AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.45 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Mykolaïv, Ukraine , le 16/07/1895
Mort(e) à : Paris , le 16/04/1989
Biographie :

Katia Granoff est une directrice de galeries d'art réputée, fondatrice notamment de la galerie Larock-Granoff, et une poétesse française d'origine russe.

Lorsqu’elle arrive à Paris en 1924, Katia Granoff travaille d’abord comme secrétaire au Salon des Tuileries. Elle ouvre ensuite sa première galerie d’art à Paris, au 166 boulevard Haussmann.

Découvreuse de talents, elle expose Georges Bouche, Marc Chagall... Elle redécouvre les Nymphéas de Claude Monet, réputés invendables.

La Galerie Katia Granoff devient célèbre et déménage quai de Conti. Sa propriétaire est naturalisée française en 1937.
Elle se retire en 1987 des affaires artistiques, laissant son neveu, Pierre Larock, et ses enfants reprendre la galerie.

Katia Granoff est l'auteure notamment d'une Anthologie de la poésie russe (1961), recueil de poèmes russes traduits en vers rimés, et des Amants maudits, un recueil d'une cinquantaine de poèmes en alexandrins portant sur des thèmes littéraires, aussi bien que des auteurs, que des personnages littéraires et historiques.

C’est à l’âge de quatre-vingt-treize ans que Katia Granoff décède le 16 avril 1989 à Paris. Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l’Ordre national du mérite, elle avait également reçu la Médaille nationale des Arts, Sciences et Lettres.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   09 février 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
LA FONTAINE DE BAKHTCHISARAÏ ( extrait )

( Бахчисарайский фонтан)



Les nuits de l'Orient sont faites

D'une aimable et sombre splendeur,

Les heures s'écoulant sans heurt

Pour les fidèles du Prophète.

Dans leurs maisons que de douceur,

Dans leurs jardins combien de charme,

Et dans leurs harems sans alarmes

Où règne un plaisir enchanteur,

Dans le ravissement lunaire,

Que de grâce, que de mystère

Et que de voluptés légères...



A. POUCHKINE 1824
Commenter  J’apprécie          310
Piatka   29 janvier 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
Mon corps, cadeau reçu, mon corps tu m'appartiens ;

Que ferai-je de toi, corps uniquement mien ?



Pour le bonheur de respirer et d'être

Ma gratitude à qui la reconnaître ?



Dans la prison, parmi ses prisonniers,

Je suis la fleur, je suis le jardinier.



Éternité ! Sur ta vitre sereine

Se voient déjà ma chaleur, mon haleine.



L'empreinte est là, le dessin est présent,

Mystérieux encore et tout récent.



L'instant s'en va, s'enfuit dans le passé ;

Ce cher dessin ne peut plus s'effacer.



Joseph MANDELSTAM - 1909
Commenter  J’apprécie          220
TCHITAT92   19 septembre 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
LE CONFIDENT



Je ne veux perdre même un cri

De tes aveux ou tendres plaintes :

ces passions et leurs atteintes

M'enivrent le cœur et l'esprit.

mais je t'en prie : arrête, arrête,

Ne dis plus tes rêves, assez !

Je crains que tu me les transmettes

En m'apprenant ce que tu sais.



(Alexandre Pouchkine)

Commenter  J’apprécie          180
TCHITAT92   20 septembre 2015
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
Non, je n'ai pas besoin d'une chose à moitié,

Mais donnez-moi la terre et le ciel tout entiers,

Car les fleuves, les mers et les torrents sauvages

Sont à moi désormais, et cela sans partage...



Le bonheur je le veux, mais non pas sa moitié,

Et même le malheur, je le veux tout entier.

D'une part de la vie, allons ! je n'en ai cure,

Je veux sa plénitude, elle est à ma mesure.



Je ne veux la moitié que de cet oreiller

Où, tendrement blottis, je vois ensommeillés,

Ton visage et ta main dans sa grâce troublante,

Dont l'anneau luit pareil à l'étoile filante...



Eugène EVTOUCHENKO
Commenter  J’apprécie          120
TCHITAT92   19 septembre 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
[...]

Hélas ! il est sans mouvement ;

Sur son front règne un calme étrange,

Par la plaie ouverte, en fumant

Du sein percé le sang s'épanche.

A peine il n'y a qu'un instant

Dans son âme brûlaient pourtant

L'ardeur de l'inspiration,

La haine, l'adoration.

Et le voici, muet, inerte,

Ainsi qu'une maison déserte

Aux volets clos, dont la maîtresse

Est partie sans laisser d'adresse.



Alexandre Pouchkine (extrait d'Eugène Onéguine)
Commenter  J’apprécie          120
TCHITAT92   30 mars 2015
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
Je poursuis mon chemin toujours,

Je vais par ce pays étrange,

Je suis las et mon pas est lourd...

Me vois-tu, me vois-tu, mon ange?



Ce sont les derniers instants clairs,

Les dernières lueurs qui changent ;

Là fut jadis notre univers...

Me vois-tu, me vois-tu, mon ange?



Ô jours passés : Mon cœur meurtri

Ne chantera plus vos louanges...

Parmi les célestes esprits,

Me vois-tu, me vois-tu, mon ange?



Théodore Tutchev
Commenter  J’apprécie          110
TCHITAT92   18 novembre 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
A peine il n'y a qu'un instant

Dans son âme brûlaient pourtant

L'ardeur de l'inspiration,

La haine, l'adoration,

Et le voici, muet, inerte,

Ainsi qu'une maison déserte

Aux volets clos, dont la maîtresse

Est partie sans laisser d'adresse.



"Eugène Onéguine" (Alexandre Pouchkine)
Commenter  J’apprécie          100
Piatka   02 février 2014
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
LE SONGE



Oh ! non, ce n'est pas toi que j'aime avec ardeur,

L'éclat de ta beauté ne m'éblouit plus guère,

Mais je chéris en toi mon ancienne douleur,

Ma jeunesse perdue et qui me reste chère.



Si je plonge parfois mon regard dans le tien,

Et si sur toi mes yeux viennent errer sans cesse,

Si je m'absorbe ainsi dans de longs entretiens,

Non, ce n'est pas à toi que mon âme s'adresse.



Mais je parle à l'amie émouvante d'antan,

Je cherche en ton visage une image secrète,

Le feu des yeux éteints dans ton regard vivant,

Sur ta bouche, une bouche à tout jamais muette...



MICHEL LERMONTOV - 1841
Commenter  J’apprécie          90
TCHITAT92   30 août 2015
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
Mon corps, cadeau reçu, mon corps tu m'appartiens ;

Que ferai-je de toi, corps uniquement mien ?



Pour le bonheur de respirer et d'être

Ma gratitude à qui la reconnaître ?



Dans la prison, parmi ses prisonniers,

je suis la fleur, je suis le jardinier.



Eternité ! Sur ta vitre sereine

Se voient déjà ma chaleur, mon haleine.



L'empreinte est là, le dessin est présent,

Mystérieux encore et tout récent.



l'instant s'en va, s'enfuit dans le passé :

ce cher dessin ne peut plus s'effacer.



1090, Joseph MANDELSTAM
Commenter  J’apprécie          90
TCHITAT92   31 mars 2015
Anthologie de la poésie russe de Katia Granoff
LE PAYS NATAL



Je l'aime, mon pays, d'un amour si puissant

Que la froide raison ne le pourrait comprendre,

Car ni la gloire, acquise au prix de notre sang,

Ni l'orgueil confiant, ni les vieilles légendes

Ne peuvent m'inspirer de rêves apaisants.

Mais, sans savoir pourquoi, seuls cependant m'émeuvent.



Les steppes, leur silence étrange et souverain,

Les ondulations de ces forêts sans fin

Et, pareil à la mer, l'estuaire des fleuves.



[...]



Mikhail Lermontov
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


.. ..