AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : Pologne
Né(e) à : Lodz , le 27/10/1916
Mort(e) à : Paris , le 11/03/2000
Biographie :

Kazimierz Brandys est un écrivain, essayiste et scénariste polonais.

Il était le frère cadet de l'écrivain Marian Brandys. Il était diplômé en Droit de l'université de Varsovie.

En 1935, il rédige un article de critique théâtrale dans le magazine "Kuźnia Młodych".

Après la Seconde Guerre mondiale, il fut membre de l'équipe rédactionnelle du journal "Kuźnica" de 1945 à 1950. En 1946, il avait adhéré au parti communiste polonais. Entre 1956 et 1960 il fit parti du comité de rédaction de l'hebdomadaire "Nowa Kultura".

En 1966, il démissionne du parti communiste polonais en raison de la répression qui frappe le philosophe polonais Leszek Kołakowski.

En 1970, parlant le français couramment, il enseigna le slovène à La Sorbonne à Paris jusqu'en 1971.

En 1975, il signe la Lettre des 59, lettre ouverte d'intellectuels polonais dénonçant la modification de la Constitution de la République populaire polonaise.

De 1977 à 1980, il fut membre de la rédaction du journal "Zapis". A la même époque, il quitte définitivement la Pologne. Il meurt à Paris le 11 mars 2000.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pourquoi écrivez-vous ?
Bernard PIVOT a invité cinq écrivains de langue française : Michel TREMBLAY, Christine de RIVOYRE, William BOYD, Kazimierz BRANDYS et Edouard GLISSANT, ainsi que Daniel RONDEAU (auteur d'un n°hors-série du journal LIBERATION intitulé :"Pourquoi écrivez-vous?"). Cette question (posée par les Surréalistes dans les années 20) est actuellement posée aux écrivains du monde entier : ...
+ Lire la suite

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Kazimierz Brandys
Croquignolle   08 décembre 2020
Kazimierz Brandys
L'histoire contemporaine nous enseigne qu'il suffit d'un malade mental, de deux idéologues et de trois cents assassins pour s'emparer du pouvoir et bâillonner des millions d'hommes.
Commenter  J’apprécie          250
Kazimierz Brandys
doudou94   02 août 2014
Kazimierz Brandys
Le téléviseur est la baraque de foire où le peuple vient voir les merveilles du monde.
Commenter  J’apprécie          230
krzysvanco   10 janvier 2015
L'Art d'être aimée et autres nouvelles de Kazimierz Brandys
Cher monsieur, quelle est selon vous la source de la création artistique ?

- Les rêves.

- Les rêves ? Les rêves érotiques ?

- La transposition des instincts. Des instincts de possession, de pouvoir, d'amour, de gloire... Et aussi de justice, de liberté. On les transpose en rêves. En rêves artistiques, en art.

- cela voudrait donc dire que l'art ne trouve pas sa source dans la conscience ? dans l'intelligence ? dans l'idéologie ?

- l'intelligence et la conscience jouent certainement un rôle dans nos rêves. Quant à l'idéologie... On a besoin d'idéologie quand on n'est pas un artiste. pour remplacer le talent.
Commenter  J’apprécie          70
krzysvanco   06 septembre 2018
L'Art d'être aimée et autres nouvelles de Kazimierz Brandys
— Wo ist Ihr Mann ? — Jusqu’à la fin, je n’ai pensé qu’à une seule chose : est-ce que son pied ne dépasse pas de derrière la valise ? — Mein Mann ist weg. — Son pied ! Ils étaient deux, dont un Letton. Ils me fixaient de leurs petits yeux tout en furetant dans la chambre : — Spirit ? — Il y avait deux bouteilles de vodka entre les vitres de la double fenêtre. Ils ont vidé une bouteille, le Letton est sorti. Celui qui est resté m’a fait comprendre ce qu’il voulait. Puis le Letton est revenu, et le premier est sorti à son tour. Je gémissais. Ils étaient pressés, je gémissais de douleur. Quand les camions sont repartis, j’ai eu peur de bouger. Et puis brusquement — un moment de courage : j’ai grondé entre mes dents serrées que c’etait terminé. Oui, je crois bien qu’à ce moment-là, j’ai été terrible et magnifique...

— J’ai tiré le divan. Je l’ai ranimé. Il s’était évanoui pour de bon. En tout cas, je lui en ai été reconnaissante. Nous avons ouvert la deuxième bouteille de vodka et nous avons bu jusqu’au matin, en jurant, en bredouillant, déchaînés, heureux, fous de soulagement, mais en nous fuyant du regard. Puis nous avons dormi toute la journée, jusqu’au soir — il n’y avait vraiment aucune raison de se réveiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La foire aux drôles de mots (bis)

Qu'est-ce qu'un "pisse-froid" ?

Une personne souffrant d'une maladie des reins
Un bouillon de viande
Une personne peu gaie

10 questions
648 lecteurs ont répondu
Thèmes : langue française , culture générale , mots , expressions , détenteCréer un quiz sur cet auteur