AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.11/5 (sur 83 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Dublin , le 18/10/1956
Biographie :

Kathleen Elizabeth "Kathy" O'Beirne est une auteure irlandaise.

Violentée par un père colérique, elle est placée à huit ans dans un foyer où elle subit abus et maltraitance. Puis, après un séjour traumatisant en hôpital psychiatrique, elle est internée dans un des couvents tenus par les sœurs de Marie-Madeleine.

Depuis, elle se bat pour que justice soit rendue aux jeunes femmes victimes des sœurs de Marie-Madeleine.

Auteure controversée, elle a été accusé par sa famille d'inventer des histoires d'abus dans son récit autobiographique, "L'enfer de Kathy" ("Kathy's Story"), coécrit avec le journaliste Michael Sheridan et publié en 2005.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Kathy O`Beirne   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Epilogue : la raison de ce livre.
Voici pourquoi j'ai souhaité raconter mon histoire.
J'ai été battue et frappée, parfois au point de ne plus pouvoir marcher, parfois jusqu'à la fracture ; j'ai servi de cobaye pour des traitements par électrochocs et des médicaments de toutes sortes ; j'ai subi mes premiers attouchements à l'âge de cinq ans, puis ai été régulièrement abusée et violée à compter de l'âge de sept ans ; des mains nauséabondes ont bâillonné ma bouche pour m'empêcher de crier ; d'autres ont serré mon cou, et j'ai cru étouffer ; on m'a maintenue de force sous l'eau et menacée de multiples façons. J'était une petite fille sans protection, qui avait peur de parler. Aujourd'hui les blessures que l'on m'a forcée à tenir secrètes toutes ces années sont révélées au grand jour. Je suis meurtrie, certes, les cicatrices ne guériront jamais complètement, mais je n'ai plus peur. Je sais que j'étais une enfant innocente, terrorisée et sans défense. Je peux enfin construire ma vie.
Commenter  J’apprécie          90
Fermer les yeux n'est plus la solution. La vérite à propos de ces êtres malveillants doit être dite, leur cruauté révélée au grand jour. Ils nous ont détruites, moi et beaucoup d'autres, voilà la réalité de la sainte Irlande catholique. Il est temps que tout cela s'arrête. Fini les secrets, la vérité doit éclater !
Commenter  J’apprécie          80
La vie à l'hôpital psychiatrique

Seule
Ils ont déchiré mon coeur pris tout ce que j'avais
Remplacé les rires par les larmes
Détruit mes rêves et mes espoirs
Insinué en moi la rancoeur et la haine.
Nous étions soi-disant des numéros
Et si l'on parlait, le diable saurait venir nous chercher.
Voilà ce qu'on nous disait.
Dans cette vaste salle, je me sens cernée
Piégée dans la toile de l'horreur
Reliée aux machines je suis impuissante.
Je vois ces gens autour de moi.
Et eux, peuvent-ils me voir ?
Une petite voix crie à l'intérieur
Tu n'es qu'un autre enfant-numéro
Ils se fichent bien de toi
Mon corps tremble et frisonne
Mais personne ne le remarque.
A onze ans, je ne suis pourtant qu'une enfant comme les autres.
Pourquoi moi ?
Commenter  J’apprécie          70
Les laveries ne représentent malheureusement qu'un aspect du vaste système des écoles de redressement en Irlande, dans lesquelles des dizaines de milliers d'enfants furent victimes de monstrueux abus et mauvais traitements.
Commenter  J’apprécie          60
L'école de l'enfer

Connectée
La petite fille en moi est brisée, en mille morceaux
Elle ne saisit guère ce qui se passe
Je tente comme je peux de l'aider, de l'aimer
De lui donner la force de se battre.
Je ressens pleinement la souffrance qui l'afflige
Nous sommes connectées et je perçois sa douleur
Comme j'ai mal !
Je sais qu'en elle tout s'effondre
Et qu'elle ignore quoi faire
Tant de choses nous arrivent qui la dépassent
Et moi, pareil
Je suis l'adulte, elle est l'enfant
Qui se bat pour exister et tenter de nous garder
Connectées.
Commenter  J’apprécie          50

Je crois au soleil même quand il ne brille pas
Je crois en l'amour même quand je ne le ressens pas
Je crois en Dieu même quand il ne répond pas
Je crois et c'est ça qui m'a sauvée.
Commenter  J’apprécie          60
Chaque enfant devrait avoir en mémoire des souvenirs agréables, afin de compenser les difficultés inévitables qu’implique le fait de grandir.
Commenter  J’apprécie          60
Alors, ma chère Liz, embrasse cette paix dont tu as tant rêvé et que tu mérites tant. Et arbore cette auréole qui te revient de droit. Tu resteras à jamais dans mon coeur. Tendrement, Kathy.
Commenter  J’apprécie          50
Les histoires de filles violées et engrossées après leur arrivée à la laverie étaient légion. Aucune, sans exception, n'avait le droit de garder son bébé. Toutes se voyaient forcées de le laisser à la nursery du couvent afin de retourner travailler. Les malheureuses nous confiaient leur déchirement, et nous racontaient qu'une collecte avait lieu une fois par mois pour emmener les bébés vers le nord, d'où ils étaient expédiés par bateau vers les Etats-Unis. Plusieurs d'entre elles avaient vu le registre prouvant qu'ils avaient été vendus à de riches Américains : y étaient consignés les noms des bébés et leurs prix.
Commenter  J’apprécie          30
Chaque enfant devrait avoir en mémoire des souvenirs agréables afin de compenser les difficultés qu'implique le fait de grandir. Moi je n'en ai pratiquement aucun. Je n'ai pas pu atteindre la plage dorée, je suis restée bloquée de l'autre côté de la porte dans un enfer de violences et de sévices.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Kathy O`Beirne (188)Voir plus

Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres d’Emile Zola (2) ?

... ?

La catastrophe
La débâcle
Le naufrage
Le désastre

10 questions
208 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..