AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.41/5 (sur 107 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

How to Love (2013) est le premier roman de Katie Cotugno.

Elle vit à Boston avec son mari.

site de l'auteure:
http://katiecotugno.com/

Ajouter des informations
Bibliographie de Katie Cotugno   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Katie Cotugno (en anglais)


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
- T'as jamais mangé de grenade ? m'étonnai-je en posant les deux fruits sur la caisse.
- Nan.
- Et tu as vécu ici toute ta vie ?
- Ouais, même plus longtemps que toi.
- C'est triste.
- Le moment est venu de sortir les violons, approuva-t-il.
Commenter  J’apprécie          110
- La faute, cher Brutus, n'est pas dans les étoiles, mais en nous-mêmes. Passe-moi les clés.
- C'est du Shakespeare ?
- Quoi ? « Passe-moi les clés » ? Non, j'ai trouvé ça toute seule.
Commenter  J’apprécie          80
Sawyer embrasse Soledad sur la joue puis se tourne vers Hannah.
Leurs regards se croisent et ne se lâchent plus. Je cesse de respirer. Sawyer a toujours eu des tics : il tambourine des doigts ou se frotte la nuque (un petit geste qui fait craquer les filles), mais en cet instant il est changé en statue de sel.
Lydia se racle la gorge. Hannah tripote son pull. Sawyer me regarde comme si je venais de lui briser le cœur.
- Bon boulot, dit-il.
Commenter  J’apprécie          70
- Salut Hannah, dit-il une fois qu'elle s'est un peu détendue. Bonjour, belle petite fille.
[...]
- Bonjour ! babille-t-elle.
Sawyer reste un instant ébahi.
- Elle parle ?
- Bah, c'est un être humain.
Commenter  J’apprécie          70
Je suis sur le point de lui dire :"Laisse-moi une minute".
Trop tard : son visage s'approche de moi et ses lèvres sont sur les miennes. Nos langues s'enfoncent dans nos bouches, comme si tous nos "je t'aime" perdus se cachaient dans cette obscurité humide. Je pourrais jouer à celle qui ne s'y attendait pas, mais c'est pour ça que je suis venue, non?
C'est ce que je voulais depuis le jour où je l'ai revu au 7-Eleven. Je l'attrape par la nuque et le serre contre moi. Puis je l'entends prononcer mon nom.
Commenter  J’apprécie          60
Malgré moi, je pensais déjà à la personne qui grandissait en moi, j'avais un petit cœur qui battait sous le mien. Un soir tard, j'avais trouvé sur Internet une comparaison entre l'évolution de la taille du bébé et des fruits. "Vote bébé est un grain de raisin, votre bébé est une mangue." Maintenant, nous vivions ensemble, mon bébé gros comme une mangue et moi. Voilà ce que je ressentais. On était tout l'un pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          60
Et je l'aimais, c'était ça, le pire. J'étais amoureuse de lui depuis la cinquième, depuis qu'Allie et moi avions commencé à faire la liste de tous les endroits où on l'avait aperçu. J'aimais ses mains agiles de musicien, ses doigts pleins de cornes, j'aimais son âme honnête sous ses attitudes de guerrier, j'aimais le fait que chaque jour j'en apprenais un peu plus sur lui, j'aimais son côté loufoque et le faitqu'il me donne la sensation d'être un arbre immense quand ses yeux se portaient sur mon visage. Je débordais d'amour pour Sawyer LeGrande. Mais je ne pouvais pas le lui dire. Ma bouche s'ouvrit, et pas un son n'en sortit. D'un coup, j'eus conscience que j'étais prête à tout pour lui. Tout, n'importe quoi. Tout, mais pas ça.

Si je lui disais ces mots, je savais que je ne pourrai plus jamais les reprendre.
Commenter  J’apprécie          50
Alors j'ai fait ce que toute personne douée de raison aurait fait à ma place, confrontée à une question à laquelle elle ne voulait pas répondre, posée par un garçon qu'elle aimait à la folie sans espoir de retour.
Je lui ai lancé ma glace à la figure.
Commenter  J’apprécie          60
- En fait je t'ai rendu service. Si tu n'es pas capable de venir picoler chez moi avec Lauren Werner, t'es sûrement pas prête pour coucher avec Sawyer LeGrande.
Le temps s'arrêta. Je restai clouée sur place. Le mot "anéantie" traversa mon esprit hébété.
- Écoute, Reena, tenta de se rattraper Allie.
Elle était allée trop loin, et elle en avait conscience. Elle venait de franchir une espèce de frontière, une ligne de démarcation parfaitement tracée. Désormais nos vies seraient à jamais divisées entre l'époque où nous étions enfants et l'époque où nous ne l'étions plus, entre un "avant" et un "après".
Commenter  J’apprécie          50
Je n'oublierai jamais cet instant : les néons du marchand de glaces, la curieuse expression qui se peignait sur le beau visage de Sawyer LeGrande, et les éclats de verre emprisonnés dans le goudron, comme si quelque chose de fragile et de brillant venait juste d'exploser.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Katie Cotugno (222)Voir plus

Quiz Voir plus

Simone Veil Une jeunesse au temps de la Shoah

Comment s’appelle les parents de Simone ?

André Jacob et Denise Streinmetz
Yvonne Jacob et Antoine Veil
Yvonne Streinmetz et André Jacob
Jean Jacob et Isabelle Haussier

15 questions
750 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}