AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.31 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) : 1987
Biographie :

Née en Allemagne en 1987, Katharina Volckmer s'est installée à l'âge de 19 ans à Londres où elle travaille aujourd'hui pour une agence littéraire. Son premier roman, Jewish cock, dont les droits mondiaux ont été confiés à Grasset, a connu un accueil exceptionnel dans le monde entier.

Ajouter des informations
Bibliographie de Katharina Volckmer   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Katharina Volckmer - Jewish cock

Podcasts (1)


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation

[...] Mon incapacité à m'asseoir correctement parce que je n'ai jamais compris pourquoi il y avait deux façons de s'asseoir selon qu'on avait une bite ou pas. Et je m'emmêlais tout le temps les pinceaux, parce que la logique de la chose m'échappait complètement dans la mesure où une fille a de fait moins à cacher qu'un homme, mais ça c'était avant que je comprenne qu'une bite est une sorte d'épée, un objet de fierté et de comparaison, tandis qu'un vagin est quelque chose de faible, quelque chose qui n'engage pas à la confiance. Quelque chose qui sera toujours un objet de baise, qui peut être violé et inséminé, qui peut couvrir de honte un foyer et une famille. Quelque chose qui a besoin d'être protégé sans que personne ne remette jamais en cause ce besoin de protection, ne se demande comment il se fait que les rues ne soient pas sûres la nuit et que les filles aux cheveux courts ressemblent aux garçons et pas l'inverse. J'ai toujours trouvé tout ça terriblement déconcertant et je me suis souvent dit que c'était plutôt les bites qu'il faudrait cacher, que c'était l'arme plutôt que la plaie qu'il faudrait interdire.

Commenter  J’apprécie          30

Je n'ai jamais compris comment Dieu, qui ne pouvait pas accoucher, était censé être l'origine de toute vie - comment un homme pouvait être notre créateur. À moins, bien entendu, qu'il s'agisse de ce que nous appellerions Arschgeburt en allemand, quelque chose qu'on engendre par le trou du cul. Voilà ce qu'est peut-être ce monde, Dr Seligman : quelque chose qui a jailli du trou de balle d'un saint homme, le résidu de quelques étoiles brisées et d'un univers en implosion. (147)

Commenter  J’apprécie          30

Autant voir l'honnêteté de reconnaître qu'acheter Martin relève d'une forme d'exploitation, d'esclavage sexuel. Car c'est cette disposition d'esprit qui est à l'origine de tout, et je serais bien en peine de prouver qu'il n'est pas dans notre nature de soumettre les autres à notre pouvoir et à notre volonté, de les briser corps et âme, et que nous nous évertuons constamment à représenter la nature humaine sous un jour qui n'est pas la sienne. Que l'instinct de bienveillance n'existe pas. Et même si Martin a été programmé pour sourire quand je ne pénétrerai, ce sourire ne sera fondé en rien sur une situation réelle ; il ne sera inspiré d'aucun comportement humain avéré. Et j'ai peur que cela pervertisse mon esprit, Dr Seligman, que, compte tenu de mon bagage, cela réveille le monstre en moi et que peu à peu je me mette à imaginer que Martin est réel, que je commence à traiter les gens du monde réel comme lui. J'ai peur de finir par oublier ce qu'est un être humain et d'essayer de baiser des gens sans le consentement, ou pire encore.

Commenter  J’apprécie          20

Je continue de penser que les motifs qui m’ont valu ma mise à pied étaient infondés et qu’il est injuste de dire que je suis sujette à des accès de colère. Bon, d’accord, j’étais en colère ce jour-là, évidemment – c’était avant que je commence à prendre mes hormones -, mais se faire congédier de la sorte, alors qu’ils n’ont aucune idée de ce que vivent les gens comme moi ! Et je ne crois pas que menacer d’agrafer l’oreille d’un collègue à son bureau puisse être réellement considéré comme un acte de violence. Pas avec ce genre d’agrafeuse, en tout cas. Je doute que quiconque ait jamais essayé d’agrafer de la chair humaine à une planche de bureau bien épaisse avec un de ces petits machins en plastique tout rigides. C’était plutôt moi qui risquais de perdre un œil à cause d’une agrafe perdue, mais ça, bien sûr, ils s’en fichent éperdument.

(pp.32-33)

Commenter  J’apprécie          20

Vous savez, cette nouvelle mode qui veut que nous nous amusions constamment ? Ce sourire jusqu'aux oreilles qu'affichent les gens dans les pubs pour les compagnies d'assurances et les crèmes contre les verrues ? Si ça ne tenait qu'à eux, nous souririons tous en permanence, même dans notre sommeil, et le pire c'est que ces gens prennent ça pour une critique quand vous ne leur rendez pas leur sourire ou que vous refusez de vous amuser.

Commenter  J’apprécie          20

Je n'ai jamais compris pourquoi il y avait deux façons de s'asseoir selon qu'on avait une bite ou pas. Et je m'emmêlais tout le temps les pinceaux, parce que la logique de la chose m'échappait complètement dans la mesure où une fille a de fait moins à cacher qu'un homme, mais ça c'était avant que je comprenne qu'une bite est une sorte d'épée, un objet de fierté et de comparaison, tandis qu'un vagin est quelque chose de faible, quelque chose qui n'engage pas à la confiance. Quelque chose qui sera toujours un objet de baise, qui peut être violé et inséminé, qui peut couvrir de honte un foyer et une famille. Quelque chose qui a besoin d'être protégé sans que personne ne remette jamais en cause ce besoin de protection, ne se demande comment il se fait que les rues ne soient pas sûres la nuit et que les filles aux cheveux courts ressemblent à des garçons et pas l'inverse. J'ai toujours trouvé ça terriblement déconcertant et je me suis souvent dit que c'était plutôt les bites qu'il faudrait cacher, que c'était l'arme plutôt que la plaie qu'il faudrait interdire.

Commenter  J’apprécie          10

Seules les femmes, apparemment, n'arrivent jamais à trancher le cordon ombilical ; avez-vous remarqué que les femmes qui délaissent leurs enfants pour assouvir leurs rêves de fortune, de jeunot et de bonheur vaginal deviennent des monstres ? Que dans notre imagination toutes ces femmes se sont laissé séduire par le diable et transformées en séides immorales de la sodomie et de la luxure ?

Commenter  J’apprécie          22

Il m'arrive de penser que certaines femmes, dès qu'elles ont compris ce que ça signifie d'être considérée avant tout comme une mère, se débrouillent pour étrangler leur rejeton in utero à l'aide de ce même cordon ombilical qui les aurait autrement condamnées à une existence tout entière définie par l'anéantissement de leur personnalité, par la répugnante farandole de marmelade maison de leur belle-mère. Et pourtant elles ne m'ont jamais inspiré la moindre compassion. Je n'ai jamais eu pitié de ma mère ; à tout prendre, j'étais furieuse au contraire qu'elle ait fait le choix de me mettre au monde au lieu de se débarrasser de moi en douce. Qu'elle n'ait pas choisi d'être libre. (73-74)

Commenter  J’apprécie          10

Dévoilant au grand jour ce qu'on fait toujours semblant d'ignorer, à savoir qu'en vérité il est rare que les gens s'apprécient les uns les autres et que la plupart de nos constructions sociales ne reposent que sur des rapports de force ou d'intérêt.

Commenter  J’apprécie          20

Je n'ai jamais réussi à comprendre que ma mère puisse croire en Jésus et qu'elle ait discrètement aménagé un petit autel secret avec toutes sortes de babioles religieuses clinquantes dans un coin de sa chambre. Qu'elle puisse vénérer un endroit où on n'enseigne que la honte et la peur, où on a inventé toutes ces conneries sur les saintes mères et les putains, où le vagin est un objet de terreur. Parce qu'au fond c'est bien de cela qu'il s'agit, non ? À part essayer de trouver un moyen de ne pas mourir, de continuer à vivre quelque part dans les nuages avec tous ces gens que vous n'avez jamais aimés au demeurant, ce n'est jamais qu'une façon d'essayer de perpétuer la différence entre les personnes qui ont une queue et celles qui n'en ont pas. Et on vous parle d'envie du pénis, mais regardez jusqu'à quelles extrémités vont les gens pour mutiler et détruire les vagins, pour expliquer aux femmes que le plaisir n'est pas pour elles, que se comporter de manière honorable a un sens bien particulier. Enfin c'est vrai, combien de femmes ont noirci des pages et des pages entières consacrées à la bite des hommes et à la façon dont ils sont censés s'habiller, réfléchir et rêver ? Au fait qu'elles-mêmes sont censées incarner je ne sais quelle figure maternelle baisable aux ongles bien propres et au sac à main bourré à craquer de mouchoirs en papier. Je n'ai jamais compris comment Dieu, qui ne pouvait pas accoucher, était censé être l'origine de toute vie - comment un homme pouvait être notre créateur. À moins, bien entendu, qu'il s'agisse de ce que nous appellerions Arschgeburt en allemand, quelque chose qu'on engendre par le trou du cul. Voilà ce qu'est peut-être ce monde, Dr Seligman : quelque chose qui a jailli du trou de balle d'un saint homme, le résidu de quelques étoiles brisées et d'un univers en implosion.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur

Quiz Voir plus

Magiciennes, sorcières et jeteuses de sorts

Dans l'Odyssée, elle transforme les hommes en pourceaux, elle s'appelle:

Nausicaa
Calypso
Pénélope
Circé

10 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : Sortilèges , magie , sorcièresCréer un quiz sur cet auteur