, dans lequel on découvre l'Inde durant les années 1920 lorsque des conflits commencent à émerger d'un peuple qui ne mange pas à sa faim. Car les paysans ne peuvent plus cultiver les terres qui ne leur appartiennent plus et qui servent à cultiver le pavot pour enrichir d'avantage les plus riches que ce soit les colons, les dirigeants ou la royauté de l'Inde pendant qu'eux meurent de faim.

L'autrice a su nous décrire le vrai visage de l'Inde de l'époque avec ses différentes facettes, des anecdotes et des légendes, à la rencontre du merveilleux comme de l’inacceptable. A cette image notre héroïne bien jeune et inexpérimentée face à quoi elle se retrouve confrontée, vit des moments de pure exaltation comme d'affreuses situations traumatisantes.

J'ai beaucoup aimé le personnage secondaire très intéressant de la duchesse royale qui lui tiendra compagnie lors de la traversée avec qui elle restera en contact à Calcutta. Il s'agit d'une jeune femme de 28 ans qui a du fuir la Russie à cause du soulèvement contre le Tsar. Elle possède elle aussi une histoire fascinante et adopte une façon de vivre moderne et fantasque relative aux "années folles".

En bref, La Vallée du Lotus rose est un roman d'aventure et d'évasion par excellence qui nous fait passer par toutes sortes d'émotions avec ses drames, ses amours, ses passions, ses espoirs et ses déceptions, allant de moments de rêve à d'autres de cauchemar dans un pays des plus exotiques à un moment de grande agitation. Des jardins de Darjeling aux mangroves des Sundarbans, il est le premier volume d'une trilogie dont l'héroïne courageuse et attachante doit lutter pour choisir sa propre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
La vallée du lotus rose
  18 mars 2020
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
UN grand voyage un roman d'évasion

malgré un peu trop de descriptions ;

l'auteure nous emmène à toute vitesse

vers la fin de l"histoire et toutes les amours

croisées en chemin ...

vivement les tomes 2 et 3 de la saga !
Commenter  J’apprécie          131
La vallée du lotus rose
  20 février 2020
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
J’ai été prise dans l’histoire immédiatement avec les descriptions détaillées, des héroïnes hautes en couleur. Même si j’ai eu une préférence pour Olga, un esprit tourmentée.

Au début du roman, Jézébel m’énerve un peu avec son côté aristocratique et son attirance pour un jeune homme assez inconstant. Mais, on se prend au jeu, on s’attache aux personnages et on veut connaître la suite. Et je ne pensais pas retrouver de sitôt une saga envoûtante.

Bref, j’ai été conquise par l’histoire. Cela est un beau présage pour la suite.

Commenter  J’apprécie          130
La vallée du lotus rose
  26 octobre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
Jezebel, le personnage principal est une jeune aristocrate de seize ans qui s’apprête à découvrir un Nouveau Monde, l’Inde, après avoir quitté l’Angleterre pour ce pays, afin d’y retrouver son parrain qui souhaite la marier au baron von Rosenheim. Un homme caractériel. Seulement, ce qui l’attend là-bas est loin d’être un conte de fées, à moins de retomber sur cet homme, Jan Lukas, rencontré sur le paquebot, l’Alabator. Entre eux, une alchimie se met en place comme un bonbon sucré tout le long du voyage, malgré leur différence d’âge. Jouant presque au chat et à la souris.



L’histoire m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page malgré l’énorme pavé dans la main. En fait, on ne voit pas le temps passé à cause d’une écriture fluide, addictive, romantique, passionnante, avec en prime une intrigue palpitante dans un décor exotique, des surprises et des rebondissements à chaque chapitre. Les personnages sont attachants (enfin, pour certains), plus d’une fois, j’ai rigolé et là, je pense à notre chère duchesse russe, Olga, tellement burlesque dans ses propos et sa manière de faire. Elle est ce genre de femmes qui serait à l’aise dans notre époque, j’en suis persuadée.



On ne s’ennuie pas, tout se savoure. Les descriptions sont parfois longues, mais tellement bien décrites que cela n’alourdit pas la lecture, bien au contraire. C’est réellement captivant, les dialogues sont excellents. Bref, j’ai adoré ma lecture et j’ai maintenant qu’une seule hâte, c’est de découvrir le tome 2.



Ce roman fait du bien donc, je recommande chaudement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
La vallée du lotus rose
  08 février 2021
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
A 16 ans, Jezebel est sortie de sa pension pour être envoyée en Inde épouser un baron allemand. A bord du bateau, elle fait la connaissance d'Olga Obolenski, une fantasque duchesse russe qui va lui donner de précieux conseils, et de Jan Lukas, un aventurier qui va rapidement la charmer. A son arrivée, elle découvre que son fiancée est un trafiquant d'opium tyrannique et violent. La vie ne s'annonce pas rose pour Jezebel, qui, elle, n'arrive pas à oublier le charmant Jan. Mais l'Inde est pleines de possibilités et le bonheur est toujours possible.



Wahou, Kate McAlistair ne plaisante pas quand elle écrit un livre, 860 pages, joli pavé! Un pavé qui se lit cependant très très facilement et qui donne des envies de voyages. Car l'Inde est définitivement l'atout majeur de cette fresque. le pays est à la fois dangereux et envoûtant, charmeur et cosmopolite. J'ai adoré ce cadre. Côté personnages, si les masculins m'ont accroché dès le début, j'ai eu un peu plus de mal avec Jezebel, le personnage féminin: pleurnicharde (à peu près une fois par page), soupe au lait et girouette, elle est très agaçante. J'avais pourtant apprécié ses débuts, son humour mordant et sa repartie bien sentie, qui s'efface rapidement au profit d'une lèvre tremblotante, de cils mouillés et d'une moue boudeuse qui décoche des gifles à la moindre occasion. La caricature de la princesse en détresse (mais qu'on a pas envie de sauver) dans toute sa splendeur! Elle est remontée dans mon estime dans les 100 dernières pages où elle est plus femme. le tome 2 est déjà dans ma PAL car j'ai malgré tout été envoûtée par l'univers et j'ai hâte de savoir la suite.



Merci à Babélio et aux éditions L'Archipel pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
La cité du lotus rose
  14 novembre 2019
La cité du lotus rose de Kate McAlistair
1921, Jan retrouve Jezebel à Singapour. Elle s’est réfugiée dans une mission religieuse, avec sa fille, afin de fuir le Baron. Les sentiments des deux amoureux n’ont pas faibli et ils se marient. Pour mettre sa famille à l’abri, le jeune marié organise leur départ pour New-York.





Après un tumultueux voyage pendant lequel Jan doit, une fois encore, utiliser la ruse pour échapper à leur ennemi, une nouvelle vie commence. Mais un jour, l’Inde les rappelle…





J’ai beaucoup aimé l’évolution de Jezebel. Elle a gardé son caractère affirmé, ses rivales peuvent en témoigner, mais elle a également gagné de la maturité. Les épreuves l’ont fait grandir. Elle est une amoureuse passionnée, mais elle est mère avant tout. Toutes ses décisions sont prises en fonction du bien-être de son enfant et lorsque sa fille est en danger, elle est prête à tout. Jan, quant à lui, est devenu plus raisonnable. Je pourrais tomber amoureuse de lui, tant il m’a séduite. Malheureusement, je ne suis pas la seule à succomber à son charme…





Hélas, les femmes attirées par son mari ne sont pas le plus gros souci de Jezebel. Le baron est déterminé à faire respecter le contrat de fiançailles pour servir ses propres intérêts. Après avoir fui la Malaisie, la Turquie, le couple se croyait en sécurité en Amérique. Or, leur ennemi est prêt à tout pour découvrir la cité perdue. Cet homme abominable m’a, une fois encore, horrifiée. Par sa faute, Jezebel vit des aventures horribles : le danger vient autant de la nature que des hommes, surtout quand ils sont des proches du baron.





La Cité du Lotus rose est une suite digne de La vallée du Lotus rose. Ce livre comporte 580 pages et pas une n’est de trop. Kate McAlistair ...





La suite sur mon blog
Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
La vallée du lotus rose
  29 octobre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
Dans ce roman (premier tome d'une trilogie d’après le résumé), on suit l'histoire de Jezebel Tyler, 17 ans, héritière d'une grande famille anglaise, qui part rejoindre son parrain en Inde afin d'y épouser un homme qu'il lui a choisi sans lui demander son avis. En cours de route, elle va faire connaissance avec l'exubérante comtesse russe Olga Obolenski et vivre de nombreuses aventures.

Même si l’héroïne m'a parfois un peu agacée, comme elle, on ne peut pas s’empêcher de craquer pour l'arrogant mais terriblement séduisant Jan Lukas et pour le doux et mystérieux Prince Charu et on se met à détester le baron von Rosenheim. Mais surtout je me suis plu à découvrir l'Inde et ses paysages magiques et je me suis imaginée parcourant les splendides demeures décrites dans ce roman.

J'ai passé un agréable moment à suivre l'histoire de Jezebel entre émotions, suspense et dépaysement et je lirai la suite avec grand plaisir.

Merci aux éditions L'Archipel pour cette découverte.
Commenter  J’apprécie          120
La cité du lotus rose
  09 octobre 2019
La cité du lotus rose de Kate McAlistair
La Cité du Lotus rose est une flamboyante suite de La Vallée du Lotus rose de Kate McAlistair. Dans ce second tome, nous retrouvons Jezabel qui a maintenant 20 ans en 1921 et élève seule dans une mission sa fille de un an, fruit de sa liaison passée avec Charu, fils décédé du Maharaja de Mahavir. Jezabel retrouve Jan Lukas pour qui elle éprouve toujours une passion, partagée, mais dont l’attitude désinvolte et orgueilleuse l’horripile toujours autant surtout quant à sa fiabilité et son sérieux maintenant qu’elle est mère. Elle se laissera toutefois convaincre de l’épouser et se réjouira de son choix en connaissant enfin le bonheur. Cependant, rapidement ils vont devoir fuir Singapour pour New-York afin d’échapper une fois de plus au baron Von Rosenheim auquel son tuteur, son parrain aujourd’hui décédé, l’avait déjà fiancé sous contrat.

Cette suite mêle avec brio voyages et aventures car les escales avant d’arriver à New-York mènent à de nouvelles découvertes au sujet du médaillon Sher-Cita suscitant une fois de plus bien des convoitises. Le passé et l’Inde rattraperont à nouveau Jezabel.

La Cité du Lotus rose est un formidable second tome digne du premier de la trilogie du Lotus rose. Les héros forment un très beau couple, sensuel et glamour comme on peut se le représenter au cinéma. De plus, la famille qu’il forme avec la petite Rose-Leela est des plus exotiques puisque son père, Charu, était un prince indien, fils du Maharaja. C’est un vrai roman d’évasion aux multiples couleurs et magnifiques paysages entre passion, suspense, aventure et exotisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
La vallée du lotus rose
  16 novembre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
"N'oubliez jamais que vous êtes une lady."



1918. Lady Jezebel a seize ans quand elle reçoit une lettre de son tuteur qui lui demande de le rejoindre aux Indes. Il est archéologue et travaille sur un projet qui pourrait être la grande découverte de sa carrière. Pour mener à bien ces travaux, il s'est associé au baron von Rosenheim à qui il a promis la main de Jezebel. Il est alors temps pour la jeune comtesse de quitter sa pension de jeunes filles et d'entreprendre un long voyage à bord d'un grand paquebot.



"Ce navire gigantesque devait être l'Albatros, à bord duquel elle allait embarquer. Une flotte de remorqueurs lui tournait autour comme des mouches autour d'un lion. Sa coque noir et blanc était haute comme plusieurs maisons. Quatre cheminées colossales le coiffaient de rouge. Un filet de vapeur s'en échappait. Les moteurs tournaient déjà."



Durant la longue traversée, elle est chaperonnée par une amie de son tuteur, Olga, une duchesse russe féministe et extravagante avec qui elle se liera d'amitié. Mais ce périple met aussi sur son chemin Jan Lukas un jeune et bel aventurier américain qui ne la laisse pas indifférente.



Arrivée à Calcutta, Jezebel découvre que le baron von Rosenheim est un trafiquant d'opium, mais surtout qu'il est tyrannique et violent, prêt à tuer pour arriver à ses fins. Son tuteur ne s'est jamais préoccupé plus que ça d'elle et il ne change pas d'attitude. Elle ne peut pas compter sur son soutien, il est soumis à von Rosenheim. Heureusement, sa rencontre avec Charu, un jeune indien mettra un peu de joie et de folie dans sa vie. Mais il est difficile d'oublier Jan…



Les premières années de Jezebel aux Indes seront très mouvementées. Entre amour, passion, choix, raison, doutes, rien ne lui sera épargné. Mais la jeune femme a soif de liberté.



"Je pense que vivre libre n'est jamais contre-nature."



J'ai d'abord eu peur que ce roman ne soit finalement qu'une romance. le coeur de Jezebel étant tiraillé entre deux hommes. Mais j'ai trouvé bien plus qu'une histoire d'amour. Jezebel est une jeune femme au caractère bien trempée, qui si elle ne sait pas ce qu'elle veut, sait parfaitement ce qu'elle ne veut pas. Elle est déterminée. Au contact d'Olga, elle apprend à affirmer sa féminité.



"Si votre vie vous effraie, cessez de vous comporter en victime et arrangez-vous pour la changer !"



Jezebel veut être une femme libre de vivre comme elle l'entend et d'aimer qui elle le souhaite. J'ai beaucoup aimé sa force de caractère. Elle ne se soumet pas à la tyrannie de son futur mari. Jezebel est courageuse et obstinée. Elle sait prendre ses propres décisions et en même temps elle est à l'écoute des personnes qu'elle aime.



"[…] la liberté réside au fond du coeur, d'où jamais personne ne parviendra à la déloger."



Jezebel est un personnage extrêmement attachant. Elle est réfléchie et intelligente. Sous sa carapace se cache une personne fragile et sensible. Entre rebondissements et moments plus paisibles, j'ai souvent eu peur pour elle. Elle m'a souvent surprise.



Autant que le personnage de Jezebel, j'ai également beaucoup aimé les décors de cette vallée du Lotus rose. Kate McAlistair nous fait voyager avec ses descriptions de paysages, de palais indiens, mais aussi par ses descriptions d'odeurs. Epices diverses, et fleurs parsèment le récit et on voyage avec Jezebel. J'ai autant été émerveillée qu'elle devant le spectacle grandiose qui se déroulait sous ses yeux.



"Qu'importait ce qu'elle avait d'ores et déjà vécu, ses chagrins, ses joies ou ses peurs, qu'importait ce qu'elle vivrait encore, elle pouvait bien mourir demain.

Elle venait de voir ce que la terre offrait de plus merveilleux. Elle regardait le Toit du monde, et c'était tout ce qui comptait."



N'ayez pas peur en voyant cette jolie brique. La Vallée du Lotus rose est le premier tome d'une saga qui promet d'être superbe. Une évasion dans le temps et dans l'espace, en compagnie d'une héroïne prête à tout pour décider de sa vie. Il me tarde de lire la suite.



Merci à Mylène des éditions de l'Archipel pour cet envoi.
Lien : https://ellemlireblog.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
La vallée du lotus rose
  21 février 2020
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
Le 25 octobre 1918 est jour de grand départ pour la jeune Comtesse Jezebel Ann-Rose Tyler, elle quitte l’Angleterre pour les Indes.



Issue de l’aristocratie anglaise, elle a été élevée dans l’Institut pour jeune ladies de Chelseahall House. Orpheline, sa fortune a été confiée à son tuteur et parrain, un archéologue de renom - Sir Michael Deckard. Désormais il réclame la jeune fille auprès de lui aux Indes. Il a pour souhait de lui faire épouser un richissime homme d’affaire - le baron von Rosenheim - en échange de quoi ce dernier subventionnera ses recherches dans son ultime quête d’une Cité disparue.



Jezebel voyage en première classe sur un luxueux paquebot qui dispose de tout le confort de l’époque. Elle est accompagnée à bord par Olga Obolenski, une duchesse russe fantasque et frivole d’apparence mais qui avec bienveillance va enseigner à Jezebel les usages du monde dans lequel elle va désormais vivre.



Pendant la traversée elle fait la connaissance de Jan Lukas dont elle tombe immédiatement sous le charme. Ce qu’il fait naître en elle lui fait peur et elle préfère s’éloigner de l’aventurier qui ira se consoler dans les bras d’Olga.



Après des mois de traversée, lors de son arrivée à Calcutta, Jezebel est victime d’un attentat, elle est sauvée in extrémis par le beau et mystérieux Charu.



Son futur époux lui est présenté, elle ne l’aime pas, c’est un homme violent et tyrannique à la tête d’un gigantesque trafic d’opium.



Pour s’évader de cette destinée que d’autres ont décidés pour elle, elle se laisse courtiser par Charu, dont elle croit au départ qu’il est un simple domestique mais qui est en fait va se révéler être un prince fils d’un Maharadjah très puissant. Malgré cette idylle elle ne peut tout à fait oublier Jan…



Un livre qui m’a charmé dès les premiers mots. L’héroïne m’a embarquée avec elle dans sa univers, j’ai ri, tremblé et même pleuré avec elle, parfois elle m’a même un peu « agacée »… Le récit est copieusement enrichi de nombreuses descriptions, ce qui peut rebuter certaines personnes mais ça permet de bien s’imprégner des lieux, de l’histoire, de cheminer avec les personnages. L’auteur maîtrise son récit, lui impose un rythme soutenu, bouscule ses personnages sans ménagement. Un joli coup de cœur, j’ai hâte de découvrir la suite !!



#Challenge Multi-défis 2020

#Masse Critique Littérature

#Editions de l’Archipoche

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
La vallée du lotus rose
  10 novembre 2019
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
De l'aventure (beaucoup), des amours (hésitantes !) et la découverte de lointains pays...



Je suis étonnée par le nombre de romans (récents) narrant l'histoire d'une jeune fille qui doit s’exiler du Royaume Uni dans un pays lointain, souvent pour épouser un homme qu'elle n'a jamais vu.

Mais je ne résiste jamais à ce genre de récits, qui dépayse et nous fait vivre une autre époque, d'autres lieux.



On a ici, après une longue traversée en bateau, une superbe balade en Inde, au Bengale et à Singapour. Passionnant et addictif.



Dès le départ, l'opposition entre Jezebel, juste sortie de son pensionnat pour partir épouser un baron aux Indes, et celle qui doit lui servir de duègne, Olga, duchesse russe chassée par la Révolution, originale et très libre, amène beaucoup de vie, et aussi d'humour, dans le récit.



Jezebel, partie à contrecœur, s'attend au pire pour sa vie future, et ce sera encore au-delà de ses craintes, du moins concernant la personnalité de son futur époux.

Mais différentes rencontres vont l'amener dans des aventures impensables pour une jeune lady.



L'héroïne est plus agaçante qu'attachante à mes yeux ! Et si tout le monde célèbre sa beauté, ses décisions m’ont souvent irritée. Elle semble choisir sans cesse la plus mauvaise solution !

Ce qui ne m’a pas empêchée de la suivre avec intérêt et de ne pas lâcher le roman.



Au final, même s'il manque un brin de rythme pour être aussi prenant que d'autres sur le même thème, un roman que j'ai bien apprécié et lu avec grand plaisir, que d'émotions et de découvertes.

Les lieux fort variés que traverse Jezebel sont chaque fois décrits et détaillés, couleurs, odeurs, on s'y croirait presque. Que de fleurs, d'oiseaux, de paysages envoûtants ...

Je suis assez impatiente de suivre de nouveau Jezebel dans d'autres aventures.

La suite : "La cité du Lotus rose" est parue le mois passé, mais j’attendrais peut-être la version poche !
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
La vallée du lotus rose
  16 novembre 2020
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
L’auteur a un style limite poétique qui nous fait voyager dans une Inde aux mille facettes avec une héroïne qui ignore tout du monde extérieur, de la vraie vie et qui par ses premiers amours et son sens du devoir va connaître un destin des plus extraordinaires fait de sacrifices, d’amours, de désillusions ayant pour seul lien un mystérieux médaillon synonyme de malédiction. Au fil des pages, ce n’est que saveurs, odeurs, couleurs dans un voyage exotique avec une histoire d’amour unique dans des décors aussi somptueux qu’inattendus.



Je suis subjuguée par le talent de Kate McAlistair, les nombreuses descriptions permettent d’imaginer les pays traversés par Jezebel comme si on y était avec une précision sublime.



25 octobre 1918. Angleterre.



La comtesse Jezebel Tyler est arrachée au pensionnat de Chelseahall House devenu son foyer depuis la mort de ses parents quand elle avait 5 ans. Son tuteur, archéologue et peu désireux de s’encombrer d’une enfant l’a envoyé dans ce pensionnat afin qu’elle reçoive l’éducation qui sied à son rang tout en suivant un enseignement avant-gardiste pour une femme comme les sciences…



Dès ses 16 ans, celui-ci l’envoie en Inde pour rencontrer son futur mari. Elle ne comprend pas les raisons de cette décision précipitée et surtout n’être qu’une marchandise vendue au plus offrant par son tuteur dont la précipitation à la marier lui semble bien mystérieuse.



C’est sur l’Albatros que Jezebel va faire la connaissance de la duchesse Olga Obolenski, une aristocrate russe en exil et de Jan Lukas, un aventurier qui est loin de la laisser indifférente amenant avec lui la liberté et ce désir de profiter de chaque instant de la vie.



Tandis qu’Olga lui montre l’envers du décor, caché par l’opulence des premières classes, Jezebel prend conscience d’être issue d’un milieu favorisé même si elle n’a pas sa liberté et que toutes les classes sociales se battent à leur manière pour améliorer leur vie.



Avec l’annonce de la fin de la Première Guerre mondiale, Jezebel se laisse séduire par Jan dont le comportement est l’opposé de l’éducation qu’on lui a inculqué depuis son enfance.



Amoureuse, elle l’est et ce dès le premier regard mais elle sait que cet amour est éphémère et prendra fin à son arrivée à Calcutta.



Au moins aura-t-elle connu le bonheur avant de retourner à la réalité des convenances de son monde.



Quant à son futur fiancé, c’est un homme des plus vils, le baron von Rosenheim est très influent de par ses différents trafics notamment celui de l’opium.



Piégée par cet homme auquel on ne peut rien refuser, Jezebel pourra compter sur ses amis, un mystérieux hindou follement épris d’elle, Olga et Jan…



L’histoire de Jezebel et celle de Jan est liée à un mystérieux médaillon, le Sher-Cîta. Tout comme celui-ci est le lien avec la fameuse cité du Lotus que le tuteur de Jezebel espère découvrir et ce à n’importe quel prix.



Jezebel pourra-t-elle échapper à l’homme le plus puissant et redouté de l’Inde ?



Tiraillée entre son devoir et ses sentiments pour Jan, Jezebel a aussi un admirateur assidu en la personne du prince Charu, l’un des fils du maharadjah.



Qui saura l’aider à échapper à l’emprise de von Rosenheim ?



Jezebel saura-t-elle stopper la malédiction du Sher-Cîta où en sera-t-elle l’une de ses nombreuses victimes ?



Jezebel va comprendre qu’il ne faut pas jouer avec les malédictions tout comme avec le cours de son destin sans en subir les conséquences.



Le contexte géo-politique de l’Inde permet une belle immersion dans ce pays où Jezebel fera tout pour conquérir sa liberté tout comme l’Inde le fera grâce à Ghandi au prix de lourds sacrifices. A travers les yeux de Jezebel, on côtoie la misère tout comme l’opulence, les différences de classes sociales, les palais dignes des Milles et Une nuits… L’histoire de l’Inde n’aura plus aucun secret pour ses lecteurs et dévoile son vrai visage, celui d’un peuple qui rêve de prendre sa revanche et de mettre fin à la vie de misère tandis que les plus nantis font miroiter leurs richesse dans la plus totale indifférence alors que la misère qui règnent au pas de leur porte.



Kate McAlistair partage sa passion pour les voyages et l’Inde dans une magnifique histoire d’amour où elle entraîne ses lecteurs avides de connaître la suite des aventures de Jezebel et Jan.



Un premier tome qui promet un voyage aussi envoûtant que somptueux avec une plume puissante et magnifique tout en subtilité.



Kate McAlistair signe le début d’une ode aux voyages avec une saga des plus envoûtantes !



Kate McAlistair, la fine fleur de la romance française !




Lien : https://leboudoirdulivre.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
La vallée du lotus rose
  08 décembre 2019
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
Une adolescente de 16 ans prénommée Jezebel Tyler héroïne principale, héritière anglaise d'une immense fortune. La jeune fille est orpheline de mère dès sa naissance et d'un père ayant mi fin à ses jours. Ce dernier, n'ayant jamais cessé de lui reprocher d'être vivante et pas son épouse; qui elle est décédée lors de l'accouchement. Alors qu'elle n'est encore qu'une enfant, lady Tyler est confiée à un tuteur, ami proche de la famille, Sir Deckard. Cependant, Celui-ci est tellement préoccupé et obsédé par son travail de scientifique qu'il n'a que faire des ressentiments de sa pupille; à leurs risques et périls...



Vous informer d'entrée, que ce livre est un coup de coeur... est-ce un peu précipité ? Je vais vous dire que non ! Parce que je ne peux pas attendre les dernières lignes de ma chronique pour vous l'affirmer ! C'est impossible !



Ce roman est un « pure » voyage en compagnie d'une riche galerie de personnages pour la plus part assez, voire très charismatiques.



Je pense notamment à cette duchesse russe que j'ai trouvé quelque peu féministe, qui est Olga Obolenski. Une femme imprévisible qui pousse Jezebel - avec bienveillance - à déployer ses ailes et acquérir une certaine confiance en soi pour pouvoir affronter les gens de son rang. En tant que lecteur, nous assistons à une sorte d'hypocrisie théâtrale où les rencontres dînatoires alliant les règles de bienséance, les mondanités et la cruauté - dans certains cas - sont de mise.



Dans ce livre, j'avais l'impression de ressentir le souhait de l'émancipation féminine - encore discret - de Jezebel subissant cette époque des années 20 où la loi était irrémédiablement en faveur de la gente masculine. C'est comme si elle était partagée entre la passion amoureuse qu'elle vivait avec ses deux prétendants qui étaient Jan Lukas et Charu et cette envie de pouvoir faire ses proches choix, avoir ses propres opinions sans obligatoirement les dissimuler, ne pas forcément les attendre en retour. Somme toute, acquérir une pleine liberté, sans passer par quelconques validations patriarcales pour s'inclure et évoluer dans la société.

Outre les relations amoureuses et la condition féminine, ce bouquin est une totale évasion entre terre et mer. Nous sommes embarqué à bord de l'Albatros voguant pour sur un long périple (Égypte, Algérie, Malte...) jusqu'à la destination finale qui est l'Inde. Plus précisément le Bengale occidentale.



Les nombreuses - et nécessaires - descriptions faites par l'auteure m'ont données l'impression de ressentir, d'observer mille et unes couleurs; d'être à proximité de toutes les nombreuses découvertes culturelles dont ce livre est rempli. Ce ne sont pas du tout des paragraphes redondants qui traînent en longueur. C'est vraiment quelque chose que l'on lit avec un réel plaisir ! C'est captivant !



J'ai été fascinée par les différents lieux tels que Siliguri, Calcutta, l'Himalaya, Darjeeling. L'émerveillement de Jezebel face à tout cela était aussi le mien. Je me délectais de lire, et d'imaginer la farandole de plats servis lors des soirées et des fêtes mirifiques organisées par le maharadjah de Nandock. Je crois que mon odorat fantôme s'est manifesté à plusieurs reprises. Je vous assure ! Et puis une fois les réceptions de la veille terminée, Quelle bonheur « d'écouter » Charu avec son air malicieux, conter à Jezebel les légendes hindoues. le style d'écriture de Kate McAlistair est un délice !



De plus, en parallèle de l'intrigue, ce roman nous instruit historiquement sur les coutumes les croyances religieuses et surtout, sur la période émergente du nationalisme indien avec comme leader un certain Ghandi.



Je vais quand même une nouvelle fois, vous rappeler que cette lecture a été pour ma part merveilleuse ! N'hésitez pas à vous lancer ! le nombre de pages peu peut-être freiné votre curiosité mais une fois le livre ouvert, on ne voit plus le reste défiler. J'ai tout simplement hâte de connaître la suite !



Un grand merci aux éditions de l'Archipel de m'avoir permis de découvrir ce livre.
Lien : https://www.instagram.com/so..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
La vallée du lotus rose
  09 novembre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
« La Vallée du lotus rose » est le premier roman de Kate McAlistair. Il est sorti en octobre dernier aux éditions de l’Archipel.



25 octobre 1918, Angleterre, port de Southampton. A 16 ans, Jezebel Ann-Rose Tyler, issue d’une des plus anciennes familles anglaises, doit faire ses adieux à l’Angleterre. Son parrain, sir Michael John Deckard, éminent archéologue installé en Inde, en a décidé ainsi et la promise à un homme (accessoirement mécène de ses recherches): le baron von Rosenheim. Jezebel n’a jamais vraiment connu son parrain. Ce dernier s’est vu confié sa filleule à la suite du décès de sa mère (morte en couches) et de son père, qui s’est suicidé lorsqu’elle n’avait que cinq ans, ne supportant pas d’être veuf et jugeant Jezebel responsable de la mort de son épouse. Par chance, sir Michael John Deckard, qui ne voulait pas s’empêtrer d’une gamine, l’a placée dans un institut pour jeunes filles avant- gardiste, « Chelseahall House ». Jezebel a ainsi pu profiter d’une éducation moderne et apprendre un enseignement normalement réservé aux garçons. C’est alors un vrai crève-cœur de devoir quitter cet établissement et se séparer de Miss Helen McGiven, la directrice du pensionnat.



A bord de l’Albatros, le gigantesque paquebot qui l’emmène à Calcutta, Jezebel est confiée à Olga, excentrique duchesse russe, veuve de 28 ans. Sous ses abords plutôt hautains et antipathiques, Olga sera à la fois une sœur et une mère pour la jeune fille. Ce voyage de trois mois va permettre à Jezebel de rencontrer l’aristocratie britannique installée en Inde et également de faire connaissance avec deux argentins, Andres Agustin et Jan Lukas, missionnés pour ramener un pendentif d’une valeur inestimable et objet de nombreuses convoitises: le Sher-Cita. Dès son arrivée sur la terre ferme, Jezebel va être mise au pas. Son parrain l’attend accompagné de son futur époux, un homme aussi austère que tyrannique.



Jezebel est une héroïne comme je les aime. Pendant trois années, nous allons suivre son évolution. Jeune fille réservée d’abord, sortie de son pensionnat de bonnes manières, Jezebel va vite révéler un caractère bien trempé. Celle dont la beauté émerveille tous les hommes (bien malgré elle souvent) se rend vite compte que sa beauté peut être son principal atout comme la cause de tous ses maux. Heureusement qu’elle peut compter sur Olga qui va lui apprendre que sa force sera son indépendance et qu’elle seule peut décider de son destin. Les deux femmes qui semblent si différentes de prime abord (l’une est aussi blonde et timide que l’autre est brune et dévergondée) ont de nombreux points communs dont leur mariage forcé à un homme violent, puissant et malsain. Que ce soit Jezebel ou Olga, toutes deux sauront transformer leurs blessures en force dans un seul but: conserver leur liberté.



J’avoue avoir trouvé quelques longueurs au début du roman notamment lorsque Jezebel voyage à bord de l’Albatros. J’ai trouvé que le récit mettait du temps à s’installer. Mais une fois que l’Albatros a franchi les portes de l’Inde, ce fut un déclic. Je me suis laissée embarquer avec cette galerie de personnages hauts en couleurs, certains très attachants, d’autres détestables. J’ai voyagé à Calcutta comme dans les mangroves les plus mystérieuses. J’ai découvert un pays aux mille couleurs partagé entre les maharadjas et leurs coutumes ancestrales, les aristocrates britanniques, garants du colonialisme, et le peuple indien qui cherche à se révolter.



Exotique, dépaysant, exaltant, passionnant, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire un tel roman! J’étais dans une bulle tout au long de ma lecture, happée par cet ambiance de conte oriental moderne. J’ai apprécié que tout ne soit pas joué d’avance et attendu. A plusieurs reprises, j’ai été surprise par la tournure des événements, ce qui a rendu ce premier volet totalement addictif!



Je conseille?



Gros coup de cœur!! « La Vallée du Lotus Rose » réunit tout ce qui fait le succès des grandes sagas: une héroïne moderne, forte et indépendante, des histoires d’amour alambiquées, un décor de rêve, de multiples rebondissements…Impossible de s’ennuyer une seule seconde, Kate McAlistair sait parfaitement nous déstabiliser. Je ne pouvais pas lâcher ce roman des mains. A découvrir absolument!!
Lien : https://ladybookss.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
La cité du lotus rose
  05 janvier 2020
La cité du lotus rose de Kate McAlistair
Après La Vallée du Lotus rose, j'avais hâte de retrouver Jezebel, de savoir si elle allait enfin accepter Jan, et de voir grandir la petite Mary-Leela.



Soyons honnête, je trouve l’héroïne toujours aussi horripilante par moments. Mais je n'ai quand même pas lâché le roman.







L'écriture est parfois un peu surprenante, mais c'est toujours aussi prenant.



J'ai souhaité le lire dès la fin du tome un car j'étais impatiente de connaître la suite des aventures de la jeune lady, et je n'ai pas regretté, même si dans une partie de ce tome, les récits de leurs ébats répétés sont parfois un peu lassants.







Jezebel est toujours étonnante : à la fois forte et déterminée, et souvent mère courage, et en même temps parfois on sent la toute jeune fille qu’elle est encore : elle est terrifiée, (à juste titre) à l’idée d'être retrouvée par le baron, mais quand Jan lui donne l’occasion de fuir discrètement, elle gnognotte sans cesse, elle préférait un bateau luxueux, on ne lui demande pas son avis, etc ...







Encore beaucoup d'aventures dans ce volume, qui change bien du premier. Avec notamment un passage aux USA, toujours mouvementé même si c'est différent.



Et la fin se déroule dans un environnement étonnant, rien à voir avec les lieux précédents.



J'ai cependant regretté que cette fin soit un peu rapide, en laissant en suspens quelques problèmes importants.



Est-ce que ça signifie que nous suivront encore Jezebel dans la suite de ses aventures ?



(Oups, mon habitude de ne pas lire les 4e de couv' : c'est bien présenté comme une trilogie, je comprends mieux la fin)







Au final, si ce n'est pas LE coup de coeur de l'année, un roman qui se dévore et qui fait bien agréablement voyager.
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
La vallée du lotus rose
  21 octobre 2018
La vallée du lotus rose de Kate McAlistair
La comtesse Jezebel Ann-Rose est depuis ses cinq ans l'unique héritière de la fortune des Tyler, l'une des plus anciennes familles de l'aristocratie anglaise. Son tuteur, depuis le décès de son père, est un archéologue Sir Michael John Deckard, qui vit à Calcutta. C'est ce dernier qui lui a demandé de quitter le pensionnat et l'Angleterre pour le rejoindre à Calcutta car il lui a trouvé un époux.

Après une traversée de plusieurs mois, avec comme chaperonne l'excentrique Olga, une duchesse russe et veuve, Jezebel découvre à son arrivée que son futur époux est le propriétaire de la villa où vit son parrain et où elle devra elle-même habiter. Il s'agit du Jürgen Heinrich von Rosenheim, un homme extrêmement riche, influent, rustre et laid.

Jezebel, dans sa prison dorée, préfère penser à Jan Lukas, le séduisant américain qu'elle a rencontré sur le paquebot mais dont elle a repoussé ses avances. C'est grâce à Olga, que la vie à Calcutta sera moins difficile pour Jezebel. Olga connaît du monde et est souvent invitée aux fêtes mondaines et aux matchs de polo. Elle sera un guide pour Jezebel.

Dès son arrivée à Calcutta, Jezebel fit la rencontre d'un indien, du nom de Charu, qui lui fera découvrir la vraie Calcutta mais elle ignore qui il est vrai réellement.

Mais la vie à Calcutta ne sera pas un long fleuve tranquille. le baron se fait de plus en plus insistant pour l'épouser et n'hésitera pas à éliminer les personnes lui mettant des bâtons dans les roues.



"La Vallée du Lotus rose" est un roman pour lequel j'ai eu un véritable coup de cœur. Il est très prenant et j'ai été happée par l'histoire. Il est vrai qu'il y a de la romance dans le roman, comme le fait voir sa couverture. Mais ce que j'ai plus apprécié c'est le côté "évasion" et "aventure". J'adorais les passages où l'on retrouvait Jezebel en compagnie de Charu notamment lorsqu'il lui fait découvrir Calcutta.

"La Vallée du Lotus rose" est a priori le premier volet d'une trilogie. J'ai hâte de découvrir la suite.

Merci à Kate McAlistair et les Editions l'Archiptel pour cette sublime parution.
Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60




Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'héritière du lotus rose

Quel est le surnom chinois de Mary-Leela ?

Xiàngmù
Bǎihé
Liánhuā
Lúwěi

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : L'Héritière du Lotus rose de Kate McAlistairCréer un quiz sur cet auteur